Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Le phare de Cordouan

Cordouan Lighthouse
The Lighthouse of Cordouan rises up on a shallow rocky plateau in the Atlantic Ocean at the mouth of the Gironde estuary in the Nouvelle-Aquitaine region, in a highly exposed and hostile environment. Built in white limestone dressed blocks at the turn of the 16th and 17th centuries, it was designed by engineer Louis de Foix and remodelled by engineer Joseph Teulère in the late 18th century. A masterpiece of maritime signalling, Cordouan’s monumental tower is decorated with pilasters, columns modillions and gargoyles. It embodies the great stages of the architectural and technological history of lighthouses and was built with the ambition of continuing the tradition of famous beacons of antiquity, illustrating the art of building lighthouses in a period of renewed navigation, when beacons played an important role as territorial markers and as instruments of safety. Finally, the increase of its height, in the late 18th century, and the changes to its light chamber, attest to the progress of science and technology of the period. Its architectural forms drew inspiration from ancient models, Renaissance Mannerism and the specific architectural language of France’s engineering school École des Ponts et Chaussées.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Le phare de Cordouan
Le phare de Cordouan s’élève sur un plateau rocheux peu profond de l’océan Atlantique situé à l’embouchure de l’estuaire de la Gironde en région Nouvelle-Aquitaine, dans un environnement dangereux et inhospitalier. Construit avec des blocs de calcaire blanc entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle, il fut conçu par l’ingénieur Louis de Foix et remanié par l’ingénieur Teulère à la fin du XVIIIe siècle. Chef-d’œuvre de la signalisation maritime, la tour monumentale de Cordouan est décorée de pilastres, de colonnes, de modillons et de gargouilles. Il représente les grandes phases de l’histoire architecturale et technologique des phares et fut construit avec l’ambition de perpétuer la tradition des phares célèbres de l’Antiquité, témoignant de l’art de la construction des phares pendant une période de développement de la navigation, quand les phares avaient un rôle important en tant que marqueurs territoriaux et dispositifs de sécurité. Enfin, son exhaussement à la fin du XVIIIe siècle et les modifications apportées à sa lanterne témoignent des avancées scientifiques et technologiques de l’époque. Ses formes architecturales se sont inspirées des modèles antiques, du maniérisme de la Renaissance et du langage architectural spécifique de l’institut de formation d'ingénieurs français, l’École des ponts et chaussées.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

منارة كوردوان
تنتصب منارة كوردوان فوق هضبة صخرية تقع في المياه الضحلة للمحيط الأطلسي عند مصب الجيروند، في بيئة غير مؤاتية إلى حدٍّ كبير ومعرَّضة بشدة للعوامل الجوية. وقد بُنيت بالأحجار الجيرية البيضاء المنحوتة في نهاية القرن السادس عشر وبداية القرن السابع عشر، حيث صمَّمها المهندس لويس دي فوا وأدخل عليها تعديلات المهندس جوزيف تولير في أواخر القرن الثامن عشر. ويعتبر برج المنارة الضخم من روائع التشوير البحري، تزينه الأعمدة الجدارية الناتئة والمقرنسات. وتجسد المنارة المراحل الهامة للتاريخ المعماري والتكنولوجي للمنارات، إذ بُنيت بغية الاستمرار في التقليد المتَّبع في بناء الفنارات المشهورة في العصور القديمة، لتكون مثالاً على فن بناء المنارات في فترة تجددت فيها الملاحة، وأدَّت فيها الفنارات دوراً هاماً كنقاط علام على اليابسة وكأدوات للسلامة. وأخيراً، تشهد زيادة ارتفاع المنارة في أواخر القرن الثامن عشر والتغييرات التي أُدخلت على حجرة الضوء فيها، على التقدم الذي طرأ على العلوم والتكنولوجيا في ذلك العصر. وقد استلهمت في أشكالها المعمارية من النماذج القديمة ومن الأسلوب المتكلِّف لعصر النهضة ومن النمط المعماري الخاص بالمعهد العالي للجسور والطرق في فرنسا.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

科尔杜昂灯塔
科尔杜昂灯塔耸立在大西洋中吉伦特河口的一块礁石平台上,其所处环境高度暴露且十分恶劣。灯塔于16和17世纪之交以白色石灰石砌成,由工程师德福瓦(Louis de Foix)设计。在18世纪末,工程师特莱尔(Joseph Teulère)主持了改造工作。灯塔塔身饰有壁柱、立柱托饰和滴水嘴,是海事通信的杰作。它体现了灯塔建筑和技术史上的伟大阶段。建造者意欲延续古代著名灯塔的传统,在灯塔作为重要领土标志和安全工具的新航海时期展示灯塔建筑艺术。18世纪末灯塔加高和照明设备的更换展示了这一时期科学技术的进步。其建筑形式借鉴了古代范式、文艺复兴时期的风格主义,以及路桥学院特定的建筑语言。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Кордуанский маяк

Кордуанский маяк возвышается на мелководном скалистом плато в Атлантическом океане в устье Жиронды, в крайне враждебной и подверженной высокой степени риска среде. Построенный из блоков белого известняка на рубеже XVI и XVII веков, он был спроектирован инженером Луи де Фуа и реконструирован инженером Жозефом Тёлером в конце XVIII века. Шедевр морской сигнальной системы, монументальная башня Кордуана украшена пилястрами, модиллионами колонн и горгульями. Маяк воплощает великие этапы архитектурной и технологической истории маяков и был построен с целью продолжения традиции знаменитых маяков древности, иллюстрируя искусство строительства маяков в период обновленной навигации, когда маяки играли важную роль в качестве территориальных маркеров и инструментов безопасности. Наконец, увеличение его высоты в конце XVIII века и изменения в его световой камере свидетельствуют о прогрессе науки и техники того периода. Его архитектурные формы были вдохновлены древними образцами, маньеризмом эпохи Возрождения и особым архитектурным языком французской инженерной школы École des Ponts et Chaussées.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Faro de Cordouan
Este faro se yergue en una meseta rocosa plana del Océano Atlántico, situada en el estuario de Gironda, en la región de la Nueva Aquitania. Diseñado por el ingeniero Louis de Foix, fue construido con sillares de piedra caliza, entre finales del siglo XVI y principios del XVII, en un medio natural inhóspito y muy expuesto a intemperies y mareas. A finales del siglo XVIII fue remodelado por el ingeniero Joseph Teulère. Ornamentada con pilastras, columnas, modillones y gárgolas, la torre monumental de Cordouan es una obra maestra de la señalización marítima muy representativa de la historia arquitectónica y tecnológica de los faros. Continuadora de las famosas almenaras de tiempos pasados, esta torre es ilustrativa del arte de construir faros en una época en que las técnicas de navegación se habían modernizado y las almenaras seguían desempeñando aún una importante función de demarcadores territoriales y dispositivos de salvamento. Además, la elevación de la altura de la torre y la modernización de su farola a finales del siglo XVIII son un vivo testimonio de los importantes avances científicos y tecnológicos ya logrados en esa época. La arquitectura del faro de Cordouan se inspiró en la de los faros Antigüedad clásica, así como en el manierismo renacentista y en el peculiar estilo arquitectónico de la Escuela de Puentes y Caminos de Francia.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Le phare a marée descendante © DRAC Nouvelle-Aquitaine
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Édifié en pleine mer sur un plateau rocheux situé aux confins de l’océan Atlantique et de l’estuaire de la Gironde, dans un environnement inhospitalier, dangereux et difficile d’accès, ce qui est aussi sa raison d’être, le phare de Cordouan sert depuis le XVIe siècle de signal aux navires commerçant entre Bordeaux et le monde.

Sa tour en grand appareil de pierre de taille, ornée de pilastres, de colonnes et de sculptures s’élève sur huit niveaux à 67 mètres au-dessus de la mer. Elle résulte de deux campagnes de construction complémentaires au XVIe siècle, puis au XVIIIe siècle pour perfectionner les capacités techniques du phare, toujours en activité. Le phare de Cordouan a été pensé comme un véritable monument, tant dans son programme et son expression stylistique que dans l’ingénierie déployée.

La construction initiale fut engagée en 1584 par l’ingénieur Louis de Foix, selon la volonté du roi de France, Henri III. Henri IV, cherchant à conforter sa légitimité, développa à la frontière du royaume un programme original et inattendu : des appartements pour le roi et une chapelle. Support d’une pensée politique manifestée devant toutes les puissances maritimes européennes et les communautés locales, le phare de Cordouan s’affirme ainsi comme un monument-phare dédié au pouvoir royal. L’exhaussement du phare de 1788 à 1789 par l’ingénieur Joseph Teulère ne remit pas en cause ce programme et s’adapta à la forme architecturale inventée au XVIe siècle par Louis de Foix.

Outre la forme, la qualité de style est exceptionnelle. L’inspiration de la tour de Louis de Foix est clairement antique et italienne, évoquant en pleine mer les formes des mausolées romains, les dômes et les traits les plus éloquents du maniérisme de la Renaissance. Quant à Joseph Teulère, il réalisa avec le langage du néo-classicisme de la fin du XVIIIe siècle un chef-d’œuvre absolu de stéréotomie à la française.

Le phare de Cordouan, compris dans sa monumentalité délibérée, est une création grandiose et unique, où le génie humain n’est pas seulement architectonique, stylistique et technique mais aussi symbolique et conceptuel.

Critère (i) : Le phare de Cordouan constitue un chef-d’œuvre de la signalisation maritime du XVIIe siècle à nos jours. Depuis sa construction, ce phare a représenté un tribut symbolique à la gloire du roi de France de l’époque. Au XVIIIe siècle, Joseph Teulère exhaussa et renforça le phare. L’application magistrale de la stéréométrie et de la stéréotomie a assuré une intégration superbe des ajouts au tissu existant, confirmant également sa fonction symbolique. Cet édifice est érigé au sein d’un environnement naturel hostile, ce qui conforte son statut d’exemple éminent de l’ingéniosité artistique, technique et technologique humaine.

Critère (iv) : Le phare de Cordouan représente de façon exemplaire les grandes phases de l’histoire des phares. Il fut construit avec l’ambition de perpétuer la tradition des phares célèbres de l’Antiquité et témoigne de l’art de la construction des phares pendant une période de développement de la navigation, entre le XVIe et le XVIIe siècle, quand les phares avaient un rôle important en tant que marqueurs territoriaux et dispositifs de sécurité. Enfin, son exhaussement à la fin du XVIIIe siècle et les modifications apportées à sa lanterne témoignent des avancées scientifiques et technologiques de l’époque. Grâce à sa renommée, le phare de Cordouan a été le lieu de plusieurs expérimentations visant à améliorer les capacités d’aide à la navigation des phares.

Intégrité

Le phare de Cordouan présente de bonnes conditions d’intégrité. Sa perception monumentale a toujours orienté, dans la continuité de Louis de Foix, les différentes interventions architecturales et techniques nécessaires à sa fonction de signal maritime. L’exhaussement de sa tour tronconique au XVIIIe siècle par l’ingénieur Joseph Teulère, si elle a transformé la silhouette originale, s’inscrit dans le respect du phare initial en préservant son programme symbolique, chapelle et appartements du roi. La monumentalité solitaire du phare de Cordouan est un élément majeur de son intégrité.

Authenticité

Le phare de Cordouan est structurellement authentique et il est toujours utilisé selon sa fonction d’origine. Son authenticité n’a cependant de sens qu’en prenant en compte sa situation géographique au sein d’un environnement maritime et météorologique extrême imposant des rénovations constantes. Cette authenticité doit également être considérée dans la perspective d’un établissement de signalisation maritime actif, nécessitant des adaptations techniques régulières. De même, les restaurations des XIXe et XXe siècles n’ont impacté que légèrement l’authenticité du phare avec l’aménagement des bâtiments annulaires et la restauration des espaces intérieurs. Ainsi, le monument conserve sa force plastique et symbolique tout en connaissant une modernisation de sa fonction technique afin de maintenir son activité.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Classé monument historique depuis 1862, le phare de Cordouan, propriété de l’État, bénéficie des mesures de conservation financées et directement mises en œuvre par le ministère de la Culture. La protection du bien est donc assurée au titre du Code du patrimoine, du Code de l’environnement et du Code général de la propriété des personnes publiques. Le maintien et la gestion des éléments fonctionnels du phare incombe à la Direction interrégionale de la mer Sud-Atlantique. L’ensemble du périmètre du bien – à l’exception du phare de Cordouan en tant que tel – se situe au sein du parc naturel marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis et est à ce titre couvert par son plan de gestion, Enfin le domaine public maritime au sein duquel est compris le périmètre du bien (à l’exception du phare) bénéficie d’un principe d’inconstructibilité, ne pouvant faire l’objet que d’aménagements ponctuels nécessitant des autorisations d’occupation du domaine public.

La zone tampon du bien est quant à elle concernée, à terre, par diverses mesures de conservation, de protection, de valorisation et de planification (loi littoral, monuments historiques, sites classés et inscrits, sites patrimoniaux remarquables, SCoT et PLU) qui concourent, au titre du Code du patrimoine et du Code de l’environnement, à la préservation de l’environnement et du paysage du bien. L’élaboration d’un plan paysage est inscrite au plan de gestion. Les parties de la zone tampon situées en mer sont, elles, concernées par les mêmes mesures que les parties naturelles situées dans le périmètre du bien.

Le phare est aujourd’hui affecté au ministère de la Transition écologique et solidaire, tandis que les parties naturelles du bien font partie du domaine public maritime. Le SMIDDEST (Syndicat mixte pour le développement durable de l’Estuaire de la Gironde) a développé un projet de gestion, de valorisation touristique et d’animation du site de Cordouan et organise à titre onéreux la visite du phare, des espaces dédiés à ce projet et du plateau environnant le site. Le SMIDDEST est également tenu d’en assurer le gardiennage pour prévenir tout vandalisme ou dégradation de l’ouvrage mais aussi toute dégradation de la biodiversité faunistique et floristique de ses parties naturelles.

Le système de gestion s’articule autour d’une Commission locale pour le patrimoine mondial qui devrait remplacer la commission de pilotage locale mise en place pour la proposition d’inscription. Le fonctionnement, l’efficacité et les résultats positifs du plan de gestion dépendent largement d’une coordination constante, solide et adaptée en permanence entre toutes les autorités, organisations et instances techniques concernées. Le rôle de la Commission locale du patrimoine mondial, et en particulier du SMIDDEST, est donc essentiel. Un plan de gestion a été élaboré sur la base des objectifs et des actions prévues par tous les acteurs principaux ; un engagement formel de toutes les parties concernées pour mettre en œuvre ses dispositions renforcera le système de gestion en place.

top