Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Tell d’Arslantepe

Arslantepe Mound

Arslantepe Mound is a 30-metre-tall archaeological tell located in the Malatya plain, 15 km south-west of the Euphrates River. Archaeological evidence from the site testifies to its occupation from at least the 6th millennium BCE up until the Medieval period. The earliest layers belong to the Late Chalcolithic 1-2 periods, contemporary to Early Uruk in Southern Mesopotamia (4300-3900 BCE) and are characterized by adobe houses. The most prominent and flourishing period of the site was in the Late Chalcolithic 5 period, during which the so-called palace complex was constructed. Considerable evidence also testifies to the Early Bronze Age period, most prominently identified by the Royal Tomb complex. The archaeological stratigraphy then extends to the Middle and Late Bronze Ages and Hittite periods, including Neo-Hittite levels. The site illustrates the processes which led to the emergence of a State society in the Near East and a sophisticated bureaucratic system that predates writing. Exceptional metal objects and weapons have been excavated at the site, among them the earliest swords so far known in the world, which suggests the beginning of forms of organized combat as the prerogative of an elite, who -at Arslantepe- exhibited them as instruments of their new political power. 

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Tell d’Arslantepe

Le tell d’Arslantepe est un tell archéologique de 30 m de hauteur situé dans la plaine de Malatya, à 15 km au sud-ouest de l’Euphrate. Les données archéologiques du site témoignent de son occupation depuis au moins le VIe millénaire avant notre ère jusqu’à la fin de la période médiévale. Les premières strates appartiennent à la fin du Chalcolithique 1-2 périodes, contemporaines au début d'Uruk dans le sud de la Mésopotamie (4300-3900 avant notre ère) et sont caractérisées par des maisons en adobe. La période la plus importante et la plus florissante du site se situe à la fin du Chalcolithique 5, au cours de laquelle a été construit ce qu’il est convenu d’appeler le complexe palatial. Un grand nombre de vestiges témoignent également des périodes du début de l’âge du bronze, dont les plus notables ont été identifiés en tant que complexe de la tombe royale. La stratigraphie archéologique s’étend ensuite aux périodes du bronze moyen et tardif et hittite, incluant des strates néo-hittites. Ce site illustre les processus complexes qui ont conduit à l’émergence de la société étatique au Proche-Orient et d’une administration sophistiquée avant l’apparition de l’écriture. Des objets métalliques et des armes exceptionnels ont été mis au jour sur le site, parmi lesquels les premières épées connues à ce jour dans le monde, ce qui suggère les prémices de formes de combat organisé en tant qu’apanage d’une élite qui -à Arslantepe- exposait ces épées comme des instruments de son nouveau pouvoir politique.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

تل أرسلان تيبيه

تل أرسلان تيبيه هو موقع أثري يبلغ ارتفاعه 30 متراً، ويقع في سهل ملاطية على بُعد 12 كم جنوب غرب نهر الفرات. وتشير الأدلّة الأثريّة في الموقع إلى وجود الحياة فيه في الفترة الممتدة من الألفية السادسة قبل الميلاد على الأقل، حتى أواخر الفترة الرومانية. وتتميّز الطبقات الصخرية الأولى التي تعود إلى مطلع فترة أوروك بوجود آثار منازل من الطوب تعود إلى القسم الأول من الألفية الرابعة قبل الميلاد. وجاءت الفترة الأبرز والأكثر ازدهاراً في تاريخ الموقع في أواخر العصر النحاسي، حيث شهدت تشييد ما يُعرف بمجمع القصر. وهناك كمّ لا يُستهان به من الأدلّة الهامّة التي تشهد على مطلع العصر البرونزي، ولعلّ أبرز المعالم التي تقف شاهداً على هذه الفترة تتجلّى في مجمع القبر الملكي. ويمتدّ تاريخ الطبقات الصخرية الأثريّة إلى فترة العصر الآشوري القديم وفترة حكم الإمبراطورية الحثية، بما في ذلك الآثار التي تعود إلى فترة الحضارة الحثية الحديثة. ويوضّح الموقع جملة من العمليّات التي أدّت إلى نشوء مجتمع تابع للدولة في الشرق الأدنى، ونظام بيروقراطي متقدّم يسبق الكتابة. وأسفرت أعمال التنقيب عن العثور على مجموعة من القطع والأسلحة المعدنيّة، وتضم هذه المجموعة أقدم السيوف التي عُثر عليها حتى اليوم على وجه المعمورة. وتشير هذه الآثار إلى بداية أشكال القتال المنظّم باعتباره امتيازاً يقتصر على نخبة المجتمع، الذين اعتادوا استعراضها كأدوات لقوتهم السياسية الجديدة. 

source: UNESCO/CPE
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

阿斯兰特佩土丘

阿斯兰特佩土丘是一个30米高的考古遗址,位于幼发拉底河西南12公里处的马拉蒂亚平原。考古证据表明,这里至少在公元前6千年就已成为人类定居点,一直延续到罗马时代晚期。最早期地层属于乌鲁克时代早期,特征是可追溯到公元前4000年上半叶的土坯房。该遗址最显著和繁荣的时期是在铜石并用时代晚期,在此期间宫殿建筑群得以兴建。相当多的证据也展示了青铜时代早期的文明,其中王室陵墓群尤为突出。随后,考古地层延伸到古亚述和赫梯时期,包括新赫梯地层。该遗址展示了近东国家社会的形成过程,以及先于文字出现的复杂官僚体系。在这个遗址还出土了非同寻常的金属物件和武器,其中包括世界上已知的最早的剑,这表明有组织的战斗形式开始成为精英阶层的特权,他们将其作为新政治权力的工具来展示。

source: UNESCO/CPE
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Курган Арслантепе

Курган Арслантепе - это археологический памятник высотой 30 метров, расположенный на равнине Малатья в 12 км к юго-западу от реки Евфрат. Археологические находки на территории этого объекта свидетельствуют о его заселении, по крайней мере, с 6-го тысячелетия до нашей эры до периода поздней Римской империи. Самые ранние слои раннего урукского периода характеризуются глинобитными домами первой половины 4-го тысячелетия до нашей эры. Наиболее заметным и процветающим периодом в истории объекта был поздний халколит, в течение которого был построен так называемый дворцовый комплекс. Существуют также значительные свидетельства раннего бронзового века, наиболее ярко выраженного в Комплексе царских гробниц. Затем археологическая стратиграфия распространяется на палео-ассирийский и хеттский периоды, включая неохеттские уровни. Объект иллюстрирует процессы, которые привели к возникновению на Ближнем Востоке государственного общества и сложной бюрократической системы, существовавшей до появления письменности. Здесь были раскопаны исключительные металлические предметы и оружие, в том числе самые ранние из известных в мире мечей, что предполагает начало форм организованного боя как прерогативы элиты, демонстрировавшей их в качестве инструментов своей новой политической власти.

source: UNESCO/CPE
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Tell de Arslantepe

El túmulo de Arslantepe es un sitio arqueológico de 30 metros de altura situado en la llanura de Malatya, a 12 km al sudoeste del río Éufrates. Los vestigios arqueológicos del yacimiento atestiguan su ocupación desde al menos el sexto milenio a.C. hasta finales del periodo romano tardío. Los estratos más tempranos del periodo Uruk antiguo se caracterizan por casas de adobe de la primera mitad del cuarto milenio a.C. El periodo más destacado y floreciente del yacimiento fue el Calcolítico tardío, durante el cual se construyó el llamado complejo palaciego. También existen pruebas importantes del periodo de la temprana Edad del Bronce, identificadas sobre todo por el complejo de la tumba real. La estratigrafía arqueológica se extiende luego a los periodos paleoasirio e hitita e incluye niveles neohititas. El yacimiento ilustra los procesos complejos que condujeron a la aparición de una sociedad estatal en Oriente Próximo y de un sofisticado sistema burocrático anterior a la escritura. En el sitio se han excavado excepcionales objetos metálicos y armas, entre ellos las primeras espadas conocidas hasta ahora en el mundo, lo que sugiere el inicio de formas de combate organizado como prerrogativa de una élite que las exhibía como instrumentos de su nuevo poder político.

source: UNESCO/CPE
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Tell d’Arslantepe © MAIAO
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le Tell d'Arslantepe est un tertre archéologique d’environ 4,5 ha et de 30 m de haut, au cœur de la plaine fertile de Malatya, à 12 km de la rive droite de l’Euphrate. Les traces archéologiques du site en attestent l’occupation depuis au moins le VIe millénaire AEC jusqu’à la fin de la période romaine. Le plus éminent témoignage du site est documenté dans ses vestiges de la période du Chalcolithique tardif durant laquelle a été bâti le complexe palatial. Un nombre considérable de preuves attestent également des autres phases d’occupation, comme le début du Chalcolithique tardif caractérisé par des maisons en adobe remontant à la première moitié du IVe millénaire AEC et les premiers temps de l’Âge du bronze remarquablement identifiés à travers la découverte d’une tombe royale. Les fouilles archéologiques ultérieures s’étendent aussi aux périodes paléo-assyrienne et hittite, y compris aux niveaux néo-hittites.

Le Tell d'Arslantepe offre une perspective unique sur la période du Chalcolithique tardif évoquant un moment précis à travers le temps qui témoigne du mode de vie des élites et des premières formes d’administration étatique. Suite à une destruction apparemment soudaine et violente du complexe palatial et des structures environnantes à la fin du IVe millénaire AEC, Arslantepe a conservé des vestiges archéologiques dans un état de conservation exceptionnel comparé aux autres établissements humains de la région. D’importants attributs architecturaux de la période du Chalcolithique tardif (3400-3100 AEC) incluent le plan d’implantation et la disposition des bâtiments individuels, la technologie de construction, la disposition et l’épaisseur des murs, ainsi que leurs traitements de surface sous forme d’enduit et de peintures murales là où elles sont avérées. Le complexe palatial constitue en même temps le plus grand ensemble unitaire connu à ce jour, remontant au Chalcolithique tardif.

Les fouilles étendues et systématiques du complexe palatial, grâce à l’important matériel retrouvé in situ, ont permis de reconstituer les caractéristiques de cette civilisation, la vie de ces premières élites et leurs activités avec des détails incomparables, mettant en lumière l’émergence de systèmes de gouvernance et d’administration qui contrôlaient les activités économiques de la population et exerçaient une autorité politique centralisée. Le complexe palatial apporte donc un témoignage exceptionnellement bien conservé de la période comparativement courte située entre 3400 et 3100 AEC, où Arslantepe était un centre de gouvernance dans la région.

Critère (iii) : Arslantepe présente un témoignage exceptionnel de la vie des premières élites administratives du Chalcolithique tardif et de leurs relations avec le grand public. L’état de conservation des données archéologiques est exceptionnel et le niveau de détail des données architecturales et archéologiques d’Arslantepe est très inhabituel. À la suite d’un événement catastrophique et peut-être même violent qui a entraîné la destruction soudaine du complexe palatial et d’autres structures, provoquant ainsi le scellement des données dans les débris et les décombres sous les murs effondrés, le bien donne une image complète et vivante de la société et de la vie quotidienne de ces premières élites administratives.

Intégrité

Les vestiges physiques du bien présentent un état de conservation impressionnant qui confirme le caractère intact et inhabituel de la couche du Chalcolithique tardif. Toutes les zones de dépôts stratifiés connues sont à l’intérieur des limites du bien. Les structures en adobe de la période du Chalcolithique tardif qui sont comparativement fragiles, sont protégées par deux systèmes de toiture. Comme une large section de ces strates ont déjà été mises au jour et sous abri, les nouvelles traces de ces couches antérieures devront bénéficier de technologies de recherche non invasives de manière à protéger leur future intégrité.

Le palais monumental du IVe millénaire AEC, en particulier, a été largement exposé et conservé dans un état impressionnant, avec les murs en briques crues, l’enduit et les sols en terre, les peintures et éléments intérieurs d’origine découverts successivement en plus de quarante d’années. L’expansion progressive de la recherche sur les niveaux des périodes hittite et néo-hittite se poursuit et peut potentiellement mettre au jour dans un proche avenir de nouveaux monuments d’une grande valeur historique et culturelle. Toutefois, comme pour les couches du Chalcolithique tardif, il est crucial de développer une stratégie de fouilles prudente visant à laisser une grande partie du bien non fouillée et intacte.

Ni le bien, ni sa zone tampon n’ont subi de gros impacts négatifs, à l’exception de quelques projets de développement résidentiels au sud et au sud-ouest de la zone tampon pour lesquels le permis de construire n’est plus toléré conformément aux restrictions de la zone tampon établies dans le cadre du plan de développement de la conservation adopté. Comme l’intégrité visuelle du bien est sensible, toute activité de construction à l’intérieur du bien, ainsi que dans son cadre visuel, doit être soigneusement prise en considération et examinée au moyen d’évaluations d'impact sur le patrimoine.

Authenticité

Toutes les structures et vestiges archéologiques d’Arslantepe et, en particulier, le complexe palatial sont authentiques concernant le matériau, la substance, la fabrication, de même que la conception et le cadre des différents éléments. Aucune reconstruction n’a été entreprise. Les murs en briques crues et toute l’architecture du IVe millénaire AEC, y compris les aménagements intérieurs, les enduits, les peintures murales et les sols en terre restent dans l’excellent état où ils ont été découverts.

Les seules interventions sur ces bâtiments ont été des petites réparations effectuées, en cas de nécessité, avec les mêmes matériaux qu’à l’origine, à savoir de l’argile mélangé à de la paille hachée. Le système de toiture lui-même n’a pas détérioré les structures puisqu’il est soutenu par des poteaux métalliques qui ne sont pas accolés aux murs, mais s’appuient sur le sol sans le perforer et ne causent donc aucun dommage aux niveaux archéologiques sous-jacents. Le palais dans son ensemble n’a subi aucune modification et est protégé en ayant maintenu toute son authenticité. Le cadre paysager qui entoure le site est également préservé de manière acceptable. Les découvertes archéologiques mises au jour sont des éléments importants associés au site archéologique sont des vestiges matériels qui témoignent de son authenticité car ils permettent de juger de la présence de matériaux sources et de la capacité de production artistique et culturelle à différentes époques.

Éléments requis en matière de gestion et de protection

Le bien et sa zone tampon bénéficient de la protection de la Loi turque sur la conservation des biens culturels et naturels, Loi n°2863. Le Tell d’Arslantepe est classé site de conservation archéologique de 1er degré par décision du Conseil régional de conservation d’Adana du 20 janvier 1989, ce qui lui confère le plus haut niveau de protection à l’échelle nationale. Ses limites ont ensuite été élargies par la décision 2145 du Conseil régional de conservation de Sivas du 23 décembre 2010. L’environnement immédiat du site qui chevauche la zone tampon, a été défini comme une zone de conservation archéologique de 3e degré. Afin de protéger le cadre du bien, un plan de développement de la conservation a été créé par la Municipalité de Battalgazi qui établit les conditions juridiques et les restrictions en matière de développement urbain.

Le bien est géré en coopération par de multiples institutions. Au niveau local, deux instances sont responsables de la protection et de la gestion du site : l’unité de gestion du site placée sous la direction du gestionnaire du site qui facilite les processus de gestion, notamment tous les processus de coordination au niveau national, métropolitain ou municipal, et coordonne également la mise en œuvre du plan de gestion du site ; et le musée de Malatya qui supervise les ressources du patrimoine culturel de la région, y compris le Tell d'Arslantepe. Le musée est responsable de la sécurité, de l’accès des visiteurs, du nettoyage et de l’entretien du site et abrite les collections des pièces archéologiques découvertes lors des fouilles. Le troisième partenaire au niveau international est le directeur des fouilles et coordinateur scientifique basé à l’université La Sapienza, à Rome, en Italie. L’université La Sapienza est responsable de la planification des saisons de fouilles, de leur mise en œuvre et des mesures actives de conservation, mais agit également en matière de conseil en gestion tout au long de l’année auprès de l’équipe locale. Les ressources financières du site comprennent les ressources des saisons de fouilles annuelles fournies par la mission archéologique italienne par l’intermédiaire du Ministère italien des Affaires étrangères et un budget annuel d’administration et d’entretien fourni par le Ministère de la Culture et du Tourisme.

Le plan de gestion (2019-2024) approuvé en janvier 2019, a été étoffé pour y intégrer un plan de gestion des risques qui inclut une documentation photographique détaillée périodique. Le gestionnaire de site est en poste depuis la phase de préparation du plan de gestion. De plus, dans le cadre de la structure de gestion, un « Conseil consultatif » et un « Conseil de supervision et de coordination » ont été établis par le Ministère de la Culture et du Tourisme. Il convient d’adopter une stratégie et un plan de conservation pour le bien, y compris une stratégie prudente pour les recherches et les fouilles archéologiques prévues, qui détermine les protocoles, les priorités et les procédures pour toutes les formes d’interventions nécessaires en matière de conservation, de fouilles et d’entretien.

top