Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Butrint

Albanie
Facteurs affectant le bien en 2004*
  • Activités illégales
  • Cadre juridique
  • Habitat
  • Installations d’interprétation pour les visiteurs
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Autres menaces :

    a) Absence de protection, de gestion et de conservation appropriées sur le site ; b) Sérieuse détérioration de ses matériaux ayant entraîné une importante perte de sa signification culturelle

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Absence de mécanismes de gestion et pression touristique ; état de conservation du bien et mise en œuvre des recommandations des missions communes

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2004
Demandes approuvées : 2 (de 1996-1997)
Montant total approuvé : 106 000 dollars E.U.
1997 Butrint (Approuvé)   100 000 dollars E.U.
1996 Technical assistance for the restoration of Butrint (Approuvé)   6 000 dollars E.U.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2004

L’inclusion de Butrint sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1997 était due au fait que le bien avait subi une sérieuse détérioration de ses matériaux ayant entraîné une importante perte de sa signification culturelle. Les autres raisons citées  étaient l’absence de politique de conservation, les effets menaçants de projets de planification régionale et les changements graduels causés au monument par des facteurs environnementaux.

 

Selon la demande du Comité (27 COM 7A.26), une mission commune UNESCO-ICOMOS s’est rendue sur place du 26 au 31 octobre 2003 pour évaluer la situation du bien en termes de protection juridique, dispositions de gestion et état de conservation. L’objectif était également d’évaluer le niveau de mise en œuvre des recommandations de la mission UNESCO-ICOMOS à Butrint en avril 2001. La situation s’est améliorée dans le domaine législatif et administratif et d’importantes mesures ont été prises pour mieux protéger le secteur contre les impacts négatifs de constructions illicites résultant de projets de planification régionale. Les autorités albanaises montrent qu’elles sont bien décidées à protéger efficacement le bien. La mission a toutefois conclu que la mise en œuvre effective de cette politique générale n’est pas adaptée, notamment en raison de l’absence de plan de gestion officiel pour l’ensemble de l’aire, et du manque de coordination entre les parties concernées au niveau national et international, ce qui réduit sensiblement l’impact du financement.

 

La mission UNESCO-ICOMOS a fermement recommandé aux autorités ce qui suit :

 

a)  poursuivre systématiquement les travaux de conservation, notamment sur les sites archéologiques, murs et bâtiments moins imposants ;

 

b)  attacher une attention spéciale à l’interprétation du bien, dont la valeur universelle exceptionnelle a été considérablement négligée ;

 

c)  prendre les mesures appropriées pour la protection effective du paysage culturel du bien, y compris par la mise en place d’études hydrologiques et de méthodes agricoles durables ;

 

d)  transformer le secteur situé entre le Parc national et les limites du site Ramsar en zone tampon du bien du patrimoine mondial, notamment les villages bordant le Parc national ; et

 

e)  mettre en place une politique générale d’aménagement urbain pour ces villages.

 

La mission a également recommandé d’établir et d’adopter un plan de gestion intégré, dans le respect de la législation en vigueur, indiquant des moyens de préserver la valeur universelle exceptionnelle du bien. Les bases de ce plan de gestion pourraient être définies lors d’une table ronde réunissant tous les acteurs concernés (les membres du Bureau du Parc national de Butrint, des organisations internationales publiques et privées, des partenaires locaux et des organisations de citoyens). Cette table ronde devrait bénéficier d’une assistance technique de l’UNESCO et de ses organisations consultatives, qui pourraient être invitées à envoyer des spécialistes en Albanie, pour animer cette manifestation. Après la table ronde et l’adoption d’un plan de gestion du site, il faudra définir clairement les tâches et la dotation en personnel du service qui sera chargé de la gestion, ainsi que ses relations avec le Bureau du Parc national. Ce Bureau pourrait être élargi pour inclure des représentants des secteurs de l’agriculture, de l’exploitation forestière, de la pêche et de la défense.

 

Il faudrait renforcer les capacités de pouvoir décisionnel de ce Bureau en établissant une stratégie à long terme aux priorités clairement définies, et en approuvant par des accords annuels les plans d’action pour la mise en œuvre des activités qui doivent figurer dans le nouveau plan de gestion. 

Décisions adoptées par le Comité en 2004
28 COM 15A.28
Butrint (Albanie)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Félicite l’État partie de l’avancement réalisé sur le plan de la protection juridique et des dispositions institutionnelles concernant le bien du patrimoine mondial ;

2. Prend acte des résultats de la mission internationale UNESCO/ICOMOS sur place, qui a permis de disposer d’informations actualisées ;

3. Note que les menaces justifiant le placement du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1997 ont été partiellement limitées par l’amélioration de la protection juridique et institutionnelle du bien ;

4. Se déclare préoccupé des difficultés d’une mise en oeuvre efficace des mesures visant à améliorer l’interprétation et la conservation du bien, en particulier en raison de l’absence de plan de gestion officiellement adopté ;

5. Prie instamment l’État partie de tenir compte des recommandations précises de la mission UNESCO/ICOMOS de 2003, en particulier en ce qui concerne la finalisation et l’adoption dès que possible d’un plan de gestion du bien du patrimoine mondial ;

6. Recommande que le plan de gestion pour le bien du patrimoine mondial soit coordonné avec le plan de gestion existant pour l'aire protégée par la Convention de Ramsar ;

7. Approuve la proposition d’une table ronde, à organiser en coopération avec le Centre du patrimoine mondial, l’ICOMOS et l’ICCROM, afin d’inclure des partenaires concernés privés et publics dans la gestion prévisionnelle, au niveau national et international ;

8. Encourage l’État partie à soumettre une demande d’assistance internationale du Fonds du patrimoine mondial pour l’organisation de cette table ronde ;

9. Demande à l'État partie de soumettre un rapport d'avancement prenant en considération toutes les questions soulevées dans le rapport de mission UNESCO-ICOMOS de 2003, et que ce rapport soit soumis au Centre du patrimoine mondial d’ici le 1er février 2005, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 29e session en 2005 ;

10. Décide de maintenir le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

28 COM 15C.2
Liste du patrimoine mondial en péril

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Faisant suite à l’examen des rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-04/28.COM/15A Rev),

2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :

  • Afghanistan, Minaret et vestiges archéologiques de Djam (décision : 28 COM 15A.21) 
  • Afghanistan, Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan (décision 28 COM 15A.22) 
  • Albanie, Butrint (décision 28 COM 15A.28) 
  • Algérie, Tipasa (décision 28 COM 15A.16) 
  • Azerbaïdjan, Cité fortifiée de Bakou avec le palais des Chahs de Chirvan et la tour de la Vierge (décision 28 COM 15A.29) 
  • Bénin, Palais royaux d'Abomey (décision 28 COM 15A.14) 
  • Côte d'Ivoire, Parc national de la Comoé (décision 28 COM 15A.2) 
  • Côte d'Ivoire/Guinée, Réserve naturelle intégrale du mont Nimba (décision 28 COM 15A.5) 
  • Égypte, Abou Mena (décision 28 COM 15A.17) 
  • Equateur, Parc national Sangay (décision 28 COM 15A.12) 
  • États-Unis d'Amérique, Parc national des Everglades (décision 28 COM 15A.11) 
  • Ethiopie, Parc national du Simien (décision 28 COM 15A.4) 
  • Honduras, Réserve de la biosphère Río Plátano (décision 28 COM 15A.13) 
  • Inde, Ensemble monumental de Hampi (décision 28 COM 15A.24) 
  • Inde, Sanctuaire de faune de Manas (décision 28 COM 15A.10) 
  • Iraq, Assour (Qal'at Cherqat) (décision 28 COM 15A.18) 
  • Jérusalem, Vieille ville de Jérusalem et ses remparts (décision 28 COM 15A.31) 
  • Mali, Tombouctou (décision 28 COM 15A.15) 
  • Népal, Vallée de Kathmandu (décision 28 COM 15A.25) 
  • Niger, Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (décision 28 COM 15A.6) 
  • Pakistan, Fort et jardins de Shalimar à Lahore (décision 28 COM 15A.26) 
  • Pérou, Zone archéologique de Chan Chan (décision 28 COM 15A.30) 
  • Philippines, Rizières en terrasses des cordillères des Philippines (décision 28 COM 15A.27) 
  • République centrafricaine, Parc national du Manovo-Gounda St. Floris (décision 28 COM 15A.1) 
  • République démocratique du Congo, Réserve de faune à okapis (décision 28 COM 15A.3) 
  • République démocratique du Congo, Parc national de Kahuzi-Biega (décision 28 COM 15A.3) • République démocratique du Congo, Parc national des Virunga (décision 28 COM 15A.3) 
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Garamba (décision : 28 COM 15A.3) Décisions adoptées lors de la 28e session du Comité WHC-04/28.COM/26, p. 150 du patrimoine mondial (Suzhou, 2004) 
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Salonga (décision 28 COM 15A.3) 
  • Sénégal, Parc national des oiseaux du Djoudj (décision 28 COM 15A.7) 
  • Tunisie, Parc national de l'Ichkeul (décision 28 COM 15A.9) 
  • Yémen, Ville historique de Zabid (décision 28 COM 15A.20)

Projet de décision : 28 COM 15A.28

 Le Comité du patrimoine mondial,

 1.  Félicite l’Etat partie de l’avancement réalisé sur le plan de la protection juridique et des dispositions institutionnelles concernant le bien du patrimoine mondial ;

 2.  Prend acte des résultats de la mission internationale UNESCO/ICOMOS sur place, qui a permis de disposer d’informations actualisées ;

 3.  Note que les menaces justifiant le placement du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1997 ont été partiellement limitées par l’amélioration de la protection juridique et institutionnelle du bien ;

 4.  Se déclare préoccupé des difficultés d’une mise en œuvre efficace des mesures visant à améliorer l’interprétation et la conservation du bien, en particulier en raison de l’absence de plan de gestion officiellement adopté ;

 5.  Demande instamment à l’Etat partie de tenir compte des recommandations précises de la mission UNESCO/ICOMOS de 2003, en particulier en ce qui concerne la préparation et l’adoption dès que possible d’un plan de gestion du bien du patrimoine mondial ;

 6.  Approuve la proposition d’une table ronde, à organiser en coopération avec le Centre du patrimoine mondial, l’ICOMOS et l’ICCROM, afin d’inclure des partenaires concernés privés et publics dans la gestion prévisionnelle, au niveau national et international ;

 

 7.  Encourage l’Etat partie à soumettre une demande d’assistance internationale du Fonds du patrimoine mondial pour l’organisation de cette table ronde ;

 8.  Demande à l'Etat partie de soumettre un rapport d'avancement prenant en considération toutes les questions soulevées dans le rapport de mission UNESCO-ICOMOS de 2003, et que ce rapport soit soumis au Centre du patrimoine mondial avant le 1er février 2005, pour examen par le Comité du Patrimoine mondial à sa 29e session en 2005 ;

 9.  Décide de maintenir le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Année du rapport : 2004
Albanie
Date d'inscription : 1992
Catégorie : Culturel
Critères : (iii)
Liste en péril (dates) : 1997-2005
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 28COM (2004)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top