Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Châteaux et parcs de Potsdam et Berlin

Allemagne
Facteurs affectant le bien en 1996*
  • Cadre juridique
  • Effets liés à l’utilisation des Infrastructures de transport
  • Habitat
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Pression urbaine
  • Actuelle planification de la circulation
  • Revoir la protection juridique du site
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 1996
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1996

L'ensemble de constructions constituant une menace pour le paysage culturel et le site du patrimoine mondial de Potsdam-Sans-Souci a été étudié au cours de deux visites effectuées par le Président du Comité du patrimoine mondial et le Centre du patrimoine mondial, en décembre 1995 et janvier 1996. A la suite de ces missions, il est prévu d'agrandir le site et d'y inclure une extension du "Neuer Garten" et du Parc de Babelsberg. Le corridor "Russische Kolonie/Kapellenberg/Pfingstberg" pourrait également être intégré dans le site du patrimoine mondial. Un plan général de proposition pour la préparation d'un plan de gestion d'ensemble du paysage culturel a été présenté par le maire de Potsdam et est actuellement à l'étude.

Action requise

Le Bureau a pris note des informations fournies par le Secrétariat concernant une possibilité d'extension du site du patrimoine mondial. Il a demandé au Secrétariat d'écrire une lettre aux autorités allemandes pour les encourager à agrandir le site afin d'y inclure le "Neuer Garten" et le Parc de Babelsberg ainsi que le corridor "Russische Kolonie/Kapellenberg/Pfingstberg.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1996

Il faut rappeler que le Comité durant sa dix-neuvième session, a invité les autorités allemandes à présenter un rapport complet sur l'état de conservation du site, comprenant des déclarations sur la protection juridique, la planification et le développement actuels de Potsdam, ainsi que des informations sur d'éventuelles extensions du site et/ou des zones tampons attenant au site.

En outre, durant sa vingtième session en juin 1996, le Bureau a exprimé sa profonde préoccupation quant aux plans de développement urbain de Postdam, principalement en ce qui concerne le projet de "Potsdam Centre", qui pourraient affecter directement ou indirectement les valeurs du site classé patrimoine mondial.

Le Secrétariat a été informé qu'un rapport détaillé serait disponible avant la session du Bureau.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 1996

Le Bureau pourrait vouloir étudier les informations qui seront présentées lors de sa session et prendre les mesures appropriées à cet égard.

Décisions adoptées par le Comité en 1996
20 BUR IV.7
Châteaux et parcs de Potsdam et Berlin (Allemagne)

Le Bureau a pris note du rapport des missions entreprises en décembre 1995 et janvier 1996 par le Président du Comité, l'UNESCO et l'ICOMOS concernant des projets de construction qui mettraient en danger le paysage culturel de ce site du patrimoine mondial.

Le représentant de l'ICOMOS a informé le Bureau que la ville de Postdam avait invité l'ICOMOS à donner son avis sur une possible extension du site ainsi que sur sa gestion.

Le Bureau a exprimé sa profonde préoccupation quant aux plans de développement urbain de Postdam, principalement en ce qui concerne le projet de "Potsdam Centre", qui pourraient affecter directement ou indirectement les valeurs du site classé patrimoine mondial. Le Bureau a demandé au Secrétariat de faire part de sa préoccupation aux autorités allemandes. Le Bureau a en outre invité les autorités à envisager l'extension du site du patrimoine mondial afin d'y inclure la partie Russische Kolonie/Kapellenberg/Pfingstberg et le corridor reliant ces sites au site de Sans-Souci, déjà inscrit.

20 COM VII.D.50/47
SOC : Château et parcs de Potsdam et Berlin (Allemagne)

VII.47 Château et parcs de Potsdam et Berlin (Allemagne)

Il a été rappelé que le Comité, lors de sa dix-neuvième session, a invité les autorités allemandes à fournir un rapport complet sur l'état de conservation du site, incluant des éléments concernant la protection juridique, la planification et le développement actuel de Potsdam, ainsi que des informations sur d'éventuelles extensions du site et/ou des zones tampons adjacentes au site.

En outre, lors de sa vingtième session de juin 1996, le Bureau a fait part de ses sérieuses préoccupations concernant les plans de développement urbain de Potsdam, en particulier le proj et de "Potsdam Centre", qui pourrait affecter directement ou indirectement les valeurs de site du patrimoine mondial.

Le Secrétariat a informé le Bureau qu'il avait reçu, le 22 novembre 1996, un rapport substantiel du Ministre des Sciences, de la Recherche et des Affaires culturelles du Land de Brandebourg, sur l'état de conservation du site du patrimoine mondial des Châteaux et parcs de Potsdam et Berlin. Le rapport a été mis à la disposition du Comité sous l'intitulé du document d'information WHC-96/CONF.201/INF.23.

Le représentant de l'ICOMOS a informé le Bureau que la mission de l'ICOMOS entreprise du 4 au 8 novembre, s'est déclarée préoccupée de l'état de conservation de ce site du patrimoine mondial et il a offert son appui permanent.

Après examen du rapport sur l'état de conservation du site du patrimoine mondial des "Châteaux et parcs de Potsdam et Berlin", le Comité a félicité les autorités allemandes et la "Fondation Berlin-Brandebourg des châteaux et jardins prussiens" pour leur efforts de conservation et de reconstruction, notamment en ce qui concerne la situation très spécifique du site du patrimoine mondial durant les années qui ont suivi la réunification de l'Allemagne.

Néanmoins, le Comité a noté avec satisfaction qu'avec l'adoption du "Statut pour la protection de l'importante zone monumentale du paysage culturel de Berlin-Potsdam, conformément à son inscription sur la Liste du patrimoine mondial, en tant que zone de Potsdam le 1er janvier 1994", des mesures pour une protection juridique d'ensemble du site du patrimoine mondial et de ses environs immédiats ont été prises.

Le Comité a noté avec satisfaction que l'État partie a accepté la précédente proposition du Comité d'extension du site du patrimoine mondial, qui doit inclure ce qui suit :

- Pfingstberg, la colonie Alexandrovska, le "Städtchen" entre le Pfingsterg et le Nouveau Jardin, le château et le parc de Lindstedt, tous ces éléments ne faisant pas partie de la demande initiale formulée au Comité pour des raisons politiques et/ou administratives ;
- Des parties boisées ("Jagen"), essentiellement dans la région de Sacrow, qui n'étaient pas entièrement inclues dans l'inscription initiale par suite d'incertitudes juridiques ;
- Des zones historiquement et géographiquement liées au site du patrimoine mondial, qui incluent en particulier des parties de l'entrée du Parc de Sans-Souci (par exemple l'avenue menant à Sans-Souci et les bâtiments adjacents), l'extension en direction de l'axe principal du Parc (c'est-à-dire la Lindenallee ainsi qu'une bande de terrain appropriée de chaque côté), le terrain inutilisé au nord de l'Orangerie dans le Parc de Sans-Souci jusqu'au Teufelsgraben, des vestiges de l'ancien village du domaine royal de Bornstedt, ainsi que le Voltaireweg et son extension, lien historique entre Sans-Souci et le Nouveau Jardin.

Le Comité a encouragé l'État partie à faire une demande effective à cette fin le plus tôt possible, conformément à la Convention et aux Orientations.

Le Comité s'est montré préoccupé du fait que, bien que différents concepts de planification existent à divers niveaux, il n'existe toujours pas de plan directeur d'ensemble pour le développement de la ville de Potsdam, plan qui refléterait une approche d'ensemble des valeurs du paysage culturel de Potsdam. En outre, il faudrait considérablement harmoniser les différents concepts de planification d'une part, et renforcer la coordination entre les constructeurs, les autorités et les experts d'autre part, afin d'éviter que ne se répètent à l'avenir des projets de développement tels que le projet de construction du "Glienicker Horn", qui a a déj à causé de graves dommages au paysage urbain et culturel de Potsdam. Selon les informations dont dispose le Comité, d'autres projets critiques non coordonnés représentent des menaces potentielles pour le paysage urbain et culturel de Potsdam, notamment :

- le nouveau théâtre dans la Zimmerstrasse ;
- les "maisons de ville" dans la Katharinenholzstrasse ;
- la zone dénommée "Lennéstadt"/Bornstedter Feld ;
- les nouveaux bâtiments près de la Heiliger See ;
- les nouveaux bâtiments à Babelsberg : "Potsdam Fenster", le bâtiment Gewoba et les studios de cinéma Alt-Nowawes ;
- les logements et les immeubles de bureaux de la Ribbeckstrasse, Bornstedt.

Le Comité a pris note des informations fournies par l'État partie sur le projet intitulé "Potsdam Centre" et sur le "Projet de Transport Unité allemande no 17".

En ce qui concerne le projet "Potsdam Centre", le Comité a demandé à l'État partie de s'assurer que le concours spécial qui sera organisé avec la participation d'experts indépendants pour une grande partie du projet d'ensemble prévu, aboutira à une intégration harmonieuse du proj et dans la ville historique de Potsdam et dans le paysage culturel. Le Comité se félicite du fait que l'''Alter Markt" sera inclus dans ce concours. De plus, en ce qui concerne les parties du projet qui ne feront apparemment pas l'objet de tels concours (le Projet d'hôtel et la gare ferroviaire), le Comité demande instamment aux autorités allemandes d'entreprendre tous ses efforts pour s'assurer que la planification de ces bâtiments sera modifiée de manière importante.

En ce qui concerne le "Projet de Transport Unité allemande no 17", le Comité a spécifiquement pris note de l'accord entre les autorités allemandes et la Fondation selon lequel ce projet ne doit pas avoir de conséquences nuisibles pour le site du patrimoine mondial. Le Comité a estimé qu'aucune altération ne doit être faite au pont Glienicker, qu'un seul couloir de navigation doit être prévu du Lac de Glienicker en direction du canal Teltow et qu'aucun travail de dragage ne doit être entrepris à l'intérieur du Parc de Babelsberg.

Le Comité a engagé les autorités allemandes à s'assurer que le site du patrimoine mondial, qui constitue une partie intégrale de la ville de Potsdam et du paysage culturel de Potsdam, ne sera pas affecté par ces projets spécifiques mentionnés dans le rapport sur l'état de conservation.

Le Comité a conclu que :

- Les préoccupations du Comité ne sont pas atténuées par le rapport sur l'état de conservation soumis par le Land de Brandebourg.

- Selon lui, le rapport démontre que le site du patrimoine mondial continue à être sérieusement menacé par divers projets de développement urbain.

- Le site du patrimoine mondial de Potsdam est en danger. Par conséquent, le Comité aurait désiré l'inscrire sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Toutefois, les autorités allemandes ont demandé instamment au Comité de ne pas le faire. Le Comité a été convaincu par les explications données par la Délégation allemande selon lesquelles des autorités allemandes de haut niveau ont entrepris et vont entreprendre tous leurs efforts pour réduire les menaces provenant essentiellement du projet "Potsdam Centre" et du "Projet de Transport Unité allemande no 17".

Le Comité a demandé à l'État partie de fournir pour le 15 avril 1997 un rapport complet sur l'état de conservation du site, à temps pour la vingt-et-unième session du Bureau du Comité du patrimoine mondial. Si d'ici la vingt-et-unième session du Comité du patrimoine mondial les menaces susmentionnées pesant sur le site du patrimoine mondial persistent, le Comité envisagera l'inscription du site de Potsdam sur la "Liste du patrimoine mondial en péril".

Année du rapport : 1996
Allemagne
Date d'inscription : 1990
Catégorie : Culturel
Critères : (i)(ii)(iv)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top