Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Ensemble de bâtiments anciens des montagnes de Wudang

Chine
Facteurs affectant le bien en 2018*
  • Activités de gestion
  • Impacts des activités touristiques / de loisirs des visiteurs
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Activités de gestion (Proposition du projet de relèvement du palais Yuzhen sur le site)
  • Systèmes de gestion/Plan de gestion (Demande d’une approche de gestion du patrimoine vivant)
  • Impacts du tourisme / de loisirs des visteurs (Le développement du tourisme a commencé à atteindre une masse critique)
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2018
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2018**

Mars 2014 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ ICOMOS/ICCROM

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2018

L’État partie a soumis le 29 novembre 2017 un rapport sur l’état de conservation du bien, qui est disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/705/documents/ et fournit les informations suivantes :

  • La conception de la plateforme surélevée du palais de Yuzhen a été revue pour obtenir une berge plus naturelle, et les travaux sur la plateforme sont terminés. De plus, des travaux sont en cours pour réinstaller les constructions et vestiges archéologiques sur la plateforme surélevée. Des activités sont également en cours pour installer des expositions qui permettront aux visiteurs de pleinement appréhender les travaux qui ont eu lieu au palais ;
  • Un projet de plan de gestion et de protection a été élaboré en 2014, et une consultation de professionnels du patrimoine et d’autres parties prenantes a eu lieu pour y apporter des améliorations. Grâce aux conclusions de cette consultation, un plan révisé a été élaboré et sera bientôt soumis au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;
  • Un système de gestion des visiteurs a également été conçu et est actuellement mis en œuvre. Le nombre annuel total de visiteurs du bien est presque de 2 millions, avec des pointes quotidiennes à 10 000 visiteurs. L’État partie indique qu’il tente d’orienter le trafic touristique vers d’autres parties paysagères du bien et de limiter la combustion d’encens, qui est susceptible de poser des problèmes de qualité de l’air ;
  • La réglementation municipale pour la protection du bien a été adoptée et mise en œuvre dès septembre 2017 ;
  • L’État partie considère que seuls 49 des 62 composantes qui constituent le « site protégé de patrimoine culturel de priorité nationale – Ensemble de bâtiments anciens des montagnes de Wudang » font en réalité partie du bien du patrimoine mondial, et que les 13 composantes restants sont éloignés des montagnes de Wudang et n’ont par conséquent pas été intégrés au bien inscrit. L’État partie demande par conséquent au Centre du patrimoine mondial de modifier la brève synthèse de la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle (DVUE) pour prendre en compte cette clarification ;
  • Dans une annexe qui contient le rapport sur l’état de conservation du bien de 2015, l’État partie explique qu’il existe des zones tampons autour de chacun des composantes du bien, plutôt qu’une zone tampon plus étendue qui engloberait l’intégralité de la zone paysagère nationale des montagnes de Wudang.

Le 30 mars 2018, la Directrice du Centre du patrimoine mondial a demandé à l’État partie d’apporter des éclaircissements, grâce à une documentation adaptée, sur la zone tampon du bien et les composantes inscrites. Aucune information n’a été transmise par l’État partie au moment de la rédaction de ce document de travail.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2018

Les travaux en cours sur la plateforme du palais Yuzhen et la nouvelle conception de la berge, plus naturelle, sont notés. Il est également noté que des travaux sont en cours s’agissant de la réinstallation des constructions et vestiges archéologiques sur le site, tous conformes aux recommandations de la mission de 2014 et à la Décision 40 COM 7B.30 du Comité. Il est recommandé que le Comité demande à l’État partie de fournir un rapport d’avancement sur les travaux de réinstallation en cours.

Les préoccupations demeurent toutefois quant à la capacité de charge touristique du bien, en particulier pendant les pointes de fréquentation de la saison touristique et lors de jours fériés spécifiques. Cela vaut pour le bien en général, dont les liens entre éléments culturels et éléments naturels du paysage sont très fragiles, et en particulier pour des zones plus sensibles du bien comme le Sanctuaire d’Or. Tout en reconnaissant qu’un système de gestion des visiteurs a été mis en place, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives considèrent que des études spécifiques devraient être menées dans tous les composantes du bien pour avoir une meilleure compréhension de la capacité de charge, garantir la conservation matérielle nécessaire du bien et de son cadre, et veiller à ce que l’expérience des visiteurs ne soit pas compromise par la surfréquentation ponctuelle d’une composante. Les conclusions de ces études devraient ensuite être traduites dans un plan de gestion des visiteurs pour le bien.

L’instauration d’une réglementation municipale pour la protection du bien est positive, mais le plan de protection et de gestion du bien devrait être finalisé et soumis dès que possible au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives.

Les éclaircissements quant au nombre de composantes du bien et par conséquent la révision de la DVUE devront faire l’objet d’une décision du Comité. Il est par conséquent recommandé qu’une réunion soit organisée avec des représentants de l’État partie, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives afin d’éclaircir les enjeux globaux (précision des limites et révision de la DVUE) et les démarches nécessaires pour les résoudre.

Étant donné les qualités paysagères du bien, la nécessaire préservation de l’intégrité de ses composantes, leurs relations mutuelles, et les principaux points de vue vers et depuis ces composantes, l’établissement de zones tampons propres à chaque composante n’est pas considéré comme satisfaisant pour protéger la VUE du bien. En revanche, une zone tampon de taille appropriée qui engloberait tous les composantes et correspondrait à la zone protégée plus étendue de la zone historique et paysagère des montagnes de Wudang apparaît nécessaire. Cette zone tampon plus étendue correspond à celle qui avait été proposée au moment de l’inscription, comme cela apparaissait dans le rapport d’évaluation de l’ICOMOS, lequel indiquait que selon l’État partie, il était clair que « la zone protégée du parc [correspondait] à la zone tampon ». Ce point devrait aussi être éclairci durant la réunion recommandée ci-dessus.

Décisions adoptées par le Comité en 2018
42 COM 7B.1
Ensemble de bâtiments anciens des montagnes de Wudang (Chine) (C 705)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/7B.Add,
  2. Rappelant la décision 40 COM 7B.30 adoptée à sa 40session (Istanbul/UNESCO, 2016),
  3. Note la nouvelle conception de la berge et les avancées effectuées pour finaliser la surélévation du palais Yuzhen, et demande à l’État partie de fournir un rapport d’avancement sur les travaux de réinstallation en cours ;
  4. Demande également que l’État partie donne davantage d’informations sur le système de gestion des visiteurs en place, et en particulier que des études spécifiques soient menées dans toutes les composantes du bien pour avoir une meilleure compréhension des capacités de charge, et guider la préparation d’un plan de gestion des visiteurs, de manière à garantir la conservation matérielle nécessaire du bien et de son cadre, et veiller également à ce que l’expérience des visiteurs ne soit pas compromise par la surfréquentation ponctuelle d’une composante ;
  5. Accueille favorablement l’instauration d’une réglementation municipale pour la protection et demande en outre que le plan de protection et de gestion du bien soit finalisé et soumis dès que possible au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;
  6. Demande par ailleurs à l’État partie d’organiser une réunion avec des représentants du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives pour éclaircir les enjeux suivants et déterminer les démarches nécessaires pour les résoudre :
    1. Détermination finale du nombre de composantes du bien,
    2. Révision éventuelle de la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle (DVUE) pour le bien, en fonction du nombre final de composantes,
    3. Révision de la zone tampon pour lui donner une étendue suffisante et ainsi protéger l’intégralité du bien et de son cadre ;
  7. Demande de plus, en complément des conclusions de la réunion ci-dessus mentionnée, que l’État partie prépare et soumette une documentation appropriée pour examen par le Comité du patrimoine mondial à la session suivante, particulièrement s’agissant du nombre final de composantes, de la définition de la zone tampon et de la DVUE ;
  8. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2019, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 44e session en 2020.
Projet de décision : 42 COM 7B.1

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/7B.Add,
  2. Rappelant la décision 40 COM 7B.30 adoptée à sa 40esession (Istanbul/UNESCO, 2016),
  3. Note la nouvelle conception de la berge et les avancées effectuées pour finaliser la surélévation du palais Yuzhen, et demande à l’État partie de fournir un rapport d’avancement sur les travaux de réinstallation en cours ;
  4. Demande également que l’État partie donne davantage d’informations sur le système de gestion des visiteurs en place, et en particulier que des études spécifiques soient menées dans toutes les composantes du bien pour avoir une meilleure compréhension des capacités de charge, et guider la préparation d’un plan de gestion des visiteurs, de manière à garantir la conservation matérielle nécessaire du bien et de son cadre, et veiller également à ce que l’expérience des visiteurs ne soit pas compromise par la surfréquentation ponctuelle d’une composante ;
  5. Accueille favorablement l’instauration d’une réglementation municipale pour la protection et demande en outre que le plan de protection et de gestion du bien soit finalisé et soumis dès que possible au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;
  6. Demande par ailleurs à l’État partie d’organiser une réunion avec des représentants du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives pour éclaircir les enjeux suivants et déterminer les démarches nécessaires pour les résoudre :
    1. Détermination finale du nombre de composantes du bien,
    2. Révision éventuelle de la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle (DVUE) pour le bien, en fonction du nombre final de composantes,
    3. Révision de la zone tampon pour lui donner une étendue suffisante et ainsi protéger l’intégralité du bien et de son cadre ;
  7. Demande de plus, en complément des conclusions de la réunion ci-dessus mentionnée, que l’État partie prépare et soumette une documentation appropriée pour examen par le Comité du patrimoine mondial à la session suivante, particulièrement s’agissant du nombre final de composantes, de la définition de la zone tampon et de la DVUE ;
  8. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erdécembre 2019, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 44e session en 2020.
Année du rapport : 2018
Chine
Date d'inscription : 1994
Catégorie : Culturel
Critères : (i)(ii)(vi)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2017) .pdf
arrow_circle_right 42COM (2018)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top