Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national Alejandro de Humboldt

Cuba
Facteurs affectant le bien en 2010*
  • Exploitation minière
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Impacts potentiels résultant de l’exploitation minière

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2010
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2010**
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2010

En réponse à la décision 33 COM 7B.36 du Comité du patrimoine mondial, l’État partie a soumis le 22 février 2010 un rapport d’état de conservation soulignant les progrès accomplis pour améliorer la gestion du bien. Toutefois, le rapport n’aborde pas les demandes répétées du Comité du patrimoine mondial de prendre l’engagement de fermer les concessions minières accordées dans le périmètre du bien et à sa périphérie, susceptibles d’affecter gravement et irréversiblement la valeur universelle exceptionnelle et l’intégrité du bien si elles étaient mises en exploitation.

a) Concession minière à l’intérieur et à la périphérie des limites du bien

Tout en faisant remarquer qu’il n’y a eu aucune prospection ou exploitation minière à l’intérieur du bien depuis 1995, l’État partie n’aborde pas la question centrale posée par le Comité du patrimoine mondial (décisions 32 COM 7B.36 et 33 COM 7B.36), à savoir : «s’engager de façon claire et sans équivoque à fermer les concessions minières accordées dans le périmètre des limites du bien ou celles situées à sa périphérie susceptibles d’avoir des conséquences sur le bien ». Une lettre à cet effet a été envoyée à l’État partie par le Centre du patrimoine mondial le 1er avril 2009. L’existence actuelle de concessions minières sur le site représente, selon le Centre du patrimoine mondial et l’UICN, une expression de l’intention d’exploiter ces mines à l’avenir. Si cela n’est pas clairement abordé par l’État partie, l’existence continue de concessions minières doit être considérée comme une menace potentielle, en vertu du paragraphe 180 des Orientations

Les valeurs pour lesquelles ce bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial sous les critères (ix) et (x) sont intrinsèquement liées au maintien des écosystèmes existants et de la topographie variée et d’une géologie sous-jacente complexe qui ont généré l’un des sites insulaires et tropicaux les plus divers du monde sur le plan biologique. Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN considèrent que toute exploitation de mine à ciel ouvert conduirait à la perte de la valeur universelle exceptionnelle de ce bien et justifierait clairement de retirer ce bien de la Liste du patrimoine mondial.

 

b) Progrès accomplis pour améliorer la gestion du bien

L’État partie signale que le premier plan d’opération annuel, qui fait partie du plan de gestion 2009-2013, a été mis en œuvre et que les activités de gestion à ce jour incluent la prévention ciblée de feux de forêt, la restauration de l’habitat endommagé par le cyclone Ike en septembre 2008, la mise en œuvre de mesures de conservation des sols, le contrôle des espèces invasives, l’entretien des infrastructures d’écotourisme et l’éducation environnementale. Un soutien a été reçu en provenance de Green Gold et du Programme de l’UNESCO sur L’Homme et la Biosphère pour aider à réparer les préjudices causés par le cyclone dans les communautés de la réserve de biosphère de Cuchillas del Toa, dont le bien est la zone centrale. Le rapport indique également qu’une évaluation du redressement de la situation après le cyclone a été entreprise fin 2009. Cette évaluation était liée à des programmes de formation communautaire axés sur l’adaptation au changement climatique à travers la gestion des terres, le contrôle des feux de forêt et le contrôle des espèces invasives.

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN se félicitent des progrès accomplis dans la mise en œuvre du plan d’opération 2009. Les dommages causés par le cyclone Ike, qui ont affecté les aires forestières dans plusieurs secteurs du parc, ne semblent pas avoir créé d’impacts sérieux ou irréversibles sur les valeurs et l’intégrité du bien et les éléments d’information disponibles paraissent confirmer le bon rétablissement du bien.

Décisions adoptées par le Comité en 2010
34 COM 7B.33
Parc national Alejandro de Humboldt (Cuba) (N 839 rev)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-10/34.COM/7B,

2. Rappelant la décision 33 COM 7B.36, adoptée à sa 33e session (Séville, 2009),

3. Note les progrès accomplis par l'État partie dans la mise en œuvre du plan d'opération 2009 qui a amélioré l'efficacité de la gestion du bien;

4. Prend note avec satisfaction la confirmation de l'État partie qu'aucune activité minière n'est prévue dans le bien mais considère que l'existence continue de concessions minières - si elles étaient activées - serait considérée comme une menace pour le bien, conformément au paragraphe 180 des Orientations;

5. Réitère sa demande à l'État partie de s'engager de façon claire et sans équivoque à éliminer les concessions minières accordées dans le périmètre des limites du (conformément à la déclaration de politique internationale du Conseil international de la Mine et des Métaux (ICMM) et celles situées à sa périphérie, qui pourraient affecter gravement et irréversiblement sa valeur universelle exceptionnelle, y compris ses conditions d'intégrité, si elles étaient exploitées;

6. Demande à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici au 1er février 2012, un rapport sur l'inactivité de toutes les concessions minières en vue de leur prochaine et informant le Comité du patrimoine mondial de tout autre facteur affectant de manière significative la valeur universelle exceptionnelle, y compris l'intégrité du bien.

Projet de décision : 34 COM 7B.33

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-10/34.COM/7B,

2. Rappelant la décision 33 COM 7B.36, adoptée à sa 33e session (Séville, 2009),

3. Note les progrès accomplis par l’État partie dans la mise en œuvre du plan d’opération 2009 qui a amélioré l’efficacité de la gestion du bien ; 

4. Prend note avec satisfaction de l’information soumise par le ministère de l‘industrie qui confirme qu’à présent, aucune activité minière n’est prévue dans le bien mais considère que l’existence continue de concessions minières doit être considérée comme une menace potentielle pour le bien, conformément au paragraphe 180 des Orientations ;

5. Réitère sa demande à l’État partie de s’engager de façon claire et sans équivoque à éliminer les concessions minières accordées dans le périmètre des limites du (conformément à la déclaration de politique internationale du Conseil international de la Mine et des Métaux (ICMM)) et celles situées à sa périphérie, qui pourraient affecter gravement et irréversiblement sa valeur universelle exceptionnelle et son intégrité si elles étaient exploitées ; 

6. Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici au 1er février 2012, un rapport sur les actions spécifiques confirmant l’élimination de toutes les concessions minières susceptibles d’affecter le bien, et informant le Comité du patrimoine mondial de tout autre facteur affectant de manière significative les valeurs et l’intégrité du bien.

Année du rapport : 2010
Cuba
Date d'inscription : 2001
Catégorie : Naturel
Critères : (ix)(x)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 34COM (2010)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top