Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Frontières de l’Empire romain – le limes de Germanie inférieure

Frontiers of the Roman Empire – The Lower German Limes

Following the left bank of the Lower Rhine River for approximately 400 km from the Rhenish Massif in Germany to the North Sea coast in the Netherlands, the transnational property consist of 102 components from one section of the frontiers of the Roman Empire, which in the 2nd century CE, stretched across Europe, the Near East, and North Africa, over 7,500 km. The property comprises military and civilian sites and infrastructure that marked the edge of Lower Germany from the 1st to 5th centuries CE. Archaeological remains in the property include legionary fortresses, forts, fortlets, towers, temporary camps, roads, harbours, a fleet base, a canal and an aqueduct, as well as civilian settlements, towns, cemeteries, sanctuaries, an amphitheatre, and a palace. Almost all of these archaeological remains are buried underground. Waterlogged deposits in the property have enabled a high degree of preservation of both structural and organic materials from the Roman periods of occupation and use.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Frontières de l’Empire romain – le limes de Germanie inférieure

Suivant la rive gauche du Rhin inférieur sur environ 400 km – du Massif rhénan en Allemagne à la côte de la mer du Nord aux Pays-Bas –, ce bien transnational est composé de 102 éléments appartenant à une section des frontières de l’Empire romain qui, au IIe siècle de notre ère, s’étendait sur 7 500 km à travers l’Europe, le Proche-Orient et l’Afrique du Nord. Le bien comprend des sites et des infrastructures militaires et civiles qui ont matérialisé la frontière de la Germanie inférieure du Ier au Ve siècle de notre ère. Les vestiges archéologiques du bien comprennent des camps légionnaires, des forts, des fortins, des tours, des camps temporaires, des routes, des ports, une base navale, un canal et un aqueduc, ainsi que des établissements civils, des villes, des cimetières, des sanctuaires, un amphithéâtre et un palais. La quasi-totalité de ces vestiges archéologiques est enfouie sous terre. Les gisements gorgés d’eau du bien ont permis un haut degré de préservation des matériaux structurels et organiques datant des périodes d’occupation et d’utilisation romaines.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

تخوم الإمبراطورية الرومانية – الحدود الجرمانية الدنيا

يمتد هذا الموقع على طول 400 كم تقريباً بمحاذاة الضفة اليسرى لنهر الراين الأدنى، ويبدأ من كتلة جبال الراين في ألمانيا وينتهي في ساحل بحر الشمال في هولندا، ويتألف هذا الموقع العابر للحدود من 102 عنصراً ضمن قطاع واحد من حدود الإمبراطورية الرومانية، التي توسَّعت خلال القرن الثاني الميلادي لتمتد على طول 7500 كم عبر أوروبا والشرق الأوسط وشمال أفريقيا. ويضمُّ الموقع بين جنباته مواقع وبنى أساسية عسكرية ومدنية كانت نقاط علام للحدود الجرمانية الدنيا من القرن الأول الميلادي حتى القرن الخامس الميلادي. ويوجد في الموقع بقايا أثرية تتنوع بين قواعد عسكرية وحصون وتحصينات وأبراج، ومعسكرات مؤقتة وطرق وموانئ وقواعد للأساطيل، وقناة وقناة لجر المياه، ومستوطنات للمدنيين ومدن ومقابر ومعابد ومدرَّج وقصر، ولا يزال مجمل هذه البقايا الأثرية تقريباً مدفوناً تحت الأرض. وقد أدَّت الترسبات المشبعة بالمياه في الموقع، دوراً في حفظ المواد الإنشائية والعضوية بدرجة كبيرة، وهي تنحدر من الحقب التي سادت فيها الإمبراطورية الرومانية وقامت باستخدامها.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

罗马帝国边境--下日耳曼界墙

从德国的莱茵山地到荷兰的北海沿岸,下日耳曼界墙由莱茵河下游左岸约400公里沿线的102个遗产点组成,是罗马帝国边境的一部分。公元2世纪,罗马帝国横跨欧洲、近东和北非,跨度超过7500公里。这些遗产点包括标识公元1-5世纪的下日耳曼边疆的军事和民用遗迹以及基础设施。该遗产地的考古遗迹包括军事基地、堡垒、塔楼、临时营地、道路、港口、舰队基地、运河和渡槽,以及平民居住区、城镇、墓地、避难所、圆形剧场和宫殿。几乎所有这些考古遗迹都埋在地下。遗迹中的浸水沉积物使罗马占领时期的结构和有机材料得到高度完好的保存。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Укрепленные рубежи Римской империи - Нижнегерманские рубежи

Этот транснациональный объект, протяженностью примерно 400 км вдоль левого берега реки Нижний Рейн от Рейнского массива в Германии до побережья Северного моря в Нидерландах, состоит из 102 компонентов, расположенных в части пограничной линии древней Римской империи, которая во II веке нашей эры простиралась через Европу, Ближний Восток и Северную Африку на более чем 7500 км. Нижнегерманские рубежи включают в себя военные и гражданские объекты и инфраструктуру, обозначавшие край Нижней Германии с I по V вв. н. э. Археологические находки на территории объекта включают военные базы, форты, крепости, башни, временные лагеря, дороги, гавани, базу флота, канал и акведук, а также гражданские поселения, города, кладбища, святилища, амфитеатр и дворец. Почти все эти археологические останки захоронены под землей. Заболоченные отложения позволили обеспечить высокую степень сохранности как структурных, так и органических материалов периода римской оккупации и использования.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Fronteras del Imperio Romano – Limes de la Baja Alemania

Siguiendo la ribera izquierda del Bajo Rin a lo largo de unos 400 km desde el Macizo renano en Alemania hasta la costa del Mar del Norte en los Países Bajos, este sitio transnacional consta de 102 componentes de una sección de las fronteras del Imperio Romano, que en el siglo II de nuestra era se extendía por Europa, Oriente Próximo y el Norte de África, a lo largo de 7.500 km. El sitio comprende emplazamientos e infraestructuras militares y civiles que marcaron el límite de la Baja Alemania entre los siglos I y V de nuestra era. Los vestigios arqueológicos del sitio incluyen campamentos de legionarios, fuertes, fortines, torres, campamentos temporarios, carreteras, puertos, una base para la flota, un canal y un acueducto, así como asentamientos civiles, ciudades, cementerios, santuarios, un anfiteatro y un palacio. Casi todos estos restos arqueológicos están enterrados. Los depósitos repletos de agua del sitio han permitido un alto grado de conservación de los materiales estructurales y orgánicos de los períodos romanos de ocupación y uso.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Frontières de l’Empire romain – le limes de Germanie inférieure © Nederlandse Limes Samenwerking (NL)
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Les Frontières de l’Empire romain – le limes de Germanie inférieure s’étendaient sur 400 km le long du Rhin inférieur et de la limite nord-est de la province frontalière romaine de Germanie inférieure (basse Allemagne), du Massif rhénan, au sud de Bonn (Allemagne), jusqu’à la côte de la mer du Nord (Pays-Bas). Dès la fin du Ier siècle av. J.-C., et pendant plus de 450 ans, le limes a protégé l’Empire romain des tribus germaniques. Les premières bases militaires ont été construites au cours des dernières décennies av. J.-C. en vue de la conquête des territoires germaniques outre-Rhin. Après l’échec de cette ambition, la rive gauche du fleuve a été transformée en une frontière fortifiée. Des installations militaires de différents types et tailles ainsi que des structures et infrastructures civiles associées ont été construites au bord du fleuve. La frontière a connu le démantèlement progressif de l’Empire romain d’Occident jusqu’au milieu du Ve siècle. Les vestiges de cette frontière illustrent les conséquences importantes de la présence militaire romaine sur le paysage et la société aux confins de l’Empire.

Le bien en série constitué de 102 éléments constitutifs répartis en 44 ensembles témoigne des innovations apportées par les ingénieurs militaires romains face aux défis posés par le paysage changeant d’un fleuve de plaine, comme en témoignent le positionnement et la conception des installations militaires et les ouvrages de gestion hydraulique. De grandes bases anciennes et de petits bastions plus tardifs sont présents, reflétant l’adaptation stratégique et le développement du génie militaire. Ces premières bases militaires constituent le tout premier stade de la défense linéaire du périmètre de l’Empire romain qui s’est transformée en un système frontalier cohérent s’étendant sur trois continents au IIe siècle apr. J. C.. Les conditions naturelles des zones humides ont favorisé la préservation exceptionnelle du bois et d’autres vestiges organiques, offrant un aperçu inégalé de la construction militaire, de la construction navale, de la logistique et de l’approvisionnement de l’Empire.

Critère (ii) : Les vestiges subsistants des Frontières de l’Empire romain – le limes de Germanie inférieure constituent des éléments significatifs des frontières romaines présentes en Europe. Avec ses forteresses, ses forts, ses fortins, ses tours de guet de la légion romaine, ses infrastructures connexes et son architecture civile, le bien témoigne d’un important échange culturel à l’apogée de l’Empire romain grâce au développement de l’architecture militaire romaine, propageant les connaissances techniques de construction et de gestion aux confins de l’Empire. Il reflète l’instauration d’un système frontalier complexe pour les sociétés de la partie nord-ouest de l’Empire romain, avec des installations militaires et des établissements civils connexes reliés et soutenus par un vaste réseau. La frontière ne constituait pas une barrière imperméable, mais elle permettait d’assurer le contrôle et la circulation des personnes, y compris les civils et les marchands ; elle a aussi apporté de profonds changements et des évolutions en matière de modèles d’établissements, d’architecture, de conception paysagère et d’organisation spatiale.

Critère (iii) : En tant que partie du système défensif de l’Empire romain, le limes de Germanie inférieure constitue un témoignage exceptionnel de l’extension maximale du pouvoir de l’Empire romain par la consolidation de ses frontières nord-ouest. La frontière est une manifestation concrète de la politique impériale romaine et de la diffusion de la culture romaine et de ses traditions – militaires, techniques, architecturales, religieuses, administratives et politiques. Le grand nombre d’établissements humains associés aux ouvrages défensifs permet de comprendre comment les soldats et leurs familles vivaient dans cette partie de l’Empire romain.

Critère (iv) : Les Frontières de l’Empire romain – le limes de Germanie inférieure ont constitué la première frontière linéaire de l’Empire romain, conçue pour pallier l’incapacité de Rome à contrôler ses voisins du nord par la voie diplomatique. Ses installations militaires illustrent l’évolution des grandes bases opérationnelles d’une armée de campagne à des installations plus réduites adaptées à une ligne de frontière étendue. Situées dans ce qui a toujours été une zone humide, avec des conditions de préservation exceptionnelles, les Frontières de l’Empire romain – le limes de Germanie inférieure témoignent des stratégies de gestion hydraulique et des constructions employées par le commandement militaire de l’Empire romain. Les éléments constitutifs recèlent des matériaux organiques et des artefacts qui apportent des informations d’une valeur exceptionnelle pour la compréhension de la vie à la frontière et des traditions disparues telles que la construction navale fluviale.

Intégrité

Les éléments constitutifs du bien en série ont été sélectionnés pour représenter la linéarité et les attributs de la frontière, témoignant des premiers aménagements du périmètre défensif. Ils comprennent l’ensemble des installations militaires et des structures associées d’un dispositif frontalier qui permettent d’expliquer son fonctionnement et son développement. L’état général de conservation est bon à très bon. La plupart des matériels et structures archéologiques sont enfouis et ne sont pas exposés à des menaces importantes. Les limites des éléments constitutifs et de leurs zones tampons sont généralement appropriées, bien qu’un certain nombre de révisions mineures des limites et des zones tampons soient recommandées.

Authenticité

Les sites archéologiques qui composent les frontières de l’Empire romain – le limes de Germanie inférieure présentent un haut niveau d’authenticité. Presque tous les vestiges ont été enfouis pendant ou peu après la période romaine et ont été protégés des développements ultérieurs. L’authenticité de la forme et de la conception de presque tous les éléments n’a pas été affectée par les évolutions postérieures à la période romaine. Le niveau de préservation des murs de pierre, du bois et des vestiges organiques est élevé. La situation et le cadre des éléments de la frontière ont dans la plupart des cas considérablement changé en raison de l’évolution du cours du Rhin et des modifications de l’occupation des sols, notamment avec l’urbanisation. Le cadre actuel de quatre sites fait écho au paysage romain. Des reconstitutions ont été réalisées dans cinq sites et des visualisations interprétatives ont été établies dans d’autres.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien en série transnational est juridiquement protégé par les lois nationales et régionales sur la protection du patrimoine de l’Allemagne (États fédérés de Rhénanie-du-Nord-Westphalie et de Rhénanie-Palatinat) et des Pays-Bas. Sa gestion est coordonnée par un groupe de gestion conjoint néerlandais-allemand supervisé par un Comité intergouvernemental. Ce groupe de gestion conjoint définit les grandes lignes de la gestion et supervise la mise en œuvre des plans de gestion nationaux et l’établissement de rapports périodiques, sur la base d’une déclaration conjointe. L’organisme de gestion coopérera avec les homologues des segments inscrits actuels et futurs des Frontières de l’Empire romain. Le cadre de cette coopération internationale est défini par le Cluster du patrimoine mondial Frontières de l'Empire romain, créé en 2018 pour soutenir la collaboration internationale dans les domaines pertinents pour la gestion globale et le développement des Frontières de l’Empire romain en Europe en tant que patrimoine mondial.

Le plan de gestion est stratégique et de haut niveau, et présente les éléments nécessaires au cadre commun du bien en série transnational. La plupart des modalités nécessaires seront définies ultérieurement, y compris l’élaboration des plans de gestion des sites individuels. Les recommandations visant à renforcer la gestion comprennent le développement de cadres pour la recherche, l’interprétation et le tourisme durable, ainsi que la mise en place de processus d’études d’impact sur le patrimoine (pour les éléments constitutifs situés en Allemagne). L’élaboration d’orientations en matière de reconstructions et de visualisations devrait progresser grâce aux mécanismes de coopération transnationale établis pour les Frontières de l’Empire romain.

top