Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Complexe forestier de Dong Phayayen-Khao Yai

Thaïlande
Facteurs affectant le bien en 2008*
  • Infrastructures de transport de surface
  • Autres menaces :

    Fragmentation de la forêtNécessité de corridors écologiques.

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Routes ;

b) Fragmentation de la forêt et nécessité de corridors écologiques. 

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2008
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2008**
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2008

Le rapport de l’État partie reçu le 1er février 2008 résume les progrès de mise en œuvre des recommandations précédentes du Comité du patrimoine mondial, y compris une mise à jour de la gestion et du personnel et les résultats de l’étude de faisabilité des options pour augmenter les connexions par des corridors écologiques à travers la route 304 pour permettre les mouvements de la faune sauvage. Le Centre du patrimoine mondial a également reçu en juin 2007 un rapport détaillé sur l’état du complexe forestier de Dong Phayayen-Khao Yai fournissant une mise à jour sur les initiatives de conservation de la biodiversité dans le bien.

a) Routes

Si aucune route nouvelle n’a été construite récemment ou n’est prévue, les routes existantes ont fragmenté l’écosystème forestier et les plans d’élargissement de la route 304 de deux à quatre voies ont été notés avec inquiétude par le Comité du patrimoine mondial en 2007. L’expansion de cette route qui traverse le bien du nord au sud pourrait renforcer la fragmentation forestière et créer des perturbations accrues pour la faune sauvage en raison du bruit et la mortalité des animaux due à la route. En fait, au moment de l’inscription, le Comité a demandé à l’État partie de contrôler la vitesse de circulation sur les principales routes qui traversent le complexe, surtout avant l’établissement de corridors écologiques. Une étude de la diversité de la faune sauvage dans la zone entourant la route 304 a montré que la diversité des mammifères est moindre à proximité de la route et que la diversité des espèces augmente avec la distance par rapport à cette route. Toutefois, on trouve des traces de gros mammifères et d’autres animaux sauvages à proximité de la route ; ces constatations viennent à l’appui de la nécessité d’établir des corridors pour la faune sauvage.

L’État partie a effectué une évaluation initiale d’environnement de l’élargissement de la route. Cette étude propose des mesures d’atténuation pour douze problèmes : faune sauvage, poissons et habitat poissonnier, hydrologie, qualité de l’air, terrain/sol/végétation, récréation, socio-économie, autres utilisations des terres et ressources de patrimoine culturel. Le rapport note que comme le volume de circulation a augmenté de manière continue et qu’il est prévu que cette augmentation se poursuive, beaucoup des effets négatifs sur la faune sauvage se poursuivront même sans l’élargissement de la route. Par conséquent, l’étude de faisabilité a recommandé que l’évaluation d’impact environnemental se concentre sur la nécessité d’assurer les mouvements de la faune sauvage par des corridors, de réduire les conflits entre population humaine et faune sauvage et la mortalité des animaux due à la route.

b) Connexions et corridors pour la faune sauvage

Au moment de l’inscription, le Comité du patrimoine mondial a demandé à l’État partie d’effectuer une étude pour l’établissement de corridors pour la faune sauvage qui soient efficaces sur le plan écologique afin de relier les secteurs Est et Ouest du bien, étant donné la fragmentation de l’écosystème forestier due aux routes. Cette étude a été achevée et l’État partie s’est vu présenter quatre emplacements (à 27 km + 400, 29 km + 200, 42 km et 69-70 km) où des mesures de connexion seraient bénéfiques et quatre options pour relier le parc national de Khao Yai au parc national de Thap Lan à travers la route 304. Ces corridors pour la faune sauvage sont particulièrement importants pour l’intégrité du bien et peuvent contribuer à minimiser l’accroissement de la pression subie par la faune en raison du changement de l’utilisation des terres dans les forêts voisines à l’extérieur du bien.

L’État partie indique que le département des routes effectue l’étude de construction des corridors entre 27-29 km et que l’EIA pour le corridor situé dans la section 42-47 km de la route devait être approuvée en mars 2008. Les études existantes guident le choix des méthodes de construction les plus appropriées. Le processus d’EIA et d’étude de construction pour les corridors de faune sauvage prendra à peu près un an. Entre temps, le département des routes a accepté d’augmenter le nombre des limitations de vitesse dans les deux zones où la mortalité de la faune sauvage due au trafic est particulièrement élevée.

c) Gestion

Au moment de l’inscription, le Comité du patrimoine mondial a demandé que l’État partie mette en œuvre une planification de gestion et nomme un gestionnaire responsable de l’ensemble de la zone protégée. Un gestionnaire a été nommé et l’État partie a l’intention d’intégrer les plans de gestion des cinq éléments de zone protégée composant le bien au cours de leur mise en œuvre. Dans son rapport, l’État partie a défini dix recommandations qui comprennent la mise en œuvre, la fixation du calendrier et l’établissement d’un budget pour la mise en œuvre du plan de gestion. Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN soutiennent cette recommandation, ainsi que les autres, sur le suivi de la faune sauvage, les programmes de coopération avec les communautés locales et les organisations nationales et internationales, la formation et l’accroissement de sensibilité à la conservation.

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN notent également une étude sur les dispositions institutionnelles, juridiques et de gestion du bien publiée en collaboration entre Birdlife International, UICN WCPA et le département de l’Environnement, de l’Eau, du Patrimoine et des Arts du gouvernement australien. Cette étude apporte des directives utiles sur l’amélioration de l’efficacité de gestion du bien et une meilleure utilisation des ressources financières existantes.

d) Tourisme et niveau de visites

Le rapport d’état 2007 de l’État partie a également noté que les visites touristiques ont doublé au cours des cinq années écoulées, passant de 700 000 à 1,4 million en 2006. Des niveaux de visites aussi élevés pourraient affecter l’intégrité du bien et doivent être gérés par une planification du tourisme et des visites en fonction de la capacité d'accueil du bien.

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN souhaitent féliciter l’État partie pour avoir fourni des informations utiles et détaillées sur les valeurs et l’intégrité du bien et encouragent l’État partie à mettre en œuvre son programme de suivi de la faune sauvage et les autres recommandations proposées dès que possible.

Décisions adoptées par le Comité en 2008
32 COM 7B.17
Complexe forestier de Dong Phayayen-Khao Yai (Thaïlande) (N 590)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B,

2. Rappelant la décision 31 COM 7B.22 adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Note les efforts réalisés par l'État partie pour mettre en oeuvre les recommandations du Comité du patrimoine mondial ;

4. Engage l'État partie à gérer le grand nombre de visiteurs en intégrant la planification du taux de fréquentation et du tourisme dans la gestion générale du bien ;

5. Demande à l'État partie d'achever dès que possible l'évaluation d'impact environnemental pour l'élargissement de la route 304 et l'étude des corridors de faune sauvage, et d'affecter les ressources financières requises pour procéder d'urgence à l'étude de ces corridors ;

6. Demande également à l'État partie de poursuivre ses efforts pour mettre en oeuvre toutes les recommandations et les plans qui ont été récemment développés pour renforcer la conservation et la gestion du bien ;

7. Demande en outre à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2010, un rapport sur les progrès accomplis dans la mise en oeuvre de ces recommandations, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session en 2010.

Projet de décision : 32 COM 7B.17

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B,

2. Rappelant la décision 31 COM 7B.22 adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Note les efforts réalisés par l’État partie pour mettre en œuvre les recommandations du Comité du patrimoine mondial ;

4. Encourage l’État partie à gérer les niveaux élevés de visites en intégrant la planification des visites et du tourisme dans la gestion générale du bien ;

5. Demande à l’État partie d’achever dès que possible l’évaluation d’impact environnemental pour l’élargissement de la route 304 et pour l’étude des corridors de faune sauvage et d’affecter les ressources financières requises pour procéder en urgence à l’étude de ces corridors ;

6. Demande également à l’État partie de poursuivre ses efforts pour mettre en œuvre toutes les recommandations et les plans qui ont été récemment développés pour renforcer la conservation et la gestion du bien ;

7. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2010, un rapport sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre de ces recommandations, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session en 2010. 

Année du rapport : 2008
Thaïlande
Date d'inscription : 2005
Catégorie : Naturel
Critères : (x)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 32COM (2008)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top