Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national de Mana Pools, aires de safari Sapi et Chewore

Zimbabwe
Facteurs affectant le bien en 2011*
  • Exploitation minière
  • Vastes infrastructures et/ou installations touristiques / de loisirs
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Braconnage (problème résolu)
  • Programme d'exploration pétrolière (problème résolu) 
  • Projet d'exploitation minière
  • Développement touristique
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2011
Demandes approuvées : 2 (de 1990-2001)
Montant total approuvé : 51 854 dollars E.U.
2001 Capacity Building for Mosi-oa-Tunya/Victoria Falls and ... (Approuvé)   31 854 dollars E.U.
1990 Contribution for the organization meeting for preparing ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2011

Le 31 janvier 2011, un rapport sur l’état de conservation du bien a été soumis par l’État partie du Zimbabwe. Bien qu’un rapport conjoint ait également été demandé, l’État partie voisin de Zambie n’a aucunement contribué au rapport. Du 9 au 15 janvier 2011, une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/UICN a visité le bien, comme demandé par le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session (Brasilia, 2010). La mission a examiné l’impact potentiel des développements miniers et touristiques signalés et considéré brièvement les autres problèmes de conservation au sein et dans les environs du bien. Le rapport de mission peut être consulté en ligne à l’adresse suivante : https://whc.unesco.org/fr/sessions/35COM.

a) Exploitation minière

La mission a confirmé que des permis de recherche ont été concédés dans le passé pour la prospection de minéraux dans le parc national du Bas-Zambèze (LZNP) et l’aire de gestion de la faune de Chiawa (CGMA) en Zambie pour le cuivre, l’uranium et l’or. Bien que ces zones ne fassent pas partie du bien, le Comité s’est dit préoccupé par le fait que de telles activités minières étaient susceptibles d’affecter la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien du patrimoine mondial situé au Zimbabwe, de l’autre côté du Zambèze. L’État partie du Zimbabwe rapporte que l’État partie de Zambie a décidé de ne pas approuver ces projets miniers. Si, pour l’instant, il n’a aucune extraction ni prospection minières actives dans ces zones susceptibles d’affecter le bien, la mission note que des permis ont été délivrés pour des installations d’exploitation de l’uranium dans des zones situées entre 100 et 200 km en amont des Mana Pools, par Dennison Mines près de Siavonga (en amont de Chirundu dans la vallée du Zambèze en bordure du lac Kariba) et par l’African Energy Corporation dans les régions de Gwembe (plus à l’ouest) et Siavonga ainsi que près de Chirundu (Gwabe et Njame).

La mission considère que les réglementations afférentes à l’exploitation minière dans les zones de protection (CGMA et LZNP) gérées par l’autorité zambienne chargée de la faune sauvage (ZAWA) devraient être respectées et leur respect suivi par la ZAWA, de même que des réglementations et exigences spéciales devraient être arrêtées pour s’assurer que déblais et eau de drainage des activités des mines ne puissent, en aucun cas, entrer dans les réseaux d’évacuation qui s’écoulent dans le Zambèze et n’affectent l’ensemble du réseau fluvial. Les eaux du Zambèze devraient être surveillées aux endroits stratégiques pour s’assurer que la présence de polluants liés aux activités d’extraction minière est détectée et les opérateur miniers tenus d’y remédier et d’en supprimer les sources.

Par ailleurs, la mission recommande qu’il soit demandé aux mines situées en dehors des zones gérées par la ZAWA mais dans le bassin-versant du Bas-Zambèze d’être ultra-sensibles aux questions liées à l’eau, aux écoulements et rejets d’eau souterrains, et que des mesures de précaution soient prises pour garantir l’absence de pollution minière des eaux du Bas-Zambèze. Un contrôle régulier devrait être mis en place pour les polluants générés par les activités minières dans le Zambèze en amont du bien. La mission recommande que la portée de la prospection et de l’exploitation minières dans le bassin-versant du Bas-Zambèze par rapport au site du patrimoine mondial au Zimbabwe fasse l’objet d’une analyse en termes de drainage, débit et éventualités de pollution.

La mission rappelle également la position claire du Comité du patrimoine mondial sur la prospection et l’extraction de minéraux au sein des sites du patrimoine mondial, qu’il juge incompatibles avec le statut de patrimoine mondial, et demande que toute activité minière réalisée dans des zones adjacentes au bien garantisse que la VUE du bien n’est pas affectée. Cette position a été approuvée par le Conseil international des mines et métaux(ICMM).

b) Développement touristique

L’État partie du Zimbabwe rapporte qu’il n’y a actuellement aucune pression de la part de développements touristiques au sein du bien. Toutefois, Protea Hotels a le projet de construire un grand complexe touristique dans l’est (zone la moins développée) de la CGMA en Zambie, près de la rive du fleuve directement en face du bien. Le projet initial, qui prévoyait un ensemble d’édifices pouvant accueillir 144 lits, a fait l’objet de nombreuses objections de la part d’un regroupement d’opérateurs de tourisme zimbabwéens, de la Zambezi Society et d’un tour-operator zambien. La mission note que la déclaration d’impact sur l’environnement (DIE) n’a pas évalué les impacts potentiels du projet sur la VUE du bien. La mission a également été informée que ce projet initial n’avait pas été autorisé mais qu’une série d’exigences révisées avait été transmise aux promoteurs de Protea Hotels pour un complexe plus modeste et moins visible depuis le fleuve. La mission note toutefois que, depuis la remise de ces conditions, le groupe Protea Hotel envisage peut-être de reconsidérer le projet et de ne pas le poursuivre.

La mission recommande que les contrôles du nombre de touristes et de l’utilisation des installations soient strictement maintenus et suivis pour réduire la circulation et les perturbations dans la CGMA et les impacts sur la population locale, la biodiversité et le site du patrimoine mondial de l’autre côté du Zambèze – conformément aux réglementations de la ZAWA, du Conseil environnemental de Zambie (ECZ) et autres.Un tourisme de faible densité mais de grande qualité ayant un impact minimal sur la biodiversité devrait continuer d’être le principe suivi pour toutes les zones de protection de la vallée du Zambèze dans l’est de la Zambie et du Zimbabwe (parcs nationaux, bien du patrimoine mondial, aires de gestion de la faune et de la vie sauvage), étant donné la nature unique et l’importance de ce réseau fluvial en Afrique tropicale.

c) Gestion et coopération transfrontalière

L’État partie rapporte que le projet de plan de gestion pour le PN de Mana Pools ne couvre pas l’intégralité du bien du patrimoine mondial (il exclut actuellement les aires de Chewore et Sapi), et n’a pas encore été finalisé en raison de décisions en suspens sur des projets d’infrastructures touristiques. La mission recommande que le projet de plan de gestion soit finalisé et étendu à l’ensemble du bien en consultation avec toutes les parties prenantes concernées et soumis au Centre du patrimoine mondial pour examen. Le rapport de l’État partie note que l’absence de ressources financières et d’équipement de terrain (véhicules, matériel pour les patrouilles de terrain) entrave sérieusement les activités de gestion telles que suivi, travail de conservation, protection contre les incendies et entretien de l’infrastructure routière. Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN souhaitent attirer l’attention du Comité sur le manque de ressources adéquates pour gérer le bien, ce qui, faute de solution, pourrait affecter la VUE du bien.

L’État partie rapporte également que des projets sont en cours pour faire du bien et du PN du Bas-Zambèze en Zambie une zone de conservation transfrontalière, ce qui devrait consolider la gestion transfrontalière de l’ensemble de la zone et harmoniser les réglementations en matière de pêche, tourisme, trafic fluvial, chasse et gestion de la vie sauvage. La mission a été informée qu’un projet de protocole d’accord a été élaboré mais que l’approbation des plans de gestion respectifs des PN de Mana Pools et PN du Bas-Zambèze est nécessaire pour faire avancer cette initiative. La mission recommande que les efforts soient intensifiés pour élaborer un plan de gestion commun pour la vallée du Bas-Zambèze, informé par un processus d’étude environnementale stratégique, évaluant les paramètres environnementaux et socio-économiques, y compris les impacts potentiels de la prospection et de l’extraction de minéraux dans le bassin-versant du Bas-Zambèze sur le bien. La mission recommande également que les autorités zambiennes envisagent de proposer l’inscription du parc national du Bas-Zambèze adjacent afin d’éventuellement constituer une inscription conjointe (transfrontalière) sur la Liste du patrimoine mondial, conformément à la recommandation du Comité du patrimoine mondial lors de l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial.

d) Statut des populations d’animaux sauvages

La mission note que, sur la base des rapports de suivi disponibles émanant de l’autorité de gestion de la vie sauvage et des parcs du Zimbabwe (ZPWMA) et du World Wide Fund for Nature (WWF), il semble qu’un suivi régulier de la faune ait été entrepris jusqu’en 2005 mais n’ait pas été poursuivi ; même si des études spécifiques sur les crocodiles du Nil (2007) et les lions (2009) ont été rapportées. La mission note qu’en raison de ce suivi moindre signalé, il se peut que les chiffres sur le braconnage soient moins élevés.

Les États parties notent que s’il n’y a pas de pratiques graves de braconnage au sein du bien, les rhinocéros noirs (Diceros bicornis) ont autrefois souffert de ces pratiques. Avec le transfert des dix derniers rhinocéros dans une zone de protection intensive en 1994, l’espèce a disparu du bien. La mission note que le rapport de 2009 de l’UICN sur le statut des rhinocéros d’Afrique et d’Asie indique que si les nombres de rhinocéros noirs et blancs sont restés stables entre 2000 et 2007, un déclin prononcé a été observé depuis 2007 à cause de pratiques de braconnage, avec 235 rhinocéros illégalement tués entre 2006 et 2009. La mission note que les populations d’éléphants et de buffles sont estimées, d’après le relevé aérien de 2003 de l’African Wildlife Foundation (AWF) sur les grands herbivores dans la région centrale du Zambèze, à respectivement 10 586 et 10 654 individus, des chiffres similaires à ceux fournis dans le cadre de l’inscription en 1983 ainsi que dans les rapports obtenus de la ZPWMA en 1995. Une étude sur les crocodiles du Nil en 2007 a estimé la présence de 627 adultes entre Ruchomechi et Kanyemba. Des études sur les hippopotames indiquent que leur population a progressé entre 1,5 et 4,5% depuis 1968, et que près de 3 000 individus vivraient sur les bords des Mana Pools. Toutefois, toutes ces données sont antérieures à la crise socio-économique que connaît le Zimbabwe depuis 2007, de sorte qu’il n’a pas été possible pour la mission de déterminer si celle-ci a eu un impact sur les populations.

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN notent qu’au moment de son inscription en 1984, le bien (en particulier l’aire de safari de Chewore) abritait une des plus importantes populations, en chiffre, de rhinocéros noirs en Afrique. Ils recommandent une étude de faisabilité pour une éventuelle réintroduction du rhinocéros noir. De plus, ils notent l’importance d’effectuer une nouvelle étude sur les espèces sauvages clés pour s’assurer que les populations n’ont pas été affectées depuis la crise économique de 2007 et qu’un suivi régulier de la faune a été rétabli.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2011

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN sont d’avis que la VUE du bien est actuellement préservée. Ils notent que la VUE du bien dépend également de l’absence, dans les eaux du Zambèze dans sa partie orientale en Zambie et au Zimbabwe, d’impacts d’activités minières. Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN notent l’importance des recommandations de la mission UNESCO/UICN, notamment que l’État partie du Zimbabwe, en coopération avec l’État partie de Zambie, garantisse que tout projet de prospection et d’extraction minières dans le bassin-versant du Bas-Zambèze fait l’objet d’une étude environnementale selon les normes les plus élevées. Cette dernière doit aussi comprendre une étude des impacts potentiels sur la VUE du bien, et entreprenne une analyse stratégique des impacts potentiels sur le bien des activités de prospection et d’extraction de minéraux dans le bassin-versant du Bas-Zambèze, en termes de drainage, débit et éventualités de pollution.

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN notent enfin qu’un grand complexe de tourisme et d’affaires pourrait compromettre les aspects naturels du bien, qui constituent une partie de sa VUE, et accueillent avec satisfaction la décision de l’État partie de Zambie de ne pas l’avoir autorisé. Ils considèrent que tout développement, même plus petit et éloigné de la rive du fleuve, doit faire l’objet d’une EIE qui doit inclure une étude des impacts potentiels du complexe sur la VUE du bien, conformément à l’Article 6 de la Convention

Décisions adoptées par le Comité en 2011
35 COM 7B.8
Parc national de Mana Pools, aires de safari Sapi et Chewore (Zimbabwe) (N 302)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B.Add,

2. Rappelant la décision 34 COM 7B.7, adoptée à sa 34e session (Brasilia, 2010),

3. Accueille avec satisfaction la décision de l'État partie de Zambie de ne pas approuver les projets d'activités minières dans l'aire de gestion de la faune de Chiawa et le parc national du Bas-Zambèze ni le projet original d'un complexe de tourisme et d'affaires dans l'aire de gestion de la faune de Chiawa sur la rive opposée au bien, susceptibles d'avoir un impact sur la valeur universelle exceptionnelle du bien ;

4. Note que la prospection minière se poursuit dans d'autres parties du bassin-versant du Bas-Zambèze, et considère que la prospection et l'extraction de minéraux dans le bassin-versant pourraient affecter de manière préjudiciable le bien si elles ne sont pas strictement réglementées ;

5. Encourage l'État partie de Zambie à envisager de proposer l'inscription du parc national du Bas-Zambèze adjacent afin d'éventuellement constituer une inscription conjointe transfrontalière sur la Liste du patrimoine mondial, conformément à la recommandation du Comité du patrimoine mondial lors de l'inscription ;

6. Demande à l'État partie de Zambie de :

a) veiller à ce que tout nouveau projet de complexe de tourisme et d'affaires dans l'aire de gestion de la faune de Chiawa sur la rive opposée au bien fasse l'objet d'une nouvelle étude d'impact sur l'environnement, devant inclure une étude d'impact sur la valeur universelle exceptionnelle du bien, conformément à l'Article 6 de la Convention,

b) soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2013, un rapport sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre des recommandations de la mission concernant les projets de prospection et d'extraction de minéraux et les projets touristiques, et sur le statut des activités minières et développements touristiques qui pourraient affecter le bien ;

7. Demande également à l'État partie du Zimbabwe de:

a) réaliser une nouvelle étude sur les espèces sauvages clés pour confirmer que les populations n'ont pas été affectées depuis la crise économique de 2007, de rétablir un suivi régulier de la faune et de réaliser une étude de faisabilité pour un éventuel programme de réintroduction du rhinocéros noir, qui a disparu du bien à cause de pratiques de braconnage dans les années 1980,

b) soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2013, un rapport sur l'état de conservation du bien, y compris les progrès accomplis dans la mise en œuvre des recommandations de la mission ;

8. Demande enfin aux États parties de Zambie et Zimbabwe :

a) d'informer le Centre du patrimoine mondial de tout projet de développement au sein ou dans les environs du bien, conformément au paragraphe 172 des Orientations, de réaliser les études d'impact environnemental pour ces projets de développement et d'en soumettre les résultats au Centre du patrimoine mondial,

b) de mettre en œuvre les recommandations de la mission de suivi réactif conjointe, avec une attention particulière aux recommandations concernant les projets de prospection et d'extraction de minéraux, ainsi que des projets de développent touristique.

35 COM 8E
Adoption des Déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le Document WHC-11/35.COM/8E,

2. Adopte les Déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle, telles que présentées dans l'Annexe I du document WHC-11/35.COM/8E, pour les biens du patrimoine mondial suivants :

  • Afghanistan: Minaret et vestiges archéologiques de Djam; Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan;
  • Afrique du Sud: Parc de la zone humide d'iSimangaliso; Robben Island; Paysage culturel de Mapungubwe; Aires protégées de la Région florale du Cap; Dôme de Vredefort;
  • Allemagne: Vallée du Haut-Rhin moyen;
  • Bahreïn: Qal'at al-Bahreïn - ancien port et capitale de Dilmoun;
  • Bénin: Palais royaux d'Abomey;
  • Botswana: Tsodilo;
  • Cameroun: Réserve de faune du Dja;
  • Chine: Aires protégées des trois fleuves parallèles au Yunnan;
  • Inde: Sanctuaire de faune de Manas;
  • Kenya: Parcs nationaux du lac Turkana; Vieille ville de Lamu;
  • Malawi: Art rupestre de Chongoni;
  • Mali: Villes anciennes de Djenné;
  • Ouganda: Forêt impénétrable de Bwindi; Monts Rwenzori;
  • Pakistan: Fort et jardins de Shalimar à Lahore;
  • Pérou: Zone archéologique de Chan Chan;
  • Philippines: Rizières en terrasses des cordillères des Philippines;
  • République centrafricaine: Parc national du Manovo-Gounda St Floris;
  • République-unie de Tanzanie: Ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara;
  • Sénégal: Île de Saint-Louis;
  • Togo: Koutammakou, le pays des Batammariba;
  • Turquie: Zones historiques d'Istanbul;
  • Yémen: Ancienne ville de Shibam et son mur d'enceinte; Vieille ville de Sana'a;
  • Zimbabwe: Parc national de Mana Pools, aires de safari Sapi et Chewore;

3. Décide que les déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle des biens du patrimoine mondial en péril seront passées en revue en priorité;

4. Décide également que, compte tenu du grand nombre de déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle à examiner, l'ordre dans lequel elles seront passées en revue suivra le deuxième cycle de soumission de Rapports périodiques, tel que:

  • biens du patrimoine mondial dans les États arabes;
  • biens du patrimoine mondial en Afrique;
  • biens du patrimoine mondial en Asie et Pacifique;
  • biens du patrimoine mondial en Amérique latine et aux Caraïbes;
  • biens du patrimoine mondial en Europe et Amérique du Nord.
Projet de décision : 35 COM 7B.8

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B.Add,

2. Rappelant la décision 34 COM 7B.7, adoptée à sa 34e session (Brasilia, 2010),

3. Accueille avec satisfaction la décision de l’État partie de Zambie de ne pas approuver les projets d’activités minières dans l’aire de gestion de la faune de Chiawa et le parc national du Bas-Zambèze ni le projet original d’un complexe de tourisme et d’affaires dans l’aire de gestion de la faune de Chiawa sur la rive opposée du bien, susceptibles d’avoir un impact sur la valeur universelle exceptionnelle du bien ;

4. Note que la prospection minière se poursuit dans d’autres parties du bassin-versant du Bas-Zambèze, et considère que la prospection et l’extraction de minéraux dans le bassin-versant pourraient affecter de manière préjudiciable le bien si elles ne sont pas strictement réglementées ;

5. Encourage l’État partie de Zambie à envisager de proposer l’inscription du parc national du Bas-Zambèze adjacent afin d’éventuellement constituer une inscription conjointe (transfrontalière) sur la Liste du patrimoine mondial, conformément à la recommandation du Comité du patrimoine mondial lors de l’inscription ;

6. Demande à l’État partie de Zambie de :

a) veiller à ce que tout nouveau projet de complexe de tourisme et d’affaires dans l’aire de gestion de la faune de Chiawa sur la rive opposée du bien fasse l’objet d’une nouvelle étude d’impact sur l’environnement devant inclure une évaluation de la valeur universelle exceptionnelle du bien, conformément à l’Article 6 de la Convention,

b) soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2013, un rapport sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre des recommandations de la mission concernant les projets de prospection et d’extraction de minéraux et les projets touristiques, et sur le statut des activités minières et développements touristiques qui pourraient affecter le bien ;

7. Demande également à l’État partie du Zimbabwe de :

a) réaliser une nouvelle étude sur les espèces sauvages clés pour confirmer que les populations n’ont pas été affectées depuis la crise économique de 2007, de rétablir un suivi régulier de la faune et de réaliser une étude de faisabilité pour un éventuel programme de réintroduction du rhinocéros noir, qui a disparu du bien à cause de pratiques de braconnage dans les années 1980,

b) soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2013, un rapport sur l’état de conservation du bien, y compris les progrès accomplis dans la mise en œuvre des recommandations de la mission ;

8. Demande enfin aux États parties de Zambie et Zimbabwe :

a) d’informer le Centre du patrimoine mondial de tout projet de développement au sein ou dans les environs du bien, conformément au paragraphe 172 des Orientations, de réaliser les études environnementales pour ces projets de développement et d’en soumettre les résultats au Centre du patrimoine mondial,

b) de mettre en œuvre les recommandations de la mission de suivi réactif conjointe, avec une attention particulière aux recommandations concernant les projets de prospection et d’extraction de minéraux. 

Année du rapport : 2011
Zimbabwe
Date d'inscription : 1984
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(ix)(x)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 35COM (2011)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top