Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Complexe forestier de Dong Phayayen-Khao Yai

Thaïlande
Facteurs affectant le bien en 2014*
  • Impacts des activités touristiques / de loisirs des visiteurs
  • Infrastructures de transport de surface
  • Infrastructures hydrauliques
  • Modification du régime des sols
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Élevage de bétail / pacage d’animaux domestiques
  • Autres menaces :

    Fragmentation de la forêt / Nécessité de corridors écologiques

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Activités illégales (braconnage et coupes de bois illégales) ;
  • Élargissement de routes, en particulier de l’autoroute 304 ;
  • Fragmentation de la forêt, connectivité et nécessité de corridors écologiques ;
  • Empiètement ;
  • Gestion prévisionnelle ;
  • Tourisme et fréquentation touristique ;
  • Barrages et pâturage de bétail.
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2014
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2014**

Février-mars 2012 : mission conjointe UNESCO/UICN de suivi réactif ; Janvier 2014 : mission UICN de suivi réactif. 

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2014

Une mission UICN de suivi réactif a visité le bien du 13 au 17 janvier 2014 et par la suite, l’État partie a soumis un rapport sur son état de conservation le 21 février 2014 ; les deux rapports sont disponibles à https://whc.unesco.org/fr/list/590/documents. À la suite d’une lettre du Centre du patrimoine mondial à l’État partie en date du 10 avril 2014, ce dernier a fourni des informations complémentaires le 22 avril 2014, signalant des progrès concernant plusieurs problèmes soulevés par le Comité à ses précédentes sessions, à savoir :

  • Les efforts pour limiter l’impact du l’importante circulation de l’autoroute 304 par l’ajout de 4 voies de circulation et la construction associée de corridors fauniques incluent aussi des mesures de protection de l’environnement (reboisement, pierres à lécher artificielles, barrages de correction, clôtures) et un contrôle du respect des limitations de vitesse. La construction des voies de circulation supplémentaires sur l’autoroute et des corridors fauniques, ainsi que la mise en œuvre du plan de gestion de l’environnement sont programmées pour débuter en 2015. L’Évaluation d’impact sur l’environnement (EIE) concernant les tronçons de l’autoroute 304 du km 26 au km 29 et du km 42 au km 57 a été approuvée par le Comité d’experts sur l’EIE et attend l’accord du Conseil national thaïlandais de l’Environnement et du Gouvernement thaïlandais ;
  • Il a été mis en œuvre des mesures palliatives associées à la construction du barrage de Huay Samong, avec suivi environnemental pour empêcher un impact négatif sur le bien pendant les phases de construction et de fonctionnement ;
  • Un suivi de l’utilisation des terres et des empiètements est en cours à partir de données de 2003 et 2011, et devrait être achevé en 2014. Des mesures de zonage sont actuellement prises pour renforcer l’efficacité de l’administration – mais la nature de ces mesures n’est pas précisée. L’État partie maintient ses projets de soumission d’une demande de modification des limites pour contribuer à résoudre le problème des empiètements. En dehors des projets de patrouilles plus efficaces, on ne dispose pas d’informations complémentaires sur la manière de traiter les empiètements, les problèmes de régime foncier, les constructions illégales et la réhabilitation des terres dégradées ;
  • Les efforts de traitement de l’abattage illégal d’essences de valeur dans le périmètre du bien – en particulier le palissandre du Siam (Dalbergia cochinchinensis) – incluent un renforcement de la coopération entre les services administratifs compétents, la police, l’armée et les unités locales de protection de la forêt, ainsi que des accords de coopération bilatéraux avec l’État partie du Cambodge ;
  • Des programmes sont en cours de réalisation en vue de renforcer la coopération avec les communautés locales et proposer une formation éducative pour développer le soutien à la gestion du bien ;
  • Le nombre total de têtes de bétail est tombé de 673 à 253, mais il n’est cependant pas précisé de quand datent ces chiffres. Plusieurs mesures, notamment la diffusion d’informations et une démarcation claire des zones de pâturage, ont été mises au point avec les communautés locales pour éviter le pâturage illégal dans le bien par le bétail restant ;
  • Des efforts précis concernant la gestion d’ensemble du bien ont porté entre autres sur des plans d’extension du bien, l’achèvement récent de la révision du plan de gestion et des accords de partenariat entre le Parc national de Khao Yai et le Parc national des Great Smoky Mountains aux États-Unis, classé au patrimoine mondial.
Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2014

La mise en œuvre et la planification de nouvelles mesures palliatives montrent que d’importants progrès ont été faits pour traiter les impacts négatifs de l’autoroute 304 et de ses travaux d’élargissement. Toutefois, la mission UICN de suivi réactif a noté qu’il est prévu de rouvrir la route 3462 et que l’on discute actuellement d’un élargissement de l’autoroute 348 (ces deux voies de circulation traversent le bien). Ces deux projets auraient sans doute un impact négatif considérable sur la Valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien. Il est donc recommandé que le Comité demande instamment à l’État partie de n’autoriser ni la réouverture ni l’élargissement d’aucune route traversant le bien.

La poursuite de la mise en œuvre de mesures palliatives pour traiter des impacts potentiels lors de la construction du barrage de Huay Samong est également notée. Il est important d’élaborer un plan de gestion clair incluant des mesures précises d’atténuation des impacts pour la zone concernée après la phase de construction du barrage. L’État partie, dans ses informations complémentaires du 22 avril 2014, confirme les informations reçues par l’UICN selon lesquelles la planification du projet de barrage de Huay Saton dans la zone de Klang Dong du Parc national de Ta Phraya a commencé en 1984. Ce barrage, s’il était approuvé, inonderait d’importants habitats de faune sauvage à l’intérieur du bien. L’étude de faisabilité de ce projet n’a pas encore été approuvé par le Département des Parcs nationaux, de la Conservation de la Faune et des Plantes (DNP) ni par le Gouvernement et il n’y a pas encore eu d’EIE. Il est recommandé que le Comité demande à l’État partie de s’engager à ne pas autoriser d’autres constructions de barrages susceptibles d’impact sur le bien.

Les efforts actuels de l’État partie pour contrôler l’utilisation des terres et les empiètements sont également bien accueillis. La mission a cependant noté que le bien subit toujours la lourde pression des empiètements, des pratiques d’utilisation des terres voisines et des centres de villégiature. Qui plus est, la mission a constaté des tensions entre les autorités et certaines communautés locales, ce qui risque non seulement d’avoir des incidences sur l’efficacité de la gestion, mais aussi sur l’engagement des communautés et sur leur soutien à la préservation à long terme du bien. Dans l’ensemble, le peu d’efficacité des efforts actuels de gestion pour traiter les problèmes d’utilisation des terres, d’empiètements et de conflits avec les communautés reste l’un des risques les plus importants pour la VUE du bien. Il conviendrait donc de soumettre dès que possible une version anglaise du plan de gestion actualisé au Centre du patrimoine mondial pour examen par l’UICN.

L’État partie s’est fermement engagé à traiter le problème des coupes illégales de palissandre du Siam (Dalbergia cochinchinensis) et des efforts louables continuent à être faits à cet égard, avec, entre autres mesures, la création d’une Équipe opérationnelle de prévention et répression, de patrouilles multi-institutionnelles et d’un contrôle plus ferme du respect de la loi. Le palissandre du Siam a également été ajouté à l’Annexe II de la CITES en mars 2013 pour réglementer le commerce international. La mission a cependant constaté une poursuite de l’augmentation des coupes illégales par des bandes armées dans le bien, donnant parfois lieu à des violences contre le personnel du Parc. La mission a également observé que l’abattage illégal de bois a tellement augmenté au cours des 12 derniers mois que les responsables du Parc ne peuvent plus résoudre ce problème. Les coupes illégales de bois et le commerce du palissandre du Siam et autres essences précieuses constituent donc une grave menace pour la VUE du bien et restent une cause de vive préoccupation. De plus, l’État partie a également confirmé les rapports reçus par l’UICN signalant que trois gardes forestiers avaient été blessés lors de récentes fusillades et que le personnel du Parc était régulièrement menacé. L’État partie a également expliqué que des mesures avaient été prises pour faire mieux respecter la loi mais qu’il était urgent de considérer cette question comme prioritaire au plus haut niveau politique, en étroite collaboration avec d’autres États parties concernés, et de trouver les ressources appropriées pour assurer une gestion durable.

La menace sérieuse et grandissante des coupes de bois illégales et la pression permanente de l’empiètement – y compris par les centres de villégiature – représentent un péril précis et avéré pour la VUE du bien. Les critères d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril sont par conséquent remplis, conformément au paragraphe 180 des Orientations. Il est donc recommandé que le Comité inscrive le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril. 

Décisions adoptées par le Comité en 2014
38 COM 7B.71
Complexe forestier de Dong Phayayen-Khao Yai (Thaïlande) (N 590rev)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7B.Add,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7B.15, adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Note avec inquiétude que la menace d’abattage illégal et de commerce de palissandre du Siam (Dalbergia cochinchinensis) perdure malgré de louables efforts de l’État partie et des gardes du Parc pour traiter ce problème, parfois au prix de grands risques personnels, et  prie instamment l’État partie d’élaborer des plans d’action visant à enrayer l’abattage illégal et le commerce de palissandre du Siam incluant des mesures concrètes et un calendrier pour leur mise en œuvre ;
  4. Encourage l’État partie à renforcer la collaboration internationale avec d’autres États parties concernés, particulièrement le Cambodge, la Chine, la République démocratique populaire lao et le Viet Nam, pour mettre un terme au commerce illégal de palissandre du Siam (Dalbergia cochinchinensis)
  5. Note avec préoccupation que le bien continue à subir une forte pression d’empiètement, notamment par des centres de villégiature ; se félicite que des condamnations ont été prononcées dans un certain nombre de cas d’empiètements et encourage l’État partie à poursuivre son travail avec les autorités locales, les communautés et les ONG afin d’améliorer la coordination et la collaboration pour la protection du bien et de sa Valeur universelle exceptionnelle (VUE) ;
  6. Réitère sa demande à l’État partie de mettre en œuvre et de faire appliquer les limitations de vitesse et les mesures d’atténuation des impacts sur l’autoroute 304 et les autres routes qui traversent le bien, et prie instamment l’État partie de ne pas autoriser la réouverture ou l’élargissement de toute autre route traversant le bien ;
  7. Note avec appéciation les actions déjà entreprises pour atténuer les impacts du barrage de Huay Samong sur le bien pendant la phase de construction et réitère également sa demande à l’État partie de poursuivre ses efforts pour mettre en œuvre et faire appliquer les mesures d’atténuation pendant et après la construction, en coopération avec les autorités compétentes, notamment le Département de l’Irrigation du Royaume et le Département des Parcs nationaux, de la Conservation de la Faune et des Plantes, afin de faire en sorte que le barrage n’ait pas d’impact négatif sur la VUE du bien ;
  8. Note également le fait que l’État partie aurait l’intention de construire un autre barrage dans la zone de Klang Dong du bien, qui, s’il était approuvé, inonderait sans doute un secteur important du bien, et prie aussi instamment l’État partie de s’engager à ne pas autoriser d’autres constructions de barrages susceptibles d’impact sur le bien ;   
  9. Demande à l’État partie de mettre en œuvre toutes les autres recommandations de la mission UICN de suivi réactif de 2014, en particulier :
    1. Améliorer et renforcer la coopération inter-administration et internationale, y compris avec la police militaire et locale, pour traiter le problème de l’abattage illégal de palissandre du Siam, de son transport et de sa vente, notamment par des dispositions budgétaires permettant d’augmenter les activités de patrouilles communes, et en encourageant les interactions à de plus hauts niveaux ainsi qu’une prise en compte de nouvelles stratégies, notamment de moyens de réduire la demande,
    2. Traiter d’urgence les graves menaces dues aux différents types d’empiètements sur le bien qui affectent sa VUE, en appliquant les mesures précisées dans le rapport de la mission de suivi réactif ;
    3. Soumettre d’urgence au Centre du patrimoine mondial :
      1. des plans détaillés des actions à long terme destinées à faire respecter la législation pour empêcher l’empiètement après l’élargissement de l’autoroute 304,
      2. tout plan d’élargissement ou de réouverture d’autres routes coupant le bien, ainsi que la confirmation de l’état d’avancement des discussions sur l’élargissement de l’autoroute 348 et la réouverture de la route 3462,
    4. Poursuivre sur la lancée des résultats positifs déjà obtenus de réduction des activités de pâturage illégal, continuer à s’engager avec les communautés locales à transférer hors du bien tout le bétail domestique restant, et développer la coopération avec les autorités provinciales locales, notamment avec le Département de l’Agriculture, pour aider les gardiens de petits troupeaux de bétail à obtenir durablement des terres à l’extérieur du bien,
    5. Prendre des mesures urgentes, comme précisé dans le rapport de la mission de suivi réactif, pour améliorer l’efficacité de la gestion du bien ;
  10. Demande également à l’État partie de soumettre un exemplaire électronique et trois exemplaires imprimés du projet de plan de gestion révisé au Centre du patrimoine mondial, pour examen par l’UICN ;
  11. Demande par ailleurs à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015, un rapport actualisé incluant un résumé exécutif d’une page, sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, ainsi que le plan d’action demandé et sa mise en œuvre pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session, en 2015, dans le but d’évaluer l’avancement de la mise en œuvre des recommandations et afin de considérer, dans le cas de la confirmation d’un péril potentiel ou prouvé pour sa Valeur universelle exceptionnelle, l’inscription éventuelle du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.
Projet de décision : 38 COM 7B.71

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7B.Add,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7B.15, adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Note avec la plus grande inquiétude que la menace d’abattage illégal et de commerce de palissandre du Siam (Dalbergia cochinchinensis) par des groupes armés prend de plus en plus d’ampleur malgré de louables efforts de l’État partie et des gardes du Parc pour traiter ce problème, souvent au prix de grands risques personnels, et note également avec une vive préoccupation que le bien continue à subir une forte pression d’empiètement, notamment par des centres de villégiature ;
  4. Considère que les deux menaces susmentionnées représentent un péril précis et prouvé pour la Valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, conformément au paragraphe 180 des Orientations ;
  5. Décide d’inscrire le Complexe forestier de Dong Phayayen-Khao Yai (Thaïlande) sur la Liste du patrimoine mondial en péril ;
  6. Réitère sa demande à l’État partie de mettre en œuvre et de faire appliquer les limitations de vitesse et mesures d’atténuation des impacts sur l’autoroute 304 et les autres routes qui traversent le bien, et prie instamment l’État partie de ne pas autoriser la réouverture ou l’élargissement de toute autre route traversant le bien ;
  7. Note avec appéciation les actions déjà entreprises pour atténuer les impacts du barrage de Huay Samong sur le bien pendant la phase de construction et réitère également sa demande à l’État partie de poursuivre ses efforts pour mettre en œuvre et faire appliquer les mesures d’atténuation pendant et après la construction, en coopération avec les autorités compétentes, notamment le Service de l’Irrigation du Royaume et le Département des Parcs nationaux, de la Conservation de la Faune et des Plantes, afin de faire en sorte que le barrage n’ait pas d’impact négatif sur la VUE du bien ;
  8. Note également le fait que l’État partie aurait l’intention de construire un autre barrage dans la zone de Klang Dong du bien, qui, s’il était approuvé, inonderait sans doute un secteur important du bien, et prie aussi instamment l’État partie de s’engager à ne pas autoriser d’autres constructions de barrages susceptibles d’impact sur le bien ;
  9. Demande à l’État partie de mettre en œuvre toutes les autres recommandations de la mission UICN de suivi réactif de 2014, en particulier :

a)  Améliorer et renforcer la coopération interadministrations et internationale, y compris avec la police militaire et locale, pour traiter le problème de l’abattage illégal de palissandre du Siam, de son transport et de sa vente, notamment par des dispositions budgétaires permettant d’augmenter les activités de patrouilles communes, et en encourageant les interactions à de plus hauts niveaux ainsi qu’une prise en compte de nouvelles stratégies, notamment de moyens de réduire la demande,

b)  Traiter d’urgence les graves menaces dues aux différents types d’empiètements sur le bien qui affectent sa VUE, en appliquant les mesures précisées dans le rapport de la mission de suivi réactif ;

c)  Soumettre d’urgence au Centre du patrimoine mondial :

(i)  des plans détaillés des actions destinées à faire respecter la législation pour empêcher l’empiètement après l’élargissement de l’autoroute 304,

(ii)  tout plan d’élargissement ou de réouverture d’autres routes coupant le bien, ainsi que la confirmation de l’état d’avancement des discussions sur l’élargissement de l’autoroute 348 et la réouverture de la route 3462,

d)  Poursuivre sur la lancée des résultats positifs déjà obtenus de réduction des activités de pâturage illégal, continuer à s’engager avec les communautés locales à transférer tout le bétail domestique hors du bien, et développer la coopération avec les autorités provinciales locales, notamment avec le Département de l’Agriculture, pour soutenir les gardiens de petits troupeaux de bétail à obtenir durablement des terres à l’extérieur du bien,

e)  Prendre des mesures urgentes, comme précisé dans le rapport de la mission de suivi réactif, pour améliorer l’efficacité de la gestion du bien ;

10.   Demande également à l’État partie de soumettre un exemplaire électronique et trois exemplaires imprimés du projet de plan de gestion révisé au Centre du patrimoine mondial, pour éxamen par l’UICN ;

11.   Demande en outre à l’État partie, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et l’UICN, d’établir des mesures correctives, un calendrier de mise en œuvre et un projet d’état de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril ;

12.   Demande par ailleurs à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015, un rapport actualisé incluant un résumé exécutif d’une page, sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session, en 2015.

Année du rapport : 2014
Thaïlande
Date d'inscription : 2005
Catégorie : Naturel
Critères : (x)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2014) .pdf
arrow_circle_right 38COM (2014)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top