Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Casbah d'Alger

Algérie
Facteurs affectant le bien en 2013*
  • Activités de gestion
  • Erosion et envasement / dépôt
  • Infrastructures de transport souterrain
  • Modification du régime des sols
  • Perturbations du mode de vie et des systèmes de savoir traditionnels
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Érosion naturelle
  • Absence d’entretien des maisons d’habitation
  • Perte des techniques traditionnelles de conservation
  • Occupation des sols anarchique
  • Plan de sauvegarde non opérationnel
  • Manque de coordination des actions
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2013
Demandes approuvées : 5 (de 1993-2002)
Montant total approuvé : 92 600 dollars E.U.
2002 Mise en place d'un chantier-école de spécialisation aux ... (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
2000 Publication of "Croquis of the Old Algiers" (NOT ... (Approuvé)   5 000 dollars E.U.
1997 Training of 3 architects in safeguarding techniques for ... (Approuvé)   8 700 dollars E.U.
1995 Training of architects for the safeguarding plan of ... (Approuvé)   18 900 dollars E.U.
1993 Preparation of a safeguarding plan for Kasbah of Algiers (Approuvé)   10 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2013**

Septembre 2001 : mission de suivi réactif du Centre du patrimoine mondial ; de novembre 2007 à novembre 2009 : six missions du Centre du patrimoine mondial financées par l’État partie pour le plan de sauvegarde et la question du métro. 

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2013

Le 1er février 2013, un rapport sur l’état de conservation du bien a été soumis par l’État partie en réponse à la décision 35 COM 7B.47 (UNESCO, 2011). Le rapport donne un rapide aperçu des progrès accomplis dans la mise en œuvre des recommandations du Comité du patrimoine mondial.

a)  Impact du projet de métro sur la Place des Martyrs

L’État partie a précédemment rapporté que, sur la base de fouilles exploratoires qui ont mis au jour des vestiges archéologiques potentiellement intéressants au niveau de la Place des Martyrs, la station de métro, originellement prévue à une profondeur de 19 mètres, va désormais être descendue à 34 mètres afin de ne pas déranger le tissu archéologique. Il a également déclaré que les seuls éléments visuels du métro en surface seraient les points d’accès. Un musée sera également inclus dans le projet mais sera entièrement souterrain et accessible par l’un des points d’accès du métro.

Dans son rapport sur l’état de conservation, l’État partie a actualisé cette information pour faire savoir au Comité qu’un nouvel inventaire archéologique plus étendu confirmait l’existence d’importants vestiges archéologiques, dont une basilique avec des mosaïques polychromes et un cimetière. Un rapport détaillé des fouilles, incluant des documents visuels, a été soumis. Une autre étude archéologique doit être réalisée par les autorités nationales en coopération avec une équipe venant de France. L’État partie rapporte que des documents techniques, un plan détaillé et des plans d’aménagement pour la station de métro et le musée sont actuellement en préparation et seront transmis au Centre du patrimoine mondial dès leur achèvement.

b)  Information sur les projets envisagés pour la Place des Martyrs, en liaison avec le projet de la Baie d’Alger et le plan d’aménagement urbain de l’ensemble de la ville

L’État partie rapporte que le plan directeur urbain avait prévu un nouveau mémorial sur la Place des Martyrs, auquel le ministère de la Culture s’est opposé. Le rapport indique que le Bureau du Premier ministre a rallié l’avis du ministère de la Culture, que le projet a désormais formellement été annulé et que la Place des Martyrs restera un espace ouvert avec pour seuls impacts visuels les points d’accès au métro et au musée. L’État partie a récemment invité une mission consultative à examiner plusieurs projets envisagés. Les modalités de la mission sont actuellement étudiées entre l’État partie, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives.

c)  Plan cadastral

Suivant la demande du Comité du patrimoine mondial, l’État partie fait savoir qu’il a soumis un plan cadastral au Centre du patrimoine mondial en décembre 2012, dans le cadre du processus d’inventaire rétrospectif (voir Document WHC-13/37.COM/8D).

d)  État d’avancement du Plan permanent de sauvegarde et de valorisation du bien

L’État partie rapporte que le plan a été approuvé par décret le 21 mars 2012 et sera mis en œuvre par l’« Agence nationale des Secteurs sauvegardés ». Cette organisation a été créée en 2011 et commencera son travail par la nomination d’un directeur en août 2013.

Comme indiqué dans un précédent rapport, une première phase de mesures de conservation d’urgence a été effectuée en 2011. Une seconde phase destinée à mettre en œuvre les initiatives de protection et de mise en valeur est aujourd’hui en cours. Elle repose sur un engagement de 920 millions d’euros, sur une période de 10 ans, pris par l’État partie en mars 2012 dans le cadre de la Loi de finances 2013. Parmi les travaux devant être effectués, priorité est donnée à l’étude et à la restauration des constructions de propriété privée, sur la base d’un état des lieux déjà réalisé, les biens ayant le plus urgemment besoin d’être restaurés étant prioritaires.

 

L’État partie rapporte également qu’il actualise ses informations sur le statut légal de chaque construction et a mis en place un mécanisme de communication en vue d’interagir avec les propriétaires locaux, ce qui lui permettra de mieux comprendre leurs besoins et points de vue et de trouver avec eux des solutions adéquates. Par ce mécanisme, 266 demandes de conservation et réhabilitation d’édifices ont été faites et 120 propriétaires ont manifesté un intérêt pour vendre leurs biens à l’État.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2013

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent les constants efforts faits par l’État partie pour protéger la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien. En particulier, ils notent l’annulation du projet de mémorial sur la Place des Martyrs et les efforts accomplis pour minimiser les impacts matériels et visuels des projets d’accès à la station de métro. Ils prennent également note de l’engagement de l’État partie à obtenir des fonds substantiels pour les travaux de réhabilitation et de conservation dont le tissu urbain a urgemment besoin. Ils notent enfin la poursuite de l’inventaire archéologique qui améliorera la connaissance et la compréhension du bien.

 

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives considèrent qu’une évaluation d’impact sur le patrimoine est nécessaire afin de mieux comprendre l’impact des accès à la station de métro sur les attributs qui étayent la VUE du bien. 

Décisions adoptées par le Comité en 2013
37 COM 7B.46
Casbah d’Alger (Algérie) (C 565)

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7B,

2.  Rappelant la décision 35 COM 7B.47 , adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3.  Prend note des informations communiquées par l’État partie concernant les mesures prises pour protéger la valeur universelle exceptionnelle du bien et le félicite pour son engagement à obtenir des fonds substantiels pour les travaux de réhabilitation et de conservation dont le tissu urbain a urgemment besoin ;

4.  Encourage l’État partie à poursuivre ses efforts dans la mise en œuvre du Plan permanent de sauvegarde et de valorisation du bien approuvé ;

5.  Demande à l’État partie de soumettre, dès que possible, et avant qu’un quelconque engagement irréversible ne soit pris, une évaluation d’impact sur le patrimoine pour l’accès à la station de métro au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;

6.  Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015 , un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des points qui précèdent, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015.

37 COM 8D
Clarifications des limites et des superficies des biens par les Etats parties en réponse à l’Inventaire rétrospectif

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le Document WHC-13/37.COM/8D,

2. Rappelant la Décision 36 COM 8D, adoptée lors de sa 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012),

3. Reconnaît l’excellent travail accompli par les États parties dans la clarification de la délimitation de leurs biens du patrimoine mondial et les remercie pour leurs efforts visant à améliorer la crédibilité de la Liste du patrimoine mondial ;

4. Rappelle que le Centre du patrimoine mondial ainsi que les organisations consultatives ne seront pas en mesure d’examiner des propositions de modifications mineures ou importantes des limites pour les biens du patrimoine mondial dont les limites à l’époque de l’inscription ne sont pas claires ;

5. Prend note des clarifications des limites et des superficies de biens fournies par les États parties suivants en réponse à l’Inventaire rétrospectif, telles que présentées dans les annexes du Document WHC-13/37.COM/8D :

  • Algérie: Casbah d'Alger;
  • Allemagne : Ville hanséatique de Lübeck ; Usine sidérurgique de Völklingen ;
  • Brésil : Sanctuaire de Bon Jésus à Congonhas ; Brasilia ; Centre historique de São Luís ;
  • Cuba : Château de San Pedro de la Roca, Santiago de Cuba ;
  • Espagne : Vieille ville d’Ávila avec ses églises extra-muros; Ville historique de Tolède ; Ville historique fortifiée de Cuenca ; Palais de la musique catalane et hôpital de Sant Pau, Barcelone ;
  • Fédération de Russie : Centre historique de Saint-Pétersbourg et ensembles monumentaux annexes ; Kizhi Pogost ;
  • Mexique : Sian Ka’an ; Cité préhispanique et parc national de Palenque ; Centre historique de Puebla ; Ville historique de Guanajuato et mines adjacentes ; Centre historique de Morelia ; Sanctuaire de baleines d’El Vizcaino ; Centre historique de Zacatecas ; Peintures rupestres de la Sierra de San Francisco ; Zone archéologique de Paquimé, Casas Grandes ; Zone de monuments historiques de Tlacotalpan ;
  • Panama : Parc national du Darien ;
  • Paraguay : Missions jésuites de la Santísima Trinidad de Paraná et Jesús de Tavarangue ;
  • Pérou : Ville de Cuzco ; Site archéologique de Chavin ; Zone archéologique de Chan Chan ; Centre historique de Lima ; Parc national Río Abiseo ; Lignes et géoglyphes de Nasca et de Pampas de Jumana ;
  • République dominicaine : Ville coloniale de Saint-Domingue ;
  • Viet Nam : Ensemble de monuments de Huê ;

6. Demande aux États parties n’ayant pas encore répondu aux questions soulevées dans le cadre de l’Inventaire rétrospectif de bien vouloir fournir toutes les clarifications ainsi que la documentation demandée le plus rapidement possible et d’ici le 1 décembre 2013 au plus tard.

Projet de décision : 37 COM 7B.46

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7B,

2.  Rappelant la décision 35 COM 7B.47, adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3.  Prend note des informations communiquées par l’État partie concernant les mesures prises pour protéger la valeur universelle exceptionnelle du bien et le félicite pour son engagement à obtenir des fonds substantiels pour les travaux de réhabilitation et de conservation dont le tissu urbain a urgemment besoin ;

4.  Encourage l’État partie à poursuivre ses efforts dans la mise en œuvre du Plan permanent de sauvegarde et de valorisation du bien approuvé ;

5.  Demande à l’État partie de soumettre, dès que possible, et avant qu’un quelconque engagement irréversible ne soit pris, une évaluation d’impact sur le patrimoine pour l’accès à la station de métro au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;

6.  Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des points qui précèdent, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015.

 

Année du rapport : 2013
Algérie
Date d'inscription : 1992
Catégorie : Culturel
Critères : (ii)(v)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 37COM (2013)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top