Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle : Camino francés et chemins du nord de l’Espagne

Espagne
Facteurs affectant le bien en 2003*
  • Infrastructures hydrauliques
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Projet d'élargissement du barrage

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2003
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2003**
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2003

Centre du patrimoine mondial :

En juin 2001, ICOMOS-Espagne, le vice-Président d’ICOMOS International et des représentants d’ICOMOS-Cuba, ICOMOS-Costa Rica et ICOMOS-Paraguay, le président de l’Association APUDEPA (Asociación de Acción Pública para la Defensa del Patrimonio Cultural Aragonés) et d’autres associations et autorités de plusieurs municipalités ont visité l’aire classée et déclaré qu’il fallait suspendre le projet d’élargissement du lac artificiel et, après avoir réuni les informations nécessaires, restaurer les biens qui font partie du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Ce rapport corroborait le premier rapport d’ICOMOS-Espagne sur la question. Le 11 avril 2002, le Centre a reçu une documentation détaillée de la Délégation permanente d’Espagne, accompagnée d’un document sur la nécessité sociale d’agrandir le barrage, de documents sur la recherche ethnographique, archéologique et paléontologique menée sur l’aire, de rapports sur la partie de l’itinéraire affectée par l’agrandissement, et d’un rapport juridique sur la viabilité de modifier le tracé du chemin de Saint-Jacques. Ce rapport provenant du Ministère de l’Education, de la Culture et des Sports a été envoyé en réponse à la demande du Bureau du patrimoine mondial à sa réunion de décembre 2001 concernant l’agrandissement du barrage.

En juin 2002, le Centre a reçu une lettre de la présidente de l’APUDEPA avec plusieurs annexes et de la documentation. Dans sa lettre, elle indique que le gouvernement régional d’Aragon a modifié les limites du Chemin tels qu’elles étaient établies en 1993 lors de l’inscription du site, demandant au Centre de prendre contact avec l’ICOMOS et les autorités espagnoles sur cette question. Le 28 février 2003, le Centre a reçu une visite de la présidente de l’APUDEPA et du président de l’Asociación del Río Aragón. Ils ont transmis un dossier contenant des exemplaires d’articles de presse mentionnant les effets négatifs de l’agrandissement du barrage. Aucune autre information n’a été reçue de la Délégation permanente de l’Etat partie.

ICOMOS:

L’ICOMOS insiste sur deux points concernant la situation : 1. Il semble qu’il n’y ait pas de réponse directe de l’Etat partie concernant la modification du projet de barrage pour éviter d’inonder le Chemin sur une longueur de 5 km. 2. L’empressement apparent de la Comunidad Autónoma de Aragón à modifier le tracé de cette partie de l’itinéraire qui résulterait d’une « recherche … en vue d’établir le véritable tracé du Chemin » sur son territoire remet en question la proposition d’inscription initiale. Résultat d’un projet de recherche méticuleux et prolongé, le Chemin inscrit sur la Liste doit sûrement faire autorité, d’autant plus qu’il est surtout fondé sur le Codex Calixtinus qui retrace minutieusement l’itinéraire du Chemin. Une redéfinition des limites d’une section unique du Chemin pour se conformer aux impératifs économiques contemporains pourrait bien n’être qu’un sophisme.

L’ICOMOS propose donc que le Comité continue à faire pression sur l’Etat partie pour l'inciter à rechercher des solutions autres que l’agrandissement du barrage de Yesa et l’augmentation des réserves d’eau, alors que cela présente une importance économique et sociale considérable et reconnue. 

Décisions adoptées par le Comité en 2003
27 COM 7B.77
Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle (Espagne)

Le Comité du patrimoine mondial [46],

1. Prenant acte des informations reçues de l'État partie en 2002 ,

2. Se déclare préoccupé du projet de barrage et de ses conséquences sur le site du patrimoine mondial du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle ;

3. Demande à l'État partie de fournir un rapport au Centre du patrimoine mondial avant le 1er février 2004, afin que le Comité du patrimoine mondial puisse examiner l'état de conservation du bien à sa 28e session, en 2004.

[46] Décision adoptée sans discussion.

Projet de décision : 27 COM 7 (b) 77

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Prenant acte des informations reçues de l’Etat partie en 2002 ,

2. Se déclare préoccupé du projet de barrage et de ses conséquences sur le site du patrimoine mondial du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle ;

3. Demande à l’Etat partie de fournir un rapport avant le 1er février 2004, pour étude par la 28e session du Comité du patrimoine mondial. 

Année du rapport : 2003
Espagne
Date d'inscription : 1993
Catégorie : Culturel
Critères : (ii)(iv)(vi)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 27COM (2003)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top