Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Vieille ville de Dubrovnik

Croatie
Facteurs affectant le bien en 2018*
  • Habitat
  • Impacts des activités touristiques / de loisirs des visiteurs
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Vastes infrastructures et/ou installations touristiques / de loisirs
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Conflit armé (problème résolu) 
  • Tremblement de terre en septembre 1996 (problème résolu) 
  • Nécessité d'élargir la zone tampon
  • Vaste projet à proximité du bien
  • Tourisme de croisière
  • Capacité de charge du bien
  • Projet de centre de sports et de loisirs, avec un golf et un village de vacances (problème résolu)
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2018

Montant total du grand programme de restauration de l’après-guerre coordonné par l’UNESCO : 80 000 000 dollars EU

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2018
Demandes approuvées : 8 (de 1985-2003)
Montant total approuvé : 142 053 dollars E.U.
2003 Participation de trois experts de l'UNESCO à deux ... (Approuvé)   8 358 dollars E.U.
2003 Restoration of Dubrovnik - a documentary (Approuvé)   4 685 dollars E.U.
1994 Contribution to the establishment of a documentation ... (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
1994 Restoration of mural paintings in the Baroque Festival ... (Approuvé)   8 000 dollars E.U.
1992 Financial contribution to urgent activities for the ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1992 Financial contribution for the organization of a ... (Approuvé)   19 000 dollars E.U.
1988 Consultation on excavations at Dubrovnik Cathedral (Approuvé)   2 000 dollars E.U.
1985 Financial contribution to computer equipment for the ... (Approuvé)   20 010 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2018**

Novembre 1996 : mission d’enquête; novembre 2015 : mission conjointe de suivi réactif UNESCO/ICOMOS

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2018

Le 1er décembre 2017, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation, disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/95/documents/, qui fait état de ce qui suit :

  • Le Ministère de la culture et la Société des amis des antiquités de Dubrovnik vont préparer un plan d'action comprenant des directives détaillées sur les pratiques de préservation et de conservation, afin d'assurer la stabilité structurelle des murs de la ville et l'élimination d’interventions antérieures inappropriées ;
  • Suite à un processus participatif et à des ateliers, la conception initiale de la première phase       du plan de gestion a été achevée et adoptée par le Conseil municipal en août 2017. Une         version préliminaire du plan directeur devrait être achevée d'ici fin 2018 ;
  • L'Université de Dubrovnik a terminé la première phase de la stratégie de développement du tourisme et de la réglementation du tourisme de croisière, qui consiste en une analyse de l’état du tourisme à Dubrovnik et un examen de la compatibilité de la stratégie avec le plan de gestion. Un plan d'action sera élaboré et fourni au Centre du patrimoine mondial ;
  • Un atelier national a été organisé en septembre 2017 en collaboration avec le Bureau régional de l'UNESCO ; le Ministère de la culture et d'autres autorités en charge de la gestion des risques y ont participé. Un groupe de travail va préparer un plan d'action détaillé sur la prévention des risques, à soumettre au Centre du patrimoine mondial ;
  • Comme demandé par le Comité, la ville a suspendu le projet Bosanka 2 et les projets de quai/débarcadère du Lazeret et de Komarda, et a commandé des évaluations d'impact sur le patrimoine (EIP) ;
  • Comme demandé par le Comité, la ville de Dubrovnik a confirmé qu'elle veillerait à ce que les zones de construction du centre de sports et de loisirs et du village de vacances soient distants d’au moins cinquante mètres de la ligne de crête du mont Srđ et que la zone du projet ne soit pas visible depuis le cœur de la vieille ville. L'EIP doit encore être approuvée par le ministère de la Culture et sera soumise au Centre du patrimoine mondial, une fois finalisée ;
  • Après analyse attentive, le Ministère de la culture a décidé de remplacer la colonne d'Orlando par une réplique ; l'original sera restauré et exposé au musée. Des solutions sont à l’étude pour résoudre l'impact des systèmes de refroidissement sur les façades historiques ; quant à la restauration du réseau historique des égouts, elle doit commencer en 2018. Les projets pour le tunnel du port de Gruž et pour la zone piétonne autour du centre historique ont été momentanément suspendus afin de permettre à la nouvelle administration de la ville de prendre connaissance du dossier du projet.

Une déclaration rétrospective de valeur universelle exceptionnelle (VUE) a été transmise au Centre du patrimoine mondial le 1er février 2017.

Une révision de la proposition sur la modification mineure des limites a été transmise au Centre du patrimoine mondial en réponse à la Décision 41 COM 8B.41, qui a renvoyé la proposition à l'État partie, en demandant des clarifications concernant la gestion de la zone tampon, et comment cette question sera adressée dans le plan de gestion, afin d’apporter une protection efficace du bien.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2018

Les efforts de l'État partie pour répondre aux besoins de conservation du bien sont notés, bien que les progrès tangibles soient encore modestes. Des mesures positives ont été prises pour élaborer un plan d'action pour la conservation et la réparation d’interventions inappropriées, et l'atelier sur la prévention des risques a donné lieu à la constitution d'un groupe de travail chargé d’élaborer un plan d'action. Il est urgent d'élaborer des orientations pour la conservation, avec des règles strictes pour la conservation, la restauration et l'entretien, afin d’éviter l'instabilité structurelle des murs de la ville ; une question déjà soulevée par le Comité auprès de l'État partie et particulièrement soulignée dans le rapport de la mission de suivi réactif de 2015.

Malheureusement, l’élaboration du plan de gestion n’a que peu progressé et ne dépasse pas à ce jour le stade du cadrage, son achèvement étant prévu au plus tôt d'ici fin 2018. Compte tenu des pressions qu’exercent sur le bien l'augmentation du tourisme de croisière, les projets de développement et les besoins de conservation, le plan de gestion du bien et de sa zone tampon, la stratégie touristique et les règlements sur le tourisme de croisière sont urgents et devraient être accélérés. Aucune information n'a été fournie sur l'élaboration d'une stratégie d'interprétation, qui reste donc à faire.

La suspension du projet Bosanka 2 et des projets de quai/débarcadère du Lazaret et de Komarda est une bonne chose. Des EIP complètes devraient être effectuées conformément aux Orientations de l'ICOMOS sur les EIP pour les biens culturels du patrimoine mondial et les détails complets du projet devraient être soumis au Centre du patrimoine mondial conformément au paragraphe 172 des Orientations.

Bien que l'État partie ait fait état des précautions prises pour s'assurer que le projet de « Centre sportif et de loisirs avec terrain de golf et villages de vacances de Bosanka Nord et Bosanka Sud » n'affecte pas la VUE du bien, d'autres informations sur le projet, comme les plans modifiés du terrain de golf, la documentation pertinente et les EIP, n'ont pas été fournies au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives. Ce manque d'informations est préoccupant et l'État partie ne devrait pas commencer les activités du projet avant que celui-ci n'ait été examiné en détail.

Le remplacement de la colonne d'Orlando par une réplique et l'exposition de l'original dans un musée est considéré comme une intervention nécessaire et appropriée, ce qui a été annoncé dans le rapport de mission de 2015. La proposition de restauration du réseau historique des égouts est susceptible d'affecter des ouvrages de génie civil et des éléments archéologiques importants ; des informations complémentaires sur ce projet devraient donc être fournies au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, avant le début des travaux.

La modification mineure des limites sera examinée par le Comité du patrimoine mondial au titre du point 8 de l'ordre du jour (document WHC/18/42.COM/8B.Add).

Décisions adoptées par le Comité en 2018
42 COM 7B.20
Vieille ville de Dubrovnik (Croatie) (C 95bis)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 40 COM 7B.50, adoptée à sa 40e session (Istanbul/UNESCO, 2016),
  3. Prend note des mesures positives prises pour élaborer un plan d'action pour la conservation et la réparation des interventions inappropriées sur les murs de la ville, ainsi que la création d'un groupe de travail pour élaborer un Plan d'action pour la prévention des risques pour le bien, et encourage l'État partie à élaborer de toute urgence des orientations pour la conservation, avec des règles strictes pour la conservation, la restauration et l'entretien, afin de prévenir l'instabilité structurelle des murs de la ville ;
  4. Regrette que l'élaboration du plan de gestion n’ait que peu progressé et qu’il ne dépasse pas à ce jour le stade du cadrage, et demande à l'État partie de redoubler d'efforts pour :
    1. préparer le plan de gestion du bien et de sa zone tampon, en y faisant figurer la stratégie touristique et la réglementation sur le tourisme de croisière,
    2. veiller à ce que le plan de gestion comprenne les mesures réglementaires et de gestion nécessaires pour permettre à la zone tampon proposée de remplir efficacement son rôle de couche de protection supplémentaire pour le bien inscrit,
    3. préparer une stratégie d’interprétation ;
  5. Se félicite de la suspension du projet Bosanka 2 et des projets de quai/débarcadère du Lazeret et de Komarda, et rappelle la nécessité de réaliser des études d'impact sur le patrimoine (EIP), conformément aux orientations de l'ICOMOS sur les EIP pour les biens culturels du patrimoine mondial, et demande également à l'État partie de soumettre les détails complets du projet au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, conformément au paragraphe 172 des Orientations ;
  6. Prend note également des informations fournies sur le projet de « Centre sportif et de loisirs avec terrain de golf et villages de vacances de Bosanka Nord et Bosanka Sud » concernant la distance minimale de cinquante mètres, et rappelle sa demande d'informations complémentaires sur le projet, comme les plans modifiés du terrain de golf, la documentation pertinente et les EIP, à fournir au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives avant le début des travaux du projet ;
  7. Demande en outre à l'État partie de soumettre des informations sur le projet, notamment une EIP, réalisée conformément aux orientations de l'ICOMOS sur les EIP, concernant la proposition de restauration du réseau historique des égouts, pour examen par les Organisations consultatives, avant le début des travaux du projet ;
  8. Demande par ailleurs à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2019, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 44e session en 2020.
42 COM 8B.37
Vieille ville de Dubrovnik (Croatie)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les documents WHC/18/42.COM/8B.Add et WHC/18/42.COM/INF.8B1.Add,
  2. Approuve la zone tampon proposée de la Vieille ville de Dubrovnik, Croatie ;
  3. Recommande que l’État partie prenne en considération les points suivants :
    1. prendre en compte le fait que tout développement se produisant en dehors de la zone tampon pourrait tout de même avoir un impact sur le bien, notamment les développements sur le plateau de Srđ et Bosanka, conformément au paragraphe 112 des Orientations,
    2. finaliser, approuver et mettre en œuvre le plan de gestion du bien afin de garantir que la zone tampon puisse protéger efficacement la valeur universelle exceptionnelle du bien,
    3. introduire une loi qui limite, ou interdit, le trafic et le mouillage des bateaux, navires et yachts (à l’exception du passage des petits bateaux qui transportent les visiteurs sur l’île de Lokrum) dans la zone côtière entre la vieille ville et l’île de Lokrum, conformément à la proposition de révision des limites de la zone tampon,
    4. soumettre le plan de gestion, la stratégie touristique et les réglementations de la navigation maritime, lorsqu’ils seront disponibles, au Centre du patrimoine mondial pour examen.
Projet de décision : 42 COM 7B.20

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 40 COM 7B.50, adoptée à sa 40e session (Istanbul/UNESCO, 2016),
  3. Prend note des mesures positives prises pour élaborer un plan d'action pour la conservation et la réparation des interventions inappropriées sur les murs de la ville, ainsi que la création d'un groupe de travail pour élaborer un Plan d'action pour la prévention des risques pour le bien, et encourage l'État partie à élaborer de toute urgence des orientations pour la conservation, avec des règles strictes pour la conservation, la restauration et l'entretien, afin de prévenir l'instabilité structurelle des murs de la ville ;
  4. Regrette que l'élaboration du plan de gestion n’ait que peu progressé et qu’il ne dépasse pas à ce jour le stade du cadrage, et demande à l'État partie de redoubler d'efforts pour :
    1. préparer le plan de gestion du bien et de sa zone tampon, en y faisant figurer la stratégie touristique et la réglementation sur le tourisme de croisière,
    2. veiller à ce que le plan de gestion comprenne les mesures réglementaires et de gestion nécessaires pour permettre à la zone tampon proposée de remplir efficacement son rôle de couche de protection supplémentaire pour le bien inscrit,
    3. préparer une stratégie d’interprétation ;
  5. Se félicite de la suspension du projet Bosanka 2 et des projets de quai/débarcadère du Lazeret et de Komarda, et rappelle la nécessité de réaliser des études d'impact sur le patrimoine (EIP), conformément aux orientations de l'ICOMOS sur les EIP pour les biens culturels du patrimoine mondial, et demande également à l'État partie de soumettre les détails complets du projet au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, conformément au paragraphe 172 des Orientations ;
  6. Prend note également des informations fournies sur le projet de « Centre sportif et de loisirs avec terrain de golf et villages de vacances de Bosanka Nord et Bosanka Sud » concernant la distance minimale de cinquante mètres, et rappelle sa demande d'informations complémentaires sur le projet, comme les plans modifiés du terrain de golf, la documentation pertinente et les EIP, à fournir au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives avant le début des travaux du projet ;
  7. Demande en outre à l'État partie de soumettre des informations sur le projet, notamment une EIP, réalisée conformément aux orientations de l'ICOMOS sur les EIP, concernant la proposition de restauration du réseau historique des égouts, pour examen par les Organisations consultatives, avant le début des travaux du projet ;
  8. Demande par ailleurs à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erdécembre 2019, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 44e session en 2020.
Année du rapport : 2018
Croatie
Date d'inscription : 1979
Catégorie : Culturel
Critères : (i)(iii)(iv)
Liste en péril (dates) : 1991-1998
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2017) .pdf
arrow_circle_right 42COM (2018)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top