Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Samarkand – carrefour de cultures

Ouzbékistan
Facteurs affectant le bien en 2006*
  • Activités de gestion
  • Infrastructures de transport de surface
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Impact sérieux d’un programme de restauration et d’aménagement paysager de grande envergure sur l’authenticité et l’intégrité du bien. 

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2006
Demandes approuvées : 1 (de 1999-1999)
Montant total approuvé : 15 000 dollars E.U.
1999 Training Workshop in the Preparation of World Heritage ... (Approuvé)   15 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2006**

Mission de suivi réactif conjointe Bureau UNESCO de Tachkent/ICOMOS, 6-12 mars 2006 ; courte mission d’évaluation d’un expert international du Bureau de l’UNESCO à Tachkent, en avril 2005.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2006

A sa 29e session (Durban, 2005), le Comité du patrimoine mondial a demandé à l’État partie de fournir une documentation complète sur le programme très préoccupant de restauration et d’aménagements paysagers de grande envergure dans l’ensemble de Shah i-Zinda, qui semble gravement porter atteinte à l’intégrité et à l’authenticité du bien. En réponse, la délégation permanente de l’Ouzbékistan a adressé le 3 février 2006 un rapport sur l’état de conservation du bien rédigé en russe ; ce document a été ensuite traduit en anglais par la même délégation.

 

Le rapport précise qu’un décret spécial (n° 337) a été adopté le 16 juillet 2004 concernant « l’Organisation des travaux de restauration et d’amélioration dans l’ensemble du mémorial de Shah i-Zinda ». En vertu de ce décret, l’institut de restauration « Tamirshunoslik » a élaboré pour 2004-2005 un programme de travaux de restauration et de conservation et d’études scientifiques concernant l’ensemble de Shah i-Zinda. Ce programme a été examiné et approuvé par le Conseil scientifico-méthodique ouzbek de protection des objets du patrimoine culturel.

De plus, ce rapport insiste sur le fait que chaque monument de l’ensemble de Shah i-Zinda a été soigneusement étudié et que les travaux de conservation ont été effectués conformément aux normes et règles internationales. Il indique que, pendant la période 2004-2005, les dômes de certains monuments ont été restaurés et qu’il s’agissait d’une mesure capitale pour sauver la partie restante des bâtiments. Avant de commencer les grands travaux, un cycle complet de fouilles archéologiques a été effectué. Les grands travaux consistaient à consolider les fondations des bâtiments et à empêcher l’humidité du sol de remonter dans les structures. L’État partie affirme également que la reconstruction des plafonds de Khoja Akhmad et d’autres mausolées, ainsi que la reconstruction des dômes, a permis d’assurer la protection des mausolées et de sauver en partie les décorations murales.

Comme demandé par le Comité à sa 29e session (Durban, 2005), une mission a été effectuée par l’ICOMOS du 6 au 12 mars 2006, en compagnie du responsable du Bureau de l’UNESCO à Tachkent. Selon le rapport de mission, l’état de différents mausolées et mosquées a atteint un stade critique en raison d’une longue période de négligence et exige une intervention pour éviter que les dégradations ne s’accentuent. Les travaux susmentionnés ont ainsi été effectués afin de diminuer l’humidité des murs. L’élimination de la terre accumulée autour des bâtiments a changé l’apparence première du site. Ces travaux de restauration ont été effectués en très peu de temps (moins de deux ans se sont écoulés entre le début et la fin) et ont fait apparaître les fondations de structures antérieures. Cette hâte a été préjudiciable à la qualité de certains détails du travail et s’est traduite par une finition médiocre du chaperon en briques et du noquet en zinc de Kusam-Ibn-Abbas.

Parallèlement au projet de restauration, la municipalité de Samarkand a procédé à l’élargissement de la route principale qui passe entre le site archéologique d’Afrasiab et la partie timuride de Samarkand. Ce projet fait partie d’un vaste programme d’aménagement de la ville pour 2004-2025 (« Projet de reconstruction du centre de Samarkand ») qui pourrait avoir un impact considérable sur le bien et ses zones tampons.

Sachant que les travaux sont presque achevés à Shah i-Zindah, le rapport de l’ICOMOS recommande que des modifications soient apportées à la finition des chaperons en brique, des noquets et d’autres détails de médiocre qualité. Il est en outre impératif de reconsidérer les aménagements paysagers et le tracé de la nouvelle route principale qui passe devant Shah i-Zindah et sépare le site de l’ancienne Afrasiab de la partie timuride de Samarkand. La construction de cette nouvelle route de 16 mètres de large bordée de murs de retenue mesurant jusqu’à 5 mètres de haut, est très gênante pour l’environnement historique. Les projets de démolition d’autres maisons bordant le site d’Afrasiab doivent être reconsidérés de toute urgence.

La perte d’authenticité causée par les travaux effectués récemment à Shah i-Zinda est extrêmement préoccupante et la mission pense que toute décision d’aménagement et de conservation doit être guidée par un plan de gestion. C’est pourquoi les autorités doivent de toute urgence élaborer une politique cohérente d’urbanisme et de conservation pour la gestion de l’ensemble de la ville historique, y compris le site du patrimoine mondial et ses zones tampons. Il faut également établir un inventaire et procéder à la documentation des caractéristiques historiques et des valeurs architecturales ; ils serviront de base au plan de gestion global. Par ailleurs, il convient d’élaborer une stratégie de conservation intégrée pour les quartiers résidentiels existants, ainsi que pour la réintégration et la réhabilitation des quartiers environnants qui ont été démolis.

Les programmes d’urbanisme de grande envergure, comme le « Projet de reconstruction du centre de Samarkand » proposé, doivent par conséquent être revus en tenant compte des recommandations ci-dessus. Toute nouvelle démolition de quartiers d’habitation traditionnels doit être empêchée et des mesures doivent être prises pour encourager leur développement durable et leur réhabilitation. 

Décisions adoptées par le Comité en 2006
30 COM 7B.59
Etat de conservation (Samarkand – Carrefour de cultures)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-06/30.COM/7B,

2. Rappelant la décision 29 COM 7B.57, adoptée à sa 29e session (Durban, 2005),

3. Note avec inquiétude le non-respect des normes de restauration par les travaux effectués dans la nécropole de Shah i-Zinda, ce qui pourrait entraîner une perte partielle d'authenticité du bien, en plus de l'élargissement de la route principale qui passe entre le site archéologique d'Afrasiab et la partie timuride de Samarkand;

4. Note également avec inquiétude le programme d'urbanisme en cours («Projet de reconstruction du centre de Samarkand») qui pourrait avoir un impact considérable sur l'intégrité du bien et de ses zones tampons;

5. Demande à l'État partie de prendre de toute urgence les mesures correctives suivantes:

a) Élaborer un plan de gestion assorti d'une politique cohérente de conservation et d'urbanisme pour gérer l'ensemble de la ville historique, notamment le bien du patrimoine mondial et ses zones tampons;

b) Préparer un inventaire et procéder à la documentation des caractéristiques historiques et des valeurs architecturales;

c) Mettre en place une stratégie intégrée de conservation pour les quartiers résidentiels existants, ainsi que pour la réintégration et la réhabilitation des quartiers environnants qui ont été démolis;

6. Prie instamment l'État partie de revoir les programmes d'urbanisme de grande envergure, tels que le «Projet de reconstruction du centre de Samarkand» et de s'abstenir immédiatement de toute nouvelle démolition de quartiers d'habitation traditionnels en attendant l'adoption de la politique de conservation et du plan de gestion susmentionnés;

7. Demande également à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1 février 2007, un rapport détaillé sur l'avancement de l'élaboration du plan de gestion et sur l'état de conservation du site, incluant la liste des mesures correctives citée ci-dessus, pour examen par le Comité à sa 31e session en 2007;

8. Note que si l'État partie ne met pas en œuvre les recommandations et décisions susmentionnées, le Comité du patrimoine mondial pourrait décider d'inscrire le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril à sa 31e session en 2007.

Projet de décision : 30 COM 7B.59

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-06/30.COM/7B,

2. Rappelant la décision 29 COM 7B.57, adoptée à sa 29e session (Durban, 2005),

3. Note avec inquiétude la perte d’authenticité causée par les travaux de restauration de grande envergure effectués dans la nécropole de Shah i-Zinda et l’élargissement de la route principale qui passe entre le site archéologique d’Afrasiab et la partie timuride de Samarkand ;

4. Note également avec inquiétude le programme d’urbanisme en cours (« Projet de reconstruction du centre de Samarkand ») qui pourrait avoir un impact considérable sur l’intégrité du bien et de ses zones tampons ;

5. Demande à l’État partie de prendre de toute urgence les mesures suivantes : 

a) élaborer un plan de gestion assorti d’une politique cohérente de conservation et d’urbanisme pour gérer l’ensemble de la ville historique, notamment le bien du patrimoine mondial et ses zones tampons ;

b) préparer un inventaire et procéder à la documentation des caractéristiques historiques et des valeurs architecturales ;

c) mettre en place une stratégie intégrée de conservation pour les quartiers résidentiels existants, ainsi que pour la réintégration et la réhabilitation des quartiers environnants qui ont été démolis ;

6. Prie instamment l’État partie de revoir les programmes d’urbanisme de grande envergure, tels que le « Projet de reconstruction du centre de Samarkand » et de s’abstenir immédiatement de toute nouvelle démolition de quartiers d’habitation traditionnels en attendant l’adoption de la politique de conservation et du plan de gestion susmentionnés ;

7. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2007, un rapport détaillé sur l’avancement de l’élaboration du plan de gestion et sur l’état de conservation du site pour examen par le Comité à sa 31e session en 2007. Si l’État partie ne met pas en œuvre les recommandations et décisions susmentionnées, le Comité du patrimoine mondial pourrait décider d’inscrire le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril à sa 31e session en 2007.

Année du rapport : 2006
Ouzbékistan
Date d'inscription : 2001
Catégorie : Culturel
Critères : (i)(ii)(iv)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 30COM (2006)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top