Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Tipasa

Algérie
Facteurs affectant le bien en 2021*
  • Activités de gestion
  • Activités illégales
  • Destruction délibérée du patrimoine
  • Erosion et envasement / dépôt
  • Habitat
  • Impacts des activités touristiques / de loisirs des visiteurs
  • Infrastructures de transport maritime
  • Ressources humaines
  • Autres menaces :

    Techniques de restauration inappropriées et mauvaises conditions de conservation des vestiges archéologiques

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Destruction délibérée du patrimoine : Détérioration des vestiges à cause du vandalisme, de vols et de la fréquentation incontrôlée qui provoque une accumulation de déchets
  • Érosion et envasement / dépôt : Dégradation naturelle provoquée par l'érosion littorale, les sels marins, le ruissellement des eaux de pluie et la végétation recouvrant une partie des secteurs inscrits
  • Habitat
  • Ressources humaines : Manque de capacités pour la conservation du site
  • Activités illégales : Urbanisation à la lisière du bien où, en l'absence de zone tampon définie, les constructions illégales provoquent des litiges d’ordre foncier
  • Impacts des activités touristiques / de loisirs des visiteurs
  • Activités de gestion
  • Infrastructures de transport maritime : Projet de réaménagement portuaire
  • Techniques de restauration inappropriées et mauvaises conditions de conservation des vestiges archéologiques
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2021

Montant total accordé : 9 564 dollars EU du fonds-en-dépôt italien.

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2021
Demandes approuvées : 6 (de 1989-2001)
Montant total approuvé : 75 900 dollars E.U.
2001 Elaboration d'un plan d'urgence et mise en oeuvre de ... (Approuvé)   35 500 dollars E.U.
1992 Mission to advise on the elaboration of a urban Master ... (Approuvé)   9 000 dollars E.U.
1991 Purchase of topographic equipment for the site of Tipasa (Approuvé)   3 000 dollars E.U.
1990 Expert mission to advise the authorities on the ... (Approuvé)   7 000 dollars E.U.
1990 Consultants and equipment for urgent works on Tipasa ... (Approuvé)   18 900 dollars E.U.
1989 Contribution to a survey on the urban development of ... (Approuvé)   2 500 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2021**

1989-1992 : 4 missions d’expertise de l’UNESCO ; 2002 : deux missions d’experts et une mission du Centre du patrimoine mondial ; mars 2006 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; avril 2017 : mission conjointe de conseil Centre du patrimoine mondial/ICOMOS

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2021

Le 14 décembre 2020, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/193/documents/. Ce rapport présente comme suit les progrès accomplis à l’égard de plusieurs problèmes de conservation abordés par le Comité lors de sessions précédentes :

  • Les activités de conservation et d‘entretien suivantes sont signalées :
    • un suivi hebdomadaire est effectué par une équipe pluridisciplinaire ; les conditions de conservation sont jugées satisfaisantes et ne se détériorent pas,
    • le travail d’inventaire du patrimoine mobilier et immobilier et de leur documentation se poursuit,
    • l’entretien du site a été effectué, avec notamment l'enlèvement de la végétation et la réparation des clôtures d'enceinte, et un programme de prévention des risques a été réalisé, comprenant la fermeture des zones dangereuses du site et le renforcement de la sécurité,
    • un accord de partenariat a été signé avec l'ambassade des États-Unis pour la protection du patrimoine culturel algérien, notamment Tipasa,
    • une nouvelle signalétique et des panneaux de chantier sont en cours d'installation sur l'ensemble du site,
    • un atelier de conservation des mosaïques a été créé, avec une équipe technique en place et un responsable désigné, qui fera avancer un plan d'action,
    • une étude est en cours pour utiliser la Villa Angelevy comme centre d'interprétation,
    • des formations dans différents domaines comme la conservation des mosaïques et la protection du patrimoine culturel ;
  • La rédaction du plan de gestion se poursuit ; la première section sur les valeurs et les attributs du bien est achevée. Il est prévu de consulter les parties concernées afin d’accompagner les prochaines étapes du travail ;
  • La situation urgente de la falaise érodée qui soutient le parc archéologique de l'ouest a nécessité l’exécution de travaux en avril 2019 pour éviter un glissement de terrain impliquant un risque éventuel pour les personnes et le patrimoine. Le projet a été remis au Centre du patrimoine mondial et une mission d'experts est prévue lorsque la situation sanitaire le permettra, afin d’envisager des solutions à long terme ;
  • L'accumulation des eaux de pluie sera traitée en 2021 dès que la situation sanitaire permettra de réaliser des travaux d'arpentage ;
  • Un projet de collaboration a été lancé pour étudier le patrimoine subaquatique à proximité immédiate du bien, afin d'informer les plans d'extension de la zone tampon ; ce projet aura lieu en 2021 lorsque la situation sanitaire le permettra.

Enfin, l'État partie note qu'en raison de la pandémie de COVID-19, tous les éléments qui constituent l’ensemble de Tipasa sont fermés au public depuis mars 2020.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2021

L'État partie a démontré que des efforts sont faits pour assurer la conservation et l'entretien permanents des trois éléments qui composent le bien, ainsi que pour traiter les tâches de gestion en suspens. Cependant, il est noté que la situation de la pandémie de COVID-19 retarde de nombreux projets de collaboration en cours sur le bien, ainsi que certaines activités qui nécessitent la présence en personne de spécialistes extérieurs. De plus, la fermeture du bien au public a affecté les revenus issus de la vente de billets pour l'entretien futur du site.

La remise d'une première section du plan de gestion est un signe qui rassure sur l’avancement de sa rédaction et sur le fait que les efforts de gestion se baseront sur une approche fondée sur les valeurs et axée sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE). Des progrès supplémentaires sont cependant nécessaires dans un avenir proche afin de compléter les autres sections du document, avec l'engagement des parties concernées.

Une évaluation d'impact d’un projet de développement portuaire était annexée au rapport 2018 de l'État partie sur l'état de conservation. Ce document intégrait une discussion sur l'aménagement paysager de la jetée, comme demandé dans la décision du Comité. Cependant, le projet proposé ne semble pas avoir été modifié pour répondre aux recommandations fournies dans le rapport de la mission consultative conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de 2017 avant toute mise en œuvre. En outre, il est noté que l'évaluation d'impact identifie de nombreux impacts potentiels importants sur la VUE avec des suggestions de mesures d'atténuation et d'autres actions de gestion qui devraient être mises en place. L'État partie devrait être invité à réviser le projet de développement du port à la lumière des recommandations de la mission de 2017 et des mesures d'atténuation suggérées dans l'étude d'impact.

Il est noté que la partie du projet de développement portuaire visant à renforcer la falaise érodée qui soutient le parc archéologique de l'ouest est déjà réalisée, malgré la décision du Comité demandant la suspension des travaux. La nature urgente de la situation le justifie, car un glissement de terrain aurait mis en danger à la fois les personnes et le patrimoine, notamment les attributs de la VUE. Cependant, des mesures supplémentaires doivent être prises pour améliorer le résultat final : un expert consulté par le Centre du patrimoine mondial a déjà fourni à l'État partie un retour technique sur le projet mis en œuvre, avec quelques commentaires sur des considérations à long terme qui doivent à présent être discutées. Une mission consultative conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS est prévue dès que la situation sanitaire permettra les déplacements internationaux.

L'État partie aborde la question de l'extension maritime de la zone tampon et adopte une approche louable basée sur l'identification du patrimoine culturel dans la zone marine adjacente au bien, afin d'informer l'étendue précise de la zone tampon. À cet égard, des synergies avec la Convention de 2001 sur la protection du patrimoine culturel subaquatique peuvent être faites. Toutefois, il est à noter que le travail d'étude requis est en attente à cause de la pandémie de COVID-19. En outre, un projet visant à résoudre le problème de l'accumulation des eaux de pluie est également remis à plus tard, jusqu'à ce que les équipes puissent de nouveau travailler sur le site.

Le Comité avait déjà demandé que la proposition de système d'éclairage soit revue et il est noté que l'État partie n'a pas fait le point sur la question. 

Décisions adoptées par le Comité en 2021
44 COM 7B.124
Tipasa (Algérie) (C 193)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/21/44.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 43 COM 7B.41, adoptée à sa 43e session (Bakou, 2019),
  3. Prend note des progrès accomplis par l'État partie pour améliorer la sûreté, la sécurité, le suivi, l'entretien et la documentation du bien, et réitère sa recommandation de revoir le système d'éclairage pour garantir la mise en œuvre de la solution la plus appropriée possible ;
  4. Réitère sa demande à l'État partie de finaliser et soumettre une copie électronique du plan de gestion actualisé, pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;
  5. Demande à l'État partie de réviser le projet d'aménagement portuaire proposé à la lumière des recommandations de la mission consultative conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de 2017 et des mesures d'atténuation suggérées dans l'étude d'impact ;
  6. Encourage l'État partie à inviter une mission consultative conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS sur le bien, afin d’obtenir des conseils sur les solutions à long terme pour renforcer la falaise sous le parc archéologique de l'ouest et sur les questions connexes dans le cadre du projet d'aménagement portuaire proposé ;
  7. Encourage également l'État partie à reprendre les études concernant l'extension maritime de la zone tampon et la manière d’aborder la question de l'accumulation des eaux de pluie, dès que la situation sanitaire permettra d'entreprendre des activités en toute sécurité sur le site ;
  8. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2023, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 47e
Projet de décision : 44 COM 7B.124

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/21/44.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 43 COM 7B.41, adoptée à sa 43e session (Bakou, 2019),
  3. Prend note des progrès accomplis par l'État partie pour améliorer la sûreté, la sécurité, le suivi, l'entretien et la documentation du bien, et réitère sa recommandation de revoir le système d'éclairage pour garantir la mise en œuvre de la solution la plus appropriée possible ;
  4. Réitère sa demande à l'État partie de finaliser et soumettre une copie électronique du plan de gestion actualisé, pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;
  5. Demande à l'État partie de réviser le projet d'aménagement portuaire proposé à la lumière des recommandations de la mission consultative conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de 2017 et des mesures d'atténuation suggérées dans l'étude d'impact ;
  6. Encourage l'État partie à inviter une mission consultative conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS sur le bien, afin d’obtenir des conseils sur les solutions à long terme pour renforcer la falaise sous le parc archéologique de l'ouest et sur les questions connexes dans le cadre du projet d'aménagement portuaire proposé ;
  7. Encourage également l'État partie à reprendre les études concernant l'extension maritime de la zone tampon et la manière d’aborder la question de l'accumulation des eaux de pluie, dès que la situation sanitaire permettra d'entreprendre des activités en toute sécurité sur le site ;
  8. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2023, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 47e session en 2024.
Année du rapport : 2021
Algérie
Date d'inscription : 1982
Catégorie : Culturel
Critères : (iii)(iv)
Liste en péril (dates) : 2002-2006
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2020) .pdf
arrow_circle_right 44COM (2021)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top