English Français

Centre historique d’Urbino

Historic Centre of Urbino

The small hill town of Urbino, in the Marche, experienced a great cultural flowering in the 15th century, attracting artists and scholars from all over Italy and beyond, and influencing cultural developments elsewhere in Europe. Owing to its economic and cultural stagnation from the 16th century onwards, it has preserved its Renaissance appearance to a remarkable extent.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Centre historique d’Urbino

Urbino, une petite ville au sommet d'une colline dans la région des Marches, connut au XVe siècle une étonnante prospérité culturelle, attirant des artistes et des érudits de toute l'Italie et au-delà et influençant à son tour le développement d'autres régions d'Europe. Une stagnation économique et culturelle qui commença au XVIe siècle a assuré une exceptionnelle conservation de l'aspect qu'elle avait à la Renaissance.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

الوسط التاريخي لمدينة أوربينو

مدينة أوربينو مدينة صغيرة تقع على قمة هضبة في منطقة المارش. وعرفت في القرن الخامس عشر ازدهارًا مذهلاً جاذبةً فنّانين وبَحّاثين من إيطاليا كلها وما وراءها ومؤثّرةً بدورها في تطور مناطق أخرى من أوروبا. وقد أمّن الركود الاقتصادي والثقافي الذي بدأ في القرن السادس عشر حفاظًا استثنائيًا للوجه الذي كان لها في عصر النهضة.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

乌尔比诺历史中心

乌尔比诺是一座小山城,位于马奇位,15世纪经历了惊人的文化繁盛期,吸引了整个意大利以及其他地区的艺术家和学者,其文化的发展影响到欧洲的每一角落。16世纪以后,其经济和文化发展进入萧条阶段,文艺复兴时期的原貌正是由此才最大程度地得以保存。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Исторический центр города Урбино

Небольшой город Урбино, расположенный в гористой местности в области Марке, пережил в ХV в. свой наивысший расцвет, привлекавший художников и ученых со всей Италии и из-за ее пределов и повлиявший на развитие культуры в Европе в целом. Вследствие экономической и культурной стагнации, начавшейся с ХVI в., городу удалось сохранить многие свои черты, приобретенные в период Возрождения.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Centro histórico de Urbino

Edificada en lo alto de una colina en la región de las Marcas, la pequeña ciudad Urbino fue en el siglo XV el escenario de un asombroso florecimiento cultural que no sólo atrajo a artistas y eruditos de Italia entera y otros países, sino que además influyó en el desarrollo cultural de diversas regiones de Europa. El estancamiento económico y cultural en que quedó sumida la ciudad a partir del siglo XVI ha contribuido a preservar admirablemente el aspecto que ofrecía en la época del Renacimiento.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

ウルビーノ歴史地区
イタリア中部、マルケ地方の都市。15世紀にはルネサンス期の英邁な傭兵体調フェデリーコ・ダ・モンテフェルトロ公治世下に、多くの芸術家や人文主義者を集め文芸の中心地となった。15世紀に建造されたパラッツォ・ドゥカーレ(大公宮殿)は、ゴシック時代の古い城壁の上にルネサンス様式の明晰な空間が加えられた均衡の取れた傑作である。16世紀以後の経済的・文化的停滞により、そのルネサンス的景観はかえってよく保持されている。

source: NFUAJ

Historisch centrum van Urbino

Het kleine heuvelachtige stadje Urbino – gelegen in de Marche – maakte een grote culturele bloei door in de 15e eeuw. Hierdoor werden kunstenaars en wijsgeren vanuit heel Italië en daarbuiten aangetrokken en culturele ontwikkelingen op verschillende andere plaatsen in Europa beïnvloed. Urbino heeft haar Renaissance uiterlijk opmerkelijk goed behouden door de stagnatie in haar economische en culturele groei vanaf de 16e eeuw. Gedurende de eerste helft van de 19e eeuw zijn er een aantal veranderingen doorgevoerd in het stratenpatroon, wat resulteerde in de afbraak van een paar oude huizen om een aantal pleinen te kunnen vergroten.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Centre historique d’Urbino (Italie) © UNESCO
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Urbino, la petite ville italienne au sommet d'une colline, devint pendant une brève période à l’époque de la Renaissance l’un des centres culturels majeurs de l’Europe. Aujourd’hui, le centre historique est défini par ses murailles Renaissance qui sont restées quasiment intactes, avec tous leurs bastions. A l’intérieur de ces fortifications sont conservés plusieurs édifices d’une qualité extraordinaire, tels que le palais ducal, la cathédrale, le monastère de Santa Chiara et un vaste ensemble d’oratoires.

Le noyau initial de la cité évoluera à partir d’un établissement fortifié fondé par les Romains aux IIIe et IIe siècles avant J.-C.. Ces derniers édifièrent des structures au sommet de la colline où se dresse désormais le palais ducal ; la cité se maintint à l’intérieur de ces limites jusqu’à la fin du XIe siècle où elle commença à s’étendre, ce qui exigea la construction de nouvelles murailles défensives. Au milieu du XVe siècle, Federico da Montefeltro lança une campagne de reconstruction radicale à l’intérieur de ces murs d’origine sans bouleverser la structure urbaine globale. La ville s’étendit plus tard à une seconde colline au nord, ce qui donna à la zone maintenant entourée des murailles de la Renaissance une forme allongée.

Urbino est une petite ville sur les collines qui connut une étonnante prospérité culturelle au XVe siècle. Au cours de cette période, elle attira des artistes et des érudits venus de toute l’Italie et d’ailleurs, qui influencèrent à leur tour le développement culturel d’autres régions européennes. Federico da Montefeltro régna sur Urbino de 1444 à 1482 et accueillit à sa cour certaines des plus grandes figures de son temps : de célèbres humanistes tels que Leone Battista Alberti, Marsilio Ficino et Giovanni Bessarione, des mathématiciens, tels que Paul van Middelburg, et des artistes comme Luciano Laurana, Francesco di Giorgio Martini, Paolo Uccello, Piero della Francesca et Ambrogio Barocci. Ces hommes créèrent et mirent en œuvre de remarquables projets culturels et urbains. Ce climat culturel permit à Raphaël, Donato Bramante et au mathématicien Luca Pacioli de s’épanouir chacun dans leur propre discipline artistique et scientifique.

Critère (ii) : Pendant sa courte prééminence culturelle, Urbino a attiré certains des plus remarquables érudits humanistes et artistes de la Renaissance qui y ont créé un complexe urbain d’une homogénéité exceptionnelle dont l’influence s’est largement étendue au reste de l’Europe.

Critère (iv) : Urbino représente un pinacle de l’art et de l’architecture de la Renaissance harmonieusement adaptés de manière exceptionnelle à son site physique et à son précurseur médiéval.

Intégrité

Urbino apparaît aujourd’hui comme un espace continu et homogène défini, comme il l’est depuis des siècles, par les murailles de la Renaissance. Bon nombre de bâtiments de cette époque subsistent à l’intérieur de ces remparts. Il y eut, cependant, quelques démolitions au début du XIXe siècle lors de l’expansion des places et des voies de circulation. Aucune menace sérieuse n’a été identifiée dans le centre historique.

Authenticité

Le degré d’authenticité du centre historique d’Urbino est élevé du fait qu’il a gardé tout ou partie de sa forme urbaine, comme en témoigne le tracé des rues à l’intérieur des murs de la Renaissance. Il a ainsi conservé ses volumes et ses caractéristiques spatiales qui remontent à la disposition médiévale antérieure, avec les rues étroites, ainsi qu’aux aménagements ultérieurs ajoutés à la Renaissance. Même les interventions des XVIIIe et XIXe siècles ont laissé la disposition de la Renaissance presque complètement intacte. La construction d’un nouveau théâtre conçu par Vincenzo Ghinelli, à côté de la tour Francesco di Giorgio, affiche un style et des proportions en harmonie avec son environnement.

Par ailleurs, le centre historique a su garder son authenticité en privilégiant l’usage de matériaux de construction et de techniques traditionnelles et ancestrales dans les travaux d’entretien et de restauration des bâtiments et des lieux publics du centre historique, en préservant les caractéristiques formelles, les types et les dimensions de l’architecture existante. Les interventions menées au titre de la planification urbaine n’ont jamais transformé les plus vieilles constructions, demeurant en parfait accord avec le paysage urbain et la conformation morphologique du site.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le centre historique est règlementé par les législations nationales et les règlements en matière d’urbanisme et de construction au niveau local.

Les législations nationales sauvegardent directement des nombreux édifices monumentaux individuels du centre historique ainsi que les fortifications qui les entourent. Le centre est également protégé en tant que zone de conservation avec un contrôle spécifique de la planification en matière de protection du paysage, ainsi qu’un contrôle de la protection de l’archéologie.

Les législations locales sur la planification urbaine et la construction définissent les critères et les méthodes en usage aux fins de préserver le patrimoine historique. Ces normes et règlementations garantissent la protection de la disposition urbaine, du caractère architectural, du type de bâtiments, des embellissements et des techniques de finition des façades de bâtiments. La Municipalité a précisément entrepris une étude planimétrique de tous les édifices du centre historique qui a permis de les classer selon le type, le niveau d’intégrité et la définition des limites d’intervention admises. Outre cet inventaire, des études détaillées des façades de bâtiments, mais aussi des artères principales, associées à la recherche minutieuse d’archives, ont apporté un soutien méthodologique et documentaire à la planification des opérations de maintenance et de restauration de ces façades.

La sauvegarde du paysage sur lequel s’appuie l’image du centre historique est mise en œuvre au moyen de règlements visant à la protection intégrale du site, comme l’énonce le plan de zonage général appliqué à l’ensemble des collines qui se voient depuis le circuit des remparts de la ville. Ce secteur coïncide avec la zone tampon à l’intérieur de laquelle seules sont autorisées les opérations de requalification des arbres et autres ressources végétales, du patrimoine culturel et historique, ainsi que les interventions limitées et adéquatement calibrées concernant la l’installation d’un parking souterrain qui facilitera l’accès au centre historique et l’aménagement définitif d’une zone piétonne.

Tous les travaux d’aménagement prévus dans le bien du patrimoine mondial, sur la base de ces outils de protection, sont soumis au permis de construire du conseil et à l’avis spécifique du bureau territorial compétent auprès du Ministère pour les Biens et Activités culturels. Ces procédures sont mises en place non seulement pour éviter de nuire à l’intégrité du patrimoine culturel,  mais aussi de ne pas porter atteinte à la perspective ou à la lumière ou à toute altération des conditions environnementales ou des éléments de décoration.

Le bien du patrimoine mondial d’Urbino est géré par un groupe d’entités publiques qui travaillent dans des rôles différents et à différents échelons. Le Ministère pour les Biens et Activités culturels gère la sauvegarde et la conservation du patrimoine culturel par l’intermédiaire de ses services compétents. L’administration de la ville est chargée de définir et mettre en place des stratégies de conservation et de gestion en utilisant des moyens de planification urbaine, en élaborant des lois qui règlementent les activités à l’intérieur du site et en faisant la promotion d’actions culturelles. D’autres instances, telles que les autorités régionales, collaborent aux activités de protection, de conservation et de gestion, ainsi qu’aux mesures de  promotion visant à capitaliser le patrimoine culturel de la ville. L’Archidiocèse et l’Université d’Urbino, ainsi que la Province de Pesaro et d’Urbino et l’administration municipale jouent un rôle essentiel dans la conservation et la mise en valeur de leur patrimoine. Il incombe également à l’administration de la ville d’élaborer, de coordonner et de mettre en œuvre le plan de gestion initialement approuvé en 2013.