Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Événements

Atelier d’assistance technique pour les sites du patrimoine mondial en Syrie

13-15 décembre 2016

Du 13 au 15 décembre 2016, le Centre du patrimoine mondial a organisé un atelier d’assistance technique d’urgence pour trois sites du patrimoine mondial de la Syrie, au bureau de l’UNESCO à Beyrouth.

La mission conjointe WHC/ICOMOS/ICCROM de suivi réactif en Syrie programmée pour décembre 2016 n’ayant pu avoir lieu pour des raisons de sécurité, un atelier d’assistance technique a été rapidement mis en place afin d’examiner avec des experts du patrimoine culturel et le personnel technique de la Direction générale des Antiquités et des Musées de Syrie (DGAM) les solutions techniques envisageables pour la sauvegarde d’urgence des sites du patrimoine mondiale du Crac des Chevaliers, de Palmyre et  l’Ancienne ville de Damas.  

A l’aide de plan, photos, relevés et autres informations, cet atelier a permis d’évaluer l’état de conservation des sites et les dommages encourus, de répondre aux défis de conservation et d'dentifier les consolidations d’urgence nécessaires. Des recommandations ont été faites et des priorités d’interventions établies.    

Pour le Crac des Chevaliers, les experts ont recommandé de mener certaines interventions et travaux de restauration urgents pour éviter la dégradation des maçonneries et de mener des études plus détaillées pour les travaux de restauration plus complexes et moins urgents.

Pour le Site de Palmyre, l’état de la citadelle, du  musée et du site archéologique comprenant le Temple de Bel et l’Arc de Triomphe ont été étudiés. Les experts ont rappelé l’importance de rassembler toute la documentation scientifique disponible et de mener diagnostic très précis des différentes structures avant toute intervention, y compris la gestion des débris. .

Enfin, pour l’Ancienne ville de Damas, les experts ont examiné le projet de restauration proposé pour le bâtiment de l’’Ancienne Banque Ottomane’ dévasté par l’incendie du quartier de al-Asrooniya et recommandé que le projet soit revu afin de préserver la valeur patrimoniale de ce bâtiment historique, qu’un mécanisme de coordination soit mis en place pour les travaux de restauration et de protéger dans l’immédiat le bâtiment d’une dégradation liée aux intempéries.  

Rapports

Chacun des sites a fait l’objet d’un rapport
disponible sur cette page.  

Régions (1)
États arabes
Réunions statutaires (1)
Mots clefs (texte)

Safeguarding Cultural Heritage in Syria Palmyra Damscus Crac des Chevaliers

Quand

mardi 13 décembre 2016
09:00:00
jeudi 15 décembre 2016
16:00

alarm_add Ajouter à votre calendrier

Beyrouth, Liban
Décisions (3)
Code : 40COM 7A.18
Titre : Ancienne ville de Damas (République arabe syrienne) (C 20 bis)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/16/40.COM/7A.Add,
  2. Rappelant les décisions 37 COM 7B.57, 38 COM 7A.12 et 39 COM 7A.36, adoptées à ses 37e (Phnom Penh, 2013), 38e (Doha, 2014) et 39e (Bonn, 2015) sessions respectivement,
  3. Prenant en compte la décision 40 COM 7A.22 sur les biens du patrimoine mondial de la République arabe syrienne, adoptée à sa 40e session (Istanbul, 2016),
  4. Exprime sa vive préoccupation quant aux dommages causés par le conflit et l’incendie dans le quartier d’al-Asrooniya au sein du bien et demande à l’État partie de soumettre un rapport détaillé sur les dommages causés par l’incendie ;
  5. Demande également à l’État partie de s’engager à communiquer avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives et de régulièrement les consulter à propos des interventions de première nécessité sur le bien et des futurs plans d’urbanisme pour le quartier d’al-Asrooniya ; et en particulier de :
    1. limiter la conservation ou la restauration aux interventions de première nécessité jusqu’à ce que les conditions de sécurité s’améliorent,
    2. entreprendre des actions immédiates pour sauver les structures restantes, à travers des mesures d’étaiement et de consolidation adéquates,
    3. afin de restaurer la vie socio-économique des quartiers d’al-Asrooniya et autres, élaborer, en collaboration avec les Organisations consultatives et le Centre du patrimoine mondial, des orientations en matière de restauration et de reconstruction qui prennent en compte la documentation et les études existantes, avant et après l’incendie, et les besoins sociaux et économiques particuliers des zones,
    4. soumettre au Centre du patrimoine mondial, pour examen par l’ICOMOS et approbation par le Comité du patrimoine mondial, les projets de reconstruction et de restauration du quartier d’al-Asrooniya, avant que ne débutent de quelconques travaux ;
  6. Prie instamment l’État partie de prévoir et mettre en œuvre tous les plans de prévention et d’atténuation nécessaires visés dans le plan d’intervention d’urgence de décembre 2013 et de rendre compte au Centre du patrimoine mondial des progrès accomplis en la matière ;
  7. Prie aussi instamment toutes les parties liées à la situation en Syrie de s’abstenir de toute action susceptible d’endommager davantage l’Ancienne ville de Damas, notamment en empêchant l’utilisation du bien culturel et des éléments architecturaux majeurs, en particulier les minarets des mosquées Suleymaniye et des Omeyyades, à des fins militaires ;
  8. Prend note que l’État partie a invité une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/ICCROM pour évaluer l’état de conservation du bien et identifier les mesures nécessaires pour enrayer le délabrement et garantir la conservation et protection du bien, et que la mission est prévue fin 2016, sous réserve que les conditions de sécurité le permettent ;
  9. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2017, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des points qui précèdent, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 41e session en 2017 ;
  10. Décide de maintenir l’Ancienne ville de Damas (République arabe syrienne) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

En savoir plus sur la décision
Code : 40COM 7A.20
Titre : Crac des Chevaliers et Qal'at Salah El-Din (République arabe syrienne) (C 1229)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/16/40.COM/7A.Add,
  2. Rappelant les décisions 37 COM 7B.57, 38 COM 7A.12 et 39 COM 7A.36, adoptées à ses 37e (Phnom Penh, 2013), 38e (Doha, 2014) et 39e (Bonn, 2015) sessions respectivement,
  3. Prenant en compte la décision 40 COM 7A.22 sur les biens du patrimoine mondial de la République arabe syrienne, adoptée à sa 40e session (Istanbul, 2016),
  4. Félicite l’État partie d’avoir pris des mesures de sauvegarde d’urgence pour protéger le bien et d’en avoir entrepris la documentation détaillée ;
  5. Rappelle que l’État partie doit poursuivre la sauvegarde du Crac des Chevaliers au moyen d’interventions de première nécessité minimale, afin de prévenir les vols, les effondrements et les dégradations naturelles, et s’abstenir d’entreprendre des travaux de conservation et de reconstruction tant que la situation ne permet pas l’élaboration de stratégies et actions de conservation globales qui répondent aux normes internationales, en totale concertation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;
  6. Demande à l’État partie d’inviter une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/ICCROM pour évaluer l’état de conservation du bien et identifier les mesures requises pour enrayer la détérioration et garantir la conservation et la protection du bien, dès que les conditions de sécurité le permettront ;
  7. Décide de maintenir le Crac des Chevaliers et Qal’at Salah El-Din (République arabe syrienne) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

En savoir plus sur la décision
Code : 40COM 7A.21
Titre : Site de Palmyre (République arabe syrienne) (C 23)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/16/40.COM/7A.Add,
  2. Rappelant les décisions 37 COM 7B.57, 38 COM 7A.12 et 39 COM 7A.36 adoptées respectivement à ses 37e (Phnom Penh, 2013), 38e (Doha, 2014) et 39e (Bonn, 2015) sessions,
  3. Prenant en compte la décision 40 COM 7A.22 sur les biens du patrimoine mondial de la République arabe syrienne, adoptée à sa 40e session (Istanbul, 2016),
  4. Condamne les actes délibérés de destruction au sein du bien et déplore les dommages considérables aux attributs de la valeur universelle exceptionnelle (VUE) ;
  5. Reconnaît le travail de documentation et d’évaluation des dommages qu’a entrepris la Direction générale des antiquités et des musées (DGAM) sur le site et au musée, ainsi que la mission d’évaluation rapide envoyée par la Directrice générale de l’UNESCO ;
  6. Note avec inquiétude la pression pour agir vite afin de réparer les dommages au site, et considère qu’avant toute intervention de restauration, le bien exigera des études détaillées et un travail de terrain approfondi, mais aussi des discussions sur la définition d’approches optimales, ainsi que des considérations allant au-delà des problèmes techniques, y compris les conditions adéquates sur le terrain ;
  7. Se félicite de l’engagement pris d’élaborer des plans de redressement du bien en étroite concertation avec la communauté scientifique internationale et souligne la nécessité de veiller à ce qu’il y ait aussi une large consultation entre les parties prenantes au niveau national, ainsi qu’une étroite concertation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, et de disposer d’un délai suffisant pour l’achèvement de l’ensemble du processus ;
  8. Réaffirme sa position à savoir qu’entre-temps l’État partie devrait sauvegarder Palmyre en menant des interventions minimales de première nécessité pour prévenir les vols, d’autres effondrements et dégradations naturelles ;
  9. Appelle la communauté internationale à accorder une aide financière en faveur des mesures d’urgence qui sont requises sur le site ;
  10. Demande à l’État partie d’inviter une mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/ICCROM de suivi réactif à procéder à une évaluation globale de l’état de conservation du bien et à identifier les mesures qui s’imposent pour prévenir la désintégration et assurer la conservation et la protection du bien, dès que la situation sécuritaire le permettra ;
  11. Décide de maintenir le Site de Palmyre (République arabe syrienne) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

En savoir plus sur la décision