Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré

Niger
Facteurs affectant le bien en 2002*
  • Activités illégales
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Autres menaces :

    Déclin des populations de faune

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Conflit armé (problème résolu);
  • Braconnage;
  • Déclin des populations de faune; 
  • Nécessité de mettre à jour le plan de réhabilitation d’urgence 
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2002
Demandes approuvées : 6 (de 1999-2002)
Montant total approuvé : 142 450 dollars E.U.
2002 Confection des plaques de commémoration de 2 sites ... (Approuvé)   450 dollars E.U.
2000 Préparation d’un dossier d'inscription du site de l’Aïr ... (Approuvé)   15 000 dollars E.U.
1999 Financial support for the implementation of the ... (Approuvé)   75 000 dollars E.U.
1999 Action plan for the implementation of Urgent ... (Approuvé)   12 000 dollars E.U.
1999 Action plan for the implementation of Urgent ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1999 National Sensitising Seminar for the Personnel Charged ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2002

L’UICN et le Centre ont été informés en mars 2002 que le véhicule et les autres équipements fournis au titre de l’Assistance d’urgence n’ont pas été acheminés sur place. L’UICN-Niger indique que le véhicule acheté par l’UNESCO a bien été livré, mais qu’il a été volé le 13 ou le 14 mars 2002 à Iférouane. Actuellement les forces de sécurité recherchent beaucoup d’autres véhicules volés dans les mêmes circonstances.

Le programme sur les espèces du WWF, au cours d’une mission effectuée au Niger en mars 2002 pour évaluer l’état de conservation de la faune sauvage sahélo-saharienne, a passé plusieurs jours dans la Réserve et à Iférouane et a fait les observations suivantes : (a) comparé aux années précédentes, la capacité locale à gérer la Réserve s’est détériorée et est inadéquate ; (b) bien que les conditions ne soient pas idéales, il y a une véritable mobilisation locale pour voir le bon fonctionnement de la réserve et, en particulier, la restauration d’espèces comme l’autruche ; (c) les autorités locales se préoccupent vivement de voir que les ressources mises à disposition par l’UNESCO pour la réserve ne sont pas encore arrivées sur place et sont gardées à la Direction de la Réserve à Niamey, à environ 1 300 kilomètres de là ; (d) le WWF a discuté avec le Département de la Faune, de la Flore et de la Pêche de la nécessité d’une présence plus importante et permanente du Département à la Réserve. Il a été informé que des mutations de personnel sont prévues et qu’un responsable doit être envoyé d’ici peu à Iférouane.

Plusieurs programmes de soutien mis en œuvre dans les Réserves par l’UICN et d’autres bailleurs de fonds sont terminés ou prennent de nouvelles orientations. Par exemple, l’aide accordée par le Gouvernement suisse sera redirigée en 2003 au profit du développement rural et de la réduction de la pauvreté et attachera moins d’importance à la conservation et à la gestion des ressources naturelles. L’UICN-Niger travaille avec le WWF à l’obtention d’une aide plus importante en faveur des activités de conservation du Programme du PNUD pour la conservation de la biodiversité au Sahara. Le WWF recommande de seconder les activités des ONG locales. L’idée d’un programme de réintroduction de l’autruche correctement échelonné semble particulièrement intéressante d’autant plus qu’elle correspond à un besoin, qu’il y a quelques animaux sur place et que la population locale désire voir aboutir ce programme. Un tel programme concret permettra d’articuler le traitement de questions plus complexes concernant la gestion des Réserves, leurs ressources, leur contrôle, etc.. Cela motivera et renforcera l’appui accordé à la résolution de ces questions plus délicates. Le WWF et les organisations associées, dont le groupe d’intérêt de la faune sauvage sahélo-saharienne, ont l’intention de fournir aux ONG locales les renseignements techniques sur les meilleurs moyens de suivre et d’élever les autruches qui sont actuellement maintenues en captivité. Le groupe est en train de mettre au point un grand projet pilote pour l’une des nations sahéliennes et il pourrait être en mesure d’assurer une aide limitée à caractère technique pour soutenir les efforts des Réserves. 

Décisions adoptées par le Comité en 2002
26 COM 21A.5
Réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré (Niger)
Le Comité du patrimoine mondial,

1. Invite l'État partie à présenter un rapport détaillé sur le véhicule acheté avec l'argent du Fonds du patrimoine mondial, lequel aurait été volé, et à évoquer dans ce même rapport les questions de personnel, de développement des infrastructures, de gestion et de sécurité portant atteinte à l'intégrité du site ;

2. Demande un bilan sur la mise en œuvre du plan de réhabilitation du site approuvé par le Bureau en 1999 et un examen de caractère permanent du financement octroyé par les bailleurs de fonds et le Gouvernement pour la conservation des Réserves naturelles;

3. Prie instamment le Centre et l'UICN de travailler avec l'État partie pour préparer ce rapport à soumettre à sa 27e session en juin/juillet 2003 ;

4. Décide de maintenir le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Le Comité pourrait souhaiter adopter le texte suivant :

 

« Le Comité invite l’Etat partie à présenter un rapport détaillé sur le véhicule acheté avec l’argent du Fonds du patrimoine mondial et qui, d’après ce qu’on a appris, a été volé. Dans ce même rapport, le Comité recommande que l’Etat partie aborde les questions de personnel et de développement des infrastructures du site, et les conditions de sécurité et les menaces que représentent les actes de vandalisme et les activités illicites. Un bilan sur la mise en œuvre du plan de réhabilitation du site approuvé par le Bureau en 1999 et un examen de la durabilité du financement octroyé par les bailleurs de fonds et le Gouvernement pour la conservation des Réserves s’imposent également. Le Comité demande instamment au Centre et à l’UICN de travailler avec l’Etat partie à la préparation de ce rapport à présenter à sa vingt-septième session en juin 2003. Il décide de maintenir ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril. »

Année du rapport : 2002
Niger
Date d'inscription : 1991
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(ix)(x)
Liste en péril (dates) : 1992-présent
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 26COM (2002)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top