Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national de Pirin

Bulgarie
Facteurs affectant le bien en 2014*
  • Activités illégales
  • Impacts des activités touristiques / de loisirs des visiteurs
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Vastes infrastructures et/ou installations touristiques / de loisirs
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Aménagements du domaine skiable de Bansko ;
  • Absence de mécanismes de gestion efficaces ;
  • Problèmes de périmètre du bien ;
  • Abattage de bois illégal.
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2014

Montant total accordé: soutien financier du Programme de participation de l’UNESCO pour le développement d’une stratégie de tourisme durable (2010)

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2014
Demandes approuvées : 1 (de 2004-2004)
Montant total approuvé : 15 000 dollars E.U.
2004 Preparation of a nomination dossier for the extension ... (Approuvé)   15 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2014**

2002, 2004 : missions conjointes de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/UICN ; 2011 : mission de suivi réactif du Centre du patrimoine mondial.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2014

Le 24 janvier 2014, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien qui peut être consulté à l’adresse suivante : https://whc.unesco.org/fr/list/225/documents/. Le rapport donne les informations suivantes :

  • Le projet de la Municipalité de Bansko de modification du plan de gestion du Parc national de Pirin (PNP) visant à atténuer les restrictions aux aménagements dans la zone tampon ne sera pas soumis à l’adoption du Conseil des ministres de la République de Bulgarie. Tout nouveau projet d’aménagement du domaine skiable de Bansko sera examiné lors de l’élaboration du nouveau plan de gestion qui sera achevé d’ici octobre 2015, et non d’ici octobre 2014 comme initialement prévu. Si le nouveau plan de gestion prévoit de nouveaux aménagements dans la zone tampon du bien, il conviendra d’élaborer un plan d’aménagement du territoire qui sera soumis à une évaluation d’impact environnemental (EIE) et à une évaluation appropriée (EA).
  • Selon l’État partie, le Ministère de l’environnement et de l’eau a donné son accord à plusieurs projets d’entretien d’infrastructures dans la zone tampon au cours de l’année 2013. L’État partie estime que ces projets étaient conformes au plan de zonage et aux objectifs de gestion du PNP.
  • L’État partie indique que la procédure de démarcation des limites du parc national et du bien du patrimoine mondial a débuté par l’adoption des coordonnées GPS. Les limites seront également matérialisées sur le terrain. Le calendrier de mise en œuvre de ce travail n’a toutefois pas été soumis.
  • L’État partie précise que le nouveau plan de gestion comprendra des dispositions pour la mise en œuvre des recommandations de la mission de 2011. En raison du retard pris dans l’adoption du nouveau plan de gestion, l’État partie précise également qu’il ne peut faire état de progrès importants en la matière.
Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2014

La confirmation que les modifications suggérées, qui auraient affaibli la protection de la zone tampon, ne seront pas soumises au Conseil des ministres pour adoption est accueillie avec satisfaction. Il convient également de noter que l’État partie estime que les récents projets adoptés d’entretien des infrastructures dans la zone tampon étaient conformes aux objectifs de gestion du PNP.

La finalisation, l’adoption et la mise en œuvre du nouveau plan de gestion seront déterminantes afin de garantir l’intégrité du bien. Il est cependant préoccupant que le nouveau plan de gestion puisse envisager d’autoriser de nouveaux projets d’aménagement d’infrastructures de ski dans la zone, projets susceptibles d’avoir un impact sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE). Bien que l’État partie précise que le plan de gestion, en tant que document-cadre, n’est soumis ni à une EIE ni à une EA, il apparaît nécessaire que le plan de gestion définisse l’envergure stratégique des aménagements d’infrastructures possibles, y compris pour ceux qui seraient susceptibles d’avoir un impact négatif sur la VUE du bien ; il serait donc souhaitable d’avoir recours à une évaluation environnementale stratégique (EES), conformément à la directive de l’Union européenne (UE) sur les EES et à l’article 6(3) de la directive Habitats de l’UE . Il est essentiel pour l’État partie de garantir que la suite de l’élaboration du plan de gestion prévoit une participation publique générale et la consultation d’experts. En conséquence, il est recommandé que le Comité du patrimoine mondial demande à l’État partie de garantir que le nouveau plan de gestion, s’il prévoit de nouveaux aménagements d’infrastructures dans la zone tampon, sera soumis à une EES avant sa finalisation et son adoption.

Il est pris bonne note de l’intention de l’État partie d’inclure des dispositions dans le nouveau plan de gestion pour la mise en œuvre des recommandations de la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/UICN de 2011 pas encore opérationnelles. Cependant, il est recommandé au Comité de demander à l’État partie de mettre en œuvre sans délai les recommandations de la mission, l’achèvement du nouveau plan n’étant pas prévu avant octobre 2015.

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN ont reçu des rapports qui contenant des préoccupations au sujet de l’étendue de projets d’exploitation forestière sur le territoire du bien et de leur impact sur sa VUE. Ces informations ont été dûment communiquées à l’État partie, conformément au Paragraphe 174 des Orientations.  

Décisions adoptées par le Comité en 2014
38 COM 7B.73
Parc national de Pirin (Bulgarie) (N 225)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7B.17, adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Prend note des informations communiquées par l’État partie au sujet de futurs aménagements dans la zone tampon du bien qui pourraient être examinées dans le cadre du nouveau plan de gestion du Parc national de Pirin, et au vu des impacts potentiels sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, demande à l’État partie de garantir que le nouveau plan de gestion est soumis, avant son adoption, à une évaluation environnementale stratégique (EES), conformément à la directive EES de l’Union européenne (UE), à la directive Habitats de l’UE et à la Note de conseil de l’UICN pour les évaluations d’impact environnemental appliquées au patrimoine mondial ;
  4. Demande également à l’État partie d’accélérer la mise en œuvre des recommandations de la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/UICN de 2011 qui n’ont pas encore été réalisées, en particulier de finaliser la procédure de démarcation des limites du bien et de sa zone tampon ;
  5. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2015, un rapport actualisé, incluant un résumé exécutif d’une page, sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des demandes ci-dessus exprimées, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016.
Projet de décision :  38 COM 7B.73

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7B,

2.  Rappelant la décision 37 COM 7B.17, adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),

3.  Prend note des informations communiquées par l’État partie au sujet de futurs aménagements dans la zone tampon du bien qui pourraient être examinées dans le cadre du nouveau plan de gestion du Parc national de Pirin, et au vu des impacts potentiels sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, demande à l’État partie de garantir que le nouveau plan de gestion est soumis, avant son adoption, à une évaluation environnementale stratégique (EES), conformément à la directive EES de l’Union européenne (UE), à la directive Habitats de l’UE et à la Note de conseil de l’UICN pour les évaluations d’impact environnemental appliquées au patrimoine mondial ;

4.  Demande également à l’État partie d’accélérer la mise en œuvre des recommandations de la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/UICN de 2011 qui n’ont pas encore été réalisées, en particulier de finaliser la procédure de démarcation des limites du bien et de sa zone tampon ;

5.  Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2016, un rapport actualisé, incluant un résumé exécutif d’une page, sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des demandes ci-dessus exprimées, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016.

Année du rapport : 2014
Bulgarie
Date d'inscription : 1983
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(viii)(ix)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2014) .pdf
arrow_circle_right 38COM (2014)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top