Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national de Mana Pools, aires de safari Sapi et Chewore

Zimbabwe
Facteurs affectant le bien en 2021*
  • Activités illégales
  • Exploitation minière
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Vastes infrastructures et/ou installations touristiques / de loisirs
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Braconnage
  • Programme d'exploration pétrolière (problème résolu) 
  • Projet d'exploitation minière
  • Développement touristique
  • Système de gestion/plan de gestion
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2021
Demandes approuvées : 3 (de 1990-2020)
Montant total approuvé : 81 854 dollars E.U.
2020 Finalisation of the Mana Pools National Park, Sapi and ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
2001 Capacity Building for Mosi-oa-Tunya/Victoria Falls and ... (Approuvé)   31 854 dollars E.U.
1990 Contribution for the organization meeting for preparing ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2021**

Janvier 2011: Mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/UICN

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2021

Le 30 mars 2021, l’État Partie a soumis un rapport sur l’état de conservation, disponible à  http://whc.unesco.org/fr/list/302/documents/, qui rend compte de ce qui suit :

  • Les mesures de lutte contre le braconnage se poursuivent dans le cadre d'opérations conjointes, de réunions et de partage de renseignements avec la Zambie, ainsi que grâce à des patrouilles bimensuelles à la frontière fluviale. La mise en œuvre de la stratégie antibraconnage se poursuit. Les opérations de l'unité de réaction de la vallée du Zambèze et de l’équipe spéciale pour les rhinocéros sont dotées de ressources suffisantes ;
  • L'utilisation d’un outil de surveillance spatiale et de rapports (SMART) est étendue à l'ensemble de la vallée du Zambèze ;
  • Des efforts sont actuellement déployés pour établir des groupes de gardes juniors et communautaires ainsi que des clubs communautaires de la faune afin de renforcer la conservation de la faune par la communauté elle-même, en s'appuyant sur des projets existants de participation communautaire ;
  • La finalisation du plan de gestion général (General Management Plan – GMP) a été retardée en raison de la pandémie de COVID-19, mais il est en cours de révision grâce au soutien financier du Fonds pour l'environnement mondial (FEM) et du Fonds du patrimoine mondial. Le plan final sera soumis au Centre du patrimoine mondial une fois terminé ;
  • La mise en œuvre du plan de gestion des éléphants est en cours. Les données recueillies grâce à des colliers émetteurs posés sur des éléphants afin suivre par satellite leurs déplacements ont montré qu'ils ne passaient pas en Zambie, les raisons sont en cours d'investigation. Plusieurs autres études sont également menées, notamment la cartographie de la végétation ;
  • La chasse sportive dans l’aire de safari Sapi et dans la partie nord de l’aire de safari Chewore est toujours suspendue ;
  • La finalisation du protocole d’accord (Memorandum of Understanding - MoU) pour l’établissement de la zone de conservation transfrontalière des parcs nationaux du Bas-Zambèze et de Mana Pools a été retardée en raison de la pandémie de COVID-19, mais elle avance ;
  • La coopération entre les États parties du Zimbabwe et de la Zambie a été renforcée par l’organisation, en 2020, de la première réunion consacrée à la collaboration en matière de recherche, destinée à identifier de futures opportunités de collaboration dans ce domaine ;
  • Une carte des concessions touristiques dans le parc national de Mana Pools et une carte indiquant les infrastructures touristiques sur le territoire du bien ont été soumises.
Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2021

La poursuite des actions positives de l'État partie dans la lutte contre le braconnage sur le territoire du bien est accueillie avec satisfaction, en particulier grâce à la collaboration continue avec la Zambie, l'État partie voisin du bien, aux initiatives de participation communautaire et à l'expansion de l'utilisation du SMART. Les détails des résultats des enquêtes sur les habitats, les données sur le braconnage et d'autres indicateurs de conservation disponibles n'ont cependant pas été communiqués. Il conviendrait donc de demander à l'État partie de soumettre ces informations.

L’examen plus approfondi des résultats de l'étude réalisée grâce aux colliers posés sur des éléphants est apprécié. Les résultats de l'étude seront importants pour la gestion future de l'espèce et du bien, et il est donc recommandé que le Centre du patrimoine mondial soit tenu informé des résultats.

Il est recommandé que les activités qui ont été retardées en raison de la pandémie de COVID-19 soient achevées dès que la situation le permettra, y compris la finalisation du GMP et la signature du MoU pour la création de la zone de conservation transfrontalière. La poursuite de la suspension de la chasse sportive dans certaines parties du bien est notée, mais la suspension dans la zone tampon n’est pas évoquée alors qu’elle avait été précédemment signalée par l’État Partie. Dans ce contexte, rappelant que le Comité avait demandé à l'État partie de clarifier le statut et l'étendue de la zone tampon, il est recommandé de rappeler à l'État partie de communiquer ces détails.

D'après la carte soumise des concessions touristiques dans le parc national de Mana Pools, plusieurs semblent être situées autour du fleuve Zambèze. Rappelant la confirmation précédente selon laquelle  chaque proposition sera soumise à une étude d'impact environnemental (EIE), il est recommandé que l'État partie veille à ce que celle-ci soit réalisée conformément à la Note consultative de l'UICN sur le patrimoine mondial : l’évaluation environnementale, comprenne une évaluation spécifique des impacts au regard de la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien et soit soumise au Centre du patrimoine mondial pour examen par l'UICN avant l'approbation des projets.

Il est noté qu’aucune information actualisée n’est communiquée sur les activités de suivi et d’atténuation au lodge du camp de Vine. Alors que les activités touristiques vont reprendre après la pandémie de COVID-19, il importe de veiller à ce que les mesures de suivi et d’atténuation au lodge du camp de Vine se poursuivent et fassent l’objet d’un rapport soumis au Centre du patrimoine mondial.

Aucune information actualisée n’a été communiquée par l'État partie de la Zambie concernant le projet de mine à ciel ouvert de Kangaluwi et Chisawa dans le parc national du Bas-Zambèze. Notant que les médias rapportent que la Cour d'appel de la Zambie a rejeté un appel visant à arrêter le projet de mine à ciel ouvert de grande envergure dans le parc national du Bas-Zambèze, il est recommandé que le Comité réitère une fois de plus ses préoccupations quant à l'impact potentiel que ce projet pourrait avoir sur la VUE du bien et demande à l'État partie de la Zambie de communiquer des informations actualisées sur le projet de mine et de ne pas s’engager plus avant dans ce projet, conformément à la décision 38 COM 7B.97.

Décisions adoptées par le Comité en 2021
44 COM 7B.178
Parc national de Mana Pools, aires de safari Sapi et Chewore (Zimbabwe) (N 302)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/21/44.COM/7B.Add,
  2. Rappelant la décision 42 COM 7B.97, adoptée à sa 42e session (Manama, 2018),
  3. Accueille avec satisfaction la poursuite des actions menées par l'État partie afin de renforcer ses mesures de lutte contre braconnage, notamment grâce à des ressources suffisantes pour la mobilisation de ses unités opérationnelles, la collaboration en cours avec l'État partie de la Zambie, des initiatives d'implication de la communauté, et l'expansion de l'utilisation de l'outil de surveillance spatiale et de rapports (SMART) ;
  4. Prend note que les données recueillies grâce à des colliers émetteurs posés sur des éléphants afin suivre par satellite leurs déplacements ont montré qu'ils ne passaient pas en Zambie et que ces résultats font l'objet d'un examen plus approfondi, et demande à l'État partie de s'assurer que les résultats éclairent les décisions relatives à la gestion future des éléphants et du bien, et de tenir le Centre du patrimoine mondial informé de ses progrès ;
  5. Réitère sa demande auprès de l’État Partie afin qu’il :
    1. Rende compte des résultats des enquêtes sur les habitats et communique les données sur le braconnage et les autres indicateurs de conservation disponibles,
    2. Achève le plan de gestion général et le soumette, quand il sera disponible, au Centre du patrimoine mondial pour examen par l’UICN,
    3. Tienne le Centre du patrimoine mondial informé des progrès réalisés dans la finalisation du protocole d’accord pour l’établissement de la zone de conservation transfrontalière des parcs nationaux du Bas-Zambèze et de Mana Pools, et sollicite les conseils techniques du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN, si nécessaire ;
  6. Rappelant également que l'État partie avait précédemment fait part de sa décision de suspendre la chasse sportive commerciale non seulement dans l’aire de safari Sapi et dans la partie nord de l’aire de safari Chewore, mais aussi dans la zone tampon afin d’encourager le rétablissement des espèces sauvages, réitère également sa demande auprès de l'État partie afin qu’il précise l'étendue de la zone désignée comme zone tampon, qui n'a pas encore été officiellement adoptée par le Comité ;
  7. Prend également note de l’emplacement des concessions touristiques et demande également à l’État Partie de veiller à ce que toutes les propositions fassent l’objet d’une évaluation d’impact environnemental (EIE), réalisée conformément à la Note consultative de l'UICN sur le patrimoine mondial : l’évaluation environnementale et assortie d’une évaluation spécifique des impacts sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, et que l’EIE soit soumise au Centre du patrimoine mondial pour examen par l’UICN avant toute approbation des projets ;
  8. Réitère sa préoccupation quant au grave impact que le projet de mine à ciel ouvert de Kangaluwi et Chisawa, dans le parc national du Bas-Zambèze, pourrait avoir sur la VUE du bien et prie à nouveau instamment l’État Partie de la Zambie de communiquer des informations actualisées au Centre du patrimoine mondial sur le statut du projet minier et de ne pas s’engager plus avant dans ce projet, conformément à sa décision 38 COM 7B.97;
  9. Réitère en outre sa demande auprès de l'État partie afin qu’il continue de respecter son engagement à assurer un suivi régulier de l'efficacité des plans environnementaux et de suivi du lodge du camp de Vine et à rendre compte au Centre du patrimoine mondial des activités de suivi et d'atténuation ;
  10. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erdécembre 2022, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 46e session.
Projet de décision : 44 COM 7B.178

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/21/44.COM/7B.Add,
  2. Rappelant la décision 42 COM 7B.97, adoptée à sa 42e session (Manama, 2018),
  3. Accueille avec satisfaction la poursuite des actions menées par l'État partie afin de renforcer ses mesures de lutte contre braconnage, notamment grâce à des ressources suffisantes pour la mobilisation de ses unités opérationnelles, la collaboration en cours avec l'État partie de la Zambie, des initiatives d'implication de la communauté, et l'expansion de l'utilisation de l'outil de surveillance spatiale et de rapports (SMART) ;
  4. Prend note que les données recueillies grâce à des colliers émetteurs posés sur des éléphants afin suivre par satellite leurs déplacements ont montré qu'ils ne passaient pas en Zambie et que ces résultats font l'objet d'un examen plus approfondi, et demande à l'État partie de s'assurer que les résultats éclairent les décisions relatives à la gestion future des éléphants et du bien, et de tenir le Centre du patrimoine mondial informé de ses progrès ;
  5. Réitère sa demande auprès de l’État Partie afin qu’il :
    1. Rende compte des résultats des enquêtes sur les habitats et communique les données sur le braconnage et les autres indicateurs de conservation disponibles,
    2. Achève le plan de gestion général et le soumette, quand il sera disponible, au Centre du patrimoine mondial pour examen par l’UICN,
    3. Tienne le Centre du patrimoine mondial informé des progrès réalisés dans la finalisation du protocole d’accord pour l’établissement de la zone de conservation transfrontalière des parcs nationaux du Bas-Zambèze et de Mana Pools, et sollicite les conseils techniques du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN, si nécessaire ;
  6. Rappelant également que l'État partie avait précédemment fait part de sa décision de suspendre la chasse sportive commerciale non seulement dans l’aire de safari Sapi et dans la partie nord de l’aire de safari Chewore, mais aussi dans la zone tampon afin d’encourager le rétablissement des espèces sauvages, réitère également sa demande auprès de l'État partie afin qu’il précise l'étendue de la zone désignée comme zone tampon, qui n'a pas encore été officiellement adoptée par le Comité ;
  7. Prend également note de l’emplacement des concessions touristiques et demande également à l’État Partie de veiller à ce que toutes les propositions fassent l’objet d’une évaluation d’impact environnemental (EIE), réalisée conformément à la Note consultative de l'UICN sur le patrimoine mondial : l’évaluation environnementale et assortie d’une évaluation spécifique des impacts sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, et que l’EIE soit soumise au Centre du patrimoine mondial pour examen par l’UICN avant toute approbation des projets ;
  8. Réitère sa préoccupation quant au grave impact que le projet de mine à ciel ouvert de Kangaluwi et Chisawa, dans le parc national du Bas-Zambèze, pourrait avoir sur la VUE du bien et prie à nouveau instamment l’État Partie de la Zambie de communiquer des informations actualisées au Centre du patrimoine mondial sur le statut du projet minier et de ne pas s’engager plus avant dans ce projet, conformément à sa décision 38 COM 7B.97;
  9. Réitère en outre sa demande auprès de l'État partie afin qu’il continue de respecter son engagement à assurer un suivi régulier de l'efficacité des plans environnementaux et de suivi du lodge du camp de Vine et à rendre compte au Centre du patrimoine mondial des activités de suivi et d'atténuation ;
  10. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erdécembre 2022, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 46e session en 2023.
Année du rapport : 2021
Zimbabwe
Date d'inscription : 1984
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(ix)(x)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2021) .pdf
arrow_circle_right 44COM (2021)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top