Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Ensemble architectural, résidentiel et culturel de la famille Radziwill à Nesvizh

Bélarus
Facteurs affectant le bien en 2009*
  • Activités de gestion
  • Destruction délibérée du patrimoine
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2009
Demandes approuvées : 1 (de 2003-2003)
Montant total approuvé : 3 522 dollars E.U.
2003 Organisation of a seminar for the revision of the ... (Approuvé)   3 522 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2009**
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2009

Le 17 juin 2008, le Centre du patrimoine mondial a demandé à l’État partie de fournir un rapport sur l’état de conservation actuel du bien, incluant des informations détaillées sur des travaux de démolition et de reconstruction inappropriés au sein du bien.

Le 19 novembre 2008, l’État partie a transmis un rapport sur l’état de conservation du bien, accompagné d’une lettre, incluant des informations sur la 2e réunion de la commission consultative du Bélarus et de Pologne sur le patrimoine historique et culturel à Nesvizh en octobre 2008. Ce groupe d’experts a inspecté les travaux en cours et a décidé que toutes les activités futures seraient effectuées sous sa supervision.

L’État partie a également indiqué dans sa lettre que la République du Bélarus était totalement vouée à la Convention du patrimoine mondial, et a exprimé sa volonté et son intention de prendre toutes les mesures nécessaires pour coopérer étroitement avec le Centre du patrimoine mondial afin de garantir la protection et conservation de ce patrimoine.

Le rapport indique que, depuis sa construction en 1582, le complexe du château de Nesvizh a subi de nombreuses reconstructions, modernisations et restaurations jusqu’à la fin du XIXe siècle. En conséquence, il a reflété et incorporé différents styles architecturaux, renaissant, baroque, classique et moderne notamment.

Il signale également que l’objectif principal de l’actuel projet de restauration était d’explorer, étudier et préserver tous les éléments authentiques du complexe. Le rapport indique que depuis que les travaux de reconstruction ont débuté en 2002, des spécialistes ont supervisé toutes les phases de la recherche et ont été impliqués dans la préparation de la documentation du projet. Il indique également qu’une part importante des dépenses a concerné les matériaux et technologies créés pour la conservation d’édifices anciens par de grands fabricants européens. Il est précisé que ces derniers ont été favorablement utilisés sur les éléments authentiques du château, de l’Arsenal, des portes d’entrée et édifices adjacents. Une exception a toutefois été constatée dans cette approche, avec la reconstruction de la galerie Est du XVIIIe siècle. Essentielle au fonctionnement du complexe car servant de liaison entre le château et la tour, la galerie était instable en raison de fondations déficientes. Les murs ont temporairement été renforcés en 2001 puis un essai vain de stabilisation a été tenté. En 2006, après des études hydrogéologiques en profondeur qui ont révélé que la structure reposait sur un sol remblayé, il a été décidé de démanteler et de reconstruire la galerie. Lors de ces opérations, le rapport dit que la galerie a été précisément mesurée et minutieusement documentée pour en permettre la reconstruction complète à l’aide des matériaux d’origine et des méthodes de construction traditionnelles lors de la reconstruction. Le travail est en cours.

 

Il est précisé que lors des travaux de restauration, tous les efforts sont faits pour préserver les caractéristiques intrinsèques de chaque édifice, pour reconstruire certains des éléments manquants sur la base de preuves documentaires et pour préserver les intérieurs des édifices en l’absence d’éléments probants pour la reconstruction. Lors de ces opérations, il n’est pas envisagé que surviennent de quelconques changements majeurs ou ajouts de nouveaux éléments au dessin original.

Il est également reconnu que le Centre du patrimoine mondial n’a pas convenablement été informé de l’état réel de la galerie ni de la nécessité de la démanteler de manière pressante, action qui, n’ayant pas été planifiée, a été traitée comme une urgence.

L’objectif à plus long terme du projet est de transformer le complexe de Nesvizh en musée d’état, utilisé pour des activités culturelles et pédagogiques et comme attraction touristique.

Le Centre du patrimoine mondial et les organisations consultatives considèrent que :

a) étant donné l’approche officielle des rapports selon laquelle le travail repose sainement sur des analyses et une recherche scientifiques, il est inquiétant de savoir que les travaux de stabilisation de la galerie Est en 2001 reposaient sur un manque de connaissance scientifique concernant l’état de ses fondations ;

b) des photographies en ligne de ce qu’il reste de la galerie semblent révéler une quantité considérable de matériaux de démolition posés sur le sol, rien ne prouvant vraiment le démantèlement ni l’entreposage ordonnés, brique par brique, de la structure afin d’en permettre la reconstruction minutieuse ;

c) en dépit de l’expertise revendiquée des divers organes officiels impliqués et la composition du groupe d’experts, il est clair qu’il y a confusion entre ce qui est entendu par conservation, restauration et reconstruction dans l’approche adoptée pour le projet ;

d) une foi exprimée dans les matériaux et technologies de marques aggrave ce problème ;

e) il n’est pas dit avec précision dans quelle mesure les technologies traditionnelles, et leur pertinence pour le bien, sont pleinement comprises et adoptées.

Décisions adoptées par le Comité en 2009
33 COM 7B.93
Ensemble architectural, résidentiel et culturel de la famille Radziwill à Nesvizh (Bélarus) (C 1196)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-09/33.COM/7B,

2. Rappelant la décision 29 COM 8B.34, adoptée à sa 29e session (Durban, 2005),

3. Regrette l'importance considérable du démantèlement ainsi que l'intention de reconstruire la galerie Est ;

4. Demande à l'État partie de préciser de toute urgence, pour examen par les Organisations consultatives :

a) La méthodologie devant être adoptée dans la reconstruction de la galerie Est,

b) Les types de matériaux et technologies de marques utilisés dans les travaux de conservation,

c) Le degré de travaux de conservation, restauration et reconstruction voulu dans l'approche adoptée pour le projet ;

5. Demande également à l'État partie d'inviter une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial / ICOMOS sur le bien pour examiner les travaux en cours, pour considérer les approches de conservation et pour examiner l'état de conservation général du bien ;

6. Demande enfin à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2011, un rapport sur l'état de conservation du bien, incluant toutes les précisions susmentionnées, ainsi que l'analyse technique de la stabilité de toutes les structures du complexe, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session en 2011.

Projet de décision : 33 COM 7B.93

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-09/33.COM/7B,

2. Rappelant la décision 29 COM 8B.34, adoptée à sa 29e session (Durban, 2005),

3. Regrette l’importance considérable du démantèlement ainsi que l’intention de reconstruire la galerie Est ;

4. Demande à l’État partie de préciser de toute urgence, pour examen par les organisations consultatives :

a) La méthodologie devant être adoptée dans la reconstruction de la galerie Est,

b) Les types de matériaux et technologies de marques utilisés dans les travaux de conservation,

c) Le degré de travaux de conservation, restauration et reconstruction voulu dans l’approche adoptée pour le projet ;

5. Demande également à l’État partie d’inviter une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial / ICOMOS sur le bien pour examiner les travaux en cours, pour considérer les approches de conservation et pour examiner l’état de conservation général du bien ;

6. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2011, un rapport sur l’état de conservation du bien, incluant toutes les précisions susmentionnées, ainsi que l’analyse technique de la stabilité de toutes les structures du complexe, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session en 2011.

Année du rapport : 2009
Bélarus
Date d'inscription : 2005
Catégorie : Culturel
Critères : (ii)(iv)(vi)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 33COM (2009)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top