Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national de l’Ivindo

Ivindo National Park

Situated on the equator in northern Gabon the largely pristine site encompasses an area of almost 300,000 ha crossed by a network of picturesque blackwater rivers. It features rapids and waterfalls bordered by intact rainforest, which make for a landscape of great aesthetic value. The site’s aquatic habitats harbour endemic freshwater fish species, 13 of which are threatened, and at least seven species of Podostemaceae riverweeds, with probable micro-endemic aquatic flora at each waterfall. Many fish species in the property are yet to be described and parts of the site have hardly been investigated. Critically Endangered Slender-snouted Crocodiles (Mecistops cataphractus) find shelter in Ivindo National Park which also boasts biogeographically unique Caesalpinioideae old-growth forests of high conservation value, supporting, for instance, a very high diversity of butterflies alongside threatened flagship mammals and avian fauna such as the Critically Endangered Forest Elephant (Loxodonta cyclotis), Western Lowland Gorilla (Gorilla gorilla), the Endangered Chimpanzee (Pan troglodytes) and Grey Parrot (Psittacus erithacus) as well as the Vulnerable Grey-necked Rockfowl (Picathartes oreas), Mandrill (Mandrillus sphinx), Leopard (Panthera pardus), and African Golden Cat (Caracal aurata), and three species of Pangolin (Manidae spp.).

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Parc national de l’Ivindo

Situé sur l’équateur, dans le nord du Gabon, le site, essentiellement intact, s’étend sur près de 300 000 hectares traversés par un réseau de rivières d’eau noire pittoresques. Il comprend des rapides et des chutes bordées par des forêts humides intactes, ce qui en fait un paysage d’une grande valeur esthétique. Les habitats aquatiques abritent des espèces de poissons endémiques, dont 13 espèces sont considérées comme menacées, au moins sept espèces d’herbes aquatiques Podostemaceae et, sans doute, une faune aquatique micro-endémique de chaque chute. De nombreuses espèces de poissons du bien ne sont pas encore décrites et certaines parties du site sont encore à peine explorées. Le crocodile à long museau (Mecistops cataphractus), en danger critique d’extinction, trouve refuge dans le parc national de l’Ivindo qui s’enorgueillit aussi de posséder des forêts climaciques uniques très anciennes à Caesalpinioideae et de haute valeur pour la conservation, abritant, par exemple, une très grande diversité de papillons ainsi que des espèces menacées de mammifères emblématiques et d’oiseaux comme l’éléphant de forêt (Loxodonta cyclotis) et le gorille de l’Ouest (Gorilla gorilla) En danger critique d’extinction, le chimpanzé (Pan troglodytes) et le perroquet gris (Psittacus erithacus) En danger, ainsi que le picatharte du Cameroun (Picathartes oreas), le mandrill (Mandrillus sphinx), le léopard (Panthera pardus) et le chat doré (Caracal aurata) Vulnérables, et trois espèces de pangolins (Manidae spp.).

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

حديقة آيفيندو الوطنية

يوجد الموقع على خط الاستواء في شمال غابون ولا يزال يحافظ على رونقه الأصلي إلى حدّ كبير، ويمتد على مساحة تصل إلى ما يقارب 300 ألف هكتار، وتعبره شبكة من أنهار المياه السوداء الخلّابة. ويحتضن الموقع أيضاً مجموعة من الشلالات والأنهار المُنسدلة في أحضان غابات مطيرة لم يمسّ الزمن شيئاً من طبيعتها. وتضفي هذه العناصر على قيمة جمالية كبيرة. وتحتضن الموائل المائية في الموقع أصنافاً مستوطنة من أسماك المياه العذبة، من بينها 13 صنفاً مهدداً، وسبعة أصناف على الأقل من أعشاب الأنهار التابعة للفصيلة البدوستمونية، وينفرد كل شلال في الموقع بنباتات وأعشاب مائية مستوطنة في محيطه دون غيره. وتجدر الإشارة إلى أنّ العديد من أصناف الأسماك المتواجدة في الموقع تفتقر إلى الوصف الوافي، مع العلم أيضاً أنّ بعض أجزاء الموقع بالكاد خضعت للبحوث. وتلتمس التماسيح المهددة بالانقراض بصورة خطيرة المأوى في حديقة آيفيندو الوطنية التي تحتضن غابات نبات عائلة العَنْدَمَاوَات المعمّرة ذات الطابع الفريد التي لِحِفظِها قيمة كبيرة، إذ يأوي الموقع على سبيل المثال طيفاً واسعاً ومتنوّعاً من الفراشات والثدييات المهددة بالانقراض والطيور المهددة بالانقراض بصورة كبيرة مثل فيلة الغابة وغوريلا السهول الغربية والشمبانزي المهدد بالانقراض والببغاء الرمادي الأفريقي والدجاج الصخري الرمادي العنق وميمون أبو الهول أو "المادريل" والنمر والسنور الذهبي الأفريقي، فضلاً عن ثلاثة أصناف من النمل الحرشفي.

source: UNESCO/CPE
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

伊温多国家公园

伊温多国家公园位于加蓬北部的赤道地区,覆盖了近30万公顷的原始土地,美丽的黑水河水网密布其间。原始热带雨林与穿行的激流和瀑布构成了一个极具美学价值的景观。这里的水生栖息地孕育着特有的淡水鱼类(其中13种濒危)、至少7种川苔草科植物,以及可能存在于每个瀑布的微型特有水生植物。该遗产地的多个鱼类物种尚未得到记录,部分区域几乎从未经过勘察。极度濒危的非洲狭吻鳄在伊温多国家公园找到了栖身之所。该公园还拥有生物地理学上独特的具有极高保护价值的苏木亚科原始森林,它支持着多种多样的蝴蝶以及濒危的标志性哺乳动物和鸟类,如极危物种非洲森林象、西部低地大猩猩,濒危物种黑猩猩、非洲灰鹦鹉,易危的灰颈岩鹛、山魈、花豹、非洲金猫,以及3种穿山甲。

source: UNESCO/CPE
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Национальный парк Ивиндо

Расположенная на экваторе в северной части Габона, эта в основном нетронутая местность занимает площадь около 300000 га, пересекаемую сетью живописных черноводных рек. В парке есть пороги и водопады, окаймленные нетронутым тропическим лесом, что придает ландшафту значительную эстетическую ценность. В водных средах обитания этого объекта обитают эндемичные виды пресноводных рыб, 13 из которых находятся в угрожаемом положении, и по меньшей мере семь видов речных Подостемовых с возможной микроэндемичной водной флорой на территории каждого водопада. Многие виды рыб, обитающие на территории Национального парка Ивиндо, еще не описаны, а отдельные участки парка практически не исследованы. Находящийся на грани полного исчезновения узкорылый крокодил (Mecistops cataphractus) находит убежище в Национальном парке Ивиндо, который также может похвастаться биогеографически уникальными древними лесами Цезальпиниевых, имеющими высокую природоохранную ценность и поддерживающими, например, очень большое разнообразие бабочек наряду с находящимися в угрожаемом положении флагманскими видами млекопитающих и птиц, такими как находящиеся на грани полного исчезновения лесной слон (Loxodonta cyclotis) и западная равнинная горилла (Gorilla gorilla), исчезающие виды шимпанзе (Pan troglodytes) и попугай Жако (Psittacus erithacus), а также уязвимые виды восточная лысая ворона (Picathartes oreas), мандрил (Mandrillus sphinx), леопард (Panthera pardus) и золотая кошка (Caracal aurata), а также три вида панголинов (Manidae spp.).

source: UNESCO/CPE
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Parque Nacional de Ivindo

Situado en el ecuador, en el norte de Gabón, este sitio, en gran parte prístino, abarca una superficie de casi 300.000 hectáreas atravesadas por una red de pintorescos ríos de aguas negras. Cuenta con rápidos y cascadas bordeados por una selva tropical intacta, que conforman un paisaje de gran valor estético. Los hábitats acuáticos del lugar albergan especies endémicas de peces de agua dulce, 13 de las cuales están amenazadas, y al menos siete especies de algas fluviales Podostemaceae, con una probable flora acuática microendémica en cada cascada. Todavía no se han descrito muchas especies de peces en el sitio, algunas de cuyas partes han sido escasamente investigadas. Los cocodrilos de hocico fino (Mecistops cataphractus), en peligro crítico, encuentran refugio en el Parque Nacional de Ivindo, que también cuenta con bosques antiguos de Caesalpinioideae, únicos desde el punto de vista biogeográfico y de gran valor para la conservación que albergan, por ejemplo, una gran diversidad de mariposas junto con mamíferos emblemáticos amenazados y fauna aviar como el elefante de bosque (Loxodonta cyclotis), en peligro crítico, el gorila occidental de llanura (Gorilla gorilla),el chimpancé (Pan troglodytes) y el loro gris (Psittacus erithacus) en peligro de extinción, así como el picatartes cuelligrís (Picathartes oreas), que es vulnerable, el mandril (Mandrillus sphinx), el leopardo (Panthera pardus), el gato dorado africano (Caracal aurata), y tres especies de pangolín (Manidae spp.).

source: UNESCO/CPE
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Parc national de l’Ivindo. Les éléphants dans la rivière Djidji, au centre du parc. © WCS
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le parc national de l’Ivindo est la principale aire protégée représentative des forêts des plateaux intérieurs du Gabon. Il se distingue par les milieux humides de l’Ivindo et de la Djidji qui forment un complexe vierge et hautement “pittoresque” de chutes, de rapides et de biefs calmes aux eaux noires profondes, insérés dans un écrin de forêts intactes. Ces forêts comprennent une grande diversité de formations, notamment de très vieilles forêts à Caesalpinioideae, uniques en Afrique centrale et dans tout le domaine guinéo-congolais. Le bien, associé à deux autres aires protégées, est considéré comme l’une des aires protégées les plus irremplaçables du monde pour la conservation des mammifères, des oiseaux et des amphibiens. Il constitue un refuge naturel pour de nombreuses espèces rares, menacées ou endémiques de la région des plateaux intérieurs du Gabon qui constitue une des quatre zones, très différentes les unes des autres, de la zone biogéographique de la Basse Guinée, très différente des forêts de la région congolaise.

Critère (ix) : Le parc national de l’Ivindo associe de vastes régions de forêts climaciques intactes à Caesalpinioideae et d’écosystèmes de rivières non touchés par l’humain. Le bien possède une valeur exceptionnelle du fait de sa grande diversité de formations forestières, la présence de vastes étendues de très vieilles forêts à Caesalpinioideae et de forêts à monodominance de Julbernardia pellegriniana ou de Eurypetalum batesii — toutes uniques en Basse-Guinée et dans toute l’Afrique centrale. Couvrant près de 300 000 ha de cet écosystème forestier, entouré d’une zone tampon de plus de 182 000 ha, le bien peut être considéré comme exceptionnel, fournissant suffisamment d’espace pour que se poursuivent les processus de l’évolution, sans perturbations.

Les très vieilles forêts à Caesalpinioideae représentent un stade caractéristique de l’évolution des forêts en Afrique centrale, mais qui a disparu ailleurs en Basse-Guinée. Elles n’existent d’ailleurs pas en d’autres endroits de la région guinéo-congolaise du fait que la grande diversité de Caesalpinioideae est unique de Basse-Guinée. Cet écosystème forestier est par ailleurs représentatif pour les forêts basse-guinéennes ou atlantiques des plateaux de l’intérieur du Gabon et plus particulièrement de l’Aire paysagère de l’Ivindo qui forme très probablement une entité phytogéographique à part et très riche au sein de la Basse-Guinée. La grande diversité des forêts de Caesalpinioideae du plateau intérieur se reflète également dans le fait que, au niveau du site, les forêts de la bordure occidentale diffèrent, dans une proportion de 60%, de celles de la bordure orientale. La présence de la baï de la Langoué et de prairies herbeuses identiques à celles des inselbergs, contribue très largement à la particularité de l’ensemble.

Cet écosystème forestier intact contribue à préserver l’intégrité des eaux noires de l’Ivindo qui abritent un essaim d’une quinzaine d’espèces de poissons du genre Paramormyrops (Mormyridae). Dans le monde entier, il s’agit du seul essaim d’espèces trouvé dans une rivière et appartenant à cette famille. Il est l’un des meilleurs exemples mondiaux de spéciation dans des eaux libres dans lesquelles le processus de spéciation se déroule à un rythme très élevé.

Critère (x) : Les rivières du bien abritent une ichtyofaune d’importance mondiale et caractérisée par un endémisme exceptionnel, une flore extrêmement diversifiée et des habitats d’importance critique pour la conservation des mammifères, des oiseaux et des amphibiens. L’écosystème forestier intact du Parc national de l’Ivindo et de l’Aire paysagère de l’Ivindo, avec sa diversité d’habitats et, surtout, ses très vieilles forêts à Caesalpinioideae, uniques en Afrique centrale occidentale et dans tout le domaine guinéo-congolais, abrite 161 espèces végétales à haute valeur pour la conservation, 129 espèces endémiques du Gabon et 35 espèces endémiques de l’Ivindo. Le Parc national de l’Ivindo à lui seul, abrite 81 espèces végétales et 39 espèces animales menacées, y compris le gorille de l’ouest (Gorilla gorilla), le chimpanzé commun (Pan troglodytes), l’éléphant de forêt (Loxodonta cyclotis), le perroquet gris (Psittacus erithacus), et le crocodile à long museau (Mecistops cataphractus).

Sur le plan zoologique, cet écosystème compte 126 espèces de mammifères dont sept espèces de primates endémiques de Basse-Guinée. De plus, la population d’éléphants de forêt est relativement importante et compte de nombreux mâles à très grandes défenses ce qui devient très rare dans la majeure partie de l’Afrique centrale. L’avifaune du Parc national de l’Ivindo compte 190 (68%) des 278 espèces forestières inféodées à la région guinéo-congolaise et cinq des six espèces endémiques de Basse-Guinée. L’entomofaune compte 528 espèces de papillons diurnes (probablement 800-1000) dont de nombreuses espèces semblent inféodées aux très vieilles forêts à Caesalpinioideae.

Quant aux chutes de Kongou, elles abritent sept espèces de Podostemaceae, des plantes très spécialisées, rares, très vulnérables et partout menacées par la construction de barrages et la régularisation des cours d’eau. Ces sept espèces représentent à la fois 44% de la flore de Podostemaceae du Gabon et les quatre genres connus du pays. L’Ivindo abrite aussi 45 espèces de poissons endémiques de Basse-Guinée dont 13 sont endémiques du Gabon. La rivière Ivindo abrite 16 poissons exclusivement natifs de celle-ci, et une richesse particulière des Cyprinodontiformes et Mormyridae, avec des espèces très spécialisées et fragiles du genre Ivindomyrus, nommé d’après la rivière Ivindo. Une dizaine d’espèces de poissons légèrement électriques du genre Paramormyrops (Mormyridae) forment des essaims de poissons d’eau douce qui sont rares au plan mondial.

Intégrité

Le bien couvre une superficie de 298 758 ha et présente une intégrité exceptionnelle. Il est totalement inhabité et est à environ 90% intact. Il appartient à un écosystème forestier plus vaste de près de 2 000 000 ha, compris entre les villes de Makokou, Ovan, Booué et Lastoursville. La densité moyenne de population humaine est d’environ 2,5 habitants/km2 et les zones hors du parc sont en grande majorité constituées de concessions forestières dont deux sur onze concessions se trouvant dans la zone tampon sont certifiée par le Forest Stewardship Council (FSC) au moment de l’inscription. Cependant, ces concessions doivent laisser intacte une bande de 500 m de large le long des limites du bien. Les opérations forestières sont déjà responsables de l’introduction de la fourmi envahissante Wassmannia auropunctata dans le bien et ont également créé des pistes d’accès qui ouvrent des zones jusque-là inaccessibles. Les voies d’accès devraient être fermées après la fin de l’exploitation.

Par sa taille et par la nature de son relief et de son système hydrographique, ses gradients phytogéographique et écologique ainsi que sa connectivité avec d’autres aires protégées — le Parc national de Minkébé au nord et le Parc national de Mwagné à l’est —, cet écosystème est capable de résister aux changements du climat, du moins à ceux prévus par les estimations actuelles. De plus, dans le cadre du plan d’affectation des terres, le bien est situé totalement en dehors des zones destinées au développement de l’agriculture ou de l’agro-industrie (palmiers à huile). Certes, la connectivité du bien avec d’autres aires protégées devrait être maintenue pour que la protection des grandes mammifères telles que l’éléphant de forêt (Loxodonta cyclotis) soit assurée.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien bénéficie d’une protection juridique à long terme conférée par le décret 612/PR/MEFEPEPN du 30 août 2002 portant classement du Parc national de l’Ivindo, dans lequel figurent ses limites en l’article 2. La largeur de la zone tampon d’un parc national est fixée à 5 km, conformément à l’article 77 de la loi 16/2001 du 31 décembre 2001 portant Code Forestier au Gabon, et plus particulièrement par l’arrêté 118/MEFEPEPN du 1 mars 2004 portant réglementation des activités forestières, minières, agricoles, aquacoles, cynégétiques et touristiques à l’intérieur d’une zone tampon. Le bien est protégé en tant que parc national (Catégorie II de l’UICN).

Bien que les limites du bien soient clairement définies, connues des populations locales et réglementées, des menaces telles que le braconnage, l’exploitation forestière illégale et la pêche illégale persistent. Aussi, la lutte anti-braconnage est une exigence incontournable. Des mesures adéquates additionnelles ont été prises pour écarter ces menaces, notamment par l’intensification des missions de surveillance en vue de garantir la protection du bien. Même si le bien est assez grand pour conserver efficacement ses valeurs, il reste important de lutter pour protéger les forêts de Caesalpinioideae, et cela même au-delà du bien, car il y a aussi de vastes peuplements de cette forêt ancienne situés en dehors du bien, crucial pour une faune dont l’espace vital est étendu au-delà des limites du parc national, comme en témoignent les éléphants de forêt (Loxodonta cyclotis). De même, le maintien de la biodiversité des eaux douces du Parc national de l’Ivindo, qui abrite de nombreuses espèces fragiles, dépendra de la protection assurée contre les incidences potentielles du développement, en amont et en aval du bien.

La seule activité autorisée en dehors de la gestion, la recherche et le tourisme, est la pêche artisanale, mais elle est strictement limitée à une section de l’Ivindo, qui forme la limite du parc national, et aux pêcheurs du village de Loa-Loa. Ces activités sont prévues, principalement par la loi 16/2001 du 31 décembre 2001 portant Code Forestier au Gabon, la loi n°003/2007 du 27 août 2007 relative aux parcs nationaux et l’arrêté 118/MEFEPEPN du 1 mars 2004 portant réglementation des activités forestières, minières, agricoles, aquacoles, cynégétiques et touristiques à l’intérieur d’une zone tampon. Il importe de mettre en place un suivi de l’échelle de ces activités de pêche, qui est une pratique ancienne, pour veiller à ce qu’elle reste durable du point de vue de la valeur universelle exceptionnelle du bien.

Le Parc national de l’Ivindo est géré par l’Agence Nationale des Parcs Nationaux (ANPN), instituée par la loi n°003/2007 du 27 août 2007 relative aux parcs nationaux. Des efforts considérables et soutenus sont consentis pour garantir la coordination et l’harmonisation effectives des politiques et pratiques relatives à la gestion de l’aire protégée. Le bien dispose d’un plan de gestion depuis 2016 qui sera actualisé tous les cinq ans.

L’exploitation forestière est autorisée dans la zone tampon, à condition qu’une étude d’impact environnemental et social prouve qu’il n’y a pas d’impact négatif sur le parc national. Sa mise en œuvre est sélective : un arbre coupé par hectare. Le Gabon s’est engagé dans un processus de certification forestière FSC pour toutes les onze concessions. Au moment de l’inscription, deux de ces concessions disposent déjà de la certification FSC. Toutes les concessions forestières constituent également une zone tampon de facto visant à la lutte contre le braconnage en facilitant le contrôle d’accès.

Le Parc national de l’Ivindo reçoit un appui financier et technique de l’État et de ses partenaires pour le développement, tels que l’Agence Française de Développement (AFD), United States Fish and Wildlife Service (USFWS) ou Wildlife Conservation Society (WCS), ainsi que dans le cadre du processus de sa participation à l’Initiative pour les Forêts d’Afrique Centrale, un accord pour un financement de la Norvège. La gestion du bien nécessite un financement suffisant et à long terme, qui est assuré par des ressources propres et des contributions d’autres partenaires.

top