English Français
Veuillez noter qu'en raison des circonstances exceptionnelles liées à la pandémie de Coronavirus (COVID-19), le courrier régulier envoyé au Centre du patrimoine mondial à Paris ne peut être traité normalement pour le moment. Pour éviter tout retard dans le traitement de la correspondance statutaire et/ou générale, veuillez envoyer systématiquement au destinataire concerné au sein du Centre du patrimoine mondial une copie électronique de toute correspondance que vous souhaitez transmettre. Nous vous remercions de votre compréhension.

Le patrimoine mondial en haute mer : une idée qui fait son chemin

Près des deux tiers se trouvent au-delà de zones relevant d’une juridiction nationale. Ces zones marines situées au-delà des limites de la juridiction nationale (ZAJN) représentent la moitié de notre planète. Elles renferment des merveilles de nature, comparables à des sites terrestres comme des îles fossilisées englouties hébergeant une grande diversité de coraux, des volcans géants formant de vastes monts sous-marins qui dépassent pratiquement les plus hautes montagnes sur terre, une « forêt tropicale dorée flottant à la surface de l’océan » ou même une zone profonde et sombre, où se dressent des tours rocheuses blanches de 60 mètres de haut, semblable à une cité perdue sous les flots.

Galerie photo


Un premier aperçu de la valeur universelle exceptionnelle potentielle en haute mer

Alors que les conditions uniques des grands fonds océaniques ont donné naissance aux espèces les plus inhabituelles et à des formes de vie uniques, aucune de ces zones n'est actuellement protégée par la Convention du patrimoine mondial de 1972. En 2011, une évaluation indépendante de la mise en œuvre de la Stratégie globale par le Commissaire aux comptes de l'UNESCO a recommandé aux États parties à la Convention du patrimoine mondial de 1972 « de réfléchir aux moyens appropriés de préserver les sites correspondant à des conditions de valeur universelle exceptionnelle ne dépendant pas de la souveraineté des États parties ». En 2016, à la suite de discussions approfondies d'experts, le Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO et l'UICN ont publié un premier aperçu des sites de valeur universelle exceptionnelle potentielle en haute mer et des moyens de les protéger.

En savoir plus | Télécharger le report | Galerie photo


Des experts juridiques explorent les modalités techniques du patrimoine mondial en haute mer

En décembre 2018, une deuxième réunion d'experts a été convoquée à Monaco pour examiner les modalités pratiques de la manière dont la Convention du patrimoine mondial de 1972 pourrait protéger des lieux de valeur universelle exceptionnelle dans des zones marines situées au-delà des limites de la juridiction nationale. Les travaux de la réunion d’experts comprennent des réflexions sur la nomination, la protection et l'évaluation des lieux de valeur universelle exceptionnelle potentielle dans des zones au-delà des limites de la juridiction nationale.  

En savoir plus | Galerie photo | Actes de la réunion

Partenaires

Images copyrightées, dans l’ordre chronologique : © Nausicaa ; Shutterstock.com / Super Joseph; © UNESCO/Andreas B. Krueger ; © UNESCO / mouv-up.com