Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national de Mammoth Cave

États-Unis d'Amérique
Facteurs affectant le bien en 2002*
  • Infrastructures de transport aérien
  • Infrastructures de transport de surface
  • Zones industrielles
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2002
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2002**
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2002

En octobre 2001, l’UICN a été informée d’un projet d’aménagement d’une vaste zone industrielle (500 ha), d’un aéroport (850 ha) et d’un centre d’échange intermodal (500 ha) à Sinkhole Plain, comté de Warren, Kentucky, à environ 13 km au Sud-Ouest du parc national de Mammoth Cave, site du patrimoine mondial. Ce projet, baptisé « Kentucky Trimodal Transpark » (ou « Transpark ») devrait être réalisé par étapes. Aucune évaluation d’impact sur l’environnement n’a été préparée, bien que son auteur – Inter-modal Transportation Authority (ITA), un organisme émanant de la Warren County Fiscal Court et de la Bowling Green City Commission – ait effectué une évaluation environnementale. Cette démarche, qui n’est pas aussi rigoureuse qu’une évaluation d’impact sur l’environnement, ne prévoit ni l’analyse des autres options possibles, ni la prise en compte des conflits d’intérêt éventuels, ni la consultation du public. Malgré cela, l’UICN a appris que les démarches pour acheter le terrain étaient en cours.

 

L’UICN sait que Transpark suscite de vifs débats au sein des populations locales et dans les milieux scientifiques et qu’un groupe d’individus, d’organisations et d’entreprises concernés, parmi lesquels des scientifiques, des spéléologues et des universitaires, a formé une coalition baptisée « Karst Environmental Education & Protection Coalition » (KEEP) qui se bat contre le projet Transpark.

 

Beaucoup d’inquiétudes sont liées à l’absence d’évaluation d’impact sur l’environnement, et notamment d’études géohydrologiques exhaustives pour établir le risque de débordement et de retour de l’eau (et de ses polluants) entre le bassin karstique de Graham Springs sur lequel Transpark serait implanté et le bassin de Turnhole Spring, où se trouve Mammoth Cave. Ces investigations sont indispensables pour évaluer le risque que représente Transpark pour Mammoth Cave. Pour ceux qui veulent en savoir plus, la KEEP a créé un site Internet très complet qui expose l’ensemble des inquiétudes soulevées par le projet Transpark : http://www.stoptranspork.org. Selon l’UICN, les impacts potentiels sur le site du patrimoine mondial pourraient être les suivants (entre autres) : le ruissellement à partir des installations industrielles et les déversements d’hydrocarbures liés à Transpark peuvent polluer les cours d’eau souterrains et causer des dommages irréparables à Mammoth Cave. La pollution peut mettre en danger, par accumulation de polluants faiblement toxiques, des organismes qui vivent depuis longtemps dans la grotte et des espèces déjà menacées de disparition. Plus de 130 espèces utilisent la grotte, notamment la crevette aveugle, l’écrevisse aveugle, le grillon cavernicole, la crevette cavernicole du Kentucky menacée de disparition, la chauve-souris de l’Indiana et la chauve-souris grise. La qualité de l’air de la région risque d’être également altérée. Le parc national de Mammoth Cave est classé bassin atmosphérique de classe 1 en vertu de la loi sur la propreté de l’air, ce qui interdit toute dégradation supplémentaire de la qualité de l’air dans un rayon de 96 km autour du Parc.

 

En mars 2002, l’UICN a reçu de l’Etat partie des informations selon lesquelles la limite approximative entre le bassin hydrographique de la Barren River [bassin de Graham Springs] et celui de la Green River [bassin de Turnhole Spring ou de Mammoth Cave] traverserait le bien. De plus amples données et analyses sont nécessaires pour déterminer la frontière exacte entre les deux. Dans une lettre du 2 mai 2001, le responsable du parc se dit préoccupé par le fait que l’évaluation environnementale de l’ITA est insuffisante et estime indispensable qu’une évaluation d’impact sur l’environnement soit effectuée avant toute décision. Or l’ITA a choisi de prendre une décision sans effectuer de plus amples investigations. A ce jour, aucune subvention fédérale n’ayant été accordée au projet Transpark, aucune étude d’impact sur l’environnement n’est encore requise dans le processus de planification. L’ITA est à la recherche d’un consultant en planification pour l’aménagement du parc industriel. Elle a interrompu ses acquisitions de terrain pour l’aéroport en attendant que la FAA ait terminé l’analyse de risque concernant l’aéroport.

 

L’UICN a également reçu une copie d’une lettre officielle du responsable du parc qui se dit sérieusement inquiet que des décisions aient été prises avant d’avoir satisfait aux exigences environnementales et sans avoir pris suffisamment en considération les conséquences du projet sur l’environnement. Il recommande que l’ITA « suspende immédiatement toute décision et prépare une déclaration d’impact sur l’environnement respectant à la lettre les directives de la Direction fédérale de l’aviation en matière de respect de l’environnement. » Cette lettre cite également plusieurs irrégularités de l’évaluation environnementale, notamment : l’absence d’analyse des impacts potentiels de l’aéroport et des volets commerciaux et industriels du projet sur la qualité de l’air ; le caractère incomplet de l’analyse de la qualité de l’air : le projet doit partir du principe que toutes les dolines du site sont des points d’absorption ou des affluents des principaux conduits d’eau souterraine ; l’absence d’informations détaillées sur le parcours d’écoulement des eaux souterraines ; pas de prise en compte du paysage sonore du parc en tant que valeur environnementale à préserver, ni des risques que les bruits d’avions soient perceptibles depuis le parc ; l’absence d’analyse environnementale de la totalité du projet et de tous les types d’aménagements commerciaux prévus ; l’absence d’évaluation ou de prise en compte des effets cumulés du projet dans son ensemble ; l’absence de pris en compte et d’analyse des options de rechange, non seulement en ce qui concerne les aménagements, mais aussi le choix du site. L’UICN a également appris qu’un rapport préliminaire intitulé Site Evaluation and Design Assistance for the Proposed Kentucky Trimodal Transpark avait été réalisé pour le compte d’ITA. Ce rapport (qui devrait être achevé d’ici le 1er janvier 2003) est une étude hydrogéologique du site choisi pour le Kentucky Trimodal Transpark. 

Décisions adoptées par le Comité en 2002
26 COM 21B.28
Parc national de Mammoth Cave (Etats-Unis d’Amérique)
Le Comité du patrimoine mondial,

1. Exprime de sérieuses inquiétudes à propos des impacts potentiels du projet proposé et de l'absence d'évaluation environnementale exhaustive, en particulier des impacts potentiels des déversements d'hydrocarbures et de produits chimiques inhérents à ce type d'aménagement, et de l'insuffisance des informations hydrogéologiques disponibles ;

2. Prie instamment l'État partie d'entreprendre un programme de recherche avec une analyse des autres possibilités pour le choix du site, ainsi qu'une étude géologique et hydrogéologique détaillée, avec étude des régimes d'écoulement des eaux dans diverses conditions climatiques entre le bassin de Graham Springs et celui de Mammoth Cave, afin de déterminer les risques pour le site du patrimoine mondial ;

3. Demande à l'État partie de tenir le Comité informé de l'avancement du rapport de l'ITA (Inter-modal Transportation Authority) « Site Evaluation and Design Assistance for the Proposed Kentucky Trimodal Transpark», des progrès des recherches et de l'évolution du projet Transpark.

Le Comité pourrait souhaiter adopter la décision suivante :

 

« Le Comité exprime de sérieuses inquiétudes à propos des impacts potentiels du projet proposé et de l’absence d’évaluation environnementale exhaustive, en particulier des impacts potentiels des déversements d’hydrocarbures et de produits chimiques inhérents à ce type d’aménagement, et de l’insuffisance des informations hydrogéologiques disponibles. Il demande instamment que l’on exécute un programme de recherche incluant une analyse des autres possibilités en ce qui concerne le choix du site, ainsi qu’une étude géologique et hydrogéologique détaillée, avec étude des régimes d’écoulement des eaux dans diverses conditions climatiques entre le bassin de Graham Springs et celui de Mammoth Cave, afin de déterminer les risques pour le site du patrimoine mondial. Enfin, le Comité demande à l’Etat partie de le tenir informé de l’avancement du rapport de l’ITA (Site Evaluation and Design Assistance for the Proposed Kentucky Trimodal Transpark) ; des progrès de la recherche ; et de l’état d’avancement du projet Transpark. » 

Année du rapport : 2002
États-Unis d'Amérique
Date d'inscription : 1981
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(viii)(x)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 26COM (2002)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top