Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré

Niger
Facteurs affectant le bien en 2000*
  • Activités illégales
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Autres menaces :

    Déclin des populations de faune

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Conflit armé (problème résolu);
  • Braconnage;
  • Déclin des populations de faune;
  • Nécessité de mettre à jour le plan de réhabilitation d’urgence 
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2000
Demandes approuvées : 5 (de 1999-2000)
Montant total approuvé : 142 000 dollars E.U.
2000 Préparation d’un dossier d'inscription du site de l’Aïr ... (Approuvé)   15 000 dollars E.U.
1999 Financial support for the implementation of the ... (Approuvé)   75 000 dollars E.U.
1999 Action plan for the implementation of Urgent ... (Approuvé)   12 000 dollars E.U.
1999 Action plan for the implementation of Urgent ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1999 National Sensitising Seminar for the Personnel Charged ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2000**

septembre-octobre 1998: mission Centre du patrimoine mondial / UICN

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 2000

Résumé des précédents débats :
Vingt-troisième session du Comité – paragraphe X.10
Vingt-troisième session ordinaire du Bureau – paragraphe IV.9

Nouvelles informations : Dans le cadre de la mise en œuvre du plan de réhabilitation, le Département nigérien des Pêcheries et de la Faune sauvage a organisé un atelier de formation sur la protection du patrimoine naturel. Cet atelier s'adressait au personnel des Réserves venant des Départements des Forêts et des Pêcheries et de la Faune sauvage, à des collaborateurs des Musées nationaux, de l'Université de Niamey, des membres de la police des frontières, de l'armée, des services de sécurité, des organisateurs de voyages et autres agents concernés par le contrôle du commerce de produits de faune sauvage et d'artisanat. Il s'est tenu du 20 au 23 mars 2000 à Niamey. Un rapport détaillé sur le résultat de l'atelier ainsi qu'un rapport d'avancement à jour sur la mise en œuvre du plan de réhabilitation sont en préparation et seront présentés à la vingt-quatrième session du Comité qui doit se réunir à Cairns, Australie, du 27 novembre au 2 décembre 2000.

L'UICN a reçu des rapports de son réseau de membres indiquant un avancement de la mise en œuvre du plan de réhabilitation du site. L'UICN et l'Etat partie, aux termes d'un mémorandum d'accord signé en 1999, s'efforceront de parvenir aux résultats suivants en l'an 2000 : (a) création de meilleurs mécanismes de gestion sur le site ; (b) renforcement de la capacité opérationnelle, y compris renforcement de l'appui aux organisations partenaires ; (c) meilleure conservation des valeurs naturelles et culturelles du site ; et (d) renforcement des efforts pour faire participer les communautés locales.

Action requise

Le Bureau note que la mise en œuvre du plan de réhabilitation, auquel le Bureau a donné son aval à sa vingt-troisième session ordinaire, est en cours d'avancement. Le Bureau a demandé au Centre et à l'UICN de coopérer avec l'Etat partie et de soumettre un rapport d'avancement sur la mise en œuvre du plan de réhabilitation – incluant l'avis de l'Etat partie sur la date de retrait éventuel du site de la Liste du patrimoine mondial en péril – à la vingt-quatrième session du Comité à Cairns, Australie. Le Bureau recommande que le Comité maintienne ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2000

Conformément à la suggestion de la vingt-quatrième session ordinaire du Bureau (26 juin-1er juillet 2000, Paris), le Centre a demandé l'avis de l'Etat partie sur la date d'un éventuel retrait du site de la Liste du patrimoine mondial en péril. L'Etat partie, par lettre datée du 16 août 2000, a informé le Centre qu'il souhaitait terminer la mise en œuvre de toutes les activités du programme de réhabilitation avant de demander au Comité d'envisager de retirer ce site de la Liste du patrimoine mondial en péril. L'Etat partie estime que la mise en œuvre du programme de réhabilitation sera achevée en 2001. Un représentant de l'Etat partie doit présenter une étude de cas sur ce site à l'atelier Centre/UICN sur "Le rôle du classement sur la Liste du patrimoine mondial en péril pour promouvoir la coopération internationale pour la conservation du patrimoine naturel mondial" à Amman, Jordanie, les 6-7 octobre 2000.

Décisions adoptées par le Comité en 2000
24 BUR IV.A.11
Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (Niger)

Le Bureau a été informé que dans le cadre de la mise en œuvre du plan de réhabilitation adopté par le Bureau à sa session  en juillet 1999, le département nigérien des Pêcheries et de la Faune sauvage avait organisé un atelier de formation sur la protection du patrimoine naturel. Cet atelier s'adressait au personnel des Réserves venant des départements des Forêts et des Pêcheries et de la Faune sauvage, à des collaborateurs des musées nationaux, de l'université de Niamey, des membres de la police des frontières, de l'armée, des services de sécurité, des organisateurs de voyages et autres concernés par le contrôle du commerce de produits de faune sauvage et d'artisanat. Il s'est tenu du 20 au 23 mars 2000 à Niamey. Un rapport détaillé sur le résultat de l'atelier ainsi qu'un rapport d'avancement sur la mise en œuvre du plan de réhabilitation sont en préparation et les principales conclusions et recommandations de cet atelier seront présentées à la vingt-quatrième session du Comité à Cairns, Australie.

L'UICN a informé le Bureau que des membres de son réseau ont signalé un avancement de la mise en œuvre du plan de réhabilitation du site. L'UICN et l'Etat partie, aux termes d'un mémorandum d'accord signé en 1999, s'efforcent de parvenir aux résultats suivants en l'an 2000 : (a) création de meilleurs mécanismes de gestion sur le site ; (b) renforcement de la capacité opérationnelle, y compris renforcement de l'appui aux organisations partenaires ; (c) meilleure conservation des valeurs naturelles et culturelles du site ; et (d) renforcement des efforts pour faire participer les communautés locales.

Le Bureau a noté avec satisfaction que la mise en œuvre du plan de réhabilitation, auquel il a donné son aval à sa vingt-troisième session, est en cours d'avancement comme il convient. Le Bureau a demandé au Centre et à l'UICN de coopérer avec l'État partie et de soumettre un rapport d'avancement sur la mise en œuvre du plan de réhabilitation – incluant l'avis de l'État partie sur la date de retrait éventuel du site de la Liste du patrimoine mondial en péril – à la vingt-quatrième session du Comité à Cairns, Australie. Comme l'a suggéré le délégué du Zimbabwe, ce rapport devrait également traiter de l'avancement réalisé par rapport aux objectifs fixés pour l'an 2000 et décrits aux points (a) à (d) ci-dessus. Le Bureau a recommandé que le Comité maintienne ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

24 COM VIII.12
Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (Niger)

VIII.12 Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (Niger)

Le Comité a appris que l'État partie avait informé le Centre qu'il souhaitait achever la mise en oeuvre de toutes les activités du programme de réhabilitation avant de demander au Comité d'envisager de retirer ce site de la Liste du patrimoine mondial en péril. Un représentant de l'État partie - qui participait à l'atelier d'Amman où il a présenté une communication - a confirmé cette position de l'Etat partie.

Le Comité a invité l'État partie à soumettre au Centre un rapport d'avancement détaillé, avant le 15 avril 2001, sur les résultats du programme de réhabilitation mis en oeuvre. Il a également demandé au Centre et à l'UICN d'étudier ce rapport et de soumettre leurs conclusions à la vingtcinquième session ordinaire du Bureau en 2001. Le Centre et l'UICN devront entreprendre une estimation détaillée des menaces sur le site qui ont été effectivement réduites et juger de la nécessité de toutes mesures complémentaires nécessaires pour permettre à la vingt-cinquième session du Comité de déterminer si le Comité peut retirer ce site de la Liste du patrimoine mondial en péril à sa vingt-cinquième session à la fin de 2001. Le Comité a décidé de maintenir ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

24 COM XIV.2
Demandes d'assistance internationale : Assistance préparatoire

XIV.2 Demandes d'assistance internationale

Le Bureau s'est réuni pendant la vingt-quatrième session du Comité, après approbation du budget d'assistance technique pour l'année 2001 - chapitre III -, afin de prendre ou de recommander au Comité des décisions concernant les demandes d'assistance internationale. L'attention du Comité et du Bureau a été attirée sur le document WHC-2000/CONF.204/17. 6 demandes de décisions de la part du Comité et 14 demandes de décision de la part du Bureau ont été examinées et ont abouti aux décisions suivantes. On trouvera ci-après toutes les décisions prises par le Bureau et le Comité concernant ces demandes :

(i) Assistance préparatoire

Patrimoine mixte

N° : 2001-444 Philippines

« Réunion régionale d'experts pour la préparation du dossier de proposition d'inscription au patrimoine mondial de l'Archipel des Batanes et du Paysage archéologique des Ivatans aux Philippines »

L'évaluation de l'UICN est favorable et le Bureau a approuvé le montant de 30 000 dollars EU demandé pour soutenir l'activité proposée, en demandant au Centre du patrimoine mondial de coordonner la mise en oeuvre de l'activité en étroite collaboration avec l'État partie et le Bureau de l'UNESCO à Bangkok.

Nouvelle demande présentée au Bureau : Kirghizstan

« Préparation du dossier de proposition d'inscription des Pétroglyphes de Cholpon-Ata, dans le bassin d'Issyk-Kul, en tant que bien mixte. »

Le Secrétariat a informé le Bureau que l'ICOMOS et l'UICN avaient étudié la demande et avaient donné un avis favorable, et le Bureau a approuvé le montant de 23 100 dollars EU demandé pour soutenir l'activité proposée. Le Bureau a noté avec satisfaction que c'était la première demande d'assistance internationale de la part de cet État partie à la Convention depuis relativement peu de temps et qui n'a aucun bien inscrit au patrimoine mondial ; il considère également que cette activité permettrait une meilleure représentation de la Liste du patrimoine mondial en Asie centrale.

Patrimoine culturel

: 2001-423 Mali

« Préparation d'un dossier de proposition d'inscription pour le Tombeau des Askias à Gao »

Le Bureau a approuvé cette demande de 30 000 dollars EU, sous réserve que l'État partie paye sa contribution au Fonds, et a chargé le Centre de demander aux autorités nationales de mettre l'activité en oeuvre dans le cadre du projet Africa 2009.

: 2001-433 Niger

« Préparation d'un dossier d'inscription du site de l'Aïr et du Ténéré en tant que site mixte»

Le Bureau a approuvé cette demande de 15 000 dollars EU, sous réserve que l'État partie paye sa contribution au Fonds, et a demandé au Centre de clarifier avec les autorités nationales les points soulevés par les organismes consultatifs avant la préparation des contrats.

2001-449 République-Unie de Tanzanie

« Préparation d'une proposition d'inscription pour les peintures rupestres de Kondoa Irangi»

Le Bureau a approuvé le montant de 30 000 dollars EU demandé pour cette activité qui devra être mise en oeuvre dans le cadre du projet Africa 2009, suite aux activités entreprises en 2000.

2001-427 Pérou

« Etudes générales et préparation d'un dossier de proposition d'inscription pour le Centre historique de Trujillo»

Le Bureau a approuvé le montant de 15 000 dollars EU demandé pour cette activité, sous réserve que l'État partie paye sa contribution au Fonds.

2001-454 Israël

« Réunion pour l'harmonisation des listes indicatives de la même aire géo-culturelle»

Après avoir longuement discuté de ce cas, le Bureau a décidé de reporter l'approbation de cette demande en recommandant à l'État partie de reformuler la demande avec l'accord de l'autre partie et autorité concernée (Jordanie et Palestine) de la même région géo-culturelle.

L'Observateur d'Israël a informé le Bureau que, en tant que nouvel État partie à la Convention du patrimoine mondial (1999), son gouvernement avait créé un Comité national du patrimoine mondial et préparé une liste indicative. Ayant identifié trois thèmes relevant du patrimoine culturel, son gouvernement a formulé cette demande d'aide pour organiser une réunion afin d'harmoniser les sites transnationaux avec les autres États parties de la sous-région, et non pour préparer des propositions d'inscription de sites israéliens. L'Observateur a informé le Bureau qu'un travail préparatoire avait déjà été fait avec la Jordanie et les autorités palestiniennes pour le bassin de la mer Morte, avec le soutien de l'UNESCO et de l'Union européenne. Il a indiqué que le besoin se fait toujours sentir d'élargir les recherches sur la Rift Valley, en collaboration avec une ONG, Friends of the Earth. Enfin, soulignant que le consensus doit être le principe en matière de protection du patrimoine, l'Observateur a déclaré que le climat actuel n'était sans doute pas ce qui convenait le mieux pour entreprendre l'activité proposée, mais a appelé les États membres à soutenir cette activité quand les choses se seront améliorées.

Le Comitépourrait souhaiter adopter la décision suivante :

"Le Comité invite l'Etat partie à soumettre au Centre un rapport d'avancement détaillé, avant le 15 avril 2001, sur les résultats du programme de réhabilitation mis en œuvre et il demande au Centre et à l'UICN d'étudier ce rapport et de soumettre leurs conclusions à la vingt-cinquième session ordinaire du Bureau en 2001. Le Centre et l'UICN devront entreprendre une estimation détaillée des menaces sur le site qui ont été effectivement réduites et juger de la nécessité de toutes mesures complémentaires nécessaires pour permettre à la vingt-cinquième session du Comité de déterminer si le Comité peut retirer ce site de la Liste du patrimoine mondial en péril à sa vingt-cinquième session à la fin de 2001. Le Comité décide de maintenir ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril."

Année du rapport : 2000
Niger
Date d'inscription : 1991
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(ix)(x)
Liste en péril (dates) : 1992-présent
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top