Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Meidan Emam, Ispahan

Iran (République islamique d')
Facteurs affectant le bien en 2019*
  • Habitat
  • Infrastructures de transport souterrain
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Développement commercial (problème résolu) 
  • Infrastructures de transport souterrain (Trajet du métro traversant l’axe historique d’Ispahan)
  • Habitat
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2019

Montant total accordé: 5 710 euros (Convention France – UNESCO)

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2019
Demandes approuvées : 2 (de 1986-2001)
Montant total approuvé : 13 321 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2019**

Juillet 2002 : mission de suivi réactif conjointe de la Convention France-UNESCO et de l'ICOMOS ; octobre 2002 : mission conjointe du Centre du patrimoine mondial et de la Banque mondiale ; juin 2004 et mai 2005 : missions de conseil du Bureau de l’UNESCO à Téhéran ; mai 2006 : mission du Centre du patrimoine mondial ; juin et décembre 2006, avril 2007, octobre 2008 et octobre 2009 : missions de conseil du Bureau de l’UNESCO à Téhéran ; mars 2010 : mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; mai 2013 : mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2019

Le 1er décembre 2018, l'État partie a soumis un rapport sur l'état de conservation du bien, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/115/documents, qui fournit des informations sur la mise en œuvre des recommandations émises par le Comité à sa 41e session :

  • Les autorités réalisent actuellement une étude multidisciplinaire qui prend en compte divers facteurs de risque, comme la pression du développement, les risques environnementaux et naturels, la pression touristique et des recherches sur la croissance démographique. L'étude a débuté en 2016 et couvre l'éclairage, les infrastructures électriques, les équipements de surveillance, les alarmes incendie, la réorganisation de l'entrée et l'atténuation des dommages liés aux séismes. Un plan à court terme a été mis en œuvre à partir des éléments proposés dans le projet de Plan de gestion ;
  • Les autorités ont effectué des recherches et des analyses sur la place Meidan Emam (place Naqsh-e Jahan) et ses multiples entrées d’un point de vue sociologique, historique et rituel. Des réflexions sur la gestion des paysages ont été organisées en consultation avec différentes parties concernées. Une étude a été lancée pour étudier la possibilité de réorienter les voies d'accès touristiques vers Meidan Emam via l'axe historique de la ville d'Ispahan. Il est prévu que l'étude, une fois achevée, soit adoptée dans le cadre de la planification à moyen terme de l'Organisation iranienne du patrimoine culturel, de l'artisanat et du tourisme (ICHHTO) pour la région. La zone piétonne actuelle a été améliorée grâce à plusieurs mesures, afin d'offrir aux touristes et aux résidents la meilleure expérience de visite possible ;
  • Le réseau d'égouts urbains date des années 1920 et a fait l’objet de plusieurs interventions sur la place Meidan Emam (place Naqsh-e Jahan) dans les années 1970. Une réorganisation du rejet des eaux usées du Masjed Emam a été effectuée récemment conformément aux plans indiqués (à une date inconnue et sans aucune précision concernant les zones tampon) ;
  • L'État partie, conformément aux études précédentes, aux études d'experts et aux enquêtes techniques, a adopté des mesures pour réduire au minimum les dommages causés au bien, avec notamment le déplacement du réseau d'égouts de l'extrémité est de la mosquée Imam à son extrémité sud ; la réorganisation de l'ensemble du système d’évacuation des eaux usées de la mosquée ; la rénovation du système dégouts à l'entrée de la rue Hafiz ; le nettoyage du système des égouts à proximité de la place Naqsh-e Jahan.
Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2019

Les efforts de l'État partie pour répondre à la recommandation du Comité à propos de l'élaboration d'un Plan de conservation et de gestion (CMP) en intégrant une stratégie systématique de réduction des risques de catastrophe sont appréciés, bien que ce processus ne soit pas encore achevé. Des mesures d'atténuation des risques de catastrophes comme la foudre, l'installation d'alarmes, l'amélioration des accès d'urgence et la consolidation antisismique ont déjà été mises en œuvre pour améliorer les conditions de sécurité et de sûreté sur le bien. Les mesures de protection antisismique comprennent des interventions sur la structure du tissu bâti du bien, notamment le renforcement de la structure du pavillon d’Ali Qapu à l'aide de consoles en acier. La plupart de ces mesures ont cependant été mises en œuvre avant d’être soumises au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ou sans faire partie du cadre plus large du CMP approuvé. Il est donc recommandé au Comité de réitérer sa demande à l'État partie de soumettre les plans de restauration et les interventions susceptibles d'avoir des impacts sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien pour examen par les Organisations consultatives, avant leur mise en œuvre et leur achèvement.

La recherche et l'analyse de la structure spatiale du bien sur la place Meidan Emam (place Naqsh-e Jahan) et ses multiples entrées ont donné des résultats précieux et ont précisé les fonctions des différentes entrées et le tissu organique de l'espace sous l’angle à la fois historique et contemporain. Cette étude a suscité une réflexion importante sur la réorganisation éventuelle des voies de circulation réservés aux véhicules et aux piétons autour du bien, qui devrait être soumise pour examen avant d'être finalisée et mise en œuvre dans le cadre du plan à moyen terme de l'ICHHTO.

L'État partie a également fourni quelques informations sur la réorganisation du système d'égouts. Il est à noter qu'il n'existe pas d'informations précises sur la réorganisation plus large du système d'égouts dans la zone tampon. La réorganisation ultérieure du système d'évacuation des eaux usées du bien et de sa zone tampon devrait être soumise à l'examen du Centre du patrimoine mondial et toute mise en œuvre devrait être soigneusement contrôlée.

Décisions adoptées par le Comité en 2019
43 COM 7B.64
Meidan Emam, Ispahan (Iran (République islamique d')) (C 115)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/19/43.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 41 COM 7B.92, adoptée à sa 41e session (Cracovie, 2017),
  3. Demande à l'État partie de soumettre de toute urgence le Plan de conservation et de gestion complet du bien au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives avant son adoption et sa mise en œuvre ;
  4. Demande également à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial les plans détaillés et les documents techniques des interventions physiques ayant des impacts potentiels sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, qu’ils fassent ou non partie du projet de Plan de conservation et de gestion, avant la finalisation ou la mise en œuvre de celui-ci, pour examen par les Organisations consultatives, en s'assurant qu'il comprend une évaluation de la vulnérabilité du bien aux catastrophes comme les séismes ou les incendies, et une stratégie systématique pour réduire les risques de catastrophe ;
  5. Demande en outre à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, et avant la mise en œuvre de nouveaux travaux :
    1. des informations sur l'aménagement de la structure spatiale des voies de circulation motorisées et piétonnes pour les visiteurs du bien,
    2. des informations détaillées sur la réorganisation du système d'égouts envisagée à l'intérieur du bien et de sa zone tampon ;
  6. Demande par ailleurs à l'État partie de soumettre :
    1. les détails de tout projet de consolidation antisismique au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, avant sa mise en œuvre,
    2. les détails architecturaux et photographiques de la consolidation antisismique mise en œuvre sur le pavillon d’Ali Qapu et d'autres structures bâties sur le bien ;
  7. Rappelle à l'État partie l'obligation de soumettre au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, des informations détaillées, comprenant des études d'impact sur le patrimoine (EIP), pour tout grand projet touristique et/ou de développement susceptible d’avoir un impact sur la VUE du bien, conformément au paragraphe 172 des Orientations, avant de commencer les travaux ou de prendre une décision irréversible ;
  8. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2020, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 45e session en 2021.
Projet de décision : 43 COM 7B.64

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/19/43.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 41 COM 7B.92, adoptée à sa 41e session (Cracovie, 2017),
  3. Demande à l'État partie de soumettre de toute urgence le Plan de conservation et de gestion complet du bien au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives avant son adoption et sa mise en œuvre ;
  4. Demande également à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial les plans détaillés et les documents techniques des interventions physiques ayant des impacts potentiels sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, qu’ils fassent ou non partie du projet de Plan de conservation et de gestion, avant la finalisation ou la mise en œuvre de celui-ci, pour examen par les Organisations consultatives, en s'assurant qu'il comprend une évaluation de la vulnérabilité du bien aux catastrophes comme les séismes ou les incendies, et une stratégie systématique pour réduire les risques de catastrophe ;
  5. Demande en outre à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, et avant la mise en œuvre de nouveaux travaux :
    1. des informations sur l'aménagement de la structure spatiale des voies de circulation motorisées et piétonnes pour les visiteurs du bien,
    2. des informations détaillées sur la réorganisation du système d'égouts envisagée à l'intérieur du bien et de sa zone tampon ;
  6. Demande par ailleurs à l'État partie de soumettre :
    1. les détails de tout projet de consolidation antisismique au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, avant sa mise en œuvre,
    2. les détails architecturaux et photographiques de la consolidation antisismique mise en œuvre sur le pavillon d’Ali Qapu et d'autres structures bâties sur le bien ;
  7. Rappelle à l'État partie l'obligation de soumettre au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, des informations détaillées, comprenant des études d'impact sur le patrimoine (EIP), pour tout grand projet touristique et/ou de développement susceptible d’avoir un impact sur la VUE du bien, conformément au paragraphe 172 des Orientations, avant de commencer les travaux ou de prendre une décision irréversible ;
  8. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erdécembre 2020, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 45e session en 2021.
Année du rapport : 2019
Iran (République islamique d')
Date d'inscription : 1979
Catégorie : Culturel
Critères : (i)(v)(vi)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2018) .pdf
arrow_circle_right 43COM (2019)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top