Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Île de Mozambique

Mozambique
Facteurs affectant le bien en 2021*
  • Activités de gestion
  • Autres modifications du climat
  • Déchets solides
  • Habitat
  • Ressources financières
  • Ressources humaines
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Vastes infrastructures et/ou installations touristiques / de loisirs
  • Autres menaces :

    Nombre croissant de bâtiments effondrés ou sérieusement détériorés

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Plan de gestion non encore finalisé
  • Nombre croissant de bâtiments effondrés ou sérieusement détériorés
  • Menaces pour l’authenticité du fait de réparations inopportunes
  • Absence de contrôle du développement
  • Absence de réseaux d’égouts et d’assainissement adéquats
  • Manque de ressources humaines et financières
  • Détérioration accélérée des bâtiments en raison de risques croissants (par exemple, cyclones de 2019)
  • Changement climatique
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2021

Montant total accordé au bien : pour la réhabilitation de la forteresse de Saint-Sébastien : Fonds-en-dépôt japonais : 1 108 078 dollars EU ; UCCLA : 526 015 dollars EU ; Portugal/IPAD : 397 122 dollars EU ; Fonds-en-dépôt flamand : 270 000 dollars EU ; Fonds-en-dépôt néerlandais : 729 729 dollars EU. Pour les autres projets de conservation et de gestion : Programme des Villes du patrimoine mondial (Pays-Bas) : 50 000 dollars EU ; IPAD : 89 000 dollars EU ; Africa 2009 : 23 175 dollars EU ; Fonds pour le patrimoine mondial africain (FPMA) : 13 450 dollars EU ; Fonds des Nations Unies « Unis dans l’action » : 42 000 dollars EU en 2017-2018

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2021
Demandes approuvées : 7 (de 1994-2018)
Montant total approuvé : 233 140 dollars E.U.
2018 Community Participation in the Management and ... (Approuvé)   23 260 dollars E.U.
2009 Structural repair and reconstruction of collapsed ... (Approuvé)   75 000 dollars E.U.
2001 Preparation of a management/conservation plan for the ... (Approuvé)   29 980 dollars E.U.
1999 Rehabilitation of the Market- Island of Mozambique (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1996 Finalisation of an integral conservation plan for ... (Approuvé)   19 900 dollars E.U.
1995 2 high-level missions on the conservation and ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1994 Financial contribution to repairs for the roofs of Sao ... (Approuvé)   35 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2021**

2005, 2006, 2007, 2008 : missions du Centre du patrimoine mondial ; février 2007 : mission de l’ICOMOS ; février 2009 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; avril 2010 : mission de suivi réactif de l’ICOMOS ; mars 2018 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/ICCROM 

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2021

Le 1er décembre 2019, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien, disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/599/documents/ qui présente comme suit les progrès réalisés dans la mise en œuvre des recommandations adoptées par le Comité à sa 42e session (Manama, 2018) :

  • Le Plan de gestion et de conservation de l'île de Mozambique (2018-2024) (PGCIM), qui intègre la gestion des risques de catastrophe et la nouvelle délimitation de la zone tampon, y compris le patrimoine archéologique sous-marin restant, situé le long des écosystèmes marins, a été finalisé et est en attente de l'approbation du gouvernement ;
  • Une proposition visant à modifier le statut du Bureau de conservation de l'île de Mozambique (GACIM) afin de donner à l'institution plus d'autorité en ce qui concerne le contrôle du développement et de l’aménagement sur le territoire du bien a été soumise à l’approbation des autorités nationales ;
  • Des efforts sont déployés afin de renforcer les capacités du GACIM au moyen de recrutement de personnel et d’un renforcement des capacités ;
  • La conservation des bâtiments et les diagnostics techniques ont été entrepris. Les travaux sur deux bâtiments du complexe hospitalier ont été achevés, et deux autres bâtiments sont en cours de restauration. Les travaux sur le bloc principal n'ont pas encore commencé ;
  • Deux institutions publiques ont été transférées du territoire du bien vers le continent, ce qui devrait réduire les risques pour les bâtiments qu’elles occupaient, en raison de leur utilisation constante ;
  • Des programmes communautaires (tels que « Un étudiant, Une famille ») sont mis en œuvre pour améliorer les conditions de vie des habitants et leur sentiment d'appartenance et d'identité, en particulier à Macúti. Un « Atelier sur la participation communautaire aux processus de gestion et de suivi sur le site du patrimoine mondial de l'île de Mozambique" s'est tenu en novembre 2019, financé à travers une assistance internationale ;
  • Un « Plan de structure urbaine pour le district de l'île de Mozambique » est en cours de préparation qui vise à définir des stratégies pour gérer durablement la circulation et atténuer les impacts négatifs sur le patrimoine culturel, et à concevoir et mettre en œuvre des actions pour lutter contre la pression démographique excessive qui a un impact sur les infrastructures et les espaces publics ;
  • Le PGCIM prévoit un Comité de gestion du patrimoine (CGIM) pour assurer la conservation du site, mais celui-ci n'est pas encore constitué ;
  • La digue protectrice de l'île, qui s'est effondrée en 2017, supposément en raison des fortes marées liées au changement climatique, a été reconstruite ;
  • Des problèmes d'évacuation des eaux pluviales et d'assainissement subsistent, en particulier dans la ville de Macúti ;
  • Une proposition de construction d'un complexe touristique sur l'île de Goa, située dans la zone tampon, a été présentée au GACIM, qui a soumis le projet au ministère de la Culture et du Tourisme ;
  • Les « Règles spécifiques pour la conservation du patrimoine bâti de la ville de Macúti » ont été élaborées et sont en attente d’approbation gouvernementale. Elles comprennent un cadre, des types d'intervention et des règles, avec trois exemples de projets standard, pour contribuer à la préservation de l'architecture originale et servir de guide pour les interventions.
Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2021

Il convient de saluer les progrès réalisés par l'État partie pour relever les défis auxquels le bien est confronté, en particulier la révision du Plan de gestion et de conservation de l'île de Mozambique (PGCIM), grâce au soutien financier du Fonds des Nations Unies « Unis dans l’action ». Il est désormais urgent que l'État partie soumette ce plan au Centre du patrimoine mondial pour examen avant son approbation officielle. La nouvelle proposition de délimitation de la zone tampon doit être soumise au Centre du patrimoine mondial sous la forme d'une modification mineure des limites, conformément au paragraphe 164 des Orientations.

Les efforts déployés pour renforcer l'autorité et les capacités techniques du GACIM sont également à saluer, en particulier s’agissant des efforts visant à modifier son statut afin d'accorder à l'institution une autorité accrue en matière de prise de décision concernant les interventions sur le patrimoine bâti de l'île. L'État partie devrait être encouragé à poursuivre ces efforts, notamment en approuvant la proposition d'amendement du statut du GACIM, en nommant du personnel qualifié et en renforçant la coopération entre le GACIM et la municipalité sur les questions et les activités liées à la gestion et à la conservation.

Les mesures de conservation prises pour préserver la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, comme observé avec la reconstruction du bâtiment de l'hôpital, devraient se poursuivre. Les actions visant à protéger l'île des marées de tempête, par la construction d'une digue, sont louables. Une stratégie à long terme pour les infrastructures de défense contre la mer devrait être élaborée et son effet évalué par des évaluations d'impact visuel et sur le patrimoine.

D'importants travaux de restauration restent à être réalisés, en particulier sur des bâtiments tels que la Cour de l'île, ou le bloc principal de l'hôpital. Ce processus doit être mené sur la base des directives de conservation pour orienter les projets de rénovation et de restauration. Il convient d'éviter  l’inoccupation à long terme des bâtiments publics et il est recommandé d'examiner attentivement leur nouvelle utilisation, de préférence à travers un nouvel usage public.

L'État partie n'a pas encore soumis l'inventaire demandé des Structures de la zone de la ville en pierre et chaux du bien, qui devrait permettre d'identifier leur utilisation actuelle. En outre, le « Plan de structure urbaine pour le district de l'île de Mozambique » devrait être finalisé et soumis au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives.

Les « Règles spécifiques pour la conservation du patrimoine bâti de la ville de Macúti », soumises avec le rapport de l'État partie, doivent être accueillies favorablement. Ce document, pour lequel l’ICOMOS a fourni un examen technique envoyé à l’État partie le 17 septembre 2020, doit maintenant être actualisé avant d’être approuvé et mis en œuvre par le gouvernement. Les efforts déployés pour améliorer la conservation de Macúti, par exemple par le biais de programmes visant à autonomiser les communautés locales, devraient être étendus, en donnant la priorité aux projets d’aménagement et de développement visant à améliorer l'assainissement et les conditions de vie à Macúti. Il est recommandé au Comité d’encourager l’État partie à mobiliser des fonds à cet effet, notamment par le biais de l'assistance internationale.

L’organisation de l’ « Atelier sur la participation communautaire aux processus de gestion et de suivi sur le site du patrimoine mondial de l'île de Mozambique » est également accueillie favorablement.

Enfin, il convient de rappeler que, conformément au paragraphe 172 des Orientations, l'État partie doit informer le Comité, par l'intermédiaire du Centre du patrimoine mondial, de l'état d'avancement des projets « Fortim de São Lourenço », « Complexe et hôtel Desportivo » et « Complexe touristique de l'île de Goa ».

Décisions adoptées par le Comité en 2021
44 COM 7B.8
Île de Mozambique (Mozambique) (C 599)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/21/44.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 42 COM 7B.47, adoptée à sa 42e session (Manama, 2018),
  3. Félicite l'État partie pour la finalisation du Plan de gestion et de conservation de l'île de Mozambique (2018-2024) (PGCIM), et le prie instamment de soumettre ce document au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives et, une fois un accord conclu sur son contenu, d’approuver officiellement ce document ;
  4. Félicite également l'État partie pour la nouvelle proposition de délimitation de la zone tampon et lui demande de soumettre cette proposition au Centre du patrimoine mondial en tant que modification mineure des limites, conformément à la procédure officielle définie au paragraphe 164 des Orientations, pour examen par les Organisations consultatives puis par le Comité du patrimoine mondial ;
  5. Encourage l'État partie à poursuivre ses efforts pour renforcer l'autorité et les capacités techniques du Bureau de conservation de l'île de Mozambique (GACIM), notamment en approuvant la proposition d'amendement des statuts du GACIM, en accélérant le processus de recrutement de nouveaux fonctionnaires et en renforçant la coopération entre le GACIM et la municipalité sur les questions et activités liées à la gestion et à la conservation du bien ;
  6. Note avec satisfaction les mesures de conservation prises par l'État partie pour préserver la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, notamment la restauration d'un certain nombre de bâtiments du complexe hospitalier, et demande également à l'État partie de :
    1. Achever la restauration du bloc principal de l’hôpital,
    2. Trouver une solution durable pour éviter l'inoccupation à long terme des bâtiments publics du bien et maintenir leur usage public,
    3. Entreprendre des travaux de restauration sur les bâtiments importants tels que la Cour de l’île,
    4. Faire appliquer l'utilisation des directives de conservation pour orienter les projets de rénovation et de restauration,
    5. Soumettre l'inventaire précédemment demandé des Structures de la zone de la ville en pierre et chaux du bien, et inclure leur utilisation actuelle dans l'inventaire,
    6. Encourager les propriétaires à s'occuper de l'entretien annuel des bâtiments, afin d'éviter une détérioration croissante due au changement climatique et à l'augmentation des risques ;
  7. Félicite en outre l'État partie pour les mesures qu'il a prises afin de faire face aux menaces des marées de tempête induites par le changement climatique, en notant également les impacts spatiaux et visuels potentiels de ces structures, demande en outre à l'État partie d'élaborer une stratégie à long terme pour les infrastructures de défense contre la mer et de l'évaluer par des évaluations d'impact visuel et du patrimoine, et de soumettre celles-ci au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;
  8. Demande par ailleurs à l'État partie de finaliser le « Plan de structure urbaine pour le district de l'île de Mozambique » et de le soumettre au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives avant son adoption ;
  9. Accueille favorablement l'élaboration des « Règles spécifiques pour la conservation du patrimoine bâti de la ville de Macúti », et demande d’autre part à l'État partie de les actualiser au regard des recommandations énoncées dans l’examen technique de l’ICOMOS, de les approuver officiellement et de les mettre en œuvre ;
  10. Encourage également l'État partie à mobiliser des fonds (par le biais de l'assistance internationale par exemple) pour améliorer les conditions de vie dans la ville de Macúti en cohérence avec la VUE du bien, notamment par des projets de développement visant à améliorer les conditions sanitaires et de vie ;
  11. Accueille également favorablement l’organisation de l’« Atelier sur la participation communautaire aux processus de gestion et de suivi sur le site du patrimoine mondial de l'île de Mozambique », et encourage en outre l'État partie à poursuivre les activités favorisant la participation et l’engagement communautaires ;
  12. Rappelle que, conformément au paragraphe 172 des Orientations, l'État partie doit informer le Comité, par l'intermédiaire du Centre du patrimoine mondial, de l'état d'avancement des projets « Fortim de São Lourenço », « Complexe et hôtel Desportivo » et « Complexe touristique de l'île de Goa » et veiller à ce qu'aucuns travaux relatifs à ces propositions de projets ne se poursuivent, jusqu'à ce que des informations aient été soumises au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;
  13. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2022, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 46e
44 COM 8D
Clarifications des limites et des superficies des biens par les Etats parties

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/21/44.COM/8D,
  2. Rappelant la décision 43 COM 8D, adoptée lors de sa 43e session (Bakou, 2019),
  3. Reconnaît l’excellent travail accompli par les États parties pour la clarification des limites de leurs biens du patrimoine mondial et les félicite pour leurs efforts visant à améliorer la crédibilité de la Liste du patrimoine mondial ;
  4. Rappelle que le Centre du patrimoine mondial ainsi que les Organisations consultatives ne seront pas en mesure d’examiner des propositions de modifications mineures ou importantes des limites pour les biens du patrimoine mondial dont les limites à l’époque de l’inscription n’ont pas encore été clarifiées ;
  5. Prend note des clarifications des limites et des superficies fournies par les États parties pour les biens suivants et telles que présentées en Annexe du document WHC/21/44.COM/8D :

    AFRIQUE

    • Mozambique, Île de Mozambique
    • Nigéria, Paysage culturel de Sukur

    AMÉRIQUE LATINE ET CARAÏBES

    • Guatemala, Parc national de Tikal

    ASIE ET PACIFIQUE

    • Australie, Parc national de Purnululu
    • Iran (République islamique d'), Behistun
    • Japon, Shiretoko

    EUROPE ET AMÉRIQUE DU NORD

    • France, Canal du Midi

  6. Demande au Centre du patrimoine mondial de poursuivre l'identification et la collecte d'informations géographiques et cartographiques sur les biens du patrimoine mondial dans les propositions d'inscription lorsque les informations requises ne sont pas disponibles ou ne sont pas adéquates ;
  7. Demande en outre aux États parties n’ayant pas encore répondu aux questions soulevées dans le cadre de l’Inventaire rétrospectif et du Rapport périodique de bien vouloir fournir toutes les clarifications ainsi que la documentation le plus rapidement possible, et jusqu’au 1er décembre 2021, afin de les soumettre, si les conditions techniques sont remplies, à la 45e session du Comité du patrimoine mondial.
Projet de décision : 44 COM 7B.8

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/21/44.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 42 COM 7B.47, adoptée à sa 42e session (Manama, 2018),
  3. Félicite l'État partie pour la finalisation du Plan de gestion et de conservation de l'île de Mozambique (2018-2024) (PGCIM), et le prie instamment de soumettre ce document au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives et, une fois un accord conclu sur son contenu, d’approuver officiellement ce document ;
  4. Félicite également l'État partie pour la nouvelle proposition de délimitation de la zone tampon et lui demande de soumettre cette proposition au Centre du patrimoine mondial en tant que modification mineure des limites, conformément à la procédure officielle définie au paragraphe 164 des Orientations, pour examen par les Organisations consultatives puis par le Comité du patrimoine mondial ;
  5. Encourage l'État partie à poursuivre ses efforts pour renforcer l'autorité et les capacités techniques du Bureau de conservation de l'île de Mozambique (GACIM), notamment en approuvant la proposition d'amendement des statuts du GACIM, en accélérant le processus de recrutement de nouveaux fonctionnaires et en renforçant la coopération entre le GACIM et la municipalité sur les questions et activités liées à la gestion et à la conservation du bien ;
  6. Note avec satisfaction les mesures de conservation prises par l'État partie pour préserver la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, notamment la restauration d'un certain nombre de bâtiments du complexe hospitalier, et demande également à l'État partie de :
    1. Achever la restauration du bloc principal de l’hôpital,
    2. Trouver une solution durable pour éviter l'inoccupation à long terme des bâtiments publics du bien et maintenir leur usage public,
    3. Entreprendre des travaux de restauration sur les bâtiments importants tels que la Cour de l’île,
    4. Faire appliquer l'utilisation des directives de conservation pour orienter les projets de rénovation et de restauration,
    5. Soumettre l'inventaire précédemment demandé des Structures de la zone de la ville en pierre et chaux du bien, et inclure leur utilisation actuelle dans l'inventaire,
    6. Encourager les propriétaires à s'occuper de l'entretien annuel des bâtiments, afin d'éviter une détérioration croissante due au changement climatique et à l'augmentation des risques ;
  7. Félicite en outre l'État partie pour les mesures qu'il a prises afin de faire face aux menaces des marées de tempête induites par le changement climatique, en notant également les impacts spatiaux et visuels potentiels de ces structures, demande en outre à l'État partie d'élaborer une stratégie à long terme pour les infrastructures de défense contre la mer et de l'évaluer par des évaluations d'impact visuel et du patrimoine, et de soumettre celles-ci au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;
  8. Demande par ailleurs à l'État partie de finaliser le « Plan de structure urbaine pour le district de l'île de Mozambique » et de le soumettre au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives avant son adoption ;
  9. Accueille favorablement l'élaboration des « Règles spécifiques pour la conservation du patrimoine bâti de la ville de Macúti », et demande d’autre part à l'État partie de les actualiser au regard des recommandations énoncées dans l’examen technique de l’ICOMOS, de les approuver officiellement et de les mettre en œuvre ;
  10. Encourage également l'État partie à mobiliser des fonds (par le biais de l'assistance internationale par exemple) pour améliorer les conditions de vie dans la ville de Macúti en cohérence avec la VUE du bien, notamment par des projets de développement visant à améliorer les conditions sanitaires et de vie ;
  11. Accueille également favorablement l’organisation de l’« Atelier sur la participation communautaire aux processus de gestion et de suivi sur le site du patrimoine mondial de l'île de Mozambique », et encourage en outre l'État partie à poursuivre les activités favorisant la participation et l’engagement communautaires ;
  12. Rappelle que, conformément au paragraphe 172 des Orientations, l'État partie doit informer le Comité, par l'intermédiaire du Centre du patrimoine mondial, de l'état d'avancement des projets « Fortim de São Lourenço », « Complexe et hôtel Desportivo » et « Complexe touristique de l'île de Goa » et veiller à ce qu'aucuns travaux relatifs à ces propositions de projets ne se poursuivent, jusqu'à ce que des informations aient été soumises au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;
  13. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2022, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 46e session en 2023.
Année du rapport : 2021
Mozambique
Date d'inscription : 1991
Catégorie : Culturel
Critères : (iv)(vi)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2019) .pdf
Proposé initialement pour examen en 2020
arrow_circle_right 44COM (2021)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top