Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Réserves de la cordillère de Talamanca-La Amistad / Parc national La Amistad

Costa Rica, Panama
Facteurs affectant le bien en 2019*
  • Activités illégales
  • Infrastructures hydrauliques
  • Modification du régime des sols
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Élevage de bétail / pacage d’animaux domestiques
  • Autres menaces :

    Absence d’un programme de suivi biologique à long terme

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Infrastructures hydrauliques - Construction de barrages hydroélectriques près du bien au Panama et effets connexes (présence humaine accrue près du bien, interruption du couloir de migration d’espèces aquatiques) - Approbation d’un nouveau projet hydroélectrique (Changuinola II ou CHAN 140) sans que l’évaluation environnementale stratégique (EES) concernant tout le bien n’ait été finalisée
  • Absence d’un programme de suivi biologique à long terme que puisse mettre en œuvre les mesures d’atténuation qui minimisent les impacts négatifs sur le bien causés par les projets hydroélectriques
  • Modification du régime des sols (Empiètements) et élevage de bétail / pacage d’animaux domestiques (établissements humains, élevage bovin)
  • Projet de construction de routes à travers le bien dans la partie panaméenne (problème résolu)
  • Activités illégales
  • Système de gestion/plan de gestion
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2019

Montant total accordé: 30 000 dollars EU du Fonds de Réponse Rapide

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2019
Demandes approuvées : 9 (de 1982-1997)
Montant total approuvé : 276 350 dollars E.U.
1997 Technical assistance for Talamanca-La Amistad (NOT ... (Approuvé)   19 900 dollars E.U.
1992 Repair of damage to housing of staff at Talamanca -La ... (Approuvé)   10 000 dollars E.U.
1990 La Amistad: construction of 3 guard posts, purchase of ... (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
1990 Various conservation and training activities for La ... (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
1988 Equipment and financial contribution for strengthening ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1985 Improvement of infrastructure, implementation of the ... (Approuvé)   40 000 dollars E.U.
1985 Strengthening the protection and management of ... (Approuvé)   32 150 dollars E.U.
1983 Training programme, improvement of infrastructures and ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1982 In situ training of wardens of La Amistad Reserve (Approuvé)   14 300 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2019**

Février 2008 : mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/UICN ; décembre 2011 : mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/UICN ; janvier 2013 : mission suivi réactif de l’UICN ; janvier 2016 : mission suivi réactif de l’UICN

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2019

Les États parties du Costa Rica et du Panama ont soumis un rapport conjoint sur l'état de conservation du bien le 30 novembre 2018, disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/205/documents/, qui note les progrès suivants :

  • Les actions engagées pour combattre les activités illégales au sein du bien se poursuivent grâce à de nombreuses patrouilles, comprenant des survols et des patrouilles binationales dans les endroits où l'incidence des activités illégales est élevée. À la mi-2018, aucune plainte n'avait été déposée pour infraction à la législation environnementale ou pour atteinte à l'environnement ;
  • La collaboration et la gestion bilatérales ont été renforcées grâce à des réunions conjointes de l'Unité technique binationale d'exécution pour la gestion du bien (UTEB-PILA), qui a récemment fait l'objet de modifications réglementaires pour améliorer ses opérations. Les deux États parties travaillent actuellement à l’actualisation du plan de gestion du Parc international de La Amistad (PILA), notamment sur la coopération et la gestion du bien ;
  • L'évaluation environnementale stratégique (EES) du côté panaméen du bien a été achevée et approuvée, tandis que le processus reste en cours du côté costaricien. Compte tenu de l'expérience limitée des deux États parties en matière d'élaboration d'EES, un appui technique a été demandé au Bureau régional de l'UICN pour le Mexique, l'Amérique centrale et les Caraïbes (ORMACC). Une séance de formation organisée en septembre 2018 a permis au Costa Rica d'élaborer un cahier des charges pour la préparation de l'EES transfrontalière et de réajuster les directives relatives aux appels d'offres pour le processus. L'EES globale pour l'intégralité du bien sera soumise au Centre du patrimoine mondial lorsque le processus au Costa Rica sera achevé et approuvé ;
  • A ce jour, rien n’indique la réactivation du projet de barrage de Changuinola II (CHAN II), mais l'État partie du Panama rappelle que ce type de projet est autorisé dans la zone où le projet devait être situé (zone d'utilisation intensive de la forêt protégée de Palo Seco) et se fonde sur la planification nationale du secteur de l’énergie du Panama, élaborée dans les années 1970 (c'est-à-dire avant l’inscription) ;
  • Plusieurs activités de suivi liées aux barrages Chan 75 (ou CHAN I) et Bonyic ont été réalisées en 2017-2018, notamment le suivi des espèces de mammifères et de la structure forestière. Dans le secteur du barrage CHAN I, les informations recueillies peuvent être utilisées pour le maintien de la richesse et de la composition des espèces de poissons et de crevettes en amont du barrage par des activités de repeuplement.
Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2019

Les efforts constants des États parties pour combattre les activités illégales au sein du bien et renforcer les dispositions institutionnelles en vue d'améliorer la coopération et la gestion bilatérales sont notés avec appréciation.

Bien qu'il soit noté que le projet de barrage de Changuinola II (CHAN II) n'a pas été réactivé à ce jour, l'État partie du Panama n'a pas confirmé l’entrée en vigueur officielle de la décision d'annuler le contrat, ni si cette annulation signifie que le projet est abandonné, comme demandé par le Comité du patrimoine mondial.

Il est pris note des progrès réalisés en vue de l’achèvement de l'EES transfrontalière intégrée demandée par le Comité, à savoir que le processus a été achevé et approuvé du côté panaméen du bien et qu'il est toujours en cours pour la partie costaricaine, en coopération avec le Bureau ORMACC de l'UICN pour renforcer les capacités des acteurs concernés dans le domaine de l'EES. Tout en saluant l'engagement des États parties à faire en sorte que l'EES soit élaborée correctement, il est préoccupant que l'EES de l’intégralité du bien n'ait pas été finalisée en 2018, comme l'avait demandé le Comité. Il est recommandé au Comité de demander aux États parties de finaliser l’EES complète pour l'intégralité du bien en 2019 pour soumission dans les meilleurs délais.

Il est recommandé au Comité de réitérer sa position, conformément à sa décision 40 COM 7 (paragraphe 17), selon laquelle tout développement de nouveaux projets hydroélectriques avant la finalisation et l'examen approprié de l'EES pour l'ensemble du bien constituerait un péril pour la VUE de celui-ci, conformément au paragraphe 180 des Orientations et conduirait à son inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

En ce qui concerne les activités de suivi de barrages Bonyic et CHAN I, il convient de noter que les sociétés Hidroecológica del Teribe S.A. (Bonyic) et AES Changuinola (CHAN I) ont été invitées à présenter un rapport détaillé du programme biologique-écologique requis dans le cadre des contrats de concession. Un certain nombre d'études, réalisées pour la période 2017-2018, ont produit des informations importantes sur la composition spécifique des poissons et des crevettes en amont du barrage CHAN I, qui constitueraient, selon le rapport, une base importante pour planifier d’éventuelles activités futures de repeuplement dans le cadre des mesures d’atténuation. Il est recommandé au Comité de demander à l'État partie du Panama de poursuivre ces efforts, de mettre en place des programmes de suivi à long terme pour les deux projets afin d'évaluer l'efficacité des mesures d'atténuation et de veiller à ce que les résultats de ce suivi soient pris en compte lors de la finalisation de l'EES pour l’intégralité du bien. 

Décisions adoptées par le Comité en 2019
43 COM 7B.25
Réserves de la cordillère de Talamanca-La Amistad / Parc national La Amistad (Costa Rica, Panama) (N 205bis)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/19/43.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 41 COM 7B.13, adoptée à sa 41e session (Cracovie, 2017),
  3. Se félicite des efforts déployés par les États parties pour combattre les activités illégales au sein du bien, pour renforcer les dispositions institutionnelles en vue d'améliorer la coopération et la gestion bilatérales et pour actualiser le plan de gestion dans les deux pays ;
  4. Prend note avec satisfaction que le projet de construction du barrage de Changuinola II (CHAN II) n'a pas été réactivé à ce jour, mais regrette également que l'État partie du Panama n'ait pas fourni d'informations définitives sur l'état du projet, et réitère également sa demande à l'État partie du Panama de confirmer si le contrat a été annulé et de préciser si le projet de centrale hydroélectrique est abandonné ;
  5. Notant avec satisfaction l'achèvement de l'évaluation environnementale stratégique (EES) pour la partie panaméenne du bien et le lancement du processus pour la partie costaricaine, regrette toutefois que l'EES pour l'intégralité du bien n'ait pas été achevée en 2018 comme demandé par le Comité et demande aux États parties de finaliser l'EES pour l’intégralité du bien en 2019 et de la soumettre au Centre du patrimoine mondial pour étude par l'UICN dès qu’elle sera disponible ;
  6. Rappelant également la décision 40 COM 7 (paragraphe 17), adoptée à sa 40e session en 2016, réitère sa position selon laquelle tout développement de nouveaux projets hydroélectriques avant la finalisation et l'examen par l'UICN de l'EES pour l'intégralité du bien constituerait un danger pour la valeur universelle exceptionnelle (VUE) de celui-ci, conformément au paragraphe 180 des Orientations, et conduirait à son inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril ;
  7. Notant les efforts de l'État partie du Panama pour suivre les activités du barrage CHAN I et du barrage Bonyic, réitère sa demande à l'État partie de poursuivre ces efforts et de mettre en place des programmes de suivi à long terme pour les projets afin d'évaluer l'efficacité des mesures d'atténuation et de s'assurer que les résultats de ce suivi sont pris en compte lors de la finalisation de l'EES pour l’intégralité du bien ;
  8. Demande également aux États parties de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2020, un rapport conjoint actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 45e session en 2021
Projet de décision : 43 COM 7B.25

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/19/43.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 41 COM 7B.13, adoptée à sa 41e session (Cracovie, 2017),
  3. Se félicite des efforts déployés par les États parties pour combattre les activités illégales au sein du bien, pour renforcer les dispositions institutionnelles en vue d'améliorer la coopération et la gestion bilatérales et pour actualiser le plan de gestion dans les deux pays ;
  4. Prend note avec satisfaction que le projet de construction du barrage de Changuinola II (CHAN II) n'a pas été réactivé à ce jour, mais regrette également que l'État partie du Panama n'ait pas fourni d'informations définitives sur l'état du projet, et réitère également sa demande à l'État partie du Panama de confirmer si le contrat a été annulé et de préciser si le projet de centrale hydroélectrique est abandonné ;
  5. Notant avec satisfaction l'achèvement de l'évaluation environnementale stratégique (EES) pour la partie panaméenne du bien et le lancement du processus pour la partie costaricaine, regrette toutefois que l'EES pour l'intégralité du bien n'ait pas été achevée en 2018 comme demandé par le Comité et demande aux États parties de finaliser l'EES pour l’intégralité du bien en 2019 et de la soumettre au Centre du patrimoine mondial pour étude par l'UICN dès qu’elle sera disponible ;
  6. Rappelant également la décision 40 COM 7 (paragraphe 17), adoptée à sa 40e session en 2016, réitère sa position selon laquelle tout développement de nouveaux projets hydroélectriques avant la finalisation et l'examen par l'UICN de l'EES pour l'intégralité du bien constituerait un danger pour la valeur universelle exceptionnelle (VUE) de celui-ci, conformément au paragraphe 180 des Orientations, et conduirait à son inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril ;
  7. Notant les efforts de l'État partie du Panama pour suivre les activités du barrage CHAN I et du barrage Bonyic, réitère sa demande à l'État partie de poursuivre ces efforts et de mettre en place des programmes de suivi à long terme pour les projets afin d'évaluer l'efficacité des mesures d'atténuation et de s'assurer que les résultats de ce suivi sont pris en compte lors de la finalisation de l'EES pour l’intégralité du bien ;
  8. Demande également aux États parties de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erdécembre 2020, un rapport conjoint actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 45e session en 2021.
Année du rapport : 2019
Costa Rica Panama
Date d'inscription : 1983
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(viii)(ix)(x)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2018) .pdf
arrow_circle_right 43COM (2019)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top