Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura

Chili
Facteurs affectant le bien en 2012*
  • Destruction délibérée du patrimoine
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Vent
  • Autres menaces :

    a) Nature extrêmement fragile des bâtiments industriels qui ont été construits en utilisant des matériaux locaux comme le bois pour les structures, la tôle ondulée pour la toiture et quelques parois, ainsi que l’enduit et les structures légères; b) Absence d'entretien durant les 40 dernières années; c) Corrosion des revêtements métalliques et démantèlement des éléments structurels. Quelques édifices, comme le bâtiment de lixiviation, risquent de s'effondrer s’ils ne sont pas étayés; d)Très peu de travaux de conservation ont été effectués

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Nature extrêmement fragile des bâtiments industriels qui ont été construits en utilisant des matériaux locaux comme le bois pour les structures, la tôle ondulée pour la toiture et quelques parois, ainsi que l’enduit et les structures légères ;

b) Absence d'entretien durant les 40 dernières années et vandalisme sur le site ;

c) Corrosion des revêtements métalliques et démantèlement des éléments structurels. Quelques édifices, comme le bâtiment de lixiviation, risquent de s'effondrer s’ils ne sont pas étayés ;

d) Très peu de travaux de conservation ont été effectués ;

e) Dommages causés par le vent. 

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril
  • Nature extrêmement fragile des bâtiments industriels ;
  • Absence d'entretien pendant 40 ans ;
  • Vandalisme dû au pillage des matériaux réutilisables ;
  • Dommages causés par le vent. 
Mesures correctives pour le bien

Pas encore identifiées

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2012
Demandes approuvées : 2 (de 2007-2012)
Montant total approuvé : 60 000 dollars E.U.
2012 International Expert Meeting - Conservation of Wood ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
2007 Protection and consolidation of the Humberstone and ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2012**

Octobre 2004 : mission d'évaluation de l’ICOMOS ; mai 2007 : visite du bien par le Centre du patrimoine mondial ; Avril 2010: mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2012

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation le 8 février 2012 en réponse aux demandes formulées par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session (UNESCO, 2011). Aucune information technique ou graphique sur les interventions réalisées n’a été jointe au rapport.

a) Mise en œuvre du programme des interventions prioritaires

Le rapport de l’État partie indique que ce programme se poursuit lentement avec des ressources provenant de l’État et que plusieurs accords ont été passés avec différentes agences et institutions d’enseignement pour contribuer à l’avancement des travaux. Le rapport mentionne aussi les différentes activités menées au cours de l’année 2011 dans le bien. Parmi celles-ci, l’étude des sites associés au salpêtre, hors du bien, mais en relation étroite avec les attributs du bien du patrimoine mondial, qui permettra une meilleure compréhension de la zone inscrite. La récupération de l’éclairage public de Humberstone est en progrès, avec des propositions de soumissions en cours de préparation ainsi que des propositions d’intervention sur différents bâtiments. La définition du critère de conservation est attendue en 2012, et bien que des progrès aient été réalisés en matière d’étude et d’enregistrement, aucuns travaux de conservation spécifiques ou intervention de stabilisation architecturale n’ont été entrepris à ce jour. Dans son rapport, l’État partie indique toutefois que les travaux de restauration commenceront par la Maison du Head Doctor en 2012 ainsi que la consolidation et la rénovation du magasin général de Humberstone, qui sera utilisé comme centre d’interprétation, et que des ressources ont été attribuées pour 2012 en vue de la consolidation de l’hôpital chirurgical de Santa Laura.

b) Réunion internationale d’experts

Le rapport note que, concernant la Réunion internationale d’experts, la demande d’assistance internationale est en cours de révision en réponse aux commentaires formulés par les Organisations consultatives et que les informations complémentaires sont rassemblées de manière à disposer d’ensembles de données complets pour la réunion. En mars 2012, le Centre du patrimoine mondial a reçu des informations actualisées de la part de l’État partie fixant la date de la réunion d’experts au 21 – 26 octobre 2012. Un programme a été joint au calendrier des travaux. Le rapport de l’État partie indique que les résultats de l’analyse des matériaux du site effectuée par le Deutsches Bergbau Museum de Bochumsont attendus.

c) Reformulation du plan de gestion

Le rapport indique que le plan de gestion actualisé a été soumis en octobre 2011 au Conseil des monuments nationaux pour examen et devrait être envoyés avant juin 2012 au Centre du patrimoine mondial. L’État partie signale que des plans pour la muséologie, la sûreté, la sécurité, la gestion stratégique et le marketing sont inclus dans le plan de gestion.

d) Établissement de la zone tampon

Le rapport indique que le plan de gestion révisé contient un programme spécifique pour l’établissement d’une zone tampon relevant de la Loi des monuments nationaux. Aucune information supplémentaire n’est fournie à ce sujet. A sa 35e session, le Comité du patrimoine mondial à donné son approbation pour une modification mineure de limite et a demandé à l’État partie de fournir une carte indiquant les limites révisées du bien et de la zone tampon ainsi que les réglementations concernées.

e) État souhaité de conservation et calendrier de mise en œuvre des mesures correctives

L’état souhaité du bien en vue de son retrait de la Liste du patrimoine mondial en péril et le calendrier de mise en œuvre doivent être mis au point par l’État partie en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives. Le rapport note qu’il sera impossible de se conformer au calendrier précédemment établi et qu’un calendrier révisé ne pourra être défini que lorsque les processus en cours auront suffisamment progressé et que les ressources nécessaires auront été garanties. Aucun état souhaité de conservation n’a été soumis à ce jour. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent que les résultats de la réunion internationale d’experts pourraient assister l’État partie dans l’élaboration de l’état souhaité de conservation et des mesures correctives.

f) Questions diverses

Le rapport indique aussi que l’interprétation du site a été identifiée comme une priorité et le financement a été trouvé auprès du Bureau national du Tourisme. Une proposition de signalisation dans le site sera incluse dans le plan de muséologie en cours de préparation. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives demandent l’attribution de ressources pour les besoins de l’interprétation, mais demandent aussi que l’État partie assure une juste répartition des ressources entre les visites et les programmes de conservation intégrés, essentiels pour le maintien des conditions d’authenticité et d’intégrité du bien. 

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2012

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent les efforts soutenus de l’État partie dans le traitement des conditions qui ont entraîné l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Ils notent que les progrès limités atteints à ce jour sont en partie dus aux défis posés par la nature des matériaux de construction, aux ressources limitées ainsi qu’au temps nécessaire pour mettre au point les modalités de gestion adéquates. Ils recommandent que le Comité demande instamment à l’État partie de poursuivre son exploration des moyens de garantir les ressources nécessaires pour mettre en œuvre systématiquement le Programme d’interventions prioritaires et le plan de gestion révisé de manière à accomplir des progrès importants dans la mise en œuvre des mesures correctives en vue du retrait éventuel du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril. 

Décisions adoptées par le Comité en 2012
36 COM 7A.33
Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura (Chili) (C 1178)

Le Comité du patrimoine mondial,

1.   Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7A,

2.   Rappelant la décision 35 COM 7A.32, adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3.   Prend acte des informations fournies par l’État partie sur la mise en œuvre des mesures correctives identifiées et prie instamment l’État partie à poursuivre ses efforts pour garantir les ressources nécessaires à leur complète réalisation ;

4.   Note que la Réunion internationale d’experts est prévue pour octobre 2012 et demande que l’État partie saisisse cette opportunité pour mettre au point un projet d’état souhaité de conservation en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, des mesures correctives, le calendrier de mise en œuvre et l’estimation des coûts impliqués, ainsi qu’un plan d’action clair pour guider la stratégie de conservation du bien, à soumettre dans le cadre des résultats de la réunion pour être revus par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013 ;

5.   Demande également à l’État partie de s’assurer d’une répartition équilibrée des ressources entre les programmes de visites et les programme de conservation, essentielle au maintien de l’intégrité du bien ;

6.   Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives une copie du plan de gestion du bien d’ici octobre 2012 ;

7.   Demande par ailleurs que l’État partie soumette au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2013, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013 ;

8.   Décide de maintenir les usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura (Chili) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

36 COM 8C.2
Établissement de la Liste du patrimoine mondial en péril (biens maintenus)

Le Comité du patrimoine mondial,

1.    Faisant suite à l’examen des rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-12/36.COM/7A et WHC-12/36.COM/7A.Add),

2.    Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :

    • Afghanistan, Minaret et vestiges archéologiques de Djam (décision 36 COM 7A.25)
    • Afghanistan, Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan (décision 36 COM 7A.26)
    • Belize, Réseau de réserves du récif de la barrière du Belize (décision 36 COM 7A.15)
    • Chili, Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura (décision 36 COM 7A.33)
    • Colombie, Parc national de Los Katíos (décision 36 COM 7A.16)
    • Côte d'Ivoire, Parc national de la Comoé (décision 36 COM 7A.2)
    • Côte d'Ivoire / Guinée, Réserve naturelle intégrale du mont Nimba (décision 36 COM 7A.3)
    • Égypte, Abou Mena (décision 36 COM 7A.20)
    • États-Unis d'Amérique, Parc national des Everglades (décision 36 COM 7A.14)
    • Éthiopie, Parc national du Simien (décision 36 COM 7A.9)
    • Géorgie, Cathédrale de Bagrati et monastère de Ghélati (décision 36 COM 7A.30)
    • Géorgie, Monuments historiques de Mtskheta (décision 36 COM 7A.31)
    • Honduras, Réserve de la Biosphère Río Plátano (décision 36 COM 7A.17)
    • Indonésie, Patrimoine des forêts tropicales ombrophiles de Sumatra (décision 36 COM 7A.13)
    • Iraq, Assour (Qal'at Cherqat) (décision 36 COM 7A.21)
    • Iraq, Ville archéologique de Samarra (décision 36 COM 7A.22)
    • Jérusalem, Vieille ville de Jérusalem et ses remparts (décision 36 COM 7A.23.I)
    • Madagascar, Forêts humides de l’Atsinanana (décision 36 COM 7A.10)
    • Niger, Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (décision 36 COM 7A.11)
    • Ouganda, Tombes des rois du Buganda à Kasubi (décision 36 COM 7A.18)
    • Pérou, Zone archéologique de Chan Chan (décision 36 COM 7A.34)
    • République centrafricaine, Parc national du Manovo-Gounda St Floris (décision 36 COM 7A.1)
    • République démocratique du Congo, Parc national des Virunga (décision 36 COM 7A.4)
    • République démocratique du Congo, Parc national de Kahuzi-Biega (décision 36 COM 7A.5)
    • République démocratique du Congo, Parc national de la Garamba (décision 36 COM 7A.6)
    • République démocratique du Congo, Parc national de la Salonga (décision 36 COM 7A.7)
    • République démocratique du Congo, Réserve de faune à okapis (décision 36 COM 7A.8)
    • République islamique d'Iran, Bam et son paysage culturel (décision 36 COM 7A.27)
    • République-Unie de Tanzanie, Ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara (décision 36 COM 7A.19)
    • Sénégal, Parc national du Niokolo-Koba (décision 36 COM 7A.12)
    • Serbie, Monuments médiévaux au Kosovo (décision 36 COM 7A.32)
    • Venezuela, Coro et son port (décision 36 COM 7A.35)
    • Yémen, Ville historique de Zabid (décision 36 COM 7A.24)
Projet de décision : 36 COM 7A.33

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7A,

2. Rappelant la décision35 COM 7A.32, adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3. Prend acte des informations fournies par l’État partie sur la mise en œuvre des mesures correctives identifiées et prie instamment l’État partie à poursuivre ses efforts pour garantir les ressources nécessaires à leur complète réalisation ;

4. Note que la Réunion internationale d’experts est prévue pour octobre 2012 et demande que l’État partie saisisse cette opportunité pour mettre au point un projet d’état souhaité de conservation en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, des mesures correctives, le calendrier de mise en œuvre et l’estimation des coûts impliqués, ainsi qu’un plan d’action clair pour guider la stratégie de conservation du bien, à soumettre dans le cadre des résultats de la réunion pour être revus par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013 ;

5. Demande également à l’État partie de s’assurer d’une répartition équilibrée des ressources entre les programmes de visites et les programme de conservation, essentielle au maintien de l’intégrité du bien ;

6. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives une copie du plan de gestion du bien d’ici octobre 2012 ;

7. Demande par ailleurs que l’État partie soumette au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2012, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013 ;

8. Décide de maintenir les usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura (Chili) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Année du rapport : 2012
Chili
Date d'inscription : 2005
Catégorie : Culturel
Critères : (ii)(iii)(iv)
Liste en péril (dates) : 2005-2019
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 36COM (2012)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top