Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Cathédrale Notre-Dame, ancienne abbaye Saint-Rémi et palais du Tau, Reims

France
Facteurs affectant le bien en 1998*
  • Habitat
  • Système de gestion/plan de gestion
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 1998
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 1998**

1998: mission d'expert de l'ICOMOS

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1998

Le Centre du patrimoine mondial a été saisi en automne 1997 par une association privée de Reims d'un projet de construction d'une médiathèque à la place de certains bâtiments entourant directement le parvis de la Cathédrale de Reims. Un dossier photographique et documentaire sur l'état d'avancement de cette proposition, établi par l'association en question, a permis au Centre de saisir les autorités nationales ainsi que l'ICOMOS. L'étude du dossier de nomination a en outre révélé qu'il n'existait ni zone de protection ni plan de gestion. Par contre, le Centre a pu savoir qu'un projet d'étude d'aménagement des abords de la Cathédrale avait été préparé en 1989, mais n'avait jamais été approuvé ou mis en œuvre.

Le Centre a appris le 7 avril que la Direction du patrimoine s'était saisie de l'affaire de la médiathèque et avait décidé de l'étudier en Commission supérieure des monuments historiques le 23 avril. La Direction a aussi demandé au Centre de reporter la mission de l'ICOMOS pour après cette date.

Action requise
Le Bureau a pris note du rapport du Centre du patrimoine mondial concernant la proposition de construction d'une médiathèque sur le parvis, en face du porche de la Cathédrale de Reims, ainsi que de l'action engagée par le Comité à cet effet. Le Bureau remercie les autorités françaises pour l'effort qu'elles entreprennent afin qu'une solution conforme à une bonne mise en œuvre de la Convention soit adoptée. Le Bureau prie enfin les autorités concernées de commencer aussitôt que possible la délimitation d'un périmètre de protection des biens inscrits sur la liste du patrimoine mondial à Reims et de mettre au point un plan de gestion de ces biens et de leur zone de protection. A cet effet, le Bureau demande aux autorités concernées de bien vouloir présenter au Centre un rapport d'avancement des travaux requis avant le 15 septembre pour soumission au Comité du patrimoine mondial à sa vingt-deuxième session.


22e session extraordinaire du Bureau en 1998 :

 A sa vingt-deuxième session en juin 1998, le Bureau a demandé aux autorités françaises d'entreprendre la mise au point d’un plan de gestion du site et de présenter un rapport d'avancement concernant le projet de médiathèque sur la place de la Cathédrale de Reims, avant le 15 septembre 1998. Il a également demandé à l’ICOMOS de présenter les conclusions de sa mission à la session extraordinaire du Bureau.


Des lettres informant les autorités françaises de la décision du Bureau ont été envoyées le 15 juillet et le 28 septembre 1998. Lors de la préparation du présent document, aucune réponse n'avait été reçue.

Le 9 septembre 1998, le Centre du patrimoine mondial a reçu des informations de S.O.S Reims indiquant que le permis de démolir le bâtiment situé à l'emplacement prévu pour la médiathèque avait été signé par le maire de Reims le 20 août 1998. Le 2 octobre 1998, il a été informé que le ministre français de la Culture aurait donné l'autorisation pour la construction de la médiathèque.

Décision requise :
Le Bureau pourrait souhaiter étudier les informations qui pourraient être disponibles lors de sa session et prendre des mesures appropriées à cet égard.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1998

Le Secrétariat a informé le Bureau qu'en réponse à une demande du Bureau à sa vingt-deuxième session en juin 1998, il avait reçu une lettre des autorités françaises sur la médiathèque et la planification des alentours de la cathédrale. Les autorités ont indiqué qu'une commission avait été nommée pour étudier la préservation et la planification du parvis de la cathédrale et qu'il avait invité l'ICOMOS à faire partie de cette commission. Le Secrétariat a également indiqué qu'il avait reçu des informations d'une organisation non gouvernementale signalant que le permis de démolir les bâtiments existants à l'emplacement de la médiathèque avait été délivré et que l'autorisation de construire la médiathèque aurait été donnée.

 L'ICOMOS a annoncé qu'il avait envoyé une mission d'experts à Reims et que celle-ci estimait que l'échelle du bâtiment de la médiathèque était trop importante, que sa hauteur et sa forme ne constitueraient pas un paysage urbain équilibré, que l'échelle monumentale du bâtiment est totalement déplacée par rapport aux alentours immédiats du bâtiment et ne pourrait donc s'y intégrer. L'ICOMOS a également estimé qu'il faudrait créer une zone tampon clairement délimitée autour des monuments inscrits sur la Liste du patrimoine mondial et établir un plan de gestion pour les monuments et leur zone tampon.

 L'observateur de la France a fait savoir qu'un expert serait présent lors de la session du Comité et qu'il pourrait fournir des informations détaillées au Comité.


Le Bureau s'est déclaré préoccupé du projet de médiathèque mais a décidé de transmettre le dossier au Comité pour examen afin que l'expert de France puisse fournir des informations complémentaires.

Décisions adoptées par le Comité en 1998
22 BUR V.B.43
Cathédrale Notre-Dame, ancienne abbaye de Saint-Rémi et Palais de Tau à Reims (France)

En réponse au rapport fourni par le Secrétariat sur la construction d’une médiathèque sur la place de la Cathédrale de Reims, l’observateur de la France a fait remarquer que la législation française sur la protection des monuments prévoit une zone de protection de 500 m autour des monuments classés. Elle a précisé que cette zone peut être considérée comme la zone tampon et que toute modification ou nouvelle construction dans cette zone exige l’accord de l’architecte des bâtiments de France ou celui du ministre de la Culture lui-même. Dans le cas de la médiathèque, le permis de construire avait été bloqué en attendant l’examen de cette question.

Le Bureau a noté qu’une mission de l’ICOMOS devait être entreprise à Reims pendant sa session et que ses résultats ne seraient donc pas disponibles à cette date.

Le Bureau a pris note des actions entreprises par le Centre et l’ICOMOS, ainsi que des observations fournies par l’observateur de la France. Le Bureau a remercié les autorités françaises de leurs efforts pour trouver une solution en conformité avec la Convention. Le Bureau a également prié les autorités concernées d’entreprendre la mise au point d’un plan de gestion du site et de sa zone de protection. A cette fin, le Bureau a demandé aux autorités concernées de présenter au Centre un rapport d'avancement du travail requis avant le 15 septembre pour soumission au Comité du patrimoine mondial à sa vingt-deuxième session extraordinaire. Il a également demandé à l’ICOMOS de présenter les conclusions de sa mission pour cette date.

22 COM VII.33/34
SOC : Cathédrale Notre-Dame, ancienne Abbaye Saint-Rémi et Palais de Tau à Reims (France)

VII.34 Cathédrale Notre-Dame, ancienne Abbaye Saint-Rémi et Palais de Tau à Reims (France)

Le Comité a rappelé que le Bureau, à sa vingt-deuxième session, avait demandé aux autorités françaises de produire un rapport sur le projet d'aménagement des alentours de la cathédrale et de construction d'une médiathèque à proximité du site. Le Secrétariat a indiqué qu'il avait reçu des informations d'une organisation non gouvernementale signalant que le permis de démolir les bâtiments existants à l'emplacement de la médiathèque avait été délivré et que l'autorisation de construire la médiathèque aurait été donnée.

L'ICOMOS a annoncé qu'il avait envoyé une mission d'experts à Reims et que celle-ci estimait que l'échelle du bâtiment de la médiathèque était trop importante, que sa hauteur et sa forme ne constitueraient pas un paysage urbain équilibré, que l'échelle monumentale du bâtiment est totalement déplacée par rapport aux alentours immédiats du bâtiment et ne pourrait donc s'y intégrer. L'ICOMOS a également estimé qu'il faudrait créer une zone tampon clairement délimitée autour des monuments inscrits sur la Liste du patrimoine mondial et établir un plan de gestion pour les monuments et leur zone tampon.

S'agissant du projet d'aménagement des alentours de la cathédrale (le "parvis"), le délégué de la France a confirmé les informations communiquées par les autorités françaises, comme quoi une commission avait été créée pour étudier la préservation et l'aménagement du parvis, et l'ICOMOS était invité à s'y associer. Il a souligné que les abords de la cathédrale avaient été entièrement détruits durant la Première Guerre mondiale et qu'aucune cohérence n'avait été donnée depuis lors à cet espace urbain et à son cadre architectural. Il a indiqué qu'une zone de protection serait définie, comme le permet désormais la Législation française, en substitution du rayon de 500m autour des monuments historiques. Il a ajouté que la médiathèque était indispensable pour revitaliser la zone et que le projet de construction avait été revu et approuvé.

Le Comité a pris note des informations fournies par l'ICOMOS et le délégué de la France. Il a incité les deux parties à poursuivre le dialogue sur l'aménagement des abords de la cathédrale et à le tenir informé des progrès réalisés à cet égard.

Pas de projet de décision

Année du rapport : 1998
France
Date d'inscription : 1991
Catégorie : Culturel
Critères : (i)(ii)(vi)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top