Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Paris, rives de la Seine

France
Facteurs affectant le bien en 2019*
  • Autres menaces :

    Incendie

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Projet de nouveaux bâtiments dans le cadre historique (problème résolu)
  • Incendie à la cathédrale Notre-Dame de Paris le 15 avril 2019

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2019
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2019**
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2019

Le 15 avril 2019, un incendie a dévasté la cathédrale Notre-Dame de Paris, l’une des composantes du bien « Paris, rives de la Seine ».

Le 5 juin 2019, en réponse à la lettre du Centre du patrimoine mondial, informant l’Etat partie France de la présentation d’un rapport sur l’état de conservation du bien à la 43e session du Comité du patrimoine mondial, l’Etat partie a soumis une note explicative sur le plan d’urgence et les mesures immédiates prises pour la sécurisation de la cathédrale. Dans cette dernière, l’Etat partie souligne que des mesures d’urgence ont été prises qui touchent à la consolidation et la sécurisation de la cathédrale ainsi qu’à la mise à l’abri et la prise en charge des objets mobiliers. Lors de la rédaction du présent rapport, ces mesures sont toujours en cours.

Le laboratoire de recherche des monuments historiques et le Centre de recherche et de restauration des musées de France sont mobilisés pour suivre le chantier et apporter leur expertise sur la solidité des pierres tombées ou en place, l’évolution de l’hygrométrie dans l’édifice et le contrôle des risques de développement de micro-organismes. L’Etat partie confirme également que grâce aux actions très ciblées des pompiers et à l’engagement des services compétents, aucune œuvre d’art majeure n’a été détruite par l’incendie, et peu d’objets mobiliers ont souffert de l’humidité consécutive à l’extinction de l’incendie. Toutefois, l’Etat partie souligne qu’une enquête judiciaire, en cours pour déterminer l’origine de l’incendie et l’état de la voûte ne permettent pas aux équipes spécialisées de pénétrer dans toutes les parties de l’édifice pour en dresser un état complet.

L’Etat partie informe également qu’il sera en mesure de soumettre un rapport sur l’état de conservation de l’édifice le 1er décembre 2019.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2019

Il est pris note que l’incendie qui s’est produit le 15 avril 2019 s’est traduit par des dommages majeurs, notamment sur la voûte de l’édifice, et que l’évaluation de ces dommages n’est pas finalisée. Sur la base des connaissances actuelles, il semblerait que l’essentiel de la structure de l’édifice pourrait être préservé. Il faut observer avec satisfaction que l’évacuation des éléments du trésor de la cathédrale a été faite avec succès.

Le Centre du patrimoine mondial et l’ICOMOS ont pris note des mesures initiales prises par l’Etat partie en vue d’établir des conditions optimales de conservation et de restauration de l’édifice, notamment l’ouverture d’une souscription nationale, la création d’un établissement public destiné à gérer les fonds recueillis et le recours à un mécanisme législatif spécifique, les ordonnances, pour faciliter la réalisation des travaux de restauration.

Le Centre du patrimoine mondial et l’ICOMOS rappellent que les travaux de restauration qui seront menés par l’Etat partie doivent être en conformité avec les préconisations de la Convention du patrimoine mondial. Pour ce faire, il est recommandé que le Comité rappelle à l’Etat partie d’informer le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives (ICOMOS, ICCROM) des propositions de projets de restauration de l’édifice, en conformité avec le paragraphe 172 des Orientations.

En étroite coordination avec l’ICOMOS et l’ICCROM, l’UNESCO a mis à la disposition trois experts désignés pour assister l’Etat partie, le cas échéant.

Comme s’y est engagé l’Etat partie, il est recommandé en outre que le Comité demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, au plus tard le 1er décembre 2019, un rapport détaillé sur l’état de conservation de la cathédrale et les orientations envisagées pour sa consolidation, sa conservation et la réfection des parties détruites, en vue d’initier un dialogue sur le processus général de restauration de l’édifice et notamment les opportunités de mise en valeur des savoir-faire traditionnels.

Décisions adoptées par le Comité en 2019
43 COM 7B.82
Paris, rives de la Seine (France) (C 600)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/19/43.COM/7B.Add.3,
  2. Exprime toute sa solidarité à l’État partie pour les dommages causés à la cathédrale Notre-Dame de Paris, une composante du bien « Paris, rives de la Seine », par l’incendie du 15 avril 2019 ;
  3. Prend note des informations fournies par l'État partie concernant le plan d’urgence et les mesures immédiates qui ont déjà été prises pour la sécurisation de la cathédrale, et félicite l’État partie pour les efforts entrepris par les services nationaux compétents afin d’assurer la sauvegarde du bien malgré les difficultés rencontrées ;
  4. Invite l’Etat partie, conformément au paragraphe 172 des Orientations, à informer le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives (ICOMOS, ICCROM) des propositions de projets de consolidation, conservation et de réfection des parties détruites de la cathédrale, avant que des décisions irréversibles ne soient prises, et encourage l’Etat Partie, conformément à ce paragraphe des Orientations, à ouvrir un dialogue avec le Comité, sur la recherche de solutions appropriées pour assurer la préservation de la valeur universelle exceptionnelle du bien ;
  5. Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2019, ainsi qu’il s’y est engagé, un rapport détaillé sur l’état de conservation du bien pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 44e session en 2020.
Projet de décision : 43 COM 7B.82

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/19/43.COM/7B.Add.3,
  2. Exprime toute sa solidarité à l’Etat partie pour les dommages causés à la cathédrale Notre-Dame de Paris, une composante du bien « Paris, rives de la Seine », par l’incendie du 15 avril 2019;
  3. Prend note des informations fournies par l'Etat partie concernant le plan d’urgence et les mesures immédiates qui ont déjà été prises pour la sécurisation de la cathédrale, et félicite l’Etat partie pour les efforts entrepris par les services nationaux compétents afin d’assurer la sauvegarde du bien malgré les difficultés rencontrées;
  4. Invite l’Etat partie, conformément au paragraphe 172 des Orientations, à informer le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives (ICOMOS, ICCROM) des propositions de projets de consolidation, conservation et de réfection des parties détruites de la cathédrale, avant que des décisions irréversibles ne soient prises, et encourage l’Etat Partie, conformément à ce paragraphe des Orientations, à ouvrir un dialogue avec le Comité, sur la recherche de solutions appropriées pour assurer la préservation de la valeur universelle exceptionnelle du bien ;
  5. Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erdécembre 2019, ainsi qu’il s’y est engagé, un rapport detaillé sur l’état de conservation du bien pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 44e session en 2020.
Année du rapport : 2019
France
Date d'inscription : 1991
Catégorie : Culturel
Critères : (i)(ii)(iv)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 43COM (2019)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top