English Français
Aidez maintenant !

Site maya de Copán

Maya Site of Copan

Discovered in 1570 by Diego García de Palacio, the ruins of Copán, one of the most important sites of the Mayan civilization, were not excavated until the 19th century. The ruined citadel and imposing public squares reveal the three main stages of development before the city was abandoned in the early 10th century.

Site maya de Copán

Le site fut découvert en 1570 par Diego García de Palacio, mais des fouilles n'y ont été entreprises qu'à partir du XIXe siècle. C'est l'un des sites majeurs de la civilisation maya. Les ruines de son acropole et de ses places monumentales témoignent des trois grandes étapes de son développement, avant son abandon au début du Xe siècle.

موقع كوبان العائد لحضارة المايا

اكتُشف هذا الموقع دييغو غارسيا دي بالاسيو عام 1570، إلا أنّ الحفريات لم تبدأ إلا في القرن التاسع عشر. ويشكّل أحد أهمّ مواقع حضارة المايا. وتدلّ آثار قلعته والنصب التذكارية فيه على ثلاث حقبات زمنية لتطوره قبل هجره في مطلع القرن العاشر.

source: UNESCO/ERI

科潘玛雅古迹遗址

科潘遗址于1570年被迭戈·加西亚·德帕拉西奥(Diego García de Palacio)玛雅文明最重要的地点之一 ,一直到19世纪才被挖掘出来。废弃的城堡和壮丽的公共大广场体现了它10世纪初期被遗弃前的三个主要发展阶段。

source: UNESCO/ERI

Город индейцев майя Копан

Руины города Копан, одного из важнейших центров цивилизации майя, были обнаружены в 1570 г. в Диего Гарсия де Паласио, и не исследовались археологами вплоть до XIX в. Руины цитадели и обширные общественные площади дают представление о трех главных этапах развития города, завершившихся к началу X в., когда он был оставлен жителями.

source: UNESCO/ERI

Sitio maya de Copán

Descubiertas en 1570 por Diego García de Palacio, las ruinas de Copán –uno de los sitios más importantes de la civilización maya– sólo fueron excavadas en el siglo XIX. Los vestigios de la ciudadela y las imponentes plazas públicas son exponentes de las tres etapas principales de desarrollo de esta ciudad, antes de que fuese abandonada a comienzos del siglo X.

source: UNESCO/ERI

コパンのマヤ遺跡

source: NFUAJ

Maya gebied van Copán

Copán is een van de belangrijkste archeologische gebieden van de Maya beschaving in Honduras. De stad – ontdekt in 1570 door Diego García de Palacio – werd pas in de 19e eeuw opgegraven. De citadel en aangrenzende openbare pleinen onthullen de drie belangrijkste ontwikkelingsstadia voordat de stad in de vroege 10e eeuw werd verlaten. Er is bewijs dat Copán werd bewoond vanaf 2000 voor Christus, hoewel er weinig overblijfselen zijn die getuigen van deze bezetting. De grote periode van Copán – parallel aan die van andere belangrijke Maya steden – was de Klassieke periode die duurde van 300 tot 900 na Christus.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Site maya de Copán
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Découvert en 1570 par Diego García de Palacio, le Site maya de Copán est l’un des sites majeurs de la civilisation maya. Il constituait le centre politique, civil et religieux de la vallée de Copán. C’était aussi le centre politique et la référence culturelle d’un plus vaste territoire qui couvrait la partie sud-est de la zone où vivaient les Mayas, ainsi que sa périphérie.

La première trace de population dans la vallée de Copán remonte à 1500 av. J.-C., mais la première immigration maya-cholan en provenance des hautes terres du Guatemala est datée vers l’an 100 apr. J.-C. Le chef maya Yax Kuk Mo, venant de la région de Tikal (Petén), est arrivé dans la vallée de Copán en 427 et a été à l’origine d’une dynastie de 16 dirigeants qui ont fait de Copán l’une des plus grandes cités mayas durant la période classique maya. La grande époque de Copán, comme celle d’autres grandes villes mayas, remonte à la période classique, de 300 à 900 apr. J.-C. Cette époque a été marquée par d’importantes avancées culturelles, avec des résultats significatifs en mathématiques, astronomie et écriture hiéroglyphique. Les vestiges archéologiques et les places monumentales témoignent des trois grandes étapes de son développement – au cours desquelles ont évolué les temples, places, ensembles d’autels et terrains de jeu de balle toujours visibles aujourd’hui – avant l’abandon du site au début du Xe siècle.

La cité maya de Copán, telle qu’elle existe aujourd’hui, est composée d’un ensemble majeur de ruines entouré de plusieurs ensembles secondaires. Le plus grand ensemble est formé d’une Acropole et de vastes places. Celles-ci sont au nombre de cinq, dont la place des Cérémonies, avec son stade impressionnant ouvrant sur une colline où se trouvent de nombreux monolithes et autels richement sculptés, et la place de l’Escalier aux pétroglyphes, avec son escalier monumental à l'extrémité est de ce qui est certainement l'une des plus remarquables réalisations de l'architecture maya. Les contremarches de cet escalier large de 100 m portent plus de 1 800 glyphes individuels qui forment la plus longue inscription maya connue. La place de l’Est s'élève sur une hauteur considérable au-dessus du fond de la vallée. Son côté ouest est occupé par un escalier sculpté de figures de jaguars qui étaient à l'origine incrustés d'obsidienne noire.

D’après nos connaissances actuelles, les sculptures de Copán semblent avoir atteint un haut degré de perfection. Le magnifique complexe architectural de l'Acropole se présente de nos jours comme une énorme masse de décombres qui émerge des ajouts successifs de pyramides, terrasses et temples. La plus grande tranchée archéologique du monde traverse l'Acropole. On peut distinguer dans ses parois les niveaux du sol des places précédentes, ainsi que des canalisations. La construction de la Grande Place et de l’Acropole témoigne de prodigieux efforts : plus de trois hectares et un sol nivelé et à l’origine pavé pour la première, et pour la seconde, la surélévation de son énorme masse qui se dresse à environ 30 mètres du sol.

Critère (iv) : La conception du site, avec ses temples, places, terrasses et autres particularités, représente un type d’ensemble architectural et sculptural parmi les plus caractéristiques de la civilisation classique maya. Le Site maya de Copán constitue l’une des plus spectaculaires réalisations de la période classique maya par le nombre, l’élaboration, et l’ampleur de ses monuments architecturaux et de sa statuaire monumentale. Les stèles et les autels de la Grande Place forment l’un des plus beaux ensembles de sculptures de la région. Par la conception et l’exécution de leurs monuments, les Mayas ont transmis un exemple unique de leur génie créateur et de l’avancement de leur civilisation à Copán.

Critère (vi) : La longue inscription figurant sur l’Escalier aux Hiéroglyphes – le plus long texte maya écrit de toute la région concernée – est d’une importance historique considérable pour le site comme pour un aire culturelle plus large.

Intégrité

Les limites du bien du patrimoine mondial incluent les monuments essentiels, et en particulier le « Groupe principal » et les quartiers résidentiels qui l’entourent, qui donnent au Site maya de Copán sa valeur universelle exceptionnelle. Tous les attributs justifiant son importance sont présents à l’intérieur du Parc archéologique de Copán (84,7 ha).

Le site de Copán reste cependant menacé par l’érosion continuelle due à la rivière et à la microflore, et les ensembles éloignés sont menacés par la poursuite des activités agricoles. Le site est en zone sismique et a été endommagé par au moins deux tremblements de terre. Bien qu’il y ait encore des impacts d’origine naturelle et humaine et que le cadre et l’environnement naturel soient menacés par l’expansion de la ville voisine, ces risques ont été en grande partie limités et continuent à être contrôlés afin d’empêcher l’érosion des conditions d’intégrité. Il convient cependant de renforcer l’intégrité du bien par une extension des limites du Parc archéologique de Copán.

Authenticité

Le Site maya de Copán a conservé sa forme et sa conception, ainsi que son cadre pour une large part. Depuis 1980, des projets de restauration ont suivi les recommandations et normes fixées au niveau international pour maintenir l’authenticité du site. Toutefois, depuis 1997, quelques monuments originaux ont été transférés au Musée de Sculpture pour les préserver, selon des critères stricts de conservation, et ils ont été remplacés sur place par des répliques.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

La législation en vigueur, au niveau national et régional, assure un cadre approprié pour la protection du site. Cependant, bien que les différentes réglementations qui se recoupent reflètent l’importance nationale des paysages archéologiques et de la protection de la nature et soient jugées adaptées, leur mise en application n’est pas toujours satisfaisante. Il est nécessaire de se doter de réglementations spécifiques pour coordonner la mise en application de toutes les mesures législatives et réglementaires.

Le bien est géré par l’Institut hondurien d’Anthropologie et d’Histoire (IHAH). Au niveau national, le bien est protégé par la Constitution de la République du Honduras (1982), la loi sur la protection du patrimoine culturel de la nation (1997) qui fournit un cadre général de protection des ressources culturelles, et la loi générale sur l’environnement (1993) qui inclut les ressources culturelles comme faisant partie de l’environnement.

Au niveau régional, un décret présidentiel (1982) a porté création du Monument national de Copán – qui couvre une bande de terre de 30 km incluant la vallée de Copán où se trouve le bien du patrimoine mondial – en prescrivant une protection spéciale pour tous les vestiges archéologiques qui s’y trouvent. La loi des municipalités (1990) traite aussi de la protection des ressources culturelles.

Le premier plan de gestion a été publié en 1984 et actualisé en 2001. Ce plan comporte cependant des lacunes en matière de conservation, ne propose pas de politique générale de conservation, n’inclut pas de préparation préventive aux risques et ne fait pas mention de la communauté locale. Un plan d’utilisation publique a été demandé par l’Institut du Tourisme ainsi que par l’Institut hondurien d’Anthropologie et d’Histoire. Dans les prochaines années, il va falloir établir un plan de gestion participative pour l’ensemble du Monument national de Copán créé en 1982, en insistant particulièrement sur le bien du patrimoine mondial.

L’État partie négocie actuellement avec les propriétaires pour réaliser une extension du Parc national, afin d’étendre la surface appartenant à l’État au-delà des limites actuelles du bien du patrimoine mondial (environ 250 ha). Cette extension du Parc et la délimitation d’une nouvelle zone tampon permettront d’assurer le maintien de la valeur universelle exceptionnelle du Site maya de Copán.

Description longue

Copán avec ses temples, ses places et ses terrasses, appartient à un type de complexe architectural extrêmement caractéristique de la civilisation maya. La longue inscription en glyphes de la place de l'Escalier aux pétroglyphes présente une importance historique considérable.

Nous savons que Copán fut habitée au cours de la période de formation américaine (2000 av. J.-C.-300 apr. J.-C.), bien que peu de vestiges attestent aujourd'hui cette occupation. La grande époque de Copán, comme celle des autres grandes villes mayas, remonte à la période classique, de 300 à 900 apr. J.-C. Cette époque est celle d'importants progrès culturels, avec des résultats significatifs atteints dans le domaine des mathématiques, de l'astronomie et de l'écriture glyphique.

L'architecture progressa également au cours de cette période. Le site de Copán traversa trois principaux stades de développement au cours desquels les temples, les places, les groupes d'autels et les terrains de jeu de balle que nous voyons aujourd'hui subirent différentes modifications. Le site fut abandonné peu après 900. Bien que Copán eût été découvert dès 1570 par Diego García de Palacio, son existence n'attira l'attention du monde entier que grâce aux travaux que John Lloyd Stephens y mena entre 1839 et 1841. Depuis cette date, de nombreuses expéditions archéologiques ont exploré et fouillé différentes parties du site.

La ville maya de Copán, telle qu'elle existe aujourd'hui, se compose d'un complexe principal de ruines entouré par différents groupes de constructions secondaires. Le complexe principal est formé d'une acropole et de vastes places. Celles-ci sont au nombre de cinq, dont la place des Cérémonies, avec son stade impressionnant ouvrant sur une colline où se trouvent de nombreux monolithes et autels richement sculptés, et la place de l'Escalier aux pétroglyphes, avec son escalier monumental à l'extrémité orientale de ce qui est certainement l'une des plus remarquables réalisations de l'architecture maya. Les contremarches de cet escalier large de 100 m portent plus de 1 800 glyphes individuels qui forment la plus longue inscription maya connue. La place orientale s'élève sur une hauteur considérable au-dessus du fond de la vallée. Son côté occidental est occupé par un escalier sculpté de figures de jaguars qui étaient à l'origine incrustés d'obsidienne noire.

Ce que nous en connaissons aujourd'hui montre que les sculptures de Copán semblent avoir atteint un très haut degré de perfection. Le magnifique complexe architectural de l'acropole se présente de nos jours comme une énorme masse de décombres qui résulte de la superposition de pyramides, de terrasses et de temples. La plus grande tranchée archéologique du monde traverse l'acropole. On peut distinguer dans ses parois les niveaux du sol des places précédentes, ainsi que des égouts couverts.

À l'époque où la civilisation maya se répandit dans toute l'Amérique centrale, Copán était la ville la plus grande et la plus puissante de la région sud-est.

Copán est constamment menacé par l'érosion continuelle provoquée par sa rivière, et par la microflore ; ses édifices pâtissent de la poursuite des travaux agricoles. Le site se trouve dans une zone sismique et a subi des dégâts importants au cours de deux tremblements de terre, au moins. Le paysage qui l'entoure est menacé par l'extension de la ville voisine dans les ruines de Copán.

Source : UNESCO/CLT/WHC