Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Centre historique de la ville d’Arequipa

Pérou
Facteurs affectant le bien en 2014*
  • Destruction délibérée du patrimoine
  • Habitat
  • Infrastructures de transport de surface
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Manque de plan de préparation aux catastrophes ;
  • Manque de plan de gestion
  • Projets en cours de développement planifiés, ayant un impact sur le centre historique, comme la construction planifiée du pont Chilina ;
  • Des démolitions illégales affectant des constructions historiques ;
  • L’étalement urbain.
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2014
Demandes approuvées : 1 (de 2001-2001)
Montant total approuvé : 75 000 dollars E.U.
2001 Consolidation and restoration of the Cathedral of ... (Approuvé)   75 000 dollars E.U.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2014

L'État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 18 février 2014, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/1016/documents et donne la liste des progrès suivants :

  • Le plan de préparation aux risques a été achévé et sera soumis au ministère de la Culture pour examen final, toutefois, aucun calendrier n’a été fourni à ce sujet. Il identifie des menaces potentielles, une analyse des risques, diffétents types d’intervention et des stratégies de mise en œuvre. Cinq ateliers interactifs ont été organisés en 2013 pour approbation par différentes institutions et le grand public.
  • L’ordonnance municipale 764 du 20 juin, définissant les nouvelles limites du bien proposées, a été soumise au ministère de la Culture. Elle définit le centre historique (le centre historique, la zone des monuments et les zones nouvellement incorporées de San Antonio, Antiquilla et Yanahuara); et la zone tampon (comprenant les zones nouvellement incorporées de IV Centenario, Miraflores et Cayma). Une fois cette ordonnance municipale approuvée, une modification mineure des limites sera soumise au Centre du patrimoine mondial.
  • Progrès réalisés dans la compilation et l’achèvement du schéma directeur pour le centre historique (SDCH) et la soumission de ce plan, pour évaluation et approbation, aux institutions et groupes communautaires par le biais de quatre ateliers interactifs. L’approbation par le Conseil municipal devrait intervenir en juin 2014. Aucune information sur les méthodes de mise en œuvre n’a été fournie. 
  • La rédaction d’un nouveau plan d’aménagement métropolitain (PAM) a commencé en 2012 pour rationaliser des incohérences avec le SDCH déjà élaboré et ses implications sociales. Une révision complète est en cours d’exécution par l’Association péruvienne des architectes et un Bureau interdisciplinaire. Aucun délai n’a été fourni pour son achèvement total.
  • En avril 2013, des travaux ont été entrepris sur le pont Chilina, volet IV du projet de la Via Troncal Interconectora. Des médias rapportent que le projet a déjà atteint un certain niveau d’avancement et que son achèvement est attendu en novembre 2014
  • En mai 2013, une réunion a eu lieu entre le ministère de la Culture et le gouvernement régional d’Arequipa pour tenter de parvenir à un consensus sur le projet de la Via Troncal Interconectora. En ce qui concerne le pont Chilina, il a été convenu que le gouvernement fédéral adapterait le projet à la lumière de l’examen effectué par le ministère de la Culture, et qu’un certificat de non-existence de vestiges archéologiques (CIRA) serait exigé pour la zone affectée par le pont. Les deux institutions sont convenues de ne pas réaliser les autres volets du plan avant que le CIRA et les études d’impact sur l’environnement ne soient préparées. Aucune information n’avait été donnée sur la mise en œuvre effective de ces engagements.
Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2014

Il est noté que l’État partie a accompli des progrès pour déterminer le tracé final des limites et la délimitation de la zone tampon et pour achever le plan de préparation aux risques et le schéma directeur du centre historique d’Arequipa. Toutefois, il est considéré que les outils de gestion et de conservation n’ont pas été suffisamment intégrés, ce qui conduit à des politiques incohérentes pour le bien, qui sont adoptées à différents niveaux du gouvernement. Une réponse efficace aux défis posés par le maintien de la valeur universelle exceptionnelle exige l’élaboration et la mise en œuvre urgentes de politiques intégrées.

En ce qui concerne le projet de la Via Troncal Interconectora, il est regrettable qu’aucune évaluation de l’impact sur le patrimoine (EIP), en tant que partie de l’évaluation de l’impact sur l’environnement (EIE), n’ait été soumise, comme demandé précédemment en  2011 (35 COM 7B.132), 2012 (36 COM 7B.104) et 2013 (37 COM 7B.101), préalablement à l’approbation et à la mise en œuvre du projet. La construction en cours du volet IV, le pont Chilina, donne lieu à des préoccupations particulières de même que le fait qu’aucune information n’ait été donnée pour attester le moratoire sur les travaux concernant d’autres volets du projet, alors que ces études sont élaborées.

Compte tenu des circonstances décrites ci-dessus, il est impératif que ces évaluations du patrimoine soient entreprises et que des plans d’action soient élaborés pour atténuer les impacts visuels du projet dans son ensemble, et le pont Chilina en particulier, avant que d’autres travaux ne soient lancés. Il est également nécessaire que des éclaircissements soient fournis au Centre du patrimoine mondial, concernant la mise en œuvre des engagements convenus entre le ministère de la Culture et le gouvernement régional.

Décisions adoptées par le Comité en 2014
38 COM 7B.46
Centre historique de la Ville d’Arequipa (Pérou) (C 1016)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7B.101, adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Prend note des progrès importants accomplis par l’État partie pour déterminer le tracé final des limites et la délimitation de la zone tampon, et pour achever le plan de préparation aux risques et le schéma directeur du centre historique d’Arequipa ;
  4. Prie instamment l’État partie de mener à bien le processus d’adoption finale et de mise en œuvre des nouvelles limites pour le bien ainsi que pour son schéma directeur et le plan de préparation aux risques ;
  5. Invite l’État partie à soumettre, conformément aux paragraphes 163-165 des Orientations, la proposition finale pour la zone tampon en tant que modification mineure des limites pour augmenter la protection des zones visuellement sensibles autour du bien ;
  6. Note avec de sérieuses inquiétudes que les travaux ont commencé concernant la construction du pont Chilina, un des volets du projet de la Via Troncal Interconectora, sans la réalisation d’une évaluation de l’impact sur l’environnement (EIE), comme demandé par le Comité du patrimoine mondial à ses trois dernières sessions ;
  7. Réitère sa demande à l’État partie d’entreprendre une EIP portant sur tous les volets du projet de la Via Troncal Interconectora, qui inclut l’évaluation des impacts potentiels sur les paysages de Lari, de Los Tucos, de Cayma et de Yanahuara et un plan d’action pour atténuer les impacts visuels et demande à l’État partie de terminer et soumettre ces études au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives, préalablement à l’approbation et à la mise en œuvre de l’ensemble du projet ;
  8. Demande également à l’État partie d’inviter une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS sur le site pour examiner les évaluations des impacts potentiels du projet de la Via Local Interconectora, ainsi que l’élaboration d’un plan d’action pour atténuer des impacts négatifs ;
  9. Demande en outre à l’État partie d’achever la révision du plan d’aménagement métropolitain afin de rationaliser les incohérences avec le schéma directeur du bien et de confirmer si oui ou non ce plan doit être considéré comme le plan de gestion du bien, demandé par le Comité du patrimoine mondial pour assurer la protection de la valeur universelle exceptionnelle du bien ;
  10. Demande par ailleurs à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015, un rapport d’avancement et, d’ici le 1er décembre 2015, un rapport actualisé sur l'état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, les deux rapports incluant un résumé exécutif d’une page, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016.
Projet de décision:   38 COM 7B.46

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7B,

2.  Rappelant la décision 37 COM 7B.101, adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),

3.  Prend note des progrès importants accomplis par l’État partie pour déterminer le tracé final des limites et la délimitation de la zone tampon, et pour achever le plan de préparation aux risques et le schéma directeur du centre historique d’Arequipa ;

4.  Prie instamment l’État partie de mener à bien le processus d’adoption finale et de mise en œuvre des nouvelles limites pour le bien ainsi que pour son schéma directeur et le plan de préparation aux risques ;

5.  Invite l’État partie à soumettre, conformément aux paragraphes 163-165 des Orientations, la proposition finale pour la zone tampon en tant que modification mineure des limites pour augmenter la protection des zones visuellement sensibles autour du bien ;

6.  Note avec de sérieuses inquiétudes que les travaux ont commencé concernant la construction du pont Chilina, un des volets du projet de la Via Troncal Interconectora, sans la réalisation d’une évaluation de l’impact sur l’environnement (EIE), comme demandé par le Comité du patrimoine mondial à ses trois dernières sessions ;

7.  Réitère sa demande à l’État partie d’entreprendre une EIP portant sur tous les volets du projet de la Via Troncal Interconectora, qui inclut l’évaluation des impacts potentiels sur les paysages de Lari, de Los Tucos, de Cayma et de Yanahuara et un plan d’action pour atténuer les impacts visuels et demande à l’État partie de terminer et soumettre ces études au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives, préalablement à l’approbation et à la mise en œuvre de l’ensemble du projet ;

8.  Demande également à l’État partie d’inviter une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS sur le site pour examiner les évaluations des impacts potentiels du projet de la Via Local Interconectora, ainsi que l’élaboration d’un plan d’action pour atténuer des impacts négatifs ; 

9.  Demande en outre à l’État partie d’achever la révision du plan d’aménagement métropolitain afin de rationaliser les incohérences avec le schéma directeur du bien et de confirmer si oui ou non ce plan doit être considéré comme le plan de gestion du bien, demandé par le  Comité du patrimoine mondial pour assurer la protection de la valeur universelle exceptionnelle du bien ;

10.  Demande par ailleurs à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015, un rapport d’avancement et, d’ici le 1er février 2016, un rapport actualisé sur l'état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, les deux rapports incluant un résumé exécutif d’une page, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016.

Année du rapport : 2014
Pérou
Date d'inscription : 2000
Catégorie : Culturel
Critères : (i)(iv)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2014) .pdf
arrow_circle_right 38COM (2014)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top