Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Île de St Kilda

Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord
Facteurs affectant le bien en 2001*
  • Pétrole/gaz
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  •  Projet de prospection et de production pétrolières et risque de marée noire
  • Nécessité d'accroître les limites du bien
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2001
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2001**
Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 2001

Précédents débats :
Vingt-troisième session ordinaire du Bureau – paragraphe IV. 43
Vingt-troisième session du Comité – paragraphe X.27

Questions principales : Prospection pétrolière à la frontière de l'Atlantique ; protection de l'aire marine ; plan de gestion.

Nouvelles informations : A sa vingt-troisième session tenue à Marrakech, le Comité du patrimoine mondial a fait des recommandations pour étendre les limites du site du patrimoine mondial pour inclure l'aire marine voisine et pour réviser le plan de gestion. L'UICN a étudié une lettre de l'Etat partie datée du 26 octobre 2000, qui fait le point sur l'avancement par rapport à ces recommandations comme suit :

  • Extension des limites : une expertise maritime a été effectuée pour rassembler les données nécessaires pour documenter le cas de l'extension du site. Le Gouvernement britannique cherche à avancer des propositions d'extension du site avant juin 2002 ;
  • Plan de gestion : il n'a pas été possible de commencer le travail sur un nouveau plan de gestion avant la définition des nouvelles limites. Ce travail devait commencer au début de 2001 et à peu de chances d'être achevé à temps pour rendre compte à la vingt-cinquième session du Bureau. Si les nouvelles limites s'étendent au-delà de la limite des six milles nautiques, cela soulèvera des questions liées au droit de la mer et régies par l'Organisation maritime internationale et l'Etat partie pourrait avoir besoin de l'assistance du Centre du patrimoine mondial.
  • Le Gouvernement britannique a également placé un moratoire sur toutes les licences pétrolières plus proches de St Kilda que les licences déjà accordées.
Action requise

Le Bureau félicite l'Etat partie de l'avancement réalisé pour traiter les recommandations du Comité et il prie l'Etat partie de fournir un nouveau rapport d'avancement sur la mise en œuvre des recommandations de la vingt-troisième session du Comité, avant le 15 septembre 2001.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2001

L’exécutif  écossais a fourni un rapport sur l’état de conservation de St Kilda daté du 18 septembre 2001 et transmis à l’UICN pour étude. Ce rapport rappelle que le Comité a proposé d’étendre les limites du site pour inclure la zone marine et de réviser le plan de gestion. Les autorités ont informé le Centre qu’elles prévoyaient une date de communication à temps pour la vingt-sixième session du Comité.

 

A partir du rapport de l’Etat partie, l’UICN souhaiterait :

·       Féliciter l’Etat partie des recherches et levés achevés et en cours pour réaliser une cartographie des fonds marins et  recenser les communautés essentielles d’oiseaux de mer ;

·       Noter la collaboration d’un certain nombre d’organisations dans le processus de délimitation des nouvelles limites du site à partir de ces activités de recherche ;

·       Féliciter l’Etat partie de maintenir le moratoire sur l’octroi de nouvelles licences de prospection pétrolière plus près du site que celles déjà accordées, et il lui demande de fournir les détails du processus d’évaluation des risques qui doit être mis en place, ainsi que le projet de plan de gestion, dès que possible.

·       Encourager l’Etat partie à inclure dans le plan de gestion révisé une interdiction stricte de toute prospection pétrolière, gazière et autre, dans le périmètre du site comme dans la zone tampon.

Décisions adoptées par le Comité en 2001
25 BUR V.168-169
Ile de St Kilda (Royaume-Uni)

V.168     Le Bureau a rappelé les recommandations du Comité du patrimoine mondial sur l’extension des limites du site du patrimoine mondial pour inclure l'aire marine voisine et réviser le plan de gestion. L'UICN a étudié une lettre de l'État partie datée du 26 octobre 2000, qui fait le point suivant sur l'avancement par rapport à ces recommandations : Extension des limites : une expertise maritime a été effectuée pour rassembler les données nécessaires pour documenter le cas de l'extension du site. Le Gouvernement britannique cherche à avancer des propositions d'extension du site avant juin 2002. Plan de gestion : il n'a pas été possible de commencer le travail sur un nouveau plan de gestion avant la définition des nouvelles limites. Ce travail devait commencer au début de 2001 et a peu de chances d'être achevé à temps pour qu’il en soit rendu compte à la vingt-cinquième session du Bureau. Si les nouvelles limites s'étendent au-delà de la limite des six milles nautiques, cela soulèvera des questions relevant du droit de la mer et régies par l'Organisation maritime internationale. L'État partie pourrait alors avoir besoin de l'assistance du Centre du patrimoine mondial. Le Gouvernement britannique a également placé un moratoire sur toutes les licences pétrolières plus proches de St Kilda que les licences déjà accordées.

V.169     Le Bureau a félicité l'État partie de l'avancement réalisé pour traiter les recommandations du Comité et il a prié l'État partie de fournir  avant le 15 septembre 2001 un nouveau rapport d'avancement sur la mise en œuvre des recommandations de la vingt-troisième session du Comité.

25 COM VIII
Rapports sur l'état de conservation de biens naturels inscrits dont le Comité a pris note

Rapports sur l'état de conservation de biens naturels inscrits sur la Liste du patrimoine mondial dont le Comité a pris note

La Grande Barrière (Australie)

Ile Fraser (Australie)

Les Sundarbans (Bangladesh)

Forêt Belovezhskaya Pushcha / Bialowieza (Bélarus et Pologne)

Parc national du Gros-Morne (Canada)

Pac national Nahanni (Canada)

Parc national de Los Katios (Colombie)

Grottes du karst aggtelek et du karst slovaque (Hongrie et Slovaquie)

Le Comité a noté que les questions soulevées concernaient exclusivement la partie slovaque de ce site transfrontalier.

Parc national des Sundarbans (Inde)

Le Délégué de l'Inde a informé le Comité qu'il n'y a pas de projet de construction de voies navigables prévu ou risquant d'avoir un impact quelconque sur le site.

Parc national de Kaziranga (Inde)

Parc national de Komodo (Indonésie)

Parc national de Lorentz (Indonésie)

L'Observateur de l'Indonésie a remercié les autorités australiennes de leur assistance financière. Il a informé le Comité qu'il serait difficile de respecter la date limite du 1er février et qu'un rapport pourrait être présenté fin mars 2002.

Isole Eolie (Iles Eoliennes) (Italie)

L'Observatrice de l'Italie a confirmé qu'il y avait eu une décision de justice le 4 décembre 2001, qui n'était pas encore publique, mais qu'elle serait disponible prochainement. Elle a informé le Comité qu'il serait difficile de respecter la date limite du 1er février et qu'un rapport pourrait être fourni vers la fin du mois de mars 2002.

Parc national du Gunung Mulu (Malaisie)

Parc national du Banc d'Arguin (Mauritanie)

Le Délégué de l'Egypte a attiré l'attention du Comité sur l'importance de protéger les zones humides qui servent de haltes aux oiseaux migrateurs le long de leurs itinéraires. Il a suggéré que le Centre du patrimoine mondial dispose d'un plan définissant les zones humides importantes pour les oiseaux et qu'il utilise ces informations pour créer des sites « satellites » du patrimoine mondial. Le représentant de l'UICN a évoqué la coopération entre le Centre du patrimoine mondial et la Convention de Ramsar et BirdLife International pour protéger les zones humides. Il a également souligné l'importance des aires qui entourent les aires classées au patrimoine mondial et les liens avec le Programme sur l'Homme et la biosphère pour la protection des sites. Le Secrétariat a donné des détails sur les discussions en cours avec le Secrétariat de la Convention des Espèces Migratrices pour établir un mémorandum d'accord entre ces deux Conventions.

Sian Ka'an (Mexique) 

La Déléguée du Mexique a indiqué que la confirmation du Plan écologique d'utilisation des terres en est actuellement à sa phase finale et elle a donc demandé que la date limite de remise du rapport au Bureau soit fixée au 15 mai 2002 pour examen par la vingt-sixième session du Comité en juin.

Parc national de Royal Chitwan (Népal)

Caucase de l'Ouest (Fédération de Russie)

Montagnes de l'Altaï (Fédération de Russie)

Parc national de Doñana (Espagne)

Réserve forestière de Sinharaja (Sri Lanka)

Baie d'Ha Long (Viet Nam)

Chaussée des Géants et sa côte (Royaume-Uni)

Ile de St Kilda (Royaume-Uni)

Parc national de Serengeti (République-Unie de Tanzanie)

Parc national des Great Smoky Mountains (États-Unis d'Amérique)

Parc national Canaima (Venezuela)

 

Le Bureau pourrait souhaiter adopter la décision suivante :

« Le Bureau félicite l’Etat partie du rapport d’avancement fourni et il demande aux autorités de présenter un rapport avant le 1er février 2002 pour étude par la vingt-sixième session du Bureau. Le Bureau encourage l’Etat partie à achever la nouvelle définition des limites dès que possible, de façon à pouvoir commencer dès que possible le travail concernant le plan de gestion. Il demande à l’Etat partie de clarifier le rôle de la participation des autorités du site au processus de prise de décision pour l’octroi de licences sur le site, dans la zone tampon et à l’extérieur de la zone tampon. Le Bureau attend également avec intérêt le résultat des réunions de consultation tenues dans le cadre de la préparation du plan de gestion. Le Bureau voudrait rappeler à l’Etat partie que tout dossier de proposition d’inscription révisée pour des valeurs culturelles et des limites révisées doit être présenté avant les dates limites établies par le Comité. »

Année du rapport : 2001
Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord
Date d'inscription : 1986
Catégorie : Mixte
Critères : (iii)(v)(vii)(ix)(x)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top