Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national de la Comoé

Côte d'Ivoire
Facteurs affectant le bien en 2006*
  • Activités illégales
  • Identité, cohésion sociale, modifications de la population locale / des communautés
  • Incendies (d’origine naturelle)
  • Modification du régime des sols
  • Production de semences
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Troubles civils
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Conflit et instabilité politique ;

b) Absence de gestion, de contrôle et d’accès ;

c) Braconnage ; occupation humaine et pression de l’agriculture ;

d) Feux de brousse.

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril
  • impacts potentiels des troubles civils,
  • déclin des populations de grands mammifères à cause de la recrudescence du braconnage incontrôlé ;
  • absence de mécanismes de gestion efficaces.
Etat de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Aucun repère n’a été défini car il n’a pas été possible d’effectuer une mission depuis l’inclusion du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2006

Montant total accordé au bien : 20 000 dollars EU en 2006 dans le cadre du programme UNESCO MAB pour des activités d’application de la loi et des campagnes de sensibilisation.

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2006
Demandes approuvées : 3 (de 1988-1999)
Montant total approuvé : 97 000 dollars E.U.
1999 Strengthening the Protection of the Comoe National Park (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
1993 Purchase of an all-terrain vehicle for Comoe National ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1988 Purchase of a vehicle for Comoe National Park (Approuvé)   17 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2006**
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2006

L’État partie a soumis le 21 mars 2006 un rapport sur l’état de conservation du bien. Mais ce rapport donne peu d’informations nouvelles par rapport à celles fournies à la 29e session du Comité (Durban, 2005).

L’État partie ne contrôle toujours que 35 % du bien, le reste étant inaccessible et sous le contrôle des troupes rebelles. Les infrastructures et équipements du parc détruites ou pillées par les rebelles n’ont pas été remplacés. Il ne semble pas y avoir d’occupation humaine du parc malgré les mouvements de population du nord vers le sud. Le braconnage reste la principale menace qui pèse sur le bien, mais il serait sous contrôle dans sa partie sud. De même, l’exploitation illégale de la forêt a été arrêtée grâce à l’aide des communautés locales. Il y aurait des empiètements agricoles dans la zone contrôlée par les forces rebelles, mais il semble qu’ils soient minimes.

L’État partie a détaché du personnel dans la partie sud du parc qui est sous le contrôle du gouvernement et le programme L’homme et la biosphère de l’UNESCO a récemment apporté son aide à des activités de sensibilisation et au rétablissement des patrouilles dans le sud. L’État partie indique également que le programme de l’Union européenne signé puis suspendu en 2002 pourrait redémarrer prochainement.

Le rapport de l’État partie affirme que, malgré une présence minimale du personnel de gestion, les troubles civils ont peu d’impact sur l’intégrité du bien grâce au soutien apporté par les communautés locales à la suite des activités de sensibilisation.

Malheureusement, le Centre du patrimoine mondial et l’UICN n’ont pas pu jusqu’à présent effectuer la mission de suivi demandée par le Comité à ses 28e et 29e sessions à cause des problèmes de sécurité persistants. L’État partie a demandé l’aide de l’ONUCI (Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire) pour que cette mission puisse avoir lieu dans un avenir proche. Tant qu’elle n’aura pas été effectuée, il est impossible au Centre du patrimoine mondial et à l’UICN d’évaluer l’état de conservation du bien.

Le 6 avril 2006, le Centre du patrimoine mondial a reçu une lettre d’invitation de l’État partie pour entreprendre la mission. L’État partie a proposé que la mission de suivi ait lieu du 10 au 23 juin 2006. Si elle se déroule aux dates prévues, ses résultats seront présentés lors de la 30e session du Comité du patrimoine mondial (Vilnius, 2006) et un projet de décision révisé sera proposé pour tenir compte des conclusions de la mission.

Décisions adoptées par le Comité en 2006
30 COM 7A.2
Parc national de la Comoé (Côte d'Ivoire) (N 227)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-06/30.COM/7A,

2. Rappelant la décision 29 COM 7A.2 adoptée à sa 29e session (Durban, 2005),

3. Félicite l'État partie de s'être engagé en faveur de la protection du Parc national de la Comoé et d'avoir travaillé avec les communautés locales pour réduire les activités illégales;

4. Note avec une vive préoccupation que, dans les circonstances actuelles, l'État partie ne contrôle et ne peut avoir accès qu'à un tiers du Parc;

5. Prend note des résultats et des recommandations de la mission UNESCO/UICN de suivi réactif de 2006, et notamment du fait que la valeur universelle exceptionnelle du bien a été maintenue mais reste menacée en raison du contrôle limité effectué sur le bien, ainsi que de l'augmentation potentielle du braconnage, des incendies, des empiétements agricoles et du pâturage illégal;

6. Prie instamment l'État partie de mettre en œuvre les recommandations, le plan d'action et le calendrier proposés par la mission de suivi de 2006, afin de développer l'efficacité de la gestion du bien, notamment par les mesures prioritaires suivantes:

a) Créer d'urgence un système efficace de contrôle et de patrouille pour l'ensemble du bien, en étroite collaboration avec les forces armées, et donner la priorité au développement et à la réhabilitation de l'infrastructure nécessaire;

b) Mettre en place et lancer la mise en œuvre d'un plan de gestion pour le bien en se fondant sur le cadre de plan de gestion établi pour le réseau national d'aires protégées. Le plan de gestion devra traiter tout particulièrement les points suivants:

(i) Créer un système de zonage révisé pour le bien afin d'orienter les activités de gestion, en prenant totalement en compte le statut de bien du patrimoine mondial et de Réserve de biosphère;

(ii) Mettre en place des dispositions de gestion participative avec les communautés locales pour réduire les pressions et les impacts associés à la gestion de zones situées en particulier à la périphérie du bien;

c) Etendre les activités de la structure de gestion pour inclure l'ensemble du bien;

7. Adopte les points susmentionnés (a) à (c) en tant que repères de référence pour guider une future décision aboutissant au retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril;

8. Prend note du calendrier proposé sur 5 ans pour la mise en œuvre et l'évaluation du plan d'action et des repères de référence:

a) Travail préparatoire et prise de contacts pour une aide financière et technique, ainsi qu'une mise en application des mesures d'urgence liées en particulier à la surveillance du bien: 2007;

b) Préparation d'un plan de gestion et mise en œuvre d'activités prioritaires: 2008 -2009 ;

c) Mise en œuvre des activités prioritaires dans le cadre du plan de gestion: 2009 - 2011;

9. Invite l'État partie à établir un programme de coopération avec les États parties du Burkina Faso et du Ghana afin d'identifier et de créer des couloirs biologiques pouvant améliorer la conservation des populations d'espèces clés qui ont besoin de vastes zones pour leur survie;

10. Demande à l'État partie de prendre en considération les conclusions et recommandations et le calendrier proposé par la mission de suivi UNESCO/UICN 2006, et de présenter un rapport actualisé d'ici le 1 février 2007 sur l'état de conservation du bien, en particulier sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre des recommandations de la mission de suivi 2006, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 31e session en 2007;

11. Engage le Directeur général de l'UNESCO à demander à l'Organisation des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) d'envisager d'aider l'État partie à créer, durant l'actuelle période d'après-crise, un mécanisme de patrouille commun pour l'ensemble du parc, impliquant toutes les forces en présence;

12. Demande à la communauté internationale de soutenir de toute urgence l'État partie dans la préparation et la mise en œuvre du plan d'action et du plan de gestion du Parc;

13. Décide de maintenir le Parc national de la Comoé (Côte d'Ivoire) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

30 COM 8C.2
Mise à jour de la Liste du patrimoine mondial en péril (Biens maintenus sur la Liste)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné les rapports sur l'état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-06/30.COM/7A et WHC-06/30.COM/7A.Add.Rev),

2. Maintient les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :

  • Afghanistan, Minaret et vestiges archéologiques de Djam (décision 30 COM 7A.22)
  • Afghanistan, Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan (décision 30 COM 7A.23)
  • Azerbaïdjan, Cité fortifiée de Bakou avec le palais des Chahs de Chirvan et la tour de la Vierge (décision 30 COM 7A.29)
  • Bénin, Palais royaux d'Abomey (décision 30 COM 7A.16)
  • Chili, Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura (décision 30 COM 7A.31)
  • Côte d'Ivoire, Parc national de la Comoé (décision 30 COM 7A.2)
  • Côte d'Ivoire / Guinée, Réserve naturelle intégrale du mont Nimba (décision 30 COM 7A.3)
  • Égypte, Abou Mena (décision 30 COM 7A.19)
  • États-Unis d'Amérique, Parc national des Everglades (décision 30 COM 7A.14)
  • Ethiopie, Parc national du Simien (décision 30 COM 7A.9)
  • Honduras, Réserve de la biosphère Río Plátano (décision 30 COM 7A.15)
  • Inde, Sanctuaire de faune de Manas (décision 30 COM 7A.13)
  • République islamique d'Iran, Bam et son paysage culturel (décision 30 COM 7A.25)
  • Iraq, Assour (Qal'at Cherqat) (décision 30 COM 7A.20)
  • Jérusalem, Vieille ville de Jérusalem et ses remparts (décision 30 COM 7A.34)
  • Népal, Vallée de Kathmandu (décision 30 COM 7A.26)
  • Niger, Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (décision 30 COM 7A.10)
  • Pakistan, Fort et jardins de Shalimar à Lahore (décision 30 COM 7A.27)
  • Pérou, Zone archéologique de Chan Chan (décision 30 COM 7A.32)
  • Philippines, Rizières en terrasses des cordillères des Philippines (décision 30 COM 7A.28)
  • République centrafricaine, Parc national du Manovo-Gounda St. Floris (décision 30 COM 7A.1)
  • République démocratique du Congo, Réserve de faune à okapis (décision 30 COM 7A.8)
  • République démocratique du Congo, Parc national de Kahuzi-Biega (décision 30 COM 7A.6)
  • République démocratique du Congo, Parc national des Virunga (décision 30 COM 7A.7)
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Garamba (décision 30 COM 7A.4)
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Salonga (décision 30 COM 7A.5)
  • République-Unie de Tanzanie, Ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara (décision 30 COM 7A.17)
  • Venezuela, Coro et son port (décision 30 COM 7A.33)
  • Yémen, Ville historique de Zabid (décision 30 COM 7A.21)
Projet de décision : 30 COM 7A.2

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-06/30.COM/7A,

2. Rappelant les décisions 28 COM 15A.2 et 29 COM 7A.2, adoptées à ses 28e (Suzhou, 2004) et 29e (Durban, 2005) sessions respectivement,

3. Regrette que le rapport soumis par l’Etat partie donne peu d’informations nouvelles sur l’état de conservation du bien ;

4. Note avec une vive inquiétude que l’État partie continue à ne contrôler et à n’avoir accès qu’à un tiers du bien ;

5. Encourage l’Union européenne à permettre le redémarrage du Programme de conservation des aires protégées de la Côte d’Ivoire ;

6. Recommande à l’État partie, à l’UICN et à l’UNESCO de demander l’aide de l’ONUCI (Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire) pour effectuer la mission ;

7. Demande à l’État partie de fournir au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2007, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien pour examen par le Comité à sa 31e session en 2007 ;

8. Décide de maintenir le Parc national de la Comoé (Côte d’Ivoire) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Année du rapport : 2006
Côte d'Ivoire
Date d'inscription : 1983
Catégorie : Naturel
Critères : (ix)(x)
Liste en péril (dates) : 2003-2017
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 30COM (2006)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top