Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Résidence de montagne et temples avoisinants à Chengde

Chine
Facteurs affectant le bien en 1996*
  • Habitat
  • Pollution atmosphérique
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Autres menaces :

    Nombreux bâtiments dans un mauvais état de conservation

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 1996
Demandes approuvées : 1 (de 1995-1995)
Montant total approuvé : 34 150 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 1996**

septembre 1996: mission d'experts de l'UNESCO

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1996

Une mission de l'UNESCO, entreprise en septembre 1996, a noté que deux plans décennaux de conservation ont été réalisés après la Révolution culturelle, et ont obtenu de remarquables résultats dans la restauration de nombreux bâtiments des environs de la Résidence de montagne et du paysage de la montagne dénudée. Etant donné la superficie même de ce site du patrimoine mondial (6000 hectares), sa diversité et, sa complexité, d'importants investissements supplémentaires` sont nécessaires pour le restaurer. De nombreux bâtiments sont toujours en mauvais état de conservation et la gestion des flux de visiteurs pourrait être encore améliorée.

Certains des biens religieux qui appartiennent à des minorités de Mongolie et du Tibet sont inclus dans le site du patrimoine mondial. Certains d'entre eux ont été restaurés récemment à grands frais. Cinquante-cinq moines de la région autonome de Mongolie ont été autorisés à retourner à l'ensemble du Temple de Puning en 1986.

Une question primordiale pour l'avenir est l'harmonisation des plans de développement de la ville de Chengde avec les besoins du patrimoine mondial en matière de conservation, et particulièrement l'amélioration de la protection de la zone tampon. L'amélioration des qualités visuelles du site et la réduction de la pollution atmosphérique nécessitent toujours des efforts considérables.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 1996

Le Bureau pourrait vouloir adopter le texte suivant et le transmettre au Comité pour qu'il en prenne note :

"Le Bureau prend note du rapport fourni par le Secrétariat et demande aux autorités chinoises d'informer le Comité de la gestion, de la conservation et du programme de restauration de ce site, particulièrement en ce qui concerne le développement de la ville de Chengde."

Décisions adoptées par le Comité en 1996
20 COM VII.D.61/62
SOC noté par le Comité : Résidence de montagne et temples avoisinants à Chengde (République populaire de Chine)

VII.62 Résidence de montagne et temples avoisinants à Chengde (République populaire de Chine)

Le Secrétariat a informé le Bureau à sa vingtième session extraordinaire qu'une mission de l'UNESCO a visité la Résidence de montagne et les temples avoisinants à Chengde et a noté de remarquables résultats dans la restauration de plusieurs de ses bâtiments ainsi que du paysage environnant.

Les questions primordiales pour l'avenir sont l'harmonisation des plans de développement de la ville de Chengde avec les besoins du patrimoine mondial en matière de conservation, l'amélioration de la protection de la zone tampon et la réduction de la pollution atmosphérique.

Le représentant de l'ICOMOS a déclaré que même lors de l'inscription de ce site, les autorités chinoises avaient fait part de leur préoccupation quant au développement de la ville de Chengde et les moyens de contrôler son impact sur le site.

Le Bureau a pris note du rapport fourni par le Secrétariat et a demandé aux autorités chinoises d'informer le Comité du programme de gestion, de conservation et de restauration de ce site, plus particulièrement en ce qui concerne le développement de la ville de Chengde.

Année du rapport : 1996
Chine
Date d'inscription : 1994
Catégorie : Culturel
Critères : (ii)(iv)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 20COM (1996)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top