Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

La réhabilitation urbaine du Caire historique

(01/01/2010) © UNESCO

Le Caire recèle une grande variété de quartiers et de monuments d’importance historique, allant des ruines d’al-Fustat au noyau fatimide du Caire médiéval, de la citadelle et des palais mamelouks environnants à son architecture urbaine domestique et de ses mausolées, à ses bazars et à son nilomètre, en passant par d’autres inventions liés à l’activité humaine et à la maîtrise du Nil.

Cette variété illustre la richesse du Caire, non seulement en tant que capitale historique du monde islamique, mais comme merveille de l’expérience urbaine de l’homme pendant toute son histoire. C’est ainsi que le Caire historique a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1979, en reconnaissance de son « importance historique, archéologique et urbaine absolument indiscutable ».

Cependant, la délimitation du site et les mesures de protection destinées à conserver ses valeurs architecturales et urbaines sont soit imprécises soit totalement absentes, bien que l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial date de plus de trente ans. C’est cette situation que le projet de Réhabilitation urbaine du Caire historique se propose d’étudier et de corriger. Réclamée par le Comité du patrimoine mondial depuis de nombreuses années, cette initiative qui vise à élaborer des outils de conservation et de gestion pour le Caire historique a été lancée en 2009 dans le cadre du compte spécial de l’UNESCO pour le patrimoine culturel égyptien.

Le projet de Réhabilitation urbaine du Caire historique (URCH) travaille avec les autorités locales depuis 2010, en vue de préparer les outils de planification et de gestion nécessaires à la conservation des valeurs patrimoniales évoquées ci-dessus, ainsi qu’à la revitalisation socioéconomique et à la réhabilitation environnementale de l’ensemble du site du patrimoine mondial.

Objectifs

  • Esquisser une stratégie de conservation et de réhabilitation à partir d’une définition précise du périmètre du site du patrimoine mondial et de sa zone tampon, afin de préserver et mettre en valeur ses valeurs patrimoniales et régénérer son environnement physique et socioéconomique ;
  • Instaurer, avec la contribution de toutes les administrations concernées, un système de gestion pour le site du patrimoine mondial, sur la base d’une structure institutionnelle nouvelle et plus efficace et d’un cadre juridique ;
  • Créer une plate-forme d’échange d’informations efficace sur la conservation urbaine ;
  • Lancer des actions de sensibilisation du public.

Le projet

Le projet part du principe que l’établissement d’un plan de conservation exige nécessairement une vision commune sur l’avenir du patrimoine culturel et du tissu urbain du Caire historique, et par conséquent une stratégie de protection et de réhabilitation de l’ensemble du site du patrimoine mondial, considéré non seulement comme entité spatiale et fonctionnelle, mais comme trésor culturel et socioéconomique.

Le projet repose sur l’hypothèse que le patrimoine matériel du site du patrimoine mondial ne peut être préservé que si la vie y est maintenue. L’initiative de réhabilitation tend donc à préserver les caractéristiques de ce patrimoine tout en favorisant, dans la mesure où elles sont compatibles, toutes les interventions susceptibles d’améliorer les conditions de vie de la population et de revitaliser le tissu urbain avec des fonctions et des usages nouveaux. Le projet de réhabilitation urbaine du Caire historique espère donc parvenir à ce que le site du patrimoine mondial soit reconnu et protégé de manière dynamique grâce à un système de gestion efficace, complet et durable, renforcé par une véritable coordination entre les différentes institutions concernées.

Mises à jour du projet depuis juillet 2010

  • Création du premier noyau de l’équipe projet ;
  • Collecte et organisation de la documentation ;
  • Synthèse de la transformation du tissu urbain du Caire ;
  • Délimitation du site du patrimoine mondial du Caire historique et préparation de la déclaration rétrospective de valeur universelle exceptionnelle ;
  • Lancement de la consultation avec les administrations et institutions concernées ;
  • Signature des protocoles de coopération avec l’Agence centrale pour la mobilisation publique et les statistiques (CAPMAS), l’Organisation nationale pour l’harmonie urbaine (NOUH) et le Gouvernorat du Caire ;
  • Poursuite des études sectorielles sur la réhabilitation des logements, l’analyse socioéconomique, les zones exposées à des risques environnementaux et les activités destinées à la communauté ;
  • Achèvement, pour la zone centrale et les cimetières, de l’enquête de terrain destinée à définir des sous-catégories pour la conservation et les mesures de protection associées, accompagnée d’une vaste campagne photographique ;
  • Production d’une carte touristique pour le lancement d’une campagne de sensibilisation à vocation touristique ;
  • Mise en ligne de l’enquête sur le projet (www.urhcproject.org) ;
  • Définition d’un projet d’action pour développer des outils et des processus, et poursuite des études sectorielles ;
  • Formation sur le terrain pour 12 personnes représentant les principales institutions concernées par la gestion du Caire historique ;
  • Organisation d’ateliers dans le cadre du volet du projet d’action consacré à la sensibilisation et à la participation de la communauté.

Partenaires

Ministry of State for Antiquities;
Central Agency for Public Mobilization and Statistics (CAPMAS);
National Organisation for Urban Harmony - Ministry of Culture (NOUH);
Governorate of Cairo.

Mots Clefs  (2)
Biens du patrimoine mondial (1)
États parties (1)
Dates
Date de début : jeudi 1 juillet 2010
Date de fin : lundi 30 juin 2014
Décisions / Résolutions (4)
Code : 35COM 7B.48

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B.Add,

2. Rappelant la décision 33 COM 7B.55, adoptée à sa 33e session (Séville, 2009),

3. Regrette que l'État partie n'ait pas soumis le rapport demandé sur l'état de conservation du bien ni le rapport d'avancement sur les modifications du Cairo Financial Centre et sur l'élaboration du plan de gestion;

4. Prend note des informations fournies par le Centre du patrimoine mondial sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre du programme pour l'élaboration d'un plan de conservation/régénération du Caire Historique;

5. Demande à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2012, un rapport sur l'état de conservation du bien et un rapport d'avancement sur les modifications apportées au Cairo Financial Centre et sur l'élaboration d'un plan de gestion, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 36e session en 2012.

En savoir plus sur la décision
Code : 33COM 7B.55

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-09/33.COM/7B,

2. Rappelant la décision 32 COM 7B.58, adoptée à sa 32e session (Québec, 2008),

3. Note l'engagement de l'État partie de faire modifier le projet du Cairo Financial Centre afin de réduire son impact sur le paysage urbain de la Citadelle ;

4. Prend note des mesures prises par l'État partie pour préparer un plan de gestion et de conservation du bien et se félicite de sa décision d'associer le Centre du patrimoine mondial à ce processus, en consultation avec les Organisations consultatives ;

5. Demande à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2011, un rapport sur l'état de conservation du bien, ainsi qu'un rapport d'avancement sur les modifications du Cairo Financial Centre et sur l'élaboration du plan de gestion, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session en 2011.

En savoir plus sur la décision
Code : 32COM 7B.58

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B,

2. Rappelant la décision 31 COM 7B.56, adoptée lors de sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Prend note de l'engagement de l'État partie à réviser le projet du «Cairo Financial Centre», afin d'atténuer son impact sur le paysage urbain de la Citadelle et demande qu'un projet alternatif soit adopté et remis dès que possible, au Centre du patrimoine mondial et à l'ICOMOS pour examen ;

4. Considère que les mesures suivantes devraient être prises en compte dans le projet alternatif, celles-ci constituant les conditions minimum requises afin que la valeur universelle exceptionnelle du bien ne soit pas mise en danger :

a) La hauteur du complexe immobilier devrait être encore réduite, et sa forme redessinée de façon à ce que le bâtiment s'élève progressivement du niveau de l'autoroute Salah Salem jusqu'à une hauteur d'approximativement 31 mètres dans la partie est du site (à 500 mètres de distance du mur de la Citadelle). Ainsi, cela réduirait l'impact visuel des nouveaux bâtiments sur la Citadelle ;

b) Le volume du complexe immobilier, semblable actuellement à une énorme masse de bâtiments de grande hauteur, devrait être divisé en plusieurs parties qui s'harmoniseraient mieux avec la forme urbaine et les volumes de la Citadelle ;

c) Les élévations des bâtiments, actuellement conçus comme des barres homogènes et continues de verre, devraient être revues afin de s'harmoniser avec les environs et de minimiser la gêne visuelle ;

5. Prie instamment l'État partie de mettre en oeuvre les principales recommandations du rapport du symposium de 2002, approuvé par le Comité du patrimoine mondial, en particulier de préparer un Plan complet d'urbanisme pour la conservation et le développement de la vieille ville, plan qui permettrait que la conservation des bâtiments historiques soit accompagnée de règles de développement appropriées ;

6. Demande à l'État partie d'inviter une mission de haut niveau dirigée par le Directeur du Centre du patrimoine mondial pour discuter de ces questions avec les autorités de l'État partie ;

7. Demande également à l'État partie de remettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2009, un rapport sur la mise en oeuvre des recommandations évoquées ci-dessus, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009.

En savoir plus sur la décision
Code : 31COM 7B.56

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-07/31.COM/7B.Add,

2. Rappelant les décisions 29 COM 7B.42 et 30 COM 7B.50, adoptées respectivement à ses 29e (Durban, 2005) et 30e (Vilnius, 2006) sessions,

3. Prend acte des efforts continus de l'État partie pour améliorer la conservation du bien au cours de ces dernières années;

4. Prie instamment l'État partie de mettre en œuvre les principales recommandations du rapport du Symposium de 2002, approuvé ultérieurement par le Comité du patrimoine mondial en 2003, 2004, 2005 et 2006, notamment:

a) la désignation du Caire islamique comme une Zone de planification spéciale, et

b) la préparation d'un plan d'urbanisme d'ensemble pour la conservation et l'aménagement de la vieille ville, en prévoyant la conservation des monuments historiques assortie d'une réglementation d'aménagement adaptée;

5. Prie aussi instamment l'État partie de faire cesser immédiatement le chantier de construction du centre financier du Caire près de la Citadelle et de réviser le projet une fois que les plans et la maquette auront été soumis à une évaluation approfondie;

6. Demande à l'État partie, étant donné la valeur historique de la zone du projet, d'envisager une consultation internationale afin de trouver une alternative au projet existant, notamment en limitant sa hauteur au niveau de la grand route de façon à atténuer son impact sur le paysage urbain;

7. Demande également à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, avant le 1er février 2008, un rapport sur la mise en œuvre desdites recommandations pour examen par le Comité à sa 32e session en 2008.

En savoir plus sur la décision
top