Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Tertres monumentaux de Poverty Point

États-Unis d'Amérique
Facteurs affectant le bien en 2016*
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
Menaces identifiées lors de l'inscription du bien:
  • Nécessité de définir une zone entourant le bien et incluant son environnement immédiat, les perspectives importantes et d’autres zones ou attributs ayant un rôle fonctionnel important
  • Highway 577 traversant le bien du nord au sud
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2016
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2016**
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2016

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation le 24 novembre 2015, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/1435/documents/, qui rend compte des avancées effectuées dans la mise en œuvre de la décision 38 COM 8B.39 du Comité du patrimoine mondial adoptée à sa 38e session (Doha, 2014), quand les Tertres monumentaux de Poverty Point furent inscrits sur la Liste du patrimoine mondial sur la base du critère (iii). Le Comité avait recommandé à l’État partie de veiller aux points suivants :

  • Poursuivre la politique d’acquisition foncière tout en menant des études scientifiques afin d’établir les conditions favorables d’une extension des limites du bien si les résultats des recherches allaient en ce sens ;
  • Poursuivre la mise en œuvre et l’évaluation des meilleures pratiques de gestion qui ont permis d’atténuer l’impact de l’autoroute 577 sur l’expérience des visiteurs du site ;
  • Poursuivre le renforcement des capacités et de l’expertise au sein du système de gestion pour profiter du dispositif actuel de système d’information géographique (SIG).

L’État partie a répondu sur ces trois points. Suite à de premières recherches couvrant environ 12 % de la zone d’utilisation compatible de Poverty Point (PPCUZ) qui fut établie en 2014 dans un rayon de 5 km autour du bien, l’acquisition des terrains en propriété privée n’est pas envisagée car les recherches n’ont identifié aucun attribut important amplifiant la valeur universelle exceptionnelle. Des recherches sont toujours en cours et des acquisitions foncières sont envisagées pour les futurs équipements d’accueil des visiteurs. Par ailleurs, des mesures ont été prises en matière de signalisation routière, de limitation de la vitesse autorisée et de suivi de la circulation pour atténuer les impacts de l’autoroute 577 sur l’expérience globale que les visiteurs feront du site. Enfin, l’État partie se sert également du système d’information géographique (SIG) pour gérer le site.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2016

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives considèrent que les recommandations du Comité sont appliquées sans relâche par l’État partie et qu’aucun autre rapport n’est nécessaire à court terme. L’État partie est encouragé à poursuivre la mise en œuvre des mesures demandées par le Comité afin de garantir un état de conservation approprié et d’empêcher les menaces qui affectent sa valeur universelle exceptionnelle, en particulier celles émanant d’activités qui ont lieu à l’extérieur des limites du bien du patrimoine mondial.

Décisions adoptées par le Comité en 2016
40 COM 7B.105
Décision omnibus

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/16/40.COM/7B,
  2. Prend note avec satisfaction des mesures prises par les États parties concernés pour répondre à ses demandes antérieures visant à atténuer les menaces qui pèsent sur la valeur universelle exceptionnelle des biens du patrimoine mondial suivants :
    • Cité fortifiée de Bakou avec le palais des Chahs de Chirvan et la tour de la Vierge (Azerbaïdjan),
    • L’ensemble historique et archéologique de Bolgar (Fédération de Russie),
    • New Lanark (Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord),
    • Tertres monumentaux de Poverty Point (États-Unis d'Amérique) ;
  3. Encourage les États parties concernés à poursuivre leurs efforts visant à assurer la conservation des biens du patrimoine mondial ;
  4. Rappelant les avantages pour les États parties de faire systématiquement appel à des études d'impact patrimonial (EIPs) et des études d'impact environnemental (EIE) pour examiner les projets de développement, encourage également les États parties à intégrer les processus des EIE/EIP dans la législation, dans les mécanismes de planification et dans les plans de gestion, et réitère sa recommandation aux États parties d'utiliser ces outils dans l'évaluation des projets, y compris l’évaluation des impacts cumulatifs sur la valeur universelle exceptionnelle des biens, le plus tôt possible et avant que toute décision finale ne soit prise ;
  5. Rappelle aux États parties concernés d'informer le Centre du patrimoine mondial, en temps utile de tout projet de développement majeur qui pourrait nuire à la valeur universelle exceptionnelle d'un bien, avant toute décision irréversible, conformément au paragraphe 172 des Orientations.
Projet de décision : 40 COM 7B.105

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/16/40.COM/7B,
  2. Prend note avec satisfaction des mesures prises par les États parties concernés pour répondre à ses demandes antérieures visant à atténuer les menaces qui pèsent sur la valeur universelle exceptionnelle des biens du patrimoine mondial suivants:
  • Cité fortifiée de Bakou avec le palais des Chahs de Chirvan et la tour de la Vierge (Azerbaïdjan),
  • L’ensemble historique et archéologique de Bolgar (Fédération de Russie),
  • New Lanark (Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord),
  • Tertres monumentaux de Poverty Point (Etats-Unis d'Amérique) ;
  1. Encourage les États parties concernés à poursuivre leurs efforts visant à assurer la conservation des biens du patrimoine mondial;
  2. Rappelant les avantages pour les États parties de faire systématiquement appel à des études d'impact patrimonial (EIPs) et des études d'impact environnemental (EIE) pour examiner les projets de développement, encourage les États parties à intégrer les processus des EIE/EIP dans la législation, dans les mécanismes de planification et dans les plans de gestion, et réitère sa recommandation aux États parties d'utiliser ces outils dans l'évaluation des projets, y compris l’évaluation des impacts cumulatifs sur la valeur universelle exceptionnelle des biens, le plus tôt possible et avant que toute décision finale ne soit prise ;
  3. Rappelle aux États parties concernés d'informer le Centre du patrimoine mondial, en temps utile de tout projet de développement majeur qui pourrait nuire à la valeur universelle exceptionnelle d'un bien, avant toute décision irréversible, conformément au Paragraphe 172 des Orientations.
Année du rapport : 2016
États-Unis d'Amérique
Date d'inscription : 2014
Catégorie : Culturel
Critères : (iii)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2015) .pdf
arrow_circle_right 40COM (2016)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top