Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Tyr

Liban
Facteurs affectant le bien en 2012*
  • Activités de gestion
  • Activités illégales
  • Habitat
  • Infrastructures de transport de surface
  • Infrastructures de transport maritime
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Vastes infrastructures et/ou installations touristiques / de loisirs
  • Autres menaces :

    Entretien insuffisant

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Nécessité de mettre en place une campagne internationale de sauvegarde  (problème résolu)
  • Construction d'un complexe touristique (remblaiement de la baie) (problème résolu)
  • Projet de construction d'un grand marché aux poissons (problème résolu)
  • Projet de construction d'une autoroute côtière (problème résolu)
  • Constructions incontrôlées  (problème résolu)
  • Projet de de construction d'un nouveau port de plaisance touristique (problème résolu)
  • Projet d'autoroute (problème résolu)
  • Besoin d'un Plan urbain général pour la ville
  • Absence de mécanisme de gestion (y compris de législation)
  • Développement urbain important et souvent incontrôlé 
  • Travaux publics, aménagements touristiques 
  • Absence de plan de gestion et de conservation 
  • Entretien insuffisant
  • Important projet d’autoroute à proximité du bien et réaménagement du port 
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2012

Montant total accordé au bien : 19.173 dollars EU entre 1997 et 2001 pour la Campagne de sauvegarde internationale.

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2012
Demandes approuvées : 4 (de 1986-2001)
Montant total approuvé : 29 000 dollars E.U.
2001 Installation of Plaques and Publication of Leaflets to ... (Approuvé)   2 500 dollars E.U.
2001 Geoarchaeological study for the ancient ports of Tyre (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1999 Photo Exhibition on Lebanese (Baalbeck and Tyre) and ... (Approuvé)   2 500 dollars E.U.
1986 Consultancy to evaluate damage to Tyre (Approuvé)   4 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2012**

2004 : mission d'évaluation par le Bureau de l'UNESCO à Beyrouth ; septembre 2006 : mission de l'UNESCO après le conflit de l'été 2006 ; février 2009 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS. 

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2012

Le 25 avril 2012, l'État partie a transmis un résumé des actions mises en œuvre en réponse à la décision prise par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session (UNESCO, 2011), en précisant qu'un rapport plus complet sera soumis avant la fin de mai 2012. En outre, l'État partie a reporté à plusieurs reprises les dates de la mission de suivi réactif de mars à fin mai 2012, ce qui n'aurait pas permis d'intégrer les conclusions de la mission aux documents de la 36e session du Comité du patrimoine mondial. Il est finalement convenu que la mission se déroulerait en septembre 2012.

L'État partie signale que la Direction générale des antiquités (DGA) a demandé au Conseil pour le développement et la reconstruction (CDR) le recrutement, dans le cadre du projet de la Banque mondiale "Patrimoine culturel et développement urbain" (CHUD), de quatre employés qualifiés pour aider la DGA à conserver et gérer le bien. Les travaux entrepris comprennent l'inventaire de la documentation existante et son organisation au sein d'une base de données qui doit être intégrée à la géodatabase, elle-même destinée à la création de la carte archéologique de Tyr. Ce travail servira de base documentaire à la révision des limites du bien du patrimoine mondial, à la création de zones tampons et d'une zone maritime protégée. Cette procédure se fera après consultation du projet CHUD et de la Municipalité de Tyr qui aideront à l'identification de zones potentielles d'intérêt archéologique sur la péninsule de Tyr. Une demande de modification mineure des limites du bien sera soumise avant février 2013.

Le résumé de l'État partie fait également état d'une nouvelle demande rectifiée pour la zone maritime protégée qui sera soumise au Conseil des ministres, tenant compte des informations les plus récentes pour garantir la protection des zones à haut potentiel archéologique. La documentation recueillie devrait également permettre d'aider à l'élaboration d'un plan de gestion. Il est précisé que la DGA travaille actuellement à l'élaboration d'un cadre et d'une stratégie de gestion tout en essayant de garantir le financement de l'élaboration pleine et entière du plan de gestion. Ce processus prévoit la consultation des partenaires et acteurs locaux concernés, y compris les autorités et les représentants de la société civile.

Enfin, l'ONG "Association internationale pour la sauvegarde de Tyr" a régulièrement alerté le Centre du patrimoine mondial et les médias sur les projets en cours susceptibles d'avoir des conséquences sur sa valeur universelle exceptionnelle du bien. Seule la visite de la mission permettra la confirmation de ces alertes.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2012

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives constatent que de précédents états de conservation et rapports de mission ont souligné l'existence de plusieurs conditions qui pourraient constituer une menace à la valeur universelle exceptionnelle du bien. Cela comprend la construction d'une autoroute qui pourrait avoir des conséquences pour les ressources archéologiques, la dégradation des matériaux, l'empiétement urbain et l'aménagement incontrôlé. Ils prennent également note de carences dans les dispositions de gestion et dans l'élaboration et l'application des mesures réglementaires qui n'ont pas été résolues à ce jour et ont empêché la protection effective du bien contre un aménagement urbain inadapté. Ils accueillent avec satisfaction les informations selon lesquelles un plan de gestion du bien va être élaboré, ses limites révisées et une zone tampon créée. Ils notent cependant avec inquiétude que les ressources disponibles sont limitées et l’information selon laquelle la situation ne devrait pas s'améliorer à court terme. En outre, des projets sont mis en œuvre, y compris le réaménagement de secteurs entiers, sans que des évaluations d’impact patrimonial n'aient été menées au préalable, ce qui pourrait s'avérer préjudiciable à la conservation des attributs qui confèrent sa valeur universelle exceptionnelle au bien.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives prennent note que des progrès limités ont été accomplis dans le traitement des menaces qui pèsent sur le bien, telles qu'identifiées dans le rapport de la mission de suivi réactif de 2009. Ce rapport déclarait que l'état de conservation général du bien était à l'époque dans un état alarmant et pourrait potentiellement justifier son inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Il n'y a eu, depuis lors, que peu d'informations suggérant que l'état de conservation général du bien s’était amélioré. 

Décisions adoptées par le Comité en 2012
36 COM 7B.52
Tyr (Liban) (C 299)

Le Comité du patrimoine mondial,

1.   Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7B.Add,

2.   Rappelant la décision 35 COM 7B.51, adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3.   Prend note des informations transmises par l’État partie sur la mise en œuvre d’actions dans le bien et le prie instamment de garantir les ressources nécessaires au traitement global des pressions exercées sur le bien et de donner la priorité à l’élaboration d’un plan de gestion ;

4.   Prie également instamment l’État partie de compléter la procédure de définition d’une zone tampon du bien, y compris l’élaboration des mesures réglementaires adaptées, afin de le protéger d’aménagements excessifs, et de soumettre une demande de modification mineure des limites du bien à cette fin, conformément aux paragraphes 163-165 des Orientations ;

5.   Demande que des évaluations d’impact patrimonial soient menées pour les projets entrepris dans les zones patrimoniales et que leurs conclusions ainsi que les détails techniques des projets d’aménagement soient soumis, conformément au paragraphe 172 des Orientations, au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives avant toute approbation et mise en œuvre ;

6.   Demande également à l’État partie, au Centre du patrimoine mondial et à l’ICOMOS d’organiser la mission de suivi réactif prévue avant fin 2012, afin d’évaluer tout changement dans l’état de conservation du bien depuis la mission de 2009 ;

7.   Demande par en outre février 2013, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des points ci-dessus, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013, en vue de considérer, en l’absence de progrès substantiels, la possibilité d’inscrire le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Projet de décision : 36 COM 7B.52

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7B.Add,

2. Rappelant la décision 35 COM 7B.51, adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3. Prend note des informations transmises par l'État partie sur la mise en œuvre d'actions dans le bien et le prie instamment de garantir les ressources nécessaires au traitement global des pressions exercées sur le bien et de donner la priorité à l'élaboration d'un plan de gestion ;

4. Prie également instamment l'État partie de compléter la procédure de définition d'une zone tampon du bien, y compris l'élaboration des mesures réglementaires adaptées, afin de le protéger d'aménagements excessifs, et de soumettre une demande de modification mineure des limites du bien à cette fin, conformément aux paragraphes 163-165 des Orientations ;

5. Demande que des évaluations d'impact patrimonial soient menées pour les projets entrepris dans les zones patrimoniales et que leurs conclusions ainsi que les détails techniques des projets d’aménagement soient soumis, conformément au paragraphe 172 des Orientations, au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives avant toute approbation et mise en œuvre ;

6. Demande également à l'État partie, au Centre du patrimoine mondial et à l'ICOMOS d'organiser la mission de suivi réactif prévue avant fin 2012, afin d'évaluer tout changement dans l'état de conservation du bien depuis la mission de 2009 ;

7. Demande par en outre février 2013, un rapport actualisé sur l'état de conservation du bien et la mise en œuvre des points ci-dessus, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013, en vue de considérer, en l’absence de progrès substantiel, la possibilité d’inscrire le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Année du rapport : 2012
Liban
Date d'inscription : 1984
Catégorie : Culturel
Critères : (iii)(vi)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 36COM (2012)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top