Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national du banc d'Arguin

Mauritanie
Facteurs affectant le bien en 2001*
  • Infrastructures de transport de surface
  • Pétrole/gaz
  • Pêche/collecte de ressources aquatiques
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Opération de capture des phoques moines (problème résolu)
  • Trophée des Gazelles-Rallye des Sables ayant traversé la zone du Parc en 1997 (problème résolu)
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2001
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2001**
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2001

Le numéro du 23 juin du New Scientist contenait un article sur le Parc national du Banc d’Arguin intitulé « Coup dur pour le Banc : le plus grand sanctuaire marin d’Afrique touché », l’article décrit la menace que posent aux réserves de poissons du Banc « des dizaines de milliers de pêcheurs traditionnels » et « des centaines de chalutiers géants étrangers » qui pêchent le long de la limite du Parc. L’article citait l’exemple de la faillite des pêcheries mauritaniennes de mulet au début des années 1990, après que les prises aient été multipliées par vingt. Les principaux responsables étaient les pêcheurs sénégalais, dont les propres pêcheries de mulet avaient fait faillite, et qui cherchaient à vendre des œufs de mulet au marché européen. L’article accuse surtout les grands chalutiers internationaux, pour la plupart européens (le plus grand bateau européen peut contenir 7.000 tonnes de poisson et pêche à temps complet dans les eaux mauritaniennes) qui ont les moyens financiers d’acheter des droits de pêche au gouvernement mauritanien. L’article fait remarquer que les chalutiers ont obligé les pêcheurs traditionnels à se déplacer et que ceux-ci créent une pression de plus en plus forte pour avoir l’autorisation de pénétrer dans le Parc, site du patrimoine mondial.

Le Centre et l’UICN notent l’importance de travailler avec les pêcheurs traditionnels pour les aider à traiter leurs problèmes. Un élément capital d’une bonne gestion de la zone côtière est la protection d’écosystèmes essentiels comme ceux qui existent dans le périmètre du site du patrimoine mondial. La participation de plus en plus importante des chalutiers internationaux est un sérieux motif de préoccupation car cela peut potentiellement réduire à néant de telles initiatives.

En septembre 2001, le Parc a informé l’UICN que deux permis de pré-prospection pétrolière dans le Parc avaient été signés par le gouvernement mauritanien. Le Parc cherche actuellement à entreprendre une évaluation urgente de la situation juridique en Mauritanie et de ses obligations selon les conventions internationales, afin de faire cesser l’octroi de permis de prospection et de production. Il recherche de l’aide pour entreprendre cette évaluation.

Le Parc indique que la situation concernant le projet de route Nouadhibou- Nouakchott qui passerait près de la limite du Parc n’est toujours pas réglée. 

Décisions adoptées par le Comité en 2001
25 COM VIII
Rapports sur l'état de conservation de biens naturels inscrits dont le Comité a pris note

Rapports sur l'état de conservation de biens naturels inscrits sur la Liste du patrimoine mondial dont le Comité a pris note

La Grande Barrière (Australie)

Ile Fraser (Australie)

Les Sundarbans (Bangladesh)

Forêt Belovezhskaya Pushcha / Bialowieza (Bélarus et Pologne)

Parc national du Gros-Morne (Canada)

Pac national Nahanni (Canada)

Parc national de Los Katios (Colombie)

Grottes du karst aggtelek et du karst slovaque (Hongrie et Slovaquie)

Le Comité a noté que les questions soulevées concernaient exclusivement la partie slovaque de ce site transfrontalier.

Parc national des Sundarbans (Inde)

Le Délégué de l'Inde a informé le Comité qu'il n'y a pas de projet de construction de voies navigables prévu ou risquant d'avoir un impact quelconque sur le site.

Parc national de Kaziranga (Inde)

Parc national de Komodo (Indonésie)

Parc national de Lorentz (Indonésie)

L'Observateur de l'Indonésie a remercié les autorités australiennes de leur assistance financière. Il a informé le Comité qu'il serait difficile de respecter la date limite du 1er février et qu'un rapport pourrait être présenté fin mars 2002.

Isole Eolie (Iles Eoliennes) (Italie)

L'Observatrice de l'Italie a confirmé qu'il y avait eu une décision de justice le 4 décembre 2001, qui n'était pas encore publique, mais qu'elle serait disponible prochainement. Elle a informé le Comité qu'il serait difficile de respecter la date limite du 1er février et qu'un rapport pourrait être fourni vers la fin du mois de mars 2002.

Parc national du Gunung Mulu (Malaisie)

Parc national du Banc d'Arguin (Mauritanie)

Le Délégué de l'Egypte a attiré l'attention du Comité sur l'importance de protéger les zones humides qui servent de haltes aux oiseaux migrateurs le long de leurs itinéraires. Il a suggéré que le Centre du patrimoine mondial dispose d'un plan définissant les zones humides importantes pour les oiseaux et qu'il utilise ces informations pour créer des sites « satellites » du patrimoine mondial. Le représentant de l'UICN a évoqué la coopération entre le Centre du patrimoine mondial et la Convention de Ramsar et BirdLife International pour protéger les zones humides. Il a également souligné l'importance des aires qui entourent les aires classées au patrimoine mondial et les liens avec le Programme sur l'Homme et la biosphère pour la protection des sites. Le Secrétariat a donné des détails sur les discussions en cours avec le Secrétariat de la Convention des Espèces Migratrices pour établir un mémorandum d'accord entre ces deux Conventions.

Sian Ka'an (Mexique) 

La Déléguée du Mexique a indiqué que la confirmation du Plan écologique d'utilisation des terres en est actuellement à sa phase finale et elle a donc demandé que la date limite de remise du rapport au Bureau soit fixée au 15 mai 2002 pour examen par la vingt-sixième session du Comité en juin.

Parc national de Royal Chitwan (Népal)

Caucase de l'Ouest (Fédération de Russie)

Montagnes de l'Altaï (Fédération de Russie)

Parc national de Doñana (Espagne)

Réserve forestière de Sinharaja (Sri Lanka)

Baie d'Ha Long (Viet Nam)

Chaussée des Géants et sa côte (Royaume-Uni)

Ile de St Kilda (Royaume-Uni)

Parc national de Serengeti (République-Unie de Tanzanie)

Parc national des Great Smoky Mountains (États-Unis d'Amérique)

Parc national Canaima (Venezuela)

 

Le Bureau pourrait souhaiter adopter le texte suivant :

« Le Bureau prend acte avec satisfaction des recommandations de l’UICN et demande un rapport à l’Etat partie avant le 15 février 2002, pour examen par la vingt-sixième session du Bureau (avril 2002). Ce rapport devra traiter des questions suivantes : la situation concernant les permis de prospection pétrolière dans le périmètre du Parc ; les menaces pour les ressources marines du Parc ; et l’état d’avancement de la route entre Nouadhibou et Nouakchott. »

Année du rapport : 2001
Mauritanie
Date d'inscription : 1989
Catégorie : Naturel
Critères : (ix)(x)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 25COM (2001)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top