Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national de Morne Trois Pitons

Dominique
Facteurs affectant le bien en 2017*
  • Infrastructures liées aux énergies renouvelables
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Projet de construction de téléphérique (problème résolu)
  • Projets géothermiques adjacents au bien
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2017
Demandes approuvées : 2 (de 1998-2001)
Montant total approuvé : 14 000 dollars E.U.
2001 Project for public awareness and education with special ... (Approuvé)   5 000 dollars E.U.
1998 Revision of the Management Plan for Morne Trois Pitons ... (Approuvé)   9 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2017**

Mars 2017: mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / UICN

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2017

Une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/UICN s’est rendue sur le bien du 24 au 31 mars 2017. L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 7 avril 2017. Le rapport de mission et celui de l’Etat Partie sont disponibles à https://whc.unesco.org/fr/list/814/documents. L’État partie a fourni les informations suivantes :

  • En 2013, la phase exploratoire et de test du projet géothermique aux abords du bien a été achevée pour deux gisements (Wotten Wave et Laudat) situés hors des limites du bien. Aucune activité n’a été entreprise depuis lors ;
  • Un cahier des charges a été récemment préparé pour l’élaboration d’une Evaluation d’impact environnemental et social (EIES) pour la phase d’exploitation du projet. Cette EIES devrait être terminée entre juin et août 2017. Une copie du cahier des charges a été transmise avec le rapport ;
  • Au cours des entretiens avec la mission, l’État partie a accepté la recommandation de cette dernière visant à inclure une évaluation spécifique des impacts potentiels sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien dans le cadre de l’EIES ;
  • Un projet financé par le Fonds pour l’environnement mondial (GEF) est en cours, qui vise le renforcement de l’efficacité des zones protégées de la Dominique, et qui prévoit l’élaboration d’un plan de gestion pour le bien et l’établissement d’une zone tampon autour de ce dernier.
Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2017

La mission a confirmé que les infrastructures existantes relatives au développement géothermique sont situées hors des limites du bien et a conclu que cela ne met pas sa VUE en péril. Toutefois, un suivi rigoureux sera nécessaire pour garantir le fait qu’aucun impact négatif n’apparaisse à l’avenir. Il est pris note de la confirmation par l’État partie qu’aucune activité n’a été entreprise depuis la finalisation de la phase exploratoire du projet en 2013. Il sera capital de s’assurer que la phase d’exploitation du projet ne pourra commencer qu’à condition de clairement démontrer qu’elle n’aura aucun impact négatif sur la VUE du bien, y compris ses conditions d’intégrité. À cet égard, on doit accueillir favorablement la décision de l’État partie d’inclure une évaluation spécifique des impacts potentiels sur la VUE dans l’EIES qui doit précéder la phase d’exploitation. Il est recommandé que le Comité demande à l’État partie de soumettre l’EIES au Centre du patrimoine mondial dès qu’elle sera disponible, pour examen par l’UICN, et ce, avant que toute décision difficilement réversible ne soit prise, conformément au paragraphe 172 des Orientations. Il est recommandé par ailleurs que le Comité demande également à l’État partie de garantir le fait que la phase d’exploitation du projet ne serait pas autorisée si elle devait avoir un impact négatif sur la VUE du bien.  

L’engagement de l’État partie en faveur du renforcement de la gestion du bien, y compris par l’élaboration d’un nouveau plan de gestion et l’établissement d’une zone tampon, est accueilli favorablement. Il est recommandé que le Comité demande à l’État partie de poursuivre ses efforts et mettre en œuvre toutes les recommandations de la mission dans ce domaine, y compris celle qui vise à unifier la gouvernance des zones protégées de la Dominique. Une fois que la zone tampon du parc national de Morne Trois Pitons sera établie, l’État partie devra être encouragé à soumettre, conformément aux paragraphes 163-164 des Orientations, une proposition visant à établir officiellement une zone tampon pour le bien, pour examen par le Comité, en vertu du processus de modification mineure des limites.

Décisions adoptées par le Comité en 2017
41 COM 7B.14

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/17/41.COM/7B.Add,
  2. Rappelant la décision 40 COM 7B.73, adoptée à sa 40esession (Istanbul/UNESCO, 2016),
  3. Accueille favorablement l’engagement de l’État partie en faveur du renforcement de la gestion du bien, y compris par l’élaboration d’un nouveau plan de gestion et l’établissement d’une zone tampon et l’encourage à poursuivre ses efforts à cet égard et, une fois que la zone tampon du parc national de Morne Trois Pitons sera établie, de soumettre une proposition de modification mineure des limites, conformément aux paragraphes 163-164 des Orientations, afin d’établir officiellement la zone tampon du bien ;
  4. Note la confirmation par l’État partie qu’aucune activité relative au projet géothermique aux abords du bien n’a eu lieu depuis la fin de la phase exploratoire en 2013, et accueille aussi favorablement la décision de l’État partie d’inclure une évaluation spécifique des impacts potentiels sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien à l’Evaluation d’impact environnemental et social (EIES) qui doit être préparée pour la phase d’exploitation du projet ;
  5. Demande à l’État partie de soumettre l’EIES au Centre du patrimoine mondial, pour examen par l’UICN, dès qu’elle sera disponible et avant que toute décision difficilement réversible soit prise au sujet de la phase d’exploitation du projet, conformément au paragraphe 172 des Orientations, et de garantir le fait que ladite phase ne sera pas approuvée si elle se traduisait par un impact négatif sur la VUE ;
  6. Note également les conclusions de la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/UICN de mars 2017, et demande également à l’État partie de mettre en œuvre toutes les recommandations de cette mission ;
  7. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2018, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés.
41 COM 8E
Adoption des déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/17/41.COM/8E,
  2. Félicite les États parties pour l’excellent travail accompli dans l’élaboration de Déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle pour les biens du patrimoine mondial dans leurs territoires ;
  3. Adopte les Déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle, telles que présentées dans l’Annexe du document WHC/17/41.COM/8E, pour les biens du patrimoine mondial suivants :

    AMÉRIQUE LATINE ET CARAÏBES

    • Dominique, Parc national de Morne Trois Pitons

    ÉTATS ARABES
          Égypte, Memphis et sa nécropole – les zones des pyramides de Guizeh à Dahchour


    EUROPE ET AMÉRIQUE DU NORD
    • Arménie, Cathédrale et les églises d’Etchmiadzine et le site archéologique de Zvarnotz
    • Arménie, Monastères de Haghbat et de Sanahin
    • Canada, Lieu historique national de L’Anse aux Meadows
    • Fédération de Russie, Citadelle, vieille ville et forteresse de Derbent
    • Fédération de Russie, Ensemble historique, culturel et naturel des îles Solovetsky
    • Fédération de Russie, Ensemble historique et architectural du Kremlin de Kazan
    • Fédération de Russie, Monuments de Vladimir et de Souzdal
    • France, Abbaye cistercienne de Fontenay
    • France, Cathédrale de Bourges
    • France, Cathédrale de Chartres
    • France, Centre historique d’Avignon : Palais des papes, ensemble épiscopal et Pont d’Avignon
    • France, Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France
    • France, Juridiction de Saint-Émilion
    • France, Palais et parc de Fontainebleau
    • France, Paris, rives de la Seine
    • France, Places Stanislas, de la Carrière et d'Alliance à Nancy
    • France, Site historique de Lyon
    • Irlande, Sceilg Mhichíl
    • Italie, Portovenere, Cinque Terre et les îles (Palmaria, Tino et Tinetto)
    • Portugal, Paysage culturel de Sintra
    • République tchèque, Château de Litomyšl
    • Suède, Gravures rupestres de Tanum
    • Suède, Ville hanséatique de Visby ;

  4. Décide que les Déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril seront examinées par les Organisations consultatives en priorité ;
  5. Demande aux États parties de fournir un soutien au Centre du patrimoine mondial pour la traduction des Déclarations de valeur universelle exceptionnelle adoptées vers l’anglais ou le français selon les cas, et demande en outre au Centre du patrimoine mondial de publier les versions dans les deux langues sur son site internet.
Projet de décision : 41 COM 7B.14

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/17/41.COM/7B.Add,
  2. Rappelant la décision 40 COM 7B.73, adoptée à sa 40esession (Istanbul/UNESCO, 2016),
  3. Accueille favorablement l’engagement de l’État partie en faveur du renforcement de la gestion du bien, y compris par l’élaboration d’un nouveau plan de gestion et l’établissement d’une zone tampon et l’encourage à poursuivre ses efforts à cet égard et, une fois que la zone tampon du parc national de Morne Trois Pitons sera établie, de soumettre une proposition de modification mineure des limites, conformément aux paragraphes 163-164 des Orientations, afin d’établir officiellement la zone tampon du bien ;
  4. Note la confirmation par l’État partie qu’aucune activité relative au projet géothermique aux abords du bien n’a eu lieu depuis la fin de la phase exploratoire en 2013, et accueille aussi favorablement la décision de l’État partie d’inclure une évaluation spécifique des impacts potentiels sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien à l’Evaluation d’impact environnemental et social (EIES) qui doit être préparée pour la phase d’exploitation du projet ;
  5. Demande à l’État partie de soumettre l’EIES au Centre du patrimoine mondial, pour examen par l’UICN, dès qu’elle sera disponible et avant que toute décision difficilement réversible soit prise au sujet de la phase d’exploitation du projet, conformément au paragraphe 172 des Orientations, et de garantir le fait que ladite phase ne sera pas approuvée si elle se traduisait par un impact négatif sur la VUE ;
  6. Note également les conclusions de la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/UICN de mars 2017, et demande également à l’État partie de mettre en œuvre toutes les recommandations de cette mission ;
  7. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erdécembre 2018, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés.
Année du rapport : 2017
Dominique
Date d'inscription : 1997
Catégorie : Naturel
Critères : (viii)(x)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2017) .pdf
arrow_circle_right 41COM (2017)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top