Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle : Camino francés et chemins du nord de l’Espagne

Espagne
Facteurs affectant le bien en 2005*
  • Infrastructures hydrauliques
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Extension du barrage de Yesa qui inondera une partie du chemin

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2005
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2005**
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2005

L’État partie a confirmé les informations fournies l’année dernière concernant la réduction des dimensions du réservoir. La solution de compromis proposée pour le barrage de Yesa prévoit de réduire la portion du chemin touchée par le projet  à un total de 4,2 km (au lieu de 9,4 km) : soit de 7,1 km à 3,4 km pour la partie sud et de 2,3 km à 800 m pour la partie nord. Cette solution éviterait d’inonder les principaux éléments de patrimoine associés au chemin, à savoir les monuments protégés de Sigüés et Ruesta. D’autres chemins au nord et au sud du réservoir sont également proposés comme alternative.

Quand ce projet a été discuté à la 28e session du Comité, l’État partie avait déjà accepté les arguments avancés par l’ICOMOS et avait proposé le compromis évoqué ci-dessus. L’ICOMOS  a étudié tous les détails de cette proposition qui est accompagnée de nombreuses cartes et photographies. Reconnaissant l’importance sociale du barrage de Yesa pour la région et la perte minime de patrimoine qui en résultera, l’ICOMOS accepte la solution de compromis présentée. La partie du chemin initial qui sera inondée par l’extension du barrage sera préservée de la même façon que la portion désormais recouverte par les pistes en béton de l’aéroport de Saint-Jacques-de-Compostelle, déjà acceptée comme faisant partie du bien du patrimoine mondial. 

Décisions adoptées par le Comité en 2005
29 COM 7B.85
Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle (Espagne)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-05/29.COM/7B.Rev,

2. Rappelant la décision 28 COM 15B.79, adoptée à sa 28e session (Suzhou, 2004),

3. Remercie l'État partie de l'Espagne d'avoir soumis un rapport actualisé sur le projet d'extension du barrage de Yesa ;

4. Regrette toutefois que les documents n'aient été fournis qu'en espagnol et non dans l'une des langues de travail de la Convention (anglais ou français),

5. Demande à l'État partie d'informer le Comité, conformément aux Orientations (paragraphe 172) de toute modification du projet tel qu'il a été présenté à cette session ;

6. Demande également à l'État partie de tenir le Centre du patrimoine mondial au courant des projets définitifs dans le cadre du « Programme national de l'eau ».

Projet de décision : 29 COM 7B.85

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-05/29.COM/7B.Rev,

2.  Rappelant la décision 28 COM 15B.79 adoptée à sa 28e session (Suzhou, 2004),

3.  Remerciant l’État partie d’avoir soumis un rapport actualisé sur le projet d’extension du barrage de Yesa,

4.  Regrettant, toutefois, que les documents n’aient été fournis qu’en espagnol et non dans l’une des langues de travail de la Convention (anglais ou français),

5.  Demande à l’État partie d’informer le Comité, conformément à l’article 172 des nouvelles Orientations, de toute modification du projet tel qu’il a été présenté à cette session ;

6.  Demande en outre à l’État partie de tenir le Centre du patrimoine mondial au courant des projets définitifs dans le cadre du « Programme national de l’eau ».

Année du rapport : 2005
Espagne
Date d'inscription : 1993
Catégorie : Culturel
Critères : (ii)(iv)(vi)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 29COM (2005)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top