Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Réserves de la cordillère de Talamanca-La Amistad / Parc national La Amistad

Costa Rica, Panama
Facteurs affectant le bien en 2021*
  • Activités illégales
  • Infrastructures hydrauliques
  • Modification du régime des sols
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Élevage de bétail / pacage d’animaux domestiques
  • Autres menaces :

    Absence d’un programme de suivi biologique à long terme

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Infrastructures hydrauliques - Construction de barrages hydroélectriques près du bien au Panama et effets connexes (présence humaine accrue près du bien, interruption du couloir de migration d’espèces aquatiques) - Approbation d’un nouveau projet hydroélectrique (Changuinola II ou CHAN 140) sans que l’évaluation environnementale stratégique (EES) concernant tout le bien n’ait été finalisée
  • Absence d’un programme de suivi biologique à long terme que puisse mettre en œuvre les mesures d’atténuation qui minimisent les impacts négatifs sur le bien causés par les projets hydroélectriques
  • Modification du régime des sols (empiètements) et élevage de bétail / pacage d’animaux domestiques (établissements humains, élevage bovin)
  • Projet de construction de routes à travers le bien dans la partie panaméenne (problème résolu)
  • Activités illégales
  • Système de gestion/plan de gestion
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2021

Montant total accordé: 30 000 dollars EU du Fonds de Réponse Rapide

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2021
Demandes approuvées : 9 (de 1982-1997)
Montant total approuvé : 276 350 dollars E.U.
1997 Technical assistance for Talamanca-La Amistad (NOT ... (Approuvé)   19 900 dollars E.U.
1992 Repair of damage to housing of staff at Talamanca -La ... (Approuvé)   10 000 dollars E.U.
1990 La Amistad: construction of 3 guard posts, purchase of ... (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
1990 Various conservation and training activities for La ... (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
1988 Equipment and financial contribution for strengthening ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1985 Improvement of infrastructure, implementation of the ... (Approuvé)   40 000 dollars E.U.
1985 Strengthening the protection and management of ... (Approuvé)   32 150 dollars E.U.
1983 Training programme, improvement of infrastructures and ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1982 In situ training of wardens of La Amistad Reserve (Approuvé)   14 300 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2021**

Février 2008 : mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/UICN ; décembre 2011 : mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/UICN ; janvier 2013 : mission suivi réactif de l’UICN ; janvier 2016 : mission suivi réactif de l’UICN

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2021

Le 1er décembre 2020, les États parties ont soumis un rapport conjoint sur l’état de conservation, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/205/documents, qui rend compte des avancées suivantes :

  • Les États parties ont continué à combattre les activités illégales au sein du bien en effectuant de nombreuses patrouilles, notamment binationales dans les secteurs Caraïbes et Pacifique avec des gardes forestiers des deux pays. Toutefois, les patrouilles binationales ont été suspendues en 2020 en raison de la pandémie de COVID-19 ;
  • Des opérations de sensibilisation ont été organisées avec la communauté et la société civile, dans le but de contrer les menaces. De plus, les États parties signalent avoir reçu le soutien d’ONG pour renforcer la conservation du bien ;
  • Malgré des lenteurs, l’actualisation du plan de gestion du parc international La Amistad au Panama se poursuit. Des consultants ont été identifiés et le document est attendu pour mi-2021. Le plan général de gestion (PGG) du parc international La Amistad côté costaricien a été actualisé en 2019 et approuvé par les autorités compétentes en 2020. Les PGG pour les autres parcs nationaux costariciens qui composent le bien demeurent valides et le PGG pour la zone de protection de Las Tablas se trouve à un stade d’élaboration avancé ;
  • La réactivation du projet de barrage de Changuinola II (CHAN II) n’est pour l’heure pas envisagée. L’État partie du Panama convient que le projet est inclus dans la planification nationale élaborée dans les années 1970, avant l’inscription du bien, mais reconnaît ses engagements en vertu de la Convention et confirme que des consultations préalables avec le Centre du patrimoine mondial seraient engagées si le projet était à nouveau envisagé ;
  • Tandis que l’évaluation environnementale stratégique (EES) pour le côté panaméen du bien a été achevée et approuvée, la procédure n’est pas encore terminée au Costa Rica. Le document devrait être achevé fin 2021, en incluant la procédure d’harmonisation avec l’EES préparée au Panama ;
  • Les activités de suivi écologique en lien avec les barrages Hidroecológica del Teribe SA (Bonyic) et AES Changuinola (CHAN I), situés dans la forêt protégée de Palo Seco au Panama, ont fait l’objet de rapports trimestriels en 2019-2020. Ces activités ont porté sur le suivi de la faune aquatique et terrestre dans la rivière et l’écosystème environnant sous administration et/ou utilisation des centrales hydrauliques respectives. Un suivi supplémentaire en vertu des plans d’exploitation annuels des projets respectifs a été au titre desavec Hidroecológica del Teribe SA (Bonyic), avec subvention du Fonds pour l’eau, les aires protégées et la faune pour les activités de suivi pour le barrage CHAN I.
Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2021

Les efforts soutenus des États parties pour combattre les activités illégales au sein du bien, en particulier à travers une coopération bilatérale, sont salués. Les mesures prises à ce jour dans l’élaboration des plans de gestion respectifs pour la partie parc international La Amistad du bien sont notées. L’État partie du Panama doit être encouragé à transmettre le plan de gestion d’ici mi-2021, comme prévu, pour garantir une protection uniforme sur l’ensemble de la zone transfrontalière du bien.

Il convient également d’accueillir favorablement le fait que le projet du barrage de Changuinola II (CHAN II) n’ait à ce jour pas été réactivé. Rappelant la position du Comité selon laquelle tout développement de nouveaux projets hydroélectriques avant la finalisation et l’examen approprié de l’EES pour l’ensemble du bien constituerait un danger pour la VUE du bien conformément au paragraphe 180 des Orientations, l’État partie a réaffirmé son engagement envers ses obligations en vertu de la Convention et il est pris note que, si la réactivation du projet venait à être envisagée, des consultations préalables avec le Centre du patrimoine mondial seraient engagées, comme il l’a confirmé.

Il demeure préoccupant que l’EES pour l’ensemble du bien n’ait pas été finalisée en 2019, comme demandé par le Comité et il est recommandé au Comité de réitérer sa demande aux États parties de finaliser l’EES générale pour l’ensemble du bien, pour soumission le plus tôt possible et au plus tard le 1er février 2022.

Il est recommandé que le Comité réitère également sa position, conformément à la décision 40 COM 7 (paragraphe 17), selon laquelle tout développement de nouveaux projets hydroélectriques avant la finalisation et l’examen approprié de l’EES pour l’ensemble du bien constituerait un danger pour la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien conformément au paragraphe 180 des Orientations à même de conduire à son inscription potentielle sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Les activités de suivi entreprises au titre des contrats de concession pour Hidroecológica del Teribe S.A. (Bonyic) et AES Changuinola (CHAN I) sont notées. Il est recommandé au Comité de demander à l’État partie du Panama de maintenir ces efforts, y compris au moyen d’un financement durable, afin de mettre en place des programmes de suivi à long terme pour les deux projets et d’en utiliser les conclusions pour concevoir des mesures d’atténuation appropriées afin de garantir que la VUE du bien ne subit aucun impact négatif, et de prendre en outre en considération les procédures de suivi et leurs conclusions dans l’EES générale pour l’ensemble du bien.

Décisions adoptées par le Comité en 2021
44 COM 7B.197
Réserves de la cordillère de Talamanca-La Amistad / Parc national La Amistad (Costa Rica, Panama) (N 205bis)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/21/44.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 43 COM 7B.25, adoptée à sa 43e session (Bakou, 2019),
  3. Salue les efforts constants des États parties pour combattre les activités illégales au sein du bien, en dépit de la pandémie de COVID-19, notamment grâce à un renforcement des dispositions institutionnelles et des patrouilles dans le cadre d’une coopération bilatérale ;
  4. Note les mesures prises pour garantir une gestion transfrontalière efficace de la partie parc international La Amistad du bien, incluant la finalisation et l’adoption du plan général de gestion pour le parc international La Amistad au Costa Rica et encourage l’État partie du Panama à finaliser le plan de gestion pour la partie panaméenne du bien d’ici mi-2021 afin de garantir une protection uniforme sur l’ensemble de cette zone transfrontalière contiguë du bien, et demande aux États parties de soumettre ces plans pour examen par le Centre du patrimoine mondial et l’UICN ;
  5. Réitérant sa position selon laquelle tout développement de nouveaux projets hydroélectriques avant la finalisation et l’examen approprié de l’évaluation environnementale stratégique (EES) pour l’ensemble du bien constituerait un danger pour la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien conformément au paragraphe 180 des Orientations, accueille également favorablement le fait que le projet de construction du barrage de Changuinola II (CHAN II) n’ait à ce jour pas été réactivé et note également l’engagement réaffirmé de l’État partie envers ses obligations en vertu de la Convention et le fait qu’il ait confirmé que, si la réactivation du projet venait à être envisagée, des consultations préalables avec le Centre du patrimoine mondial seraient engagées ;
  6. Regrette que l’EES pour l’ensemble du bien n’ait pas été achevée en 2019 comme demandé par le Comité et demande également aux États parties de finaliser l’EES pour l’ensemble du bien en 2021 et de la soumettre au Centre du patrimoine mondial, pour examen par l’UICN, dès qu’elle sera disponible et au plus tard 1er février 2022 ;
  7. Note en outre les efforts de l’État partie du Panama pour assurer un suivi des activités du barrage CHAN I et du barrage Bonyic, et demande de plus à l’État partie de poursuivre ces efforts pour mettre en place des programmes de suivi à long terme pour les projets, et d’en utiliser les conclusions pour concevoir des mesures d’atténuation appropriées afin de garantir que la VUE du bien ne subit aucun impact négatif, et de prendre en considération les procédures de suivi et leurs conclusions dans l’EES générale pour l’ensemble du bien ;
  8. Demande enfin aux États parties de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2022, un rapport conjoint actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 46e session.
Projet de décision : 44 COM 7B.197

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/21/44.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 43 COM 7B.25, adoptée à sa 43e session (Bakou, 2019),
  3. Salue les efforts constants des États parties pour combattre les activités illégales au sein du bien, en dépit de la pandémie de COVID-19, notamment grâce à un renforcement des dispositions institutionnelles et des patrouilles dans le cadre d’une coopération bilatérale ;
  4. Note les mesures prises pour garantir une gestion transfrontalière efficace de la partie parc international La Amistad du bien, incluant la finalisation et l’adoption du plan général de gestion pour le parc international La Amistad au Costa Rica et encourage l’État partie du Panama à finaliser le plan de gestion pour la partie panaméenne du bien d’ici mi-2021 afin de garantir une protection uniforme sur l’ensemble de cette zone transfrontalière contiguë du bien, et demande aux États parties de soumettre ces plans pour examen par le Centre du patrimoine mondial et l’UICN ;
  5. Réitérant sa position selon laquelle tout développement de nouveaux projets hydroélectriques avant la finalisation et l’examen approprié de l’évaluation environnementale stratégique (EES) pour l’ensemble du bien constituerait un danger pour la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien conformément au paragraphe 180 des Orientations, accueille également favorablement le fait que le projet de construction du barrage de Changuinola II (CHAN II) n’ait à ce jour pas été réactivé et note également l’engagement réaffirmé de l’État partie envers ses obligations en vertu de la Convention et le fait qu’il ait confirmé que, si la réactivation du projet venait à être envisagée, des consultations préalables avec le Centre du patrimoine mondial seraient engagées ;
  6. Regrette que l’EES pour l’ensemble du bien n’ait pas été achevée en 2019 comme demandé par le Comité et demande également aux États parties de finaliser l’EES pour l’ensemble du bien en 2021 et de la soumettre au Centre du patrimoine mondial, pour examen par l’UICN, dès qu’elle sera disponible et au plus tard 1er février 2022 ;
  7. Note en outre les efforts de l’État partie du Panama pour assurer un suivi des activités du barrage CHAN I et du barrage Bonyic, et demande de plus à l’État partie de poursuivre ces efforts pour mettre en place des programmes de suivi à long terme pour les projets, et d’en utiliser les conclusions pour concevoir des mesures d’atténuation appropriées afin de garantir que la VUE du bien ne subit aucun impact négatif, et de prendre en considération les procédures de suivi et leurs conclusions dans l’EES générale pour l’ensemble du bien ;
  8. Demande enfin aux États parties de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2022, un rapport conjoint actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 46e session en 2023.
Année du rapport : 2021
Costa Rica Panama
Date d'inscription : 1983
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(viii)(ix)(x)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2020) .pdf
arrow_circle_right 44COM (2021)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top