1.         Colline royale d'Ambohimanga (Madagascar) (C 950)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2001

Critères  (iii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/950/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2000-2003)
Montant total approuvé : 68 300 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/950/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/950/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2003

Centre du patrimoine mondial :

Le 26 février 2003, le Président de Madagascar a rencontré le Directeur général de l’UNESCO pour discuter de plusieurs questions, notamment la situation de la Colline royale d’Ambohimanga. Certaines parties de la Colline ont été sérieusement endommagées par une tornade le 31 janvier 2003. Un rapport présenté aux autorités par la gestionnaire du site, Mme Marie-Hortense Razafindramboa, donne les informations suivantes :

-  Le mur porteur de la passerelle reliant les tombes royales au Palais de la Tranquillité s’est en partie effondré ;

-  Le système d’étanchéité de la Salle du Conseil est endommagé et le toit n’est plus étanche ;

-  L’escalier en bois du Palais de la Tranquillité est sérieusement endommagé. Le rapport de la gestionnaire du site était accompagné d’une étude technique réalisée par un bureau d’étude local qui expliquait que l’effondrement du mur porteur était dû à une fuite du réseau d’égouts ancien, ce qui a provoqué des infiltrations d’eau dans le mur.

Le Centre a tenu une réunion avec la Délégation de Madagascar auprès de l’UNESCO lors de la 6e session extraordinaire du Comité, confirmant la situation d’Ambohimanga. Madagascar a présenté au Centre une demande d’assistance d’urgence de 50 000 dollars E.U. pour entreprendre des mesures de réhabilitation d’urgence et sauvegarder le bien. Cette demande n’était pas prête lors de la finalisation du rapport du Comité sur l’assistance internationale, Madagascar n’ayant pas présenté au Centre de budget détaillé ni de plan de travail. Le Ministère de la Culture a pris les mesures préliminaires suivantes concernant l’utilisation du site :

-  Les parties endommagées ont été fermées au public et sont entourées d’un ruban de couleur, et une pancarte d’interdiction d’accès à cette zone a été installée ;

-  Certains travaux urgents ont été réalisés, notamment l’installation d’un support temporaire en bois pour soutenir la passerelle et la pose d’une bâche en plastique au sommet du mur porteur pour limiter les infiltrations d’eau. Au début de 2003, plusieurs Etats parties de l’Est de la région de l’Océan Indien ont subi les effets de très fortes pluies torrentielles qui ont touché des sites du patrimoine mondial comme Ambohimanga, la Vallée de Mai dans les Seychelles, l’Ile de Mozambique en Mozambique, ainsi que plusieurs îles à Maurice. Ces Etats parties ne disposent ni de systèmes d’alerte rapide ni de plans d’intervention pour traiter de tels problèmes lorsqu’ils surviennent.

ICOMOS :

L’ICOMOS félicite l’Etat partie des dispositions qu’il a prises pour répondre aux problèmes immédiats qui se posent dans le Pavillon de Verre, le Palais de la Tranquillité et le Palais de la fin du XVIIIe siècle qui ont subi des dégâts causés par les conditions climatiques. Des travaux ultérieurs pourraient être réalisés dans le cadre d’une activité de conservation et d’entretien continue. L’ICOMOS souhaiterait également encourager l’Etat partie à officialiser l’existence des structures de gestion du bien qui avaient été mises en place lors du démarrage du processus de préparation du dossier d’inscription du bien (notamment la Commission du Site et la Commission d’élaboration du plan de gestion) dont l’importance avait été également reconnue au moment de l’inscription du bien. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 27 COM 7B.32

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Notant avec préoccupation que plusieurs biens des îles de l'Océan Indien ont subi de graves dommages causés par des catastrophes naturelles,

2. Félicite les autorités malgaches pour leurs efforts de protéction du bien contre l'aggravation des dommages, et d'avoir informé le Secrétariat de l'état de conservation du bien ;

3. Invite Madagascar à entreprendre des travaux urgents de restauration pour préserver les valeurs du patrimoine mondial de la Colline royale d'Ambohimanga.