Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Aires protégées des trois fleuves parallèles au Yunnan

Chine
Facteurs affectant le bien en 2011*
  • Exploitation minière
  • Infrastructures hydrauliques
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Barrages

b) Modifications des limites du site

c) Exploitation minière

d) Signalisation

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2011
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2011**

2006: mission conjointe de l’UICN et de l’UNESCO

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2011

Le 31 janvier 2011, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien. Ce rapport donne une vue d’ensemble du statut des projets afférents aux barrages et de la suppression des menaces d’exploitation minière à l’intérieur du bien, comme requis dans la décision du Comité 32 COM 7B.11.

a) Questions relatives à la construction de barrages

L’État partie annonce que la planification et l’approbation de barrages et de centrales hydroélectriques dans les bassins fluviaux du Nu Jiang, du Jinsha et du Lancang ont été suspendues en 2008. L’installation d’un barrage a cependant été autorisée à l’extérieur du bien, dans le cours moyen du Jinsha, entre le comté de Yulong et celui de Ninglang, à environ 30 km de la zone tampon de la sous-unité ‘Montagne des neiges Haba’. Le Gouvernement chinois insiste sur le fait que les plans et les évaluations d’impact environnemental (EIE) des barrages approuvés seront soumis au Comité du patrimoine mondial pour examen et évaluation.

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN réitèrent la gravité de l’impact cumulatif potentiel des nombreux barrages proposés dans les aires protégées et rappellent que 9 de ces ouvrages sur les 13 proposés sur le Nu Jiang sont proches des limites du bien. L’UICN note que les risques sismiques sont notoires dans cette région : le Nu Jiang se trouve lui-même sur une ligne de faille active qui pourrait être frappée par des séismes de grande magnitude. La construction de barrages dans cette zone pourrait aussi provoquer des coulées de boue plus fréquentes qui auraient probablement des impacts négatifs sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, comme indiqué dans le rapport soumis sur les ‘Risques d’intensification du développement de l’énergie hydraulique dans le sud-ouest de la Chine : questions urgentes à traiter’. En outre, la transplantation des villages perchés dans les collines au-dessus des barrages pourrait aussi augmenter les pressions humaines sur les valeurs de biodiversité du bien.

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN notent qu’en janvier 2011, le Chef adjoint de la Division de l’Énergie nouvelle et du Renouvellement de l’énergie au sein de l’Administration nationale chinoise de l’Énergie a déclaré publiquement que l’installation de barrages sur le Nu Jiang était « un must », ce qui laisse fort à penser que ces ouvrages sont vraisemblablement au programme. L’UICN a reçu des indications concernant la construction sans approbation du barrage de Liuku sur le Nu Jiang (en dehors du bien), qui semble avoir entraîné le déplacement du peuple Lisu et la construction de nouvelles routes adjacentes au bien. Les médias rapportent aussi que des travaux d’ingénierie sont en cours pour quatre projets - Maji, Yabilou, Liuku et Saige –, avec des forages et des routes en construction. L’UICN a aussi reçu des informations au sujet de demandes d’autorisation actives pour les barrages de Ludila et Longkiakou sur le Jinsha. Le Centre du patrimoine mondial n’a reçu à ce jour aucune notification de l’État partie afférente à des projets de ce type et aucune évaluation d’impact environnemental (EIE) n’a été soumise. Le Centre du patrimoine mondial a envoyé une lettre à l’État partie le 15 avril 2011 en lui demandant un complément d’information sur ce point. Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN recommandent vivement qu’une évaluation environnementale stratégique soit faite de tous les barrages proposés et des développements annexes qui pourraient affecter le bien afin de renseigner la prise de décision et d’identifier et éviter tout effet préjudiciable sur la VUE du bien.

b) Exploitation minière

L’État partie fait savoir que, suite à l’approbation par le Comité du patrimoine mondial d’une modification mineure des limites dans la décision 34 COM 8B.44, les zones de production minière de la sous-unité Hongshan ont été exclues du bien et qu’à présent, il n’y a aucune exploitation minière à l’intérieur du bien. L’État partie s’engage à ne pas autoriser de nouvelles opérations minières dans le périmètre du bien, ni dans sa zone tampon, et à appliquer un contrôle strict des opérations minières en cours dans les aires adjacentes au bien et les zones tampons. Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN considèrent que les opérations minières adjacentes au bien demeurent une sérieuse menace pour sa VUE et recommandent le même niveau d’évaluation pour les projets d’exploitation minière que pour les barrages proposés.

c) Établir un plan de gestion

L’État partie indique qu’il garantit l’affectation de crédits à la révision du plan directeur du bien afin de mieux coordonner la protection et la gestion de ses éléments sériels qui comprennent des zones panoramiques et des réserves naturelles nationales. Il procède également à l’examen et à l’approbation d’un certain nombre de plans de gestion pour des sous-unités dont les limites ont été ajustées. L’État partie annonce clairement dans son rapport son intention d’évaluer scientifiquement les projets de barrages proposés adjacents au bien afin de s’assurer qu’ils n’ont aucun impact négatif sur le bien. Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN se félicitent de cette intention et recommandent que cette évaluation prenne la forme d’une évaluation environnementale stratégique et considère les impacts cumulatifs potentiels des barrages proposés et du développement annexe sur le bien, comme mentionné au point (a) ci-dessus.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2011

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN concluent que le problème clé pour le bien reste l’impact potentiel des nombreux projets de barrages adjacents au bien. Ils rappellent que sur les 13 ouvrages proposés sur le Nu Jiang, 9 sont adjacents au bien. L’incidence cumulée de ces barrages pourrait constituer un danger potentiel pour la VUE du bien telle que définie au paragraphe 180(b)(ii) des Orientations. Même s’ils accueillent favorablement une approche globale de l’évaluation des projets de barrages dans l’aire des Trois fleuves parallèles, ils réitèrent leur recommandation de donner à cette évaluation la forme d’une évaluation environnementale stratégique de tous les barrages prévus et potentiels, y compris une évaluation des impacts cumulatifs potentiels de ces barrages et tout développement annexe sur la VUE du bien. Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN soulignent l’importance d’obtenir une liste détaillée et une carte de tous les barrages proposés qui pourraient affecter le bien, et de soumettre rapidement une EIE des propositions actives préalablement à leur approbation, conformément au paragraphe 172 des Orientations.

Décisions adoptées par le Comité en 2011
35 COM 7B.12
Aires protégées des trois fleuves parallèles au Yunnan (Chine) (N 1083bis)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B,

2. Rappelant la décision 32COM 7B.11, adoptée à sa 32e session (Québec, 2008),

3. Prend note avec regret de rapports selon lesquels la construction non autorisée a commencé au barrage de Liuku sur le Nu Jiang en dehors des limites du bien, ce qui semble avoir entraîné le déplacement du peuple Lisu et la construction de nouvelles routes adjacentes à ses limites, et prend note des rapports selon lesquels les travaux de relevés sont en cours pour quatre projets - Maji, Yabilou, Liuku et Saige, à l'extérieur du bien - y compris des forages et des routes en construction;

4. Note également l'information de l'État partie indiquant qu'un barrage a été autorisé en dehors des limites du bien sur le fleuve Jinsha, à 30 km de la zone tampon de la sous-unité Montagne des neiges Haba, ainsi que l'annonce de propositions actives pour les barrages de Ludila et Longkiakou sur le Jinsha, et regrette qu'aucune évaluation d'impact environnemental n'ait été soumise au Centre du patrimoine mondial, conformément au paragraphe 172 des Orientations;

5. Considère que l'incidence cumulée des nombreux barrages proposés pourrait constituer un danger potentiel pour la valeur universelle exceptionnelle du bien, telle que définie au paragraphe 180(b)(ii) des Orientations;

6. Demande à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2012, une liste détaillée et une carte de tous les barrages proposés et des mines susceptibles d'affecter le bien, et de soumettre au Centre du patrimoine mondial les évaluations d'impact environnemental pour tous ces projets de barrage et d'exploitation minière, préalablement à leur approbation, conformément au paragraphe 172 des Orientations;

7. Demande également à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1erfévrier2012, un rapport sur l'état de conservation du bien et sur les progrès accomplis dans la préparation d'une évaluation environnementale stratégique de tous les barrages proposés et du développement annexe qui pourraient potentiellement affecter la valeur universelle exceptionnelle du bien, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 36e session en 2012.

35 COM 8E
Adoption des Déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le Document WHC-11/35.COM/8E,

2. Adopte les Déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle, telles que présentées dans l'Annexe I du document WHC-11/35.COM/8E, pour les biens du patrimoine mondial suivants :

  • Afghanistan: Minaret et vestiges archéologiques de Djam; Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan;
  • Afrique du Sud: Parc de la zone humide d'iSimangaliso; Robben Island; Paysage culturel de Mapungubwe; Aires protégées de la Région florale du Cap; Dôme de Vredefort;
  • Allemagne: Vallée du Haut-Rhin moyen;
  • Bahreïn: Qal'at al-Bahreïn - ancien port et capitale de Dilmoun;
  • Bénin: Palais royaux d'Abomey;
  • Botswana: Tsodilo;
  • Cameroun: Réserve de faune du Dja;
  • Chine: Aires protégées des trois fleuves parallèles au Yunnan;
  • Inde: Sanctuaire de faune de Manas;
  • Kenya: Parcs nationaux du lac Turkana; Vieille ville de Lamu;
  • Malawi: Art rupestre de Chongoni;
  • Mali: Villes anciennes de Djenné;
  • Ouganda: Forêt impénétrable de Bwindi; Monts Rwenzori;
  • Pakistan: Fort et jardins de Shalimar à Lahore;
  • Pérou: Zone archéologique de Chan Chan;
  • Philippines: Rizières en terrasses des cordillères des Philippines;
  • République centrafricaine: Parc national du Manovo-Gounda St Floris;
  • République-unie de Tanzanie: Ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara;
  • Sénégal: Île de Saint-Louis;
  • Togo: Koutammakou, le pays des Batammariba;
  • Turquie: Zones historiques d'Istanbul;
  • Yémen: Ancienne ville de Shibam et son mur d'enceinte; Vieille ville de Sana'a;
  • Zimbabwe: Parc national de Mana Pools, aires de safari Sapi et Chewore;

3. Décide que les déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle des biens du patrimoine mondial en péril seront passées en revue en priorité;

4. Décide également que, compte tenu du grand nombre de déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle à examiner, l'ordre dans lequel elles seront passées en revue suivra le deuxième cycle de soumission de Rapports périodiques, tel que:

  • biens du patrimoine mondial dans les États arabes;
  • biens du patrimoine mondial en Afrique;
  • biens du patrimoine mondial en Asie et Pacifique;
  • biens du patrimoine mondial en Amérique latine et aux Caraïbes;
  • biens du patrimoine mondial en Europe et Amérique du Nord.
Projet de décision : 35 COM 7B.12

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B,

2. Rappelant la décision 32COM 7B.11, adoptée à sa 32e session (Québec, 2008),

3. Prend note avec regret de rapports comme quoi la construction non autorisée a commencé au barrage de Liuku sur le Nu Jiang en dehors des limites du bien, ce qui semble avoir entraîné le déplacement du peuple Lisu et la construction de nouvelles routes adjacentes à ses limites, et note l’information selon laquelle des travaux d’ingénierie sont en cours pour quatre projets - Maji, Yabilou, Liuku et Saige, à l’extérieur du bien – y compris des forages et des routes en construction ;

4. Note également l’information de l’État partie indiquant qu’un barrage a été autorisé en dehors des limites du bien sur le fleuve Jinsha, à 30 km de la zone tampon de la sous-unité Montagne des neiges Haba, ainsi que l’annonce de propositions actives pour les barrages de Ludila et Longkiakou sur le Jinsha, et regrette qu’aucune évaluation d’impact environnemental n’ait été soumise au Centre du patrimoine mondial, conformément au paragraphe 172 des Orientations ;

5. Considère que l’incidence cumulée des nombreux barrages proposés pourrait constituer un danger potentiel pour la valeur universelle exceptionnelle du bien, telle que définie au paragraphe 180(b)(ii) des Orientations ;

6. Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2012, une liste détaillée et une carte de tous les barrages proposés et des mines susceptibles d’affecter le bien, et de soumettre au Centre du patrimoine mondial les évaluations d’impact environnemental pour tous ces projets de barrage et d’exploitation minière, préalablement à leur approbation, conformément au paragraphe 172 des Orientations;

7. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2012, un rapport sur l’état de conservation du bien et sur les progrès accomplis dans la préparation d’une évaluation environnementale stratégique de tous les barrages proposés et du développement annexe qui pourraient potentiellement affecter la valeur universelle exceptionnelle du bien, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 36e session en 2012.

Année du rapport : 2011
Chine
Date d'inscription : 2003
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(viii)(ix)(x)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 35COM (2011)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top