Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Centre historique de Prague

Tchéquie
Facteurs affectant le bien en 2010*
  • Habitat
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Développement de constructions de grande hauteur sur la plaine de Pankrác ;

b) Inefficacité des mesures existantes de planification, de gestion et de conservation du bien.

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2010
Demandes approuvées : 1 (de 2003-2003)
Montant total approuvé : 40 000 dollars E.U.
2003 Demande d'assistance d'urgence pour la restauration du ... (Approuvé)   40 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2010**

Mars 2008, janvier 2010 : missions de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS 

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2010

Le 8 janvier 2010, un rapport sur l’état de conservation du Centre historique de Prague a été soumis par l’État partie, accompagné de deux lettres sur les constructions de grande hauteur et la restauration du pont Charles. Le rapport apportait directement des réponses aux points évoqués dans la décision 33 COM 7B.96 adoptée par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session (Séville, 2009). Un additif au rapport, comprenant une évaluation de l’impact du tunnel Blanka, réalisée conjointement par le Département municipal de la Culture, de la Protection des monuments et du Tourisme et l’Institut national du patrimoine, département spécialisé régional à Prague, a été soumis, daté du 24 février 2010. Une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial / ICOMOS a visité le Centre historique de Prague du 26 au 29 janvier 2010.

Informations communiquées par l’État partie :

a) Impact potentiel du tunnel Blanka sur le bien.

L’aménagement du parcours de circulation intra-muros a commencé dans les années 1980, avant l’inscription du Centre historique de Prague sur la Liste du patrimoine mondial. La nécessité de percer des tunnels s’est imposée dans les années 1990, époque où trois tracés possibles ont été envisagés en tenant compte de toutes les circonstances concomitantes et en consultation avec tous les organismes réglementaires et compétents. Le projet du tunnel Blanka a été jugé le plus adéquat pour faire face aux impacts négatifs de la circulation de transit dans le Centre historique de Prague. L’historique du projet de rocade urbaine à Prague est également détaillé.

Seuls 800 mètres du parcours de circulation intra-muros sont compris dans les limites du bien du patrimoine mondial et passent sous les fortifications baroques au nord-ouest. Le reste se situe essentiellement (90%) dans la zone tampon comme le montre la carte (Annexe 1) du rapport de l’État partie. Il est précisé que les fortifications baroques seront restaurées dans le cadre des travaux routiers (Annexe n° 3 du rapport de l’État partie).

b) Mission de suivi réactif pour étudier le projet du tunnel Blanka et les nouveaux projets de circulation, les modifications apportées à la place Wenceslas, l’éventuelle création du “Museum Mile” de Prague et la question des gares ferroviaires historiques

L’État partie a indiqué avoir invité la mission et fourni, dans l’intervalle, les informations suivantes :

i) Nouveaux projets de circulation : il est proposé de dévier le tronçon express nord-est de la ‘route nationale Est’, situé dans le centre historique, à travers un tunnel passant derrière le musée national. Le musée national pourra ainsi de nouveau être relié à la place Wenceslas. Ce projet entend remédier à l’introduction, dans les années 1970, d’un grand axe de circulation nord-sud (la ‘route nationale Est’ avec ses sections expresses) à travers le centre historique, qui a créé une circulation et un environnement routiers non souhaitables au sein du bien du patrimoine mondial.

ii) Modifications apportées à la place Wenceslas : il est proposé de rendre à la place Wenceslas sa fonction historique de boulevard, desservi par le tram, conformément au dessin lauréat qui a remporté le concours pour la place en 2005. Cela dépend des modifications apportées aux tronçons express de la ‘route nationale Est’ ‘qui contourne le musée national.

iii) Projet de création du “Museum Mile” de Prague : l’objectif de ce projet est de relier les musées de sites voisins le long d’un parcours de visite commun, incluant le projet de musée ferroviaire dans l’ancien dépôt de locomotives de la gare Masaryk (les emplacements sont montrés sur la carte - Annexe 4). L’ancien hall fédéral d’assemblage a été affecté au musée national, de l’autre côté de l’avenue Vinohradska, pour abriter d’autres espaces d’accueil, et il est proposé de relier les deux espaces par un couloir souterrain. Il est également proposé de construire un hall d’exposition moderne dans le voisinage du musée de la ville de Prague à Florenc (qui est un monument national).

iv) Gares ferroviaires historiques: il est proposé qu’un certain nombre de gares ferroviaires historiques (désaffectées) soient réutilisées et les terrains adjacents réaménagés.

v) Restauration du pont Charles : les objections aux travaux de conservation en cours du pont Charles ont été contrecarrées par l’avis de l’ICOMOS tchèque, que l’État partie a joint à son rapport.

vi) Contrôles de la hauteur : l’État partie a inclus une carte (Annexe 4) délimitant le périmètre au sein duquel la hauteur des édifices est limitée. Ce périmètre inclut le bien inscrit mais non l’ensemble des espaces dits ‘zones de patrimoine’ au sein du secteur désigné comme zone tampon. Il englobe une zone considérablement moins étendue que celle de la zone tampon désignée, qui est à son tour moins étendue que la zone tampon inscrite reportée sur la carte d’inventaire du patrimoine mondial (No.09, cz-616-inv)..

vii) Conservation générale du bien : l’État partie a fait part d’informations sur un grand nombre de projets en cours notamment “grands travaux de restauration, modifications et nouvelles constructions au sein de la zone préservée”, notant l’utilisation de la maquette de la ville, aujourd’hui numérisée, réalisée par Langweil au XIXe siècle, pour guider les travaux de restauration et de remplissage.

 

Conclusions du Centre du patrimoine mondial et des organisations consultatives, tels qu’informés par la mission conjointe de suivi de janvier 2010 :

a) Le tunnel Blanka et les fortifications baroques (réponse au point a) ci-dessus)

Aucune objection n’est soulevée vis-à-vis de la construction du tunnel Blanka dans le cadre de la politique de circulation urbaine de Prague sous réserve que :

- la route de liaison nord-ouest ne soit pas construite avant l’achèvement de la rocade de Prague ;

- la ‘route nationale Est’ soit matériellement déclassée dès que le tronçon du tunnel Blanka de la rocade permettra d’emprunter un autre itinéraire ; sans quoi le volume de véhicules ne fera qu’augmenter, laissant persister la rupture actuelle du bien du patrimoine mondial d’avec son contexte et le piètre environnement et décor urbains des édifices clés qu’il abrite ;

- le projet de tunnel passant derrière le musée national ne soit pas construit (voir point b) i) ci-dessus) dans la mesure où cela encouragerait la circulation de transit, au lieu de la réduire ;

- les tronçons express de la ‘route nationale Est’ soient retirés du pourtour est du bien du patrimoine mondial, et les rues de la ville ramenées au ‘niveau du sol’ ;

- la politique en matière de stationnement sur site pour les projets d’aménagement et les espaces de stationnement public au sein du bien du patrimoine mondial soit revue, afin de minimiser à la fois la progression de la demande d’accès à la zone des véhicules et les impacts négatifs sur l’intégrité du tissu de la ville historique.

La réhabilitation et la restauration des fortifications baroques sont accueillies avec satisfaction mais les zones réhabilitées devant ces éléments devraient correspondre à leur caractère historique et configuration.

b) Nouveaux projets de circulation autour de la place Wenceslas (réponse aux points b) i) et ii) ci-dessus)

Les projets pour la place Wenceslas sont jugés potentiellement bénéfiques mais dépendent de la limitation, autant que possible, du stationnement au sein du centre historique et du déclassement matériel de la ‘route nationale Est’.

c) Le projet du ‘Museum Mile’ (réponse au point b) iii) ci-dessus)

Le concept du “Museum Mile” est jugé bénéfique mais sa réussite dépend fondamentalement du déclassement matériel de la ‘route nationale Est’.

d) Gares ferroviaires historiques (réponse au point b) iv) ci-dessus)

- Les projets d’aménagement de la gare Masaryk devraient prendre en compte son rôle historique et chercher à conserver les liens, physiques et conceptuels, avec le réseau ferroviaire, via le musée du rail ;

- L’actuel projet pour la gare Vysehrad, tel qu’il apparaît dans le plan conceptuel et sur la visualisation p.15 du rapport de la mission 2010, montre que les immeubles qui l’entourent sont trop élevés par rapport au bâtiment de la gare historique. Ces constructions ne devraient pas excéder, en règle générale, la hauteur du faîte des ailes latérales de l’édifice historique pour conserver une harmonie d’ensemble.

- Le parvis historique de la gare centrale devrait être reconnecté à la ville grâce au déclassement de la ‘route nationale Est’;

- Les aménagements de la gare Zizkov et de ses environs devraient préserver et améliorer la ligne d’horizon de Prague. Toutefois, il est essentiel que le Centre du patrimoine mondial soit informé des nouveaux projets de développement.

e) Pont Charles (réponse au point b) v) ci-dessus)

Si les travaux initiaux étaient inappropriés, l’approche actuelle est grandement améliorée. Les travaux futurs devront reposer sur une documentation appropriée, des normes et des techniques adéquates, et être soumis à un suivi régulier.

f) Contrôles de la hauteur (réponse au point b) vi) ci-dessus)

Il a été noté par la mission conjointe de janvier 2010 que la recommandation spécifique de la mission de 2008 concernant la limitation, dans la plaine de Pankrác, de la hauteur des nouvelles constructions à 60 à 70 m, assortie d’une demande du Comité à cet égard, n’a à ce jour pas été mise en œuvre. Le plan de limitation des constructions de grande hauteur doit être achevé et adopté conformément à la demande du Comité du patrimoine mondial à sa 32e session et de la mission de 2008, afin d’éviter une éventuelle autre intrusion visuelle dans le paysage urbain historique de Prague.

g) Conservation générale du bien (réponse au point b) vii) ci-dessus)

En plus des informations contenues dans le rapport de l’État partie, la mission de suivi commune de janvier 2010 a fourni des informations sur un important projet de développement près de la place Wenceslas et sur le projet d’aménagement adjacent à la gare Vysehrad, jugés révélateurs de l’approche suivie par les promoteurs au sein du bien du patrimoine mondial. Le premier projet entend englober l’ancien manège du palais Savarin baroque au sein de l’atrium du complexe, qui s’étend sur un îlot complet. Étant donné que le projet de plan de gestion 2009/2 (carte n° 15) indique pour le moins huit emplacements au sein du bien du patrimoine mondial où une “structure ayant un impact majeur sur le Centre historique de Prague est prévue” et plusieurs autres sites pour lesquels un permis de construire a été délivré ou qui sont à l’étude en vue d’un potentiel développement, ce point est préoccupant.

h) Limites et zone tampon du bien du patrimoine mondial

Le rapport de la mission de 2010 recommande que le parc Pruhonice soit intégré dans la coordination, gestion et présentation générale du bien du patrimoine mondial et suggère que la zone tampon soit étendue pour entourer ledit parc.

L’État partie a transmis deux lettres commentant de manière détaillée le rapport de mission, toutes deux datées du 27 avril 2010, et a fait savoir en particulier : (a) que la mission a couvert plus de points que prévu, (b) qu’il n’a pas été proposé à la mission d’examiner les zones tampons du bien ni le parc Pruhonice, (c) qu’il accueillait favorablement les conclusions sur la politique de transport mais déclarait qu’une réduction de la route nationale à 4 voies n’était pas réaliste et que concernant la politique de stationnement dans le centre historique centre avait déjà été pris[e] en compte ; (d) que, concernant les projets d’aménagement des gares ferroviaires, d’autres études devaient être entreprises ; (e) que, concernant le pont Charles, le suivi a été réalisé ; (f) que, concernant le ‘Museum Mile’, il s’agit déjà d’un concept réussi sans réduction de la circulation ; (g) qu’il considère réussie la réhabilitation du centre historique et (h), en conclusion, que les recommandations de 2008 concernant la limitation de hauteur à 60-70 m des nouvelles constructions de la plaine de Pankrácseraient respectées.” D’autres informations ont par la suite été communiquées le 30 avril 2010 sur la restauration du pont Charles. Des précisions sur les limites ont été apportées dans une lettre envoyée par les autorités nationales en date du 10 mai 2010 au titre de suivi d’une réunion qui a eu lieu au Centre du patrimoine mondial le 14 avril 2010.

Le Centre du patrimoine mondial et les organisations consultatives ont pris note des commentaires des autorités tchèques et soulignent qu’un dialogue constructif sur tous les points couverts dans le rapport de mission a eu lieu lors de la mission et des échanges complémentaires. En ce qui concerne la question de la zone tampon, relevant du suivi de la mission de 2008, il est noté que toute modification des délimitations du bien du patrimoine mondial et de sa zone tampon devrait être officiellement soumise par l’État partie.

 

Décisions adoptées par le Comité en 2010
34 COM 7B.82
Centre historique de Prague (République tchèque) (C 616)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-10/34.COM/7B.Add,

2. Rappelant la décision 33 COM 7B.96, adoptée à sa 33e session (Séville, 2009),

3. Note les conclusions de la mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de janvier 2010 sur le Centre historique de Prague;

4. Prie l'État partie de mettre en œuvre les recommandations de la mission, notamment :

a) concernant le projet du tunnel Blanka, garantir le déclassement de la 'route nationale Est', arrêter le projet de tunnel situé derrière le musée national et supprimer les tronçons de la 'route nationale Est' du pourtour est du bien,

b) terminer le plan de limitation des constructions de grande hauteur, et

c) clarifier les règles actuellement appliquées pour gérer les processus de remplissage, de reconstruction, de réhabilitation et de conservation ;

5. Demande à l'État partie de tenir le Centre du patrimoine mondial informé de tout nouveau grand projet d'aménagement, en particulier l'aménagement des gares Visegrad et Zitkov conformément aux Orientations ;

6. Regrette que la restauration du pont Charles ait été effectuée sans conseils de conservation appropriés en termes de matériaux et techniques et demande également à l'État partie de garantir que tous les futurs travaux reposeront sur une évaluation et une documentation détaillées faisant appel à des hommes de métier et des conservateurs compétents ;

7. Demande en outre à l'État partie de veiller à ce que le parc Pruhonice soit protégé et géré comme partie intégrante du bien du patrimoine mondial ;

8. Rappelle à l'État partie la zone tampon adoptée lors de l'inscription et que tout changement de cette zone tampon doit être soumis au Centre du patrimoine mondial en conformité avec les Orientations ;

9. Demande par ailleurs à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial d'ici le 1erfévrier2011, un rapport actualisé sur l'État de conservation du bien et la mise en œuvre des demandes susmentionnées, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session en 2011.

Projet de décision : 34 COM 7B.82

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-10/34.COM/7B.Add,

2. Rappelant la décision 33 COM 7B.96, adoptée à sa 33e session (Séville, 2009),

3. Note les conclusions de la mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de janvier 2010 sur le Centre historique de Prague ;

4. Prie l’État partie de mettre en œuvre les recommandations de la mission de suivi réactif conjointe de janvier 2010, notamment :

a) concernant le projet du tunnel Blanka, garantir le déclassement de la ‘route nationale Est’, arrêter le projet de tunnel situé derrière le musée national et supprimer les tronçons de la ‘route nationale Est’ du pourtour est du bien,

b) terminer le plan de limitation des constructions de grande hauteur, et

c) clarifier les règles actuellement appliquées pour gérer les processus de remplissage, de reconstruction, de réhabilitation et de conservation ;

5. Demande à l’État partie de tenir le Centre du patrimoine mondial informé de tout nouveau grand projet d’aménagement, en particulier l’aménagement des gares Visegrad et Zitkov conformément aux Orientations ;

6. Regrette que la restauration du pont Charles ait été effectuée sans conseils de conservation appropriés en termes de matériaux et techniques et demande également à l’État partie de garantir que tous les futurs travaux reposeront sur une évaluation et une documentation détaillées faisant appel à des hommes de métier et des conservateurs compétents ;

7. Demande en outre à l’État partie de veiller à ce que le parc Pruhonice soit protégé et géré comme partie intégrante du bien du patrimoine mondial;

8. Rappelle à l’État partie la zone tampon adoptée lors de l’inscription et que tout changement de cette zone tampon doit être soumis au Centre du patrimoine mondial en conformité avec les Orientations ;

9. Demande par ailleurs à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial d’ici le 1er février 2011, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des demandes susmentionnées, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session en 2011.

 

Année du rapport : 2010
Tchéquie
Date d'inscription : 1992
Catégorie : Culturel
Critères : (ii)(iv)(vi)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 34COM (2010)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top