Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Toward removing Niokolo-Koba National Park from the List of World Heritage in Danger

© UNESCO
Zone géographique
Afrique
Cette page n'est pas intégralement disponible en français, vous pouvez la consulter en anglais.

Created in 1954, the park was inscribed on the UNESCO World Heritage List in 1981 under criterion (x) for its rich fauna, its unique ecosystems, and its remarkable diversity of wildlife. However, in 2007, various ecosystem disturbances led to its inscription on the List of World Heritage in Danger.

In order to respond to these disruptions, new park agents were recruited, but the latter require training in the use of recent ecological monitoring tools. In addition, the lack of statistically reliable data on some emblematic species and the absence of hydraulic infrastructures at a number of guard posts represent important issues to address in order to ensure the implementation of the recommended corrective measures.

This project is part of the efforts made by the State of Senegal, with the support of UNESCO and its partners, to carry out activities that contribute to the removal of the Niokolo-Koba National Park from the List of World Heritage Sites in Danger.

Objectives

The overall objective of this project will therefore be to support the Implementation of the DSOCR and update the ecological monitoring system in order to restore the Niokolo-Koba National Park to a better state of conservation. This will be done by strengthening the capacities of the agents in terms of wildlife monitoring, strengthening the ecological monitoring programme of emblematic species, by contributing to the restoration of the ecological functions of several ponds, and supplying water to the guard posts.

Achievements

  • Round table consultation of technical and financial partners organized in November 2021 in Dakar
  • Roadmap of urgent actions to be undertaken in accordance with the corrective measures and the DSOCR for the removal of the site from the list of World Heritage in danger to be finalized by the end of 2024

    Sustainable development goals (SDGs) addressed by the project: 11.4 and 15.1 
 
 

Partners

State Party (Direction de Parcs Nationaux) and a technical partner [to be identified]

This project is made possible thanks to the financial support of
the Norwegian government.

Biens du patrimoine mondial 1
États parties 1
Zone géographique
Afrique
Dates
Date de début : jeudi 15 avril 2021
Date de fin : samedi 15 avril 2023
Décisions / Résolutions (1)
Code : 43COM 7A.15

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/19/43.COM/7A.Add,
  2. Rappelant la décision 42 COM 7A.55, adoptée à sa 42e session (Manama, 2018),
  3. Félicite l’État partie pour les efforts consentis dans la mise en œuvre des mesures correctives, notamment l’actualisation du plan d’aménagement et de gestion du bien et de sa périphérie, la lutte contre les espèces envahissantes et l’opérationnalisation du système de suivi écologique, et demande à l’État partie de poursuivre ses efforts ;
  4. Prend note que les résultats de l’inventaire et du suivi écologique indiquent l’accroissement de la population de certaines espèces emblématiques, tout en montrant la vulnérabilité d’autres espèces comme l’éléphant, le lycaon et le bubale et considère que ces suivis devront se poursuivre sur une plus longue durée et demande également à l’État partie de mettre en œuvre les recommandations de l’inventaire; notamment la mise en place d’un programme d’urgence pour le lycaon, d’un programme de conservation pour l’éland de Derby, et d’un programme de suivi pour le bubale ;
  5. Accueille favorablement toutes les activités de développement, d’éducation, d’information et de sensibilisation initiées par l’État partie et ses partenaires qui ont permis une meilleure implication des communautés dans la gestion du bien ;
  6. Exprimant sa plus vive préoccupation concernant les rapports d'extraction aurifère dans la partie sud-est du bien, demande en outre que toute exploitation minière dans le bien soit immédiatement suspendue, et réitère sa position sur le fait que l’exploration ou l’exploitation minière est incompatible avec le statut de patrimoine mondial, politique soutenue par la déclaration de position du Conseil international des mines et métaux (CIMM) de ne pas entreprendre de telles activités dans les biens du patrimoine mondial;
  7. Regrette que l’État partie n’ait fourni aucune information concernant l'octroi probable d'un permis minier à la société Barrick Gold à proximité du bien, et demande par ailleurs à l’État partie d’assurer que les impacts de ce projet sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien soient évalués dans le cadre d’une Étude d’impact environnemental et social (EIES) complète, conformément à la Note consultative de l’UICN sur le patrimoine mondial et l’évaluation environnementale, et d’en soumettre, dès que disponible, une copie au Centre du patrimoine mondial pour examen par l’UICN ;
  8. Rappelle sa vive préoccupation quant aux impacts du projet aurifère de la compagnie Petewol Mining Company sur la qualité et le régime des cours d’eau ainsi que sur les populations de chimpanzés et leur habitat, et demande de plus à l’État partie de :
    1. Continuer le suivi régulier de la quantité et la qualité des eaux de surface, de décharge et souterraines en amont et en aval du projet aurifère à Mako,
    2. Fournir des données détaillées sur le suivi des chimpanzés et leur habitat, afin de permettre une évaluation des impacts réels du projet et les mesures d’atténuation proposées pour assurer la conservation de cette espèce,
    3. Faire des analyses microbiologiques pour les cours d’eau susceptibles d’être affectés par le projet et de soumettre les résultats au Centre du patrimoine mondial pour examen par l’UICN ;
  9. Regrette également que les informations fournies sur le projet d’inter-connectivité des eaux du fleuve Gambie et des mares situées dans le bien ne permettent pas d’évaluer les impacts potentiels du projet de barrage à Sambangalou sur la VUE du bien et reitère sa demande à l’État partie que ce projet fasse l’objet d’une EIES détaillée conformément à la Note de conseil de l’UICN et de tenir le Centre du patrimoine mondial informé sur l’évolution de ce projet ;
  10. Regrette en outre le report de la fermerture de la carrière de Mansadala pour cause de travaux d’utilité publique et demande aussi à l’État partie de procéder immédiatement à sa fermeture étant donné son impact négatif sur la VUE du bien ;
  11. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2020, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 44e session en 2020 ;
  12. Décide de maintenir Parc national du Niokolo-Koba (Sénégal) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

En savoir plus sur la décision
top