Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Monuments historiques à Makli, Thatta

Pakistan
Facteurs affectant le bien en 2011*
  • Erosion et envasement / dépôt
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Autres menaces :

    b) Stabilité des fondations (mécanique de la terre) de la tombe de Jam Nizamuddin

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Délabrement majeur du bien causé par les conditions climatiques locales et l’érosion alluviale

b) Stabilité des fondations (mécanique de la terre) de la tombe de Jam Nizamuddin

c) Absence de définition des limites du bien et de la zone tampon de la nécropole

d) Absence de suivi

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2011
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2011**

Novembre-décembre 2006 : mission conjointe Centre du patrimoine mondial / ICOMOS

Octobre 2010 : mission d’information du Centre du patrimoine mondial sur le site à la suite des inondations qui ont dévasté la région en août 2010.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2011

L’Etat partie a soumis le 31 janvier 2011 au Centre du patrimoine mondial un rapport sur l’état de conservation du bien. Plusieurs problèmes de gestion mentionnés dans la décision 33 COM 7B.80 soit sont abordés dans le rapport de l’Etat partie, soit n’ont pas été réglés et sont présentés ci-après :

a) Schéma directeur et plan de gestion

Un schéma directeur pour la préservation et la mise en valeur du bien a été élaboré et doit être approuvé par le gouvernement du Sindh ; il n’est donc pas encore mis en œuvre et la situation n’a pas évolué depuis le rapport soumis en 2009 par l’Etat partie. De ce fait, il n’y a aucun progrès s’agissant du plan de gestion qui doit être élaboré dans le cadre du schéma directeur.

b) Programme de suivi, rapport d’état et plan d’intervention d’urgence hiérarchisé

L’Etat partie n’a donné aucune information sur ces questions.

c) Identification des limites du bien et de sa zone tampon

L’Etat partie a indiqué que le travail de cartographie topographique et de documentation des monuments serait engagé une fois que le schéma directeur aurait été approuvé. L’Etat partie a déclaré que le travail de définition des limites du bien et d’établissement d’une zone tampon serait achevé avant la fin 2011.

d) Conservation de la tombe de Jam Nizamuddin

L’Etat partie a soumis une nouvelle demande d’assistance du Fonds du patrimoine mondial (28 mars 2011) au titre de la conservation et de la gestion afin d’effectuer des études du sol pour déterminer la stabilité des fondations de la tombe de Jam Nizamuddin (mécanique des ouvrages en terre) et préparer un plan d’action visant à stabiliser les monuments en péril. De plus, un rapport d’état pour tous les autres monuments et tombes sera produit afin d’établir un plan d’intervention d’urgence hiérarchisé.

Le Centre du patrimoine mondial et des experts internationaux ont effectué une mission d’information sur place à la suite des inondations qui ont dévasté la région en 2010. 

La mission a observé que pendant les inondations des déplacés internes ont occupé le bien. Tout en reconnaissant que ce n’est pas un phénomène qui peut être contrôlé et attribué directement à l’état de conservation actuel du bien, la mission a constaté qu’il y a eu des actes de pillage, de vandalisme, de destruction et de dégradation de divers éléments du bien. La mission en attribue cependant une partie à l’absence de limites clairement définies du bien, de zone tampon et de mesures de protection telles qu’une clôture appropriée. Il a été également constaté qu’aucune mesure de sécurité adaptée n’était en place pour contrôler l’accès au bien et à certains édifices importants. La mission estime en outre que des mesures de sécurité sont également nécessaires pour protéger les visiteurs, car certains édifices menacent de s’effondrer. Par ailleurs, la mission a rappelé la nécessité de prendre en compte les impacts négatifs des visiteurs, point sur lequel la mission de 2006 avait déjà attiré l’attention. Elle a en outre noté qu’aucun plan d’intervention d’urgence n’était en cours de préparation pour définir les interventions et actions appropriées.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2011

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent la sérieuse dégradation de l’état du bien et le peu d’attention accordé aux problèmes soulevés par le Comité dans ses décisions antérieures. Ils s’inquiètent également de la situation créée par les inondations et du manque de préparation aux situations d’urgence.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives estiment que l’adoption officielle du schéma directeur par le gouvernement du Sindh et l’élaboration du plan de gestion qui s’ensuivra sont critiques pour préserver la valeur universelle exceptionnelle du bien.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives considèrent que l’Etat partie devrait poursuivre ses efforts pour définir les limites du bien et établir une zone tampon, et qu’il devrait soumettre à nouveau sa demande d’assistance internationale pour la stabilisation de la tombe de Jam Nizamuddin.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives suggèrent que, sur la base des constats de la mission effectuée en octobre 2010 à la suite des inondations, une mission de suivi réactif soit effectuée sur place afin de permettre au Comité du patrimoine mondial de réexaminer l’état de conservation du bien et d’envisager, en cas de menaces avérées pour la valeur universelle exceptionnelle du bien, la possibilité d’inscrire le bien du patrimoine mondial des Monuments historiques de Makli, Thatta, Pakistan, sur la Liste du patrimoine mondial en péril. 

Décisions adoptées par le Comité en 2011
35 COM 7B.76
Monuments historiques de Makli, Thatta (Pakistan) (C 143)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B,

2. Rappelant la décision 33 COM 7B.80, adoptée à sa 33e session (Séville, 2009),

3. Exprime ses condoléances à l'État partie pour les pertes et dégâts causés par les inondations de 2010;

4. Regrette que peu de progrès aient été accomplis en ce qui concerne la mise en œuvre des décisions du Comité du patrimoine mondial et qu'aucune information n'ait été donnée sur les travaux de conservation en cours, notamment les réparations sur les pavillons, les monuments et les tombes;

5. Exprime son inquiétude à propos de la sérieuse dégradation du bien, aggravée par les inondations récentes et le manque de préparation aux interventions d'urgence, notamment l'absence de mesures de sécurité pour protéger le bien, et prie instamment l'État partie d'élaborer un plan d'intervention d'urgence définissant les mesures urgentes nécessaires pour la sécurité et la stabilisation des structures et de les mettre en œuvre ;

6. Prie également instamment l'État partie de prendre des dispositions pour adopter le schéma directeur et de développer le plan de gestion;

7. Prie en outre instamment l'État partie de prendre les mesures qui s'imposent pour stabiliser la tombe de Jam Nizamuddin;

8. Demande à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial les limites définies et des propositions pour l'établissement d'une zone tampon, pour approbation par le Comitédu patrimoine mondial ;

9. Demande également à l'État partie d'inviter sur place une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS sur le bien pour faire le point sur son état de conservation et sur les progrès accomplis en ce qui concerne les points évoqués ci-dessus et d'aider l'État partie à préparer des plans d'action d'urgence et de conservation postérieurs aux inondations;

10. Demande en outre à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2012, un rapport détaillé sur l'état de conservation du bien, notamment les progrès sur les points évoqués plus haut et les recommandations de la mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de 2006, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 36e session en 2012, en vue de considérer, en cas de confirmation du péril prouvé ou potentiel pour la valeur universelle exceptionnelle, l'inscription éventuelle du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Projet de décision : 35 COM 7B.76

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B,

2. Rappelant la décision 33 COM 7B.80, adoptée à sa 33e session (Séville, 2009),

3. Regrette que peu de progrès aient été accomplis en ce qui concerne la mise en œuvre des décisions du Comité et qu’aucune information n’ait été donnée sur les travaux de conservation en cours, notamment les réparations sur les pavillons, les monuments et les tombes ;

4. Exprime son inquiétude à propos de la sérieuse dégradation du bien, aggravée par les inondations récentes et le manque de préparation aux interventions d’urgence, notamment l’absence de mesures de sécurité pour protéger les édifices et les visiteurs, et prie instamment l’Etat partie d’élaborer un plan d’intervention d’urgence définissant les mesures nécessaires pour la sécurité et la stabilisation des structures et de mettre en œuvre ces mesures ;

5. Prie également instamment l’Etat partie de prendre des dispositions pour adopter le schéma directeur et procéder à l’élaboration du plan de gestion ;

6. Prie en outre instamment l’Etat partie de prendre les mesures qui s’imposent pour stabiliser la tombe de Jam Nizamuddin ;

7. Demande à l’Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial les limites définies et des propositions pour l’établissement d’une zone tampon, pour approbation par le Comité ;

8. Demande également à l’Etat partie d’inviter sur place une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS pour faire le point sur l’état de conservation du bien et sur les progrès accomplis en ce qui concerne les points évoqués ci-dessus ;

9. Demande en outre à l’Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2012, un rapport détaillé sur l’état de conservation du bien, notamment les progrès sur les points évoqués plus haut et les recommandations de la mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de 2006, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 36e session en 2012, en vue de considérer, en cas de confirmation de la menace avérée pour la valeur universelle exceptionnelle, l’inscription éventuelle du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Année du rapport : 2011
Pakistan
Date d'inscription : 1981
Catégorie : Culturel
Critères : (iii)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 35COM (2011)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top