Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Casbah d'Alger

Algérie
Facteurs affectant le bien en 2009*
  • Erosion et envasement / dépôt
  • Infrastructures de transport souterrain
  • Modification du régime des sols
  • Perturbations du mode de vie et des systèmes de savoir traditionnels
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Erosion naturelle ;

b) Absence d’entretien des maisons d’habitation ;

c) Perte des techniques traditionnelles de conservation ;

d) Occupation des sols anarchique ;

e) Plan de sauvegarde non opérationnel ;

f) Manque de coordination des actions.

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2009
Demandes approuvées : 5 (de 1993-2002)
Montant total approuvé : 92 600 dollars E.U.
2002 Mise en place d'un chantier-école de spécialisation aux ... (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
2000 Publication of "Croquis of the Old Algiers" (NOT ... (Approuvé)   5 000 dollars E.U.
1997 Training of 3 architects in safeguarding techniques for ... (Approuvé)   8 700 dollars E.U.
1995 Training of architects for the safeguarding plan of ... (Approuvé)   18 900 dollars E.U.
1993 Preparation of a safeguarding plan for Kasbah of Algiers (Approuvé)   10 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2009**

Septembre 2001: mission de suivi réactif ; décembre 2007 et septembre 2008 : missions du Centre du patrimoine mondial financées par l’Etat partie pour le plan de sauvegarde et la question du métro. 

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2009

A sa 32e session (Québec, 2008), le Comité du patrimoine mondial a demandé à l’Etat partie de poursuivre les mesures de réhabilitation entreprises et la mise en œuvre du Plan permanent de sauvegarde. Le rapport de l’Etat partie a été remis au Centre du patrimoine mondial le 30 janvier 2009. Il fournit des informations sur l’état d’avancement du Plan permanent de sauvegarde et de mise en valeur de la Casbah d’Alger, accompagnées d’une importante documentation. Le suivi de la mise en œuvre de ce plan est à présent assuré par un organe de coordination composé de l’ensemble des représentants des structures décentralisées de l’état ayant un rapport avec la gestion du bien ainsi que du Wali d’Alger, ou son représentant. Il est présidé par le Ministre de la Culture.

 

Le plan permanent de sauvegarde a été réparti en trois phases :

- Phase 1 : diagnostic et mesures d’urgence, notamment les étaiements, en cours d’exécution, par 17 bureaux d’étude (2007) ;

- Phase 2 : analyse historique et typologique et avant projet (2007-2008) ;

- Phase 3 : rédaction finale du plan permanent de sauvegarde.

 

Le financement de la phase 1 estimée à plus de 628 millions de dinars algériens (environ 8 millions de dollars EU) a été pris en charge par le Ministère de la Culture.

 

La conservation de ce patrimoine a fait l’objet d’un conseil interministériel, qui a pris la décision notamment de renforcer les actions de sécurité et d’ordre public, de reloger les familles dont les logements menacent ruine et de mettre en place des fonds pour les actions de protection. Ce conseil a également chargé le Ministère de la Culture d’initier un projet de décret exécutif de déclaration d’utilité publique du secteur sauvegardé de la Casbah, ainsi qu’un second décret en vue de la création d’un Commissariat national, et de comités sectoriels pour la gestion des médinas et de leurs secteurs sauvegardés. La mission de septembre 2008 a émis certaines recommandations, en particulier de faire appel à une expertise de haut niveau pour la question des structures et de leur résistance sismique et de regrouper l’ensemble des activités de formation et de coopération au sein d'une « maison du patrimoine de la Casbah ».

 

a) Le projet de métro

Les travaux d’infrastructure liés à la construction du métro d’Alger et des ouvrages annexes (e.g. stations, puits de ventilation) sont situés dans le périmètre classé de la Casbah et risquent de causer de graves dommages aux vestiges archéologiques en sous-sol. A la demande des autorités algériennes, deux missions ont été dépêchées par le Centre du patrimoine mondial et prises en charge par le Ministère de la Culture. Une analyse physique et géotechnique a été menée, consolidée par les sondages effectués en vue de la réalisation de la future station de métro de la place des Martyrs, sise dans la basse Casbah. Un diagnostic archéologique va être prochainement réalisé afin d’établir l’importance et la valeur des vestiges enfouis dont les résultats donneront les informations nécessaires à la définition d’une stratégie précise d’implantation de la station de métro et de son emprise. Ce travail devrait être suivi par l’INRAP (Institut national de recherches en archéologie préventive) avec le soutien du Centre du patrimoine mondial, dans le cadre d’un accord avec le Ministère de la Culture d’Algérie. La mission de septembre 2008 a notamment recommandé la réduction drastique des destructions envisagées lors de la construction de la station de la place des Martyrs et l’étude d’une nouvelle variante, d’emprise restreinte. Elle a également recommandé aux autorités algériennes de compléter les sondages et d’envisager les mesures de protection nécessaires. Enfin, la mission a recommandé que toutes les zones dont la destruction est prévue fassent l’objet de fouilles archéologiques préalables afin de sauvegarder les informations archéologiques.

b) Centre de documentation

Le rapport indique que la mise en place du Centre de documentation et d’information sur la Casbah d’Alger a débuté. Il est logé dans le palais « Dar Aziza », qui abrite l’Office de gestion et d’exploitation des biens culturels, et la Wilaya d’Alger a entrepris de rassembler les différents documents et archives relatifs au secteur sauvegardé.

 

 

c) Délimitation du bien

Le rapport indique que la surface du secteur sauvegardé couvre la totalité du périmètre classé sur le plan national et inscrit sur la Liste du patrimoine mondial, soit 70 ha, auxquels s’ajoutent désormais 35 ha de zone tampon. Bien que de nombreuses cartes soient inclues dans le rapport, l’Etat partie n’a pas encore transmis, comme demandé par le Comité du patrimoine mondial, «une carte topographique ou cadastrale indiquant clairement les limites et la surface du bien inscrit ».

 

Décisions adoptées par le Comité en 2009
33 COM 7B.52
Casbah d’Alger (Algérie) (C 565)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-09/33.COM/7B,

2. Rappelant la décision 31 COM 7B.59, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Prend note des informations données par l'État partie sur les actions menées dans la perspective de la conservation de la Casbah d'Alger, et sur la réalisation des travaux d'urgence, comme première phase de la mise en oeuvre du plan permanent de sauvegarde ;

4. Prend également note des actions concertées entreprises afin que les travaux du métro d'Alger n'affectent pas la valeur universelle exceptionnelle du bien ;

5. Félicite l'État partie pour l'ensemble des mesures prises et l'encourage à poursuivre ses efforts afin de conserver et de réhabiliter le bien ;

6. Demande à l'État partie de tenir régulièrement informé le Centre du patrimoine mondial de l'avancement du projet du métro ;

7. Demande également à l'État partie de soumettre, d'ici le 1er février 2010, une carte cadastrale à la plus grande échelle disponible, montrant la délimitation du bien;

8. Demande en outre à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2011, un rapport détaillé sur l'état de conservation du bien, sur la mise en oeuvre du plan de sauvegarde et des actions de réhabilitation, pour examen par le Comité à sa 35e session en 2011.

Projet de décision: 33 COM 7B.52

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-09/33.COM/7B,

2. Rappelant la décision 31 COM 7B.59, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Prend note des informations données par l’Etat partie sur les actions menées dans la perspective de la conservation de la Casbah d’Alger, et sur la réalisation des travaux d’urgence, comme première phase de la mise en œuvre du plan permanent de sauvegarde ;

4. Prend également note des actions concertées entreprises afin que les travaux du métro d’Alger n’affectent pas la valeur universelle exceptionnelle du bien ;

5. Félicite l’Etat partie pour l’ensemble des mesures prises et l’encourage à poursuivre ses efforts afin de conserver et de réhabiliter le bien ;

6. Demande à l’Etat partie de tenir régulièrement informé le Centre du patrimoine mondial de l’avancement du projet du métro ;

7. Demande également à l’Etat partie de soumettre, d’ici le 1er février 2010, une carte cadastrale à la plus grande échelle disponible, montrant la délimitation du bien;

8. Demande en outre à l’Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2011, un rapport détaillé sur l’état de conservation du bien, sur la mise en œuvre du plan de sauvegarde et des actions de réhabilitation, pour examen par le Comité à sa 35e session en 2011.

 

Année du rapport : 2009
Algérie
Date d'inscription : 1992
Catégorie : Culturel
Critères : (ii)(v)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 33COM (2009)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top