Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national Sangay

Équateur
Facteurs affectant le bien en 2007*
  • Activités illégales
  • Infrastructures de transport de surface
  • Modification du régime des sols
  • Élevage de bétail / pacage d’animaux domestiques
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Braconnage

b) Pacage illégal du bétail ;

c) Empiètement sur le périmètre du Parc ;

d) Construction non prévue d’une route. 

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2007

Montant total accordé au bien : 80 000 dollars EU 

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2007
Demandes approuvées : 2 (de 1985-1993)
Montant total approuvé : 58 500 dollars E.U.
1993 Equipement for Sangay National Park (Approuvé)   28 500 dollars E.U.
1985 Public awareness programmes for local communities and ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2007

Le Centre du patrimoine mondial a reçu un projet de rapport (en espagnol) de l’État partie en réponse à la décision 30 COM 7B.30 du Comité du patrimoine mondial, mais aucune version finale. Le rapport porte essentiellement sur l’avancement de la mise en œuvre du plan de gestion actualisé du Parc national Sangay, et plus particulièrement sur son régime foncier et de nouvelles solutions de développement économique dans la zone tampon du bien.

La direction du Parc a engagé en 2006 neuf nouveaux responsables de la conservation du Parc, grâce au soutien d’un projet financé par Gordon et Betty Moore. Ce projet va aussi aider à financer en 2007 la construction de cinq stations de suivi, l’acquisition et l’entretien de quatre véhicules, l’achat d’équipement de terrain pour les responsables de la conservation, et d’équipement de communication par radio (ce dernier équipement sera acquis après étude approfondie des besoins en matière de communication). La modernisation de la signalétique et des actuelles stations de suivi a également été effectuée, avec le soutien du Fonds national péruvien pour l’Environnement.

Une analyse des modifications de l’environnement entre 1987 et 2003 dans un quadrant de 24 000 ha le long de la route Guamote-Macas (en majorité à proximité du bien mais hors de son périmètre) a été réalisée avec le soutien du projet « Valoriser notre patrimoine », financé par la Fondation des Nations Unies (et géré par le Centre du patrimoine mondial). Les résultats des données fournies par télédétection montrent que la construction de la route a entraîné 4 % de perte de la couverture forestière dans cette zone (soit une perte de 1 069 ha), mais font aussi apparaître une repousse de la forêt le long de la route. Les terrains utilisés à des fins agricoles et pastorales ont augmenté de 10 % dans cette zone, en raison d’activités centrées sur deux sites habités de la région concernée.

Le « Projet Sangay », mis en place dans des zones de haute altitude et de basse altitude et avec différents groupes ethniques (quechuas, shuars et mestizos) a contribué à rechercher de nouvelles solutions de développement économique. Ce projet est centré sur la formation de guides locaux, la gestion des herbages, le développement de l’agroforesterie et le soutien à la création d’un artisanat local. Le rapport indique que les résultats sont limités vu l’ampleur relative du projet et la très grande étendue du Parc.

Une éducation à l’environnement, ainsi que des activités de renforcement institutionnel impliquant ces communautés et des organisations locales ont aussi été mises en place avec visites guidées pour les habitants, projections de films, expositions itinérantes et publication de brochures. L’action a surtout cherché à toucher la population vivant dans la partie amazonienne du Parc, avec la publication d’un manuel sur l’éducation à l’environnement destiné aux élèves et financé par la Fundación Natura.

Concernant les problèmes de régime foncier, le rapport indique qu’il y a très peu de présence humaine sur le site du patrimoine mondial : au total, 600 ha, soit environ 0,2 % des terres, ont été attribués à des communautés ou à des familles par dotations historiques. Le Ministère de l’Environnement a attiré l’attention sur la route Guamote-Macas et les problèmes fonciers associés pour s’efforcer de faire cesser les migrations vers cette zone. Un cadastre a été établi pour les terres bordant la route et les informations rassemblées ont aussi servi à aider l’Institut national pour le développement agricole à résoudre les conflits concernant l’utilisation des terres. On favorise maintenant dans cette région d’autres régimes d’utilisation des terres centrés sur l’utilisation durable des ressources et le contrôle du déboisement. Le rapport signale qu’on a officiellement retiré le statut de Parc à 15 659 ha le long de la route à l’issue d’un processus de négociation avec les communautés locales. Comme la route traverse des parties du Parc inscrites et non inscrites au patrimoine mondial, il n’est pas clair, au vu du rapport, de comprendre dans quelle mesure tout cela a une incidence sur le bien en tant que tel. Tout cela exige des précisions.

Le projet « Valoriser notre patrimoine » a également soutenu la conception et la mise en œuvre d’un système de suivi des bassins versants et des réseaux lacustres du bien. Ce travail va aboutir à la proposition d’inscription de certaines parties du bien dans le cadre de la Convention de Ramsar sur les zones humides.

Décisions adoptées par le Comité en 2007
31 COM 7B.40
Parc national Sangay (Équateur)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-07/31.COM/7B,

2. Ayant noté que le rapport adressé au Centre du patrimoine mondial est qualifié de projet de rapport, et regrettant que le rapport adressé au Centre du patrimoine mondial n'ait pas été rédigé dans l'une des deux langues de travail du Comité du patrimoine mondial,

3. Félicite l'État partie de l'avancement réalisé dans certains domaines comme la dotation en effectifs, la mise en place de solutions économiques de rechange et d'une éducation à l'environnement ;

4. Demande à l'État partie de fournir tous les détails sur l'apparent projet de réduction de la surface du bien, conformément aux paragraphes 163-165 des Orientations, ainsi qu'une carte actualisée montrant clairement les limites du bien, avant le 1er février 2008, pour examen par le Comité à sa 32e session, en 2008.

Projet de décision : 31 COM 7B.40

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-07/31.COM/7B,

2. Ayant noté que le rapport adressé au Centre du patrimoine mondial est qualifié de projet de rapport,

3. Regrette que le rapport adressé au Centre du patrimoine mondial n’ait pas été rédigé dans l’une des deux langues de travail du Comité du patrimoine mondial ;

4. Demande à l’État partie de fournir tous les détails sur l’apparent projet de réduction de la surface du bien, conformément aux paragraphes 163-165 des Orientations, ainsi qu’une carte actualisée montrant clairement les limites du bien, avant le 1er février 2008,pour examen par leComité à sa 32e session, en 2008. 

Année du rapport : 2007
Équateur
Date d'inscription : 1983
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(viii)(ix)(x)
Liste en péril (dates) : 1992-2005
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 31COM (2007)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top